Café

Résumé

Plante médicinale utilisée en médecine comme stimulant, accélérateur de l’absorption d’autres molécules (augmentation de la rapidité de l’effet, par ex. avec le paracétamol) et contre les maux de tête et migraines entre autres.

cafe
Noms

Nom français: café
Nom scientifique: Coffea arabica L. (aussi Coffea canephora, entre autres espèces)
Nom anglais: coffee (discover also our blog about coffee)
Nom allemand: Kaffee
Nom italien: caffé
Nom portugais: café
Nom espagnol: café

Famille

Rubiaceae (Rubiacées)

Constituants

– Caféine, stérols, tocophérols, acide chlorogénique (une flavonoïde), quercétine (une flavonoïde)

Parties utilisées

– Graines

​Effets

– Stimulant (d’un point de vue chimique : reposerait sur le blocage de l’adénosine, la caféine est un antagoniste de l’adénosine), stimulation de la concentration, augmentation de la mémorisation ou de l’association d’idées (créativité), stimulation positive sur l’état d’esprit, antioxydant, effet anti-bactérien, vasoconstricteur, protecteur du foie, diurétique.

Indications

cafe - Stimulant– Fatigue, migraines (seul ou en association avec un anti-douleur), mal de tête (seul ou en association avec un anti-douleur), courbatures, problème de mémoire (effet ne semble pas encore prouvé), caries (en prévention), diabète de type 2 (en prévention), maladie de Parkinson (en prévention, diminuerait de 80% le risque de développer une maladie de Parkinson), cancer du foie (en prévention), cancer du côlon (en prévention, réduirait de 25% le risque de développer un cancer du colon), cancer du col de l’utérus (lire ci-dessous), protection du foie en cas d’alcoolisme (en prévention), mauvaise humeur (humeur dépressive), goutte (effet préventif), hypertension (un café par jour diminuerait chez certaines personnes la tension artérielle jusqu’à 9 millimètres de mercure, davantage d’informations sur bons conseils hypertension). Yeux secs (syndrome de l’oeil sec). Maladie d’Alzheimer (effet prouvé chez des souris). Troubles érectiles (lire sous Remarques pour plus d’informations). Prévention du mélanome (lire sous Remarques pour plus d’informations).

Remarque: selon une étude américaine parue en mai 2012, boire trois cafés par jour diminuerait les risques de décès.

Effets secondaires

Excitation, nervosité, troubles du sommeil, troubles de l’érection (à haute dose, avec la prise d’environ 10 à 12 cafés par jour), hallucinations (à haute dose, plus de 7 cafés par jour), problèmes dans l’absorption métabolique de certains minéraux, déshydratation, angoisse ou peur, problèmes cardiaques, incontinence (surtout chez la femme) dépendance (drogue, risque de pharmacodépendance par augmentation du nombre de récepteurs à l’adénosine), troubles digestifs notamment au niveau de l’estomac (brûlures d’estomac), installation d’un phénomène de tolérance, chez les enfants (taux de caféine surtout dans les sodas) possible développement d’une hyperactivité.

Contre-indication

Troubles cardiaques, sport intensif (diminuerait l’oxygénation), grossesse (à notre avis il ne s’agit pas d’une contre-indication absolue mais il est préférable d’éviter le café toutefois), ostéoporose, troubles du sommeil.

Interactions

Aucun connu (à notre avis).

Noms de médicaments

En général, la caféine est associée à certaines molécules anti-douleurs, comme le paracétamol.
Il existe aussi en Europe et aux Etats-Unis (surtout) des médicaments à base de caféine pure, demandez conseil à votre pharmacien, attention aux risques d’effets secondaires notamment.

Préparations – Sous quelle forme ?
cafe

– En café (boisson) dans sa forme la plus appréciée et la plus économique, par tasse on compte en moyenne 45 mg de caféine (variation possible selon le type de café d’environ 35 à 150 mg de caféine).

– En comprimé (à base de caféine), en mélange avec d’autres molécules (paracétamol), par ex. en Suisse dans Contre-douleur® ou Panadol® Extra.

– Egalement en comprimé en préparation simple, notamment pour exercer un effet retard (la caféine se libère progressivement), ces médicaments sont utilisés par exemple par des pilotes d’avion de chasse dans les guerres pour rester éveillé.

Où pousse le café ?

Le café pousse de préférence dans les pays chauds (Amérique centrale, Afrique, Brésil). Le café est originaire d’Ethiopie.
Lire aussi: Tour du monde des plantes médicinales

La caféine contre trouble érectile

Plus de 70% de la production mondiale de café provient de l’espèce Coffea arabica.

cafe - Coffea arabica

​Remarques

– Boisson très appréciée en Europe et dans le reste du monde, consommée à dose modérée (3 à 4 cafés par jour), le café ne provoquerait aucun ou très peu d’effet secondaires.

Toutefois. pour les personnes sensibles (notamment les enfants) et à fortes doses, le café pourrait avoir les effets secondaires néfastes suivants : peur, angoisse, nervosité, suractivité, diarrhée, problèmes cardiaques, maux de tête, hyperactivité…
Si vous présentez un de ces effets secondaires, réduisez votre consommation, voire arrêtez totalement. Pourquoi alors ne pas boire du thé noir ou du thé vert qui ont également un effet stimulant mais moins concentré en caféine (=théine).

– En pharmacie la caféine (principal principe actif du café) intervient dans de nombreuses préparations par exemple pour contrer l’effet somnifère d’un médicament (dans les antiallergiques, des médicaments contre les maux de voyages) ou pour activer et potentialiser l’effet de certains antalgiques (paracétamol, AAS) pour qu’ils agissent plus rapidement.

– Mentionnons encore une étude démontrant que les femmes consommant plus de 5 tasses de café par jour seraient moins souvent enceintes. Toutefois (voir sous indication ci-dessus) le café joue également un rôle préventif dans de nombreuses maladies (y.c. cancers) et ainsi dans l’analyse risque-bénéfice, le bénéfice ou l’avantage de prendre du café resterait à notre avis supérieur, le café est donc plutôt conseillé parmi la population (sauf chez les sujets sensibles, voir ci-dessus).

– Marco Polo, célèbre navigateur vénitien, serait responsable de l’introduction du café en Occident.

– Selon une étude réalisée par des chercheurs de l’Université du Texas publiée en mai 2015, consommer de la caféine de façon modérée comme boire 2 à 3 tasses de café par jour abaisserait le risque de souffrir de troubles érectiles de 42%. Les chercheurs n’ont toutefois pas réussi à montrer un lien de cause à effet, mais ont constaté une corrélation entre les troubles érectiles et la consommation de caféine. Une cause possible de l’effet de la caféine, selon les chercheurs américains, pourrait provenir d’une relaxation des muscles et artères dans le pénis. Cette étude a été publiée dans la revue spécialisée PLOS One.

– Boire 1 à 4 tasses de café par jour permettrait de réduire de 25% le risque de mélanome, une forme grave de cancer de la peau. Cette méta-analyse (étude d’études) a été publiée en novembre 2015 dans la revue spécialisée American Journal of Clinical Dermatology et a comparé des buveurs de café avec ceux ne consommant pas cette boisson. Il semble que plusieurs antioxydants qu’on retrouve dans le café interfèrent avec les UV du soleil au niveau cellulaire, ce qui diminue la formation de tumeur.

News sur le café et la caféine

Crédits photo: Creapharma.ch, Fotolia.com

Le café stimulerait la mémoire visuelle

PARIS – Le café stimulerait la mémoire visuelle, selon une nouvelle étude américaine sur les vertus de la boisson. Les conclusions ont été publiées dimanche dans la revue britannique Nature.

Une équipe de l’Université Johns Hopkins de Baltimore a constaté que la caféine améliore certains souvenirs sur une durée d’au moins un jour alors que les preuves d’un effet dopant du café sur la mémoire étaient jusqu’à présent limitées.

Cette équipe conduite par le Pr Michael Yassa a demandé à 73 volontaires de regarder des images représentant des objets. Ensuite, la moitié du groupe a reçu une dose de 200 milligrammes de caféine, l’équivalent de deux tasses de café, et l’autre moitié a reçu un placebo.

Le lendemain, on a demandé aux deux groupes de regarder une autre série d’images. Certaines étaient les mêmes que celles de la veille, d’autres nouvelles, et quelques-unes étaient similaires mais avec des différences.

Différences mieux distinguées

Les deux groupes ont réussi de la même façon à distinguer les anciennes des nouvelles images. Mais ceux qui avaient reçu de la caféine ont été plus facilement capables de distinguer les différences sur les images similaires.

“Si nous avions utilisé un travail de mémoire standard sans ces articles ‘similaires’ difficiles à distinguer, nous n’aurions trouvé aucun effet de la caféine”, selon le Pr Yassa.

Dans le cas des images similaires, le cerveau doit faire une tâche “plus difficile” que les scientifiques appellent un travail de “séparation du modèle”.

Processus renforcé

C’est précisément ce processus qui semble “renforcé par la caféine”, explique le Pr Yassa. Celui-ci rappelle que “la caféine est associée à la longévité en bonne santé et peut avoir des effets protecteurs du déclin cognitif comme la maladie d’Alzheimer”.

Une étude de l’Institut national américain du cancer (NCI) publiée en mai 2012 indiquait que les personnes de 50 à 71 ans consommant en moyenne trois tasses de café par jour, normal ou décaféiné, présentaient moins de risques de décéder de maladies cardio-vasculaires et respiratoires, d’attaques cérébrales, de blessures, d’accidents, de diabète ou d’infection.

ATS, 12 janvier 2014

Boire trois cafés par jour diminuerait les risques de décès

WASHINGTON – Les adultes de 50 à 71 ans buvant au moins trois tasses de café par jour pourraient voir leur risque de décès baisser de 10% par rapport à ceux qui n’en consomment pas, selon une étude américaine publiée mercredi. L’enquête a été menée auprès de 400’000 personnes.

Les participants ont été interrogés au milieu des années 90, puis suivis jusqu’à fin 2008, explique l’Institut national américain du cancer (NCI). Les chercheurs ont noté un très léger accroissement du risque de cancer chez les hommes gros consommateurs de café.

En revanche, chez les femmes, ils n’ont constaté aucun lien direct entre le fait de boire du café et les décès dus au cancer. Les résultats sont parus dans la revue médicale New England Journal of Medicine (NEJM) du 17 mai.

Ils montrent aussi que les personnes consommant en moyenne trois tasses de café par jour -normal ou décaféiné- présentent moins de risques de décéder de maladies cardio-vasculaires et respiratoires, d’attaques cérébrales, de blessures, d’accidents, de diabète ou d’infection, que celles qui n’en boivent pas.

Mille substances

Pour ne pas avoir de résultats faussés, les enquêteurs ont pris en compte d’autres facteurs de mortalité, comme le tabagisme ou une consommation excessive d’alcool. Ils soulignent cependant qu’ils ne peuvent pas être certains, scientifiquement parlant, que la consommation de café prolonge la vie.

“Le mécanisme par lequel le café réduirait la mortalité n’est pas clair car cette boisson contient plus de mille substances pouvant potentiellement affecter la santé”, explique le Dr Freedman, du NCI et principal auteur de cette recherche.

“De ces substances, la caféine est la plus étudiée. Mais dans cette étude les effets protecteurs ont été les mêmes chez les buveurs de café décaféiné”, relève-t-il.

Risque moindre

“Le café est la boisson la plus consommée en Amérique mais le lien entre sa consommation et le risque de décès n’est pas clair”, souligne le Dr Freedman. “Nous avons découvert que la consommation de café était liée à un risque moindre de mortalité en général”, ajoute-t-il.

“Bien que nous ne puissions pas conclure à l’existence d’une relation de cause à effet entre le fait de boire du café et un risque plus faible de mortalité, nous pensons que ces résultats donnent certaines assurances sur le fait que cette boisson n’est pas néfaste pour la santé”, relève encore le Dr Freedman.

Les chercheurs signalent que les habitudes de consommation de café chez les participants ont été estimées à partir d’un questionnaire sur une certaine période. Elles ne reflètent donc pas les habitudes sur le long terme.

Ils précisent ne pas avoir eu d’informations sur la manière dont le café était préparé (expresso, filtre, etc.), et donc sur les niveaux des ingrédients ayant des effets protecteurs.

ATS, 16 mai 2012

Le café contribue à abaisser la tension artérielle

GENEVE – Comme le jogging, boire du café augmente la tension artérielle sur le moment mais l’abaisse sur la durée, ont constaté des chercheurs suisses. Notre réaction à la caféine est toutefois en grande partie déterminée génétiquement, et ce conseil n’est valable que pour les non-fumeurs.

Une tasse quotidienne de café baisse la tension artérielle jusqu’à 9 millimètres de mercure, a indiqué mardi le Fonds national suisse (FNS), qui a soutenu cette étude menée par l’équipe de Murielle Bochud, du CHUV à Lausanne (Suisse). Cela réduit en conséquence les risques d’infarctus ou d’accident vasculaire cérébral.

La caféine est connue pour augmenter à court terme la tension artérielle, mais sur la durée, elle produit l’effet inverse. Un peu comme le jogging: pendant la course, la tension artérielle grimpe, mais la pratique régulière protège des dommages cardiovasculaires, souligne le FNS.

Idris Guessous et ses collègues des Hôpitaux universitaires de Genève ont pour leur part comparé la tension artérielle et le bagage génétique de plus de 16’000 personnes avec leur consommation de café. Il s’est avéré qu’il existe une corrélation entre les différents variants du gène CYP1A2 et l’intensité de la consommation de café. Celle-ci est donc largement déterminée au niveau génétique.

Dégradation plus rapide

Le gène CYP1A2 code pour la protéine éponyme, qui joue un rôle déterminant dans la dégradation de la caféine dans le foie. Les personnes qui ont hérité d’un variant performant de cette protéine ont tendance à consommer plus de café. Elles présentent également en moyenne une tension artérielle plus basse que les personnes dotées d’un variant moins performant, selon ces travaux publiés dans “Human Molecular Genetics”.

En outre, augmenter sa consommation de café pour abaisser sa tension artérielle ne vaut que pour les non-fumeurs. En effet, la fumée de cigarette renforce l’activité de la protéine CYP1A2 et accélère la dégradation de la caféine dans le foie chez les personnes qui sont dotées du variant moins performant de la protéine. “La fumée masque ainsi l’effet protecteur du café”, conclut Idris Guessous, cité dans le communiqué.

ATS, 24 avril 2012

L’excès de café favoriserait les hallucinations, selon une étude

LONDRES – L’excès de café pourrait favoriser les hallucinations, selon des chercheurs britanniques. Les personnes consommant plus de sept tasses de café par jour ont trois fois plus de risques d’en avoir que celles que en boivent une seule.

“Il s’agit d’un premier pas vers l’exploration plus large des facteurs associés aux hallucinations”, a déclaré l’auteur de cette étude, Simon Jones, psychologue à la Durham University. Ses travaux ont été publiés mercredi dans la revue spécialisée “Personality and Individual Differences”.

Simon Jones et son équipe ont interrogés 200 étudiants sur leur consommation de café, boissons énergétiques et autres produits contenant de la caféine. Ils ont constaté que ceux qui buvaient l’équivalent d’au moins sept tasses de café instantané par jour étaient trois fois plus exposés à des expériences hallucinatoires, comme entendre des voix ou voir des choses qui ne sont pas là.

Hormone de stress

Les chercheurs ont également mesuré le stress des participants. L’hormone de stress cortisol est en effet sécrétée en plus grande quantité lorsqu’on consomme de la caféine. Ce “boost” supplémentaire endogène pourrait alimenter les hallucinations, selon M. Jones.

“A ma connaissance, c’est la première fois que l’on étudie la caféine en lien avec les hallucinations”, a ajouté Simon Jones. Actuellement, les personnes traitées pour de tels états reçoivent des médicaments ou des conseils. Selon le chercheur, on pourrait désormais également envisager de changer leur diète.

Vérifier la cause

La prochaine étape sera de vérifier si la caféine est vraiment la cause des hallucinations. “Il est aussi possible que ceux qui ont des hallucinations connaissaient de hauts niveaux d’inquiétude et d’anxiété qui les conduisent à consommer plus de caféine”, concède M. Jones.

Ces découvertes constituent une preuve supplémentaire que la caféine peut affecter directement la santé. Des études récentes avaient suggéré que cette substance réduit le risque de cancer des ovaires, tandis que d’autres indiquaient une hausse des risques de fausse-couche.

ATS, le 6 janvier 2009

Cancer du col de l’utérus

Boire du café peut réduire les risques, selon une étude

TOKYO – Les femmes qui boivent beaucoup de café pourraient avoir moins de risques de développer un cancer du col de l’utérus, selon une étude japonaise publiée lundi. Il faut pour cela boire plus de trois tasses par jour.

Cette étude commandée par le ministère japonais de la Santé a suivi 54 000 femmes âgées de 40 à 69 ans pendant 15 ans. Sur cette période, 117 de ces femmes ont développé un cancer du col de l’utérus, ont expliqué les chercheurs du centre national du cancer du Japon.

Il apparaît que les femmes buvant plus de trois tasses de café par jour ont eu 60 % de chances de moins de développer un cancer du col de l’utérus que celles buvant moins de deux tasses par semaine. “Le café peut entraîner une baisse du taux d’insuline, ce qui peut abaisser les risques de développer un cancer du col de l’utérus”, selon l’étude.

Les chercheurs ont aussi cherché un effet potentiel du thé vert, mais n’ont trouvé aucun lien entre la consommation de ce thé et les risques de développer un cancer du col de l’utérus.

Source : ATS, 1er septembre 2008

Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 05.03.2016

Thèmes