Mononucléose

Résumé sur la mononucléose

Résumé mononucléose

La mononucléose, plus connue sous le nom de “maladie du baiser”, touche plus de 90% de la population. Parmi toutes ces personnes infectées, seule la moitié d’entre elles va développer la maladie, en souffrant de maux de gorge, de fièvre élevée et surtout de grande fatigue.

Les symptômes disparaissent en général au bout de 2 semaines. Parfois, la fatigue peut durer plus longtemps, de 6 mois à une année.
Cette grande fatigue peut être handicapante, au point où elle peut empêcher une poursuite correcte des études, de son travail.

Le virus de la mononucléose fait partie de la famille des virus à ADN, qui infectent son hôte, se loge dans les cellules et peuvent rester latents durant de nombreuses années, voire une vie entière, sans déclarer la maladie. La maladie apparaît souvent chez les adolescents et les jeunes adultes. Mais une fois infectées, ayant déclaré la maladie ou non, les personnes acquièrent en général une immunité à vie.

Définition mononucléoseLes traitements de la mononucléose sont en général symptomatiques, destinés à réduire la fièvre, les maux de gorge. Les médicaments indiqués sont le paracétamol, n’entraînant pas d’effets secondaires, contrairement à l’aspirine. Les antibiotiques ne seront nécessaires que s’il existe une complication bactérienne et ne pourront être délivrés que sur prescription médicale.

Il est essentiel de respecter le repos et de beaucoup boire, afin de guérir plus rapidement.

Interview avec le Dr Holy, du forum de Creapharma

mononucléose réponse du docteur HolyDocteur, la mononucléose est également appelée maladie du baiser, car elle se transmet essentiellement pas la salive. Pouvez-vous nous dire précisément combien de temps une personne malade reste contagieuse et ne devrait pas embrasser une personne saine. De plus, qu’en est-il est relations sexuelles, est-ce également transmissible par cette voie ?
La personne infectée par la mononucléose est surtout contagieuse au pic de l’infection, mais la contamination peut survenir dès la période d’incubation, 1 à 2 mois avant l’apparition des symptômes. La durée de la phase aiguë débutant à l’apparition de ces derniers varie de 15 jours à 1 mois, le virus pouvant toujours se transmettre durant cette période. Mais il faut savoir que le risque de contamination varie aussi en fonction de la quantité de virus présent dans l’organisme : plus celle-ci augmente, plus la personne est contagieuse.

Concernant les relations sexuelles, il n’y a pas de risque de transmission de l’Epstein-Barr virus par cette voie.

Sur le forum de Creapharma, il est souvent demandé si la mononucléose pouvait revenir quelques mois à quelques années après. Or, il semblerait que cette maladie donne aux malades une immunité à vie. Qu’en pensez-vous ?
En effet, le virus profère à l’organisme une immunité qui empêche les risques de rechute de la mononucléose infectieuse (MNI). Mais il arrive que des réactivations surviennent chez les individus aux défenses immunitaires affaiblies.

Quels sont les traitements que vous préconisez et quels conseils pouvez-vous donner ?
Il n’y a pas de traitement spécifique de la MNI. La prise en charge consiste essentiellement en la prise d’antalgiques autres que l’aspirine et un repos.

C’est uniquement en cas de surinfection de l’angine par des streptocoques qu’une antibiothérapie par utilisation d’antibiotiques autres que les pénicillines peut être utile.
Si les symptômes sont plus marqués, on peut exceptionnellement avoir recours à une corticothérapie par prednisone durant 5 à 10j. En outre, une hospitalisation peut s’avérer nécessaire en cas de risque de complications.

Il faut retenir que le traitement antiviral et les antibiotiques n’ont pas de réels intérêts. Ne pas oublier aussi que la MNI est une maladie bénigne, mais dont la convalescence est longue en raison de l’asthénie qu’elle génère.

Il semblerait que quelques médicaments comme la pénicilline et l’aspirine devraient être évités lors de mononucléose. Est-ce vrai, pourquoi et quelles sont les mesures à prendre si on développe un urticaire ? Faut-il juste prendre un anti-allergique et stopper l’antibiothérapie ? Faut-il prendre un autre antibiotique, pour éviter les risques de développement de résistance ?
En effet, la pénicilline est à éviter car elle peut générer des éruptions cutanées en cas de MNI, lesquelles peuvent accentuer les symptômes de la maladie. Vous pouvez prendre des antihistaminiques en cas de nécessité. Par ailleurs, il vaut mieux avoir recours à un autre antibiotique uniquement si sa prise est réellement indispensable (voir traitement en question 3).

Quant à l’aspirine, son utilisation est à proscrire en cas de maladie virale car il peut provoquer un syndrome de Reye, une affection rare mais mortelle.

Définition de la mononucléose – Qu’est-ce que la mononucléose infectieuse ?

Définition mononucléose

La mononucléose ou mononucléose infectieuse est une maladie virale causée par le virus d’Epstein-Barr (EBV), virus à A.D.N de la famille des herpès virus.

La maladie est caractérisée par une augmentation du nombre et du volume d’un certain type de globules blancs (lymphocytes mononucléaires, formés dans les organes lymphoïdes). Elle se manifeste par une angine, des amygdales enflées (amygdalite), des ganglions enflés (situés au niveau du cou, des aisselles), des maux de tête, une forte fièvre, accompagnés par une très grande fatigue (lire aussi: mononucléose fatigue).

Dans les pays occidentaux, on estime que plus de 95% des adultes sont porteurs du virus de la mononucléose. La contraction du virus s’est généralement faite durant l’enfance mais reste la plupart du temps asymptomatique. On sait que 20 % des adultes sécrètent le virus dans leur salive et devient donc une voie de transmission du virus. Raison pour laquelle, la mononucléose infectieuse, est plus connue sous le nom de « maladie du baiser ».

La mononucléose infectieuse touche essentiellement les adolescents et rarement les enfants (lire sous symptômes également).

Définition mononucléose

La maladie évolue de manière favorable en 2 semaines en général, rares sont les complications. Seule la fatigue subsiste. Il existe cependant plusieurs mesures à prendre, afin de bien soigner la mononucléose.

Causes de la mononucléose – Origine de la mononucléose – Incubation mononucléose

Causes mononucléose

La mononucléose est provoquée, comme mentionné dans la partie définition de la mononucléose, par le virus d’Epstein-Barr (VEB ou EBV en anglais).

Ce virus fait partie de la famille des virus herpès ou herpesviridae (lire ci-dessous), grande famille de virus à ADN, ayant la faculté d’infecter les personnes sans forcément causer la maladie (primo-infection). Ces virus restent cachés dans les cellules infectées et peuvent ressortir (réactivation du virus) à un moment donné, suite à des facteurs déclenchant, comme la fatigue, le stress, l’immunodéficience.

Parmi ces virus, on peut également citer l’herpès labial, l’herpès génital, le cytomégalovirus, le zona (dont la varicelle est la primo-infection).

Parmi tous ces virus à caractère pathologique pour l’homme, le virus d’Epstein Barr est le plus fréquemment rencontré, même si la maladie ne se déclare pas forcément au cours d’une vie.

Ce virus, une fois entré dans le corps humain (par voie salivaire essentiellement), provoque une augmentation de la réponse immunitaire de l’hôte, ce qui induit une grande production des lymphocytes (globules blancs).

Cette augmentation massive de lymphocytes induit une augmentation de taille des lieux où sont produits ces derniers (ganglions des aisselles, de l’aine, du cou et de la rate). Cela explique les symptômes de la mononucléose infectieuse.

Incubation mononucléose
L’incubation du virus d’Epstein-Barr est en général de 3 à 6 semaines. L’incubation représente le temps passé entre la transmission du virus et l’apparition des premiers symptômes.

Information pratique

Les Herpesviridae
Il s’agit d’une famille de virus très importants sur le plan pathologique chez l’homme.

Ces virus à ADN ont la particularité de pouvoir rester, après une infection aiguë primaire, à l’état latent dans des cellules infectées. Le virus peut ainsi être réactivé dans certaines conditions induites ou favorisées par des facteurs psychologiques (stress), physiques (UV), hormonaux (herpès cataménial, c.à.d. lié avec l’apparition des règles) et immunitaire (immunodéficience).

Les Herpesviridae forment un vaste ensemble qui comprend:

– L’herpès simplex virus (HSV) types 1 et 2, qui présentent des différences antigéniques et épidémiologiques: HSV-1 est transmis par voie orale et est ainsi associé à des infections au-dessus de la ceinture. HSV-2, qui se transmet par voie sexuelle, est responsable d’infection au-dessous de la ceinture , se manifestant sur les organes génitaux ou parfois sur la fesse ou les cuisses. Voir: herpès labialherpès génital

– Le virus de la varicelle et du zona (VZV): après la varicelle qui constitue la primo-infection, le virus reste latent pendant de longues années dans un ou plusieurs ganglions sensitifs, et la résurgence est liées à des complications telles que les douleurs post-zostériennes ou certaines paralysies faciales. Voir: varicellezona

– Le cytomégalovirus (CMV): la primo-infection est souvent asymptomatique chez l’homme sain, alors que chez les patients immuno-déprimés, la primo-infection ou les résurgences peuvent entraîner des atteintes sévères.

– Le virus d’Epstein Barr (EBV), responsable de la mononucléose infectieuse. C’est un des virus les plus prévalents de la planète.

– Des herpes virus lymphotropes (Human Herpes Virus) de découverte récente: HHV-6 responsable de la roséole, ou exanthème subit de la petite enfance entre 6 mois et 3 ans , HHV-7 dont le pouvoir pathogène n’est pas encore exactement connu, et HHV-8 associé au sarcome de Kaposi.

Source littéraire : Virologie humaine, H.J.A.Fleury, Masson, collection Abrégés, 4ème édition 2002

Personnes à risque mononucléose

La primo infection se fait en général, dans les pays occidentaux, dès l’enfance. Elle est souvent asymptomatique. Le virus, une fois entré dans l’organisme, se loge dans les ganglions et peut rester « silencieux », c’est-à-dire qu’il ne provoque pas forcément la maladie.

Cependant, ces personnes sont infectées, et peuvent transmettre le virus, par la voie salivaire, notamment.

En bref, la grande majorité de la population est touchée par le virus de la mononucléose infectieuse, mais en général, les symptômes n’apparaissent que chez les adolescents ainsi que chez les jeunes adultes. Les enfants sont rarement touchés.

Personnes à risque mononucléose

Environ 90% de la population de 50 ans et moins, est infectée par le virus d’Epstein-Barr. Parmi ces personnes infectées, seule la moitié va déclarer la maladie, suite à la réactivation du virus, qui jusqu’à présent était latent, caché dans les cellules hôtes.
Ainsi, la moitié des personnes infectées ne sauront jamais qu’elles avaient le virus en elles, puisqu’elles n’auront pas développé la maladie au cours de leur vie.

De par la grande amélioration de l’hygiène de vie, la primo infection se fait de plus en plus tard et peut donc avoir des conséquences plus sévères.

Mononucléose symptômes

Mononucléose symptômes

L’incubation de la mononucléose dure de 3 à 6 semaines (temps entre l’infection et la manifestation des premiers symptômes)

Comme la mononucléose infectieuse est caractérisée par une augmentation du nombre et du volume des lymphocytes, la maladie se manifeste essentiellement par :

– de la fièvre (au début), entre 38 et 39°C.

– de la transpiration

– une angine (angine blanche, lire ci-dessous également), des maux de gorge intenses (empêchant d’avaler)

– des maux de tête

– une fatigue intense (asthénie)

– des amygdales enflées, souvent couvertes d’une couche grisâtre (on parle aussi d’angine blanche)

– ganglions de cou, des aisselles, de l’aine et de la rate sont enflés.

Cela peut entraîner une gêne de la déglutition, voire respiratoire.
De plus, l’augmentation des ganglions de la rate peut provoquer une sensibilité de l’abdomen.

Les symptômes disparaissent au bout de deux semaines en général. Seule la fatigue intense, très caractéristique de la mononucléose, peut persister plusieurs mois.

Les symptômes de la mononucléose ne sont pas très caractéristiques, car ils peuvent faire penser à de nombreuses maladies comme l’angine ou encore un refroidissement (syndrome grippal). Ainsi, les débuts de la maladie peuvent la faire confondre avec une simple angine ou une amygdalite, bien que la mononucléose soit plus grave et surtout dure plus longtemps.

Les enfants sont rarement touchés par la mononucléose, en effet certaines cellules immunitaires les protégeraient comment l’ont montré des chercheurs suisses en décembre 2013. La plupart des enfants infectés par le virus de la mononucléose ne présentent aucun symptôme (asymptomatique).
La mononucléose sous forme symptomatique touche de préférence les adolescents.

Diagnostic de la mononucléose

mononucléose diagnostic

Les symptômes de la mononucléose infectieuse ne sont pas assez spécifiques et caractéristiques. Le diagnostic de la maladie se fonde sur un examen clinique et des tests sanguins. Les tests sanguins sont utilisés pour confirmer le diagnostic de mononucléose infectieuse.
Le médecin, lors de l’examen clinique, identifiera les symptômes suivants :

  • Ganglions enflés
  • Fièvre
  • Mal de gorge, difficulté à déglutir.

Lors de tests sanguins, il s’agira de mettre en évidence l’augmentation du nombre et du volume des lymphocytes. En effet, le virus d’Epstein-Barr, virus à ADN de la famille des Herpesviridae, infecte les lymphocytes du type B.
Un test sérologique (Le MNI-test) peut compléter le diagnostic. Ce test permet d’identifier la présence d’anticorps spécifiques. Les anticorps sont les molécules produites par le système immunitaire pour contrer les infections de manière spécifique.
Ainsi, le MNI-test permet de confirmer la maladie. Le dosage des anticorps présents dans le sang, permet de savoir si l’infection est récente ou non.
Lorsque l’infection est récente, le titre est ≥180.

Complications de la mononucléose

Comme vu dans la section personnes à risque, la primo infection se fait de plus en plus tard, dû aux améliorations de l’hygiène de vie. Cela peut engendrer des conséquences plus graves – la maladie frappant plus tard, mais aussi plus fort.

Il existe des formes plus graves de mononucléose infectieuse, comportant des atteintes méningées ou nerveuses.

Les complications les plus connues de la maladie sont cette grande fatigue persistant souvent plusieurs mois. La fatigue est accompagnée parfois de dépression.

Complications de la mononucléose

Une complication peut également survenir à la rate si vous recevez un coup sur le ventre, en particulier si la rate a pris du volume pendant votre maladie, car cet organe est plus fragile et peut ainsi se rompre. Eviter des sports de contact comme un sport de combat pendant cette période.

Il faut aussi savoir que l’hépatite peut être est une des complications de la mononucléose infectieuse (MNI). Dans ce cas il ne s’agit pas d’une infection du foie par un virus de l’hépatite B ou C (les plus virulents), mais par une localisation hépatique du virus d’Epstein-Barr (le virus responsable de la MNI). Cette hépatite guérit généralement après une corticothérapie brève d’environ 10 jours.

La transmission du virus se fait principalement par la salive, surtout dans un contexte de contact intime, mais également dans d’autres situations, notamment les verres ou les couverts mal nettoyés, les postillons de salive.

Une bonne nouvelle existe cependant. Les malades de la mononucléose acquièrent en général une immunité à vie, toutefois chez certaines personnes le virus peut être réactivé.

Le virus de la mononucléose (EBV) serait responsable, en partie, dans le développement de la maladie de Hodgkin ou lymphome de Hodgkin, une affection grave du tissu lymphatique.

Quand consulter son médecin en cas de mononucléose ?

mononucléose consultation

Nous vous conseillons de consulter rapidement un médecin *lorsque :

– vous ou votre enfant avez des difficultés à respirer;

– lors de fièvre élevée (supérieure à 38°C) ou qu’une fièvre modérée persiste pendant plus de 10 jours;

– si vous ou votre enfant ressentez des douleurs à la rate (>> lire ci-dessus).

* attention liste non exhaustive, pour tout symptôme suspect prière de vous rendre chez votre médecin

Soigner la mononucléose – Médicaments contre la mononucléose – Guérir la mononucléose

En général, la mononucléose infectieuse guérit de manière spontanée en quelques semaines. Cependant, la fatigue peut gêner le malade encore plusieurs mois.

Le médecin traitant prescrira quelques fois des antibiotiques, s’il suspecte une complication bactérienne (par exemple une surinfection bactérienne de l’angine). Il évitera néanmoins la prescription de dérivés de la pénicilline (ampicilline) type bétalactamine, car ils peuvent provoquer une éruption de boutons ou de plaques rouges.

Le traitement de la mononucléose n’est donc pas spécifique, mais il se compose essentiellement de :

– beaucoup de repos;

– la prise d’antalgiques (antidouleurs comme le paracétamol, anti-inflammatoires, antipyrétiques);

Traitement mononucléose

– des corticoïdes en cas de complications, notamment respiratoires;

– des antiviraux (acylcovir), réserves en général pour des patients souffrant de problèmes immunologiques;

– boire beaucoup.

Remarque importante : éviter les sports de contact (pouvant faire exploser la rate, tandis que celle-ci est encore enflée)

Conseils pour soigner la mononucléose

Comme on l’a vu sous traitement de la mononucléose, ces conseils peuvent vous aider à guérir la mononucléose :

Bons conseils & Prévention mononucléose– Beaucoup de repos, selon un médecin suisse il serait essentiel de respecter cette règle pendant la durée de la maladie. Essentiel surtout chez des sportifs (soumis à un entraînement physique important) car autrement une mononucléose qui se soigne habituellement en 2 semaines peut durer jusqu’à 6 voire 12 mois.

– Boire beaucoup

Prévention de la mononucléose – Comment prévenir la mononucléose ?

– Ne pas boire dans le même verre ou manger dans la même assiette qu’une personne malade.

– Ne pas partager la même nourriture.

– Toujours se laver les mains et les désinfecter, avant de manger.

– Éviter les baisers sur la bouche.

Témoignage patient sur la mononucléose – Interview mononucléose

Nous vous livrons ci-dessous le témoignage de *Bianca qui a vécu la mononucléose. Nous nous sommes intéressés à des questions d’ordre pratique. Comment savoir que l’on est infecté ? Comment le virus s’attrape-t-il ? Quels ont été les remèdes prescrits par le médecin ?

Comment et quand avez-vous su que vous étiez atteinte de mononucléose ?
J’ai attrapé des maux de gorge et je suis allée chez le médecin en pensant que c’était une angine. Il a diagnostiqué une mononucléose. J’avais à l’époque 18 ans et j’en ai à présent 31.

Comment pensez-vous l’avoir eue ?
Aucune idée. Des amis m’ont dit que cela se transmettait par voie orale.

Quels étaient vos symptômes principaux ?
Des maux de gorge, de la fièvre et de la fatigue. J’étais très fatiguée l’après-midi, je dormais beaucoup, surtout que j’étais en période d’examens et j’ai passé mes examens malgré la maladie.

Combien de temps cela a duré ?
Cela a duré environ deux semaines.

Qu’est-ce que le médecin vous a prescrit
Je n’ai pris aucun médicament car c’est une maladie virale. Le médecin m’a conseillé de faire des gargarismes avec de la sauge, de beaucoup boire, de manger léger et de me reposer.

Avez-vous encore des séquelles, comme la fatigue, par exemple ?
Non

Quel conseil pourriez-vous donner pour prévenir ou traiter la maladie ?
Je n’ai aucun conseil de prévention à donner. Au niveau du traitement, je pense que le repos est essentiel.

Creapharma.ch remercie Bianca pour sa participation. Rappelons cependant que la mononucléose est une maladie avec différents symptômes et surtout des séquelles qui peuvent être plus importantes. En général, la fatigue peut persister durant des mois et invalider les personnes infectées pendant près d’une année. Pour plus de détails sur la maladie, nous vous invitons à consulter notre site, sur le thème santé de la mononucléose. Vous y trouverez également des bons conseils en prévention pour éviter l’infection.

* Bianca : nom d’emprunt

Propos recueillis par e-mail, par Van Nguyen (Pharmacienne, Suisse) en mars 2008

Comment traduit-on la mononucléose dans d’autres langues ?
Détails de l'éditeur: Cet article a été modifié le 15.07.2015

Thèmes