Cancer de la prostate avancé : la douleur mieux contrôlée

Cancer de la prostate avancé : la douleur mieux contrôléeA l’occasion du congrès de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO) qui se tient à Chicago (Etats-Unis), une nouvelle étude menée sur 3 continents, a démontré l’efficacité de l’acétate d’abiratérone dans la prise en charge des cancers de la prostate métastasés. Cette substance permettrait à la fois de ralentir la propagation de la maladie, et de préserver la qualité de vie des patients.

Cet essai clinique international de phase III, a été mené auprès de 1 088 hommes, dans 151 centres de traitement du cancer en Amérique du Nord, en Europe et en Australie. Tous souffraient d’un cancer de la prostate et présentaient des résistances à l’hormonothérapie. Les patients ont tous été traités au moyen d’un stéroïde la prednisone, à laquelle était associé soit un placebo (premier groupe) soit de l’acétate d’abiratérone.

Ce médicament a pour propriété d’inhiber la sécrétion de testostérone par les testicules et – en plus faible proportion – par les glandes surrénales. Plus important peut-être, il réduit également cette sécrétion par la tumeur elle-même, qui se nourrit de cette hormone pour croître et disséminer dans l’organisme.

Nette réduction de la progression

Avant de présenter les résultats de son travail, le Dr Charles Ryan de l’Université de Californie à San Francisco, a tenu à préciser « qu’il s’agissait d’une analyse intermédiaire ». Cette présentation devant l’ASCO après deux ans de suivi, a mis en évidence une réduction nette (-57%) de la progression du cancer parmi les patients sous acétate d’abiratérone.

Ce travail a également mis en avant une réduction de la demande en traitements de la douleur. C’est un aspect essentiel, pour la qualité de vie des patients. « Ce médicament permet de prolonger la durée de vie, et il offre du répit aux malades puisqu’ils ressentent moins de douleurs », indique le Dr Ryan. Les résultats définitifs de ce travail sont attendus pour 2014.

Le cancer de la prostate est extrêmement fréquent. En France il le plus fréquent des cancers chez l’homme, nettement devant le cancer du poumon et le cancer colorectal. En 2011 par exemple, 71 000 nouveaux cas de cancer de la prostate ont été enregistrés dans notre pays. Chaque année, il est à l’origine de 10 000 décès.

Source : de notre envoyé spécial au 47è congrès de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), Chicago, 1-5 juin 2012

© 1996-2012 Destination Santé SAS – Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de Destination Santé. Tout contrevenant s’expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle: jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende.

Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 13.11.2015

Thèmes