Saignement de nez (épistaxis)

Résumé sur le saignement de nez – épistaxis

Le saignement de nez (épistaxis) est en général une urgence médicale, dans le sens où il est important d’arrêter rapidement le saignement nasal.

Que faire en cas de saignement de nez ?

– La première chose à faire est de s’asseoir avec la tête droite, voire la tête légèrement penchée en avant (surtout ne pas pencher la tête en arrière), et surtout de rester calme.

– Ensuite il faut effectuer une compression manuelle du nez pendant 10 minutes. Pour le saignement d’une seule narine, il faut arrêter le saignement en comprimant vigoureusement, par le pouce, le vaisseau qui saigne entre l’aile du nez et la cloison nasale. Lorsque les deux narines saignent, on utilise le pouce et l’index pour pincer fermement les ailes du nez.

– Si le saignement de nez continue, effectuez une compression pendant plus de 10 minutes et si malgré cela le saignement nasal ne s’arrête pas, consultez un médecin (on estime que si après 15 minutes le saignement de n’est pas arrêté il faut consulter un médecin).

La question au pharmacien (réponse de Mme Van Nguyen, pharmacienne)

“Il y a 9 ans que je prends du plavix pour la circulation après un avc, et souvent, j’ai des saignements de nez. A quoi cela est dû ?” par Isabelle de Martinique née en 1931

question saignement de nezComme vous le mentionnez très bien, le clopidogrel est un médicament que les médecins peuvent introduire suite à un accident vasculaire cérébral (AVC), comme prévention secondaire et éviter une récidive.

Le clopidogrel est intéressant lorsqu’il existe des intolérances à l’aspirine (donné à 100 ou 300mg) pour la même indication. Ce médicament agit au niveau de l’agrégation plaquettaire en l’inhibant. Cela évite que des caillots sanguins se forment et bouchent des vaisseaux sanguins, pouvant entraîner un AVC. Le revers de la médaille est l’apparition possible de saignements, effet secondaire majeur de l’utilisation du clopidogrel ou de l’aspirine.

Vous parlez de saignements fréquents au niveau du nez. Cependant, en lisant la notice du clopidogrel, il est effectivement mentionné des saignements possibles, mais pas au nez. La firme pharmaceutique parle essentiellement de saignements gastro-intestinaux et de saignements intra-crâniens.

Il serait important dans votre cas, d’en parler à votre médecin et à votre pharmacien. Suite à une anamnèse médicale, si votre médecin estime qu’un lien de causalité entre la prise de clopidogrel et vos saignements de nez existe, il mentionnera cet effet secondaire à la firme pharmaceutique. Ensuite, s’il le juge nécessaire, il vous changera votre traitement, afin d’éviter ces désagréments.

Définition du saignement de nez – Qu’est-ce que le saignement de nez ?

Résumé saignement de nezLe saignement de nez ou épistaxis est l’écoulement du sang par le nez, vers l’extérieur. Il se produit suite à la rupture des vaisseaux sanguins qui se trouvent à l’intérieur du nez. En effet, ces vaisseaux dont le rôle est de réchauffer et d’humidifier l’air respiré sont de nature fragiles.
Le saignement de nez est relativement fréquent pendant l’enfance (voir sous causes). Il redevient plus fréquent chez les personnes âgées (en général pour des problèmes de tension).

Causes du saignement de nez – Cause saignement de nez

Les causes des saignements du nez sont nombreuses.

– La plus fréquente est la sècheresse des sécrétions nasales. Celle-ci est souvent due à la chaleur, à l’air sec (taux bas d’humidité) ou encore à la prise de certains médicaments à base de cortisone (comme en spray nasal par exemple).

– Le fait de se gratter le nez peut également être source de saignement du nez.

C’est pourquoi les enfants qui se grattent souvent le nez sont particulièrement concernés par ce problème, surtout lorsqu’ils ont un rhume ou une sinusite.

– Chez les enfants, on ne trouve pas toujours de cause évidente du saignement du nez ; il est qualifié d’essentiel ou d’idiopathique et disparaît de façon spontanée durant la période pubertaire. Cependant, il arrive que les enfants insèrent de petits objets dans leur nez et saignent du nez.

D’autres causes moins courantes du saignement du nez peuvent être mentionnées telles que :
– une inflammation due par le rhume;
– une blessure;
– des allergies;
– les administrations locales répétées de médicaments ou d’autres drogues comme la cocaïne et l’alcool à l’intérieur des muqueuses nasales ;

– Le saignement du nez peut aussi se produire suite à une intervention chirurgicale. De même, les infections et/ou inflammations peuvent engendrer le saignement du nez. C’est le cas de la fièvre typhoïde, de la scarlatine, de la grippe, de l’infection chronique des fosses nasales et de la sinusite maxillaire chronique.

Certaines maladies à l’instar de l’hypertension, de maladies rénales ou des troubles de la coagulation du sang peuvent se manifester par le saignement de nez. D’autre part, certaines personnes en période pubertaires ou enceinte peuvent saigner du nez.

– Finalement, dans de très rares cas il peut s’agir d’une tumeur (la tumeur peut être bénigne) au niveau du nez.

Mais pour résumer et en général, il est assez difficile d’indiquer précisément l’origine d’un saignement de nez.

Symptômes saignement de nez – Symptome saignement de nez

Le saignement de nez est très facile à reconnaître par l’écoulement de sang par les narines.

Parfois, surtout chez l’adulte, l’hémorragie est plus grave ; elle est accompagnée de vomissements et/ou de crachats sanglants du fait de l’écoulement du sang vers le tube digestif et les voies respiratoires. L’état de choc précédé de sensations de malaise pourrait se produire en absence de prise en charge immédiate.

Selon la prédisposition particulière de chaque individu, les circonstances de survenue du saignement du nez sont variables : soit de façon spontanée, soit après un choc, un mouchage violent, un éternuement, un effort physique ou une exposition au soleil.

Diagnostic de saignement de nez – Comment diagnostiquer le saignement de nez ?

saignement de nez diagnostic

Le diagnostic de l’écoulement du nez se fait par l’interrogatoire. Le médecin recueille les informations concernant la circonstance de survenue du saignement, les antécédents personnels et familiaux du patient, les prises éventuelles ou de façon continue de médicament.

Le médecin procède ensuite à un examen physique pour compléter son diagnostic. Par ailleurs, une fois le diagnostic posé, celui-ci évalue la gravité ou non du saignement du nez.

Complications du saignement de nez – Risques lors de saignement de nez – Dangers saignement de nez

Généralement, surtout chez les jeunes, le saignement du nez est bénin. Dans le cas où le saignement provient de la partie avant du nez, il cesse rapidement et ne présente aucun danger. Cependant, si la rupture concerne les gros vaisseaux qui se trouvent à l’arrière du nez, c’est là qu’il faut faire attention. Les personnes âgées sont les plus touchées par ce phénomène et plus le patient avance en âge, plus le saignement est grave.

Il est essentiel de consulter un médecin si :
– au bout de 15 minutes, le saignement persiste ;
– le saignement du nez survient suite à un traumatisme tel qu’un coup au visage ;
– vous avez peur d’avoir le nez fracturé ;
– vous venez d’être victime d’un accident ou d’une chute car le saignement du nez peut être le signe d’un saignement plus profond ;
– vous saignez souvent du nez ;
– vous souffrez d’hypertension.

Soigner le saignement de nez – Traitement saignement de nez – Médicaments saignement de nez

Le traitement du saignement du nez dépend de l’abondance du sang écoulé.

Saignement peu abondant :

La compression manuelle utilisant un seul ou deux doigts suffisent pour arrêter l’hémorragie. D’abord, il faut mettre le patient en position assise, la tête légèrement penchée en avant, afin d’éviter l’écoulement du sang vers le tube digestif ou l’appareil respiratoire et lui demander ensuite de se moucher pour évacuer les caillots de sang. La personne devra respirer par la bouche pendant cette période.

Pour le saignement d’une seule narine, il faut arrêter le saignement en comprimant vigoureusement, par le pouce, le vaisseau qui saigne entre l’aile du nez et la cloison nasale.

Lorsque les deux narines saignent, on utilise le pouce et l’index pour pincer fermement les ailes du nez.

La compression se fait pendant 10 minutes, c’est le temps nécessaire à la coagulation sanguine et donc pour arrêter l’hémorragie. Si le sang ne s’arrête pas ou continue à couler au fond de la gorge, il faut soit vérifier si les gestes de secours sont corrects soit procéder au tamponnement antérieur ou postérieur. La pose de glaçons sur le nez aide à activer la coagulation et à maîtriser l’hémorragie.

Saignement moyennement ou fortement abondant :

Lorsque la compression manuelle bien menée au bout de quinze à vingt minutes échoue, le médecin effectue le tamponnement antérieur à l’aide d’une mèche introduite au niveau de ou des narines.

Le tamponnement postérieur est le fait de poser la mèche à partir de l’arrière-gorge dans le but d’arrêter le saignement dans la partie postérieure des fosses nasales. On l’utilise en cas d’inefficacité du tamponnement antérieur ou d’hémorragies qui coulent au fond de la gorge.

Il faut vérifier régulièrement au bout de 48 heures si la technique est efficace.

Dans d’autres situations, les médecins ont recours à des méthodes plus spécialisées.

Remèdes naturels lors de saignement de nez – Phytothérapie saignement de nez

Remarquons tout d’abord que la phytothérapie ne peut pas aider lorsque le saignement de nez apparaît (partie premiers secours, voir sous traitements et résumé) mais cette médecine naturelle peut avoir un effet préventif par la suite pour éviter des saignements de nez à répétition.

– La feuille des ronces européennes (rubus fructicosus, rubus coesius, rubus sanctus) a une vertu antiseptique et cicatrisante et peut contribuer à traiter le saignement du nez.

Remèdes saignement de nez

Avant de l’utiliser, faites bouillir pendant 1 à 2 minutes dans 1 litre d’eau et infusez pendant 5 à 10 minutes une poignée de feuille.

Vaporisez abondamment l’intérieur de la narine qui saigne à l’aide d’un vaporisateur disponible en pharmacie puis faites la compression du nez. Continuez à vaporiser 3 fois par jour pendant 2 semaines, et enfin à des doses dégressives. Cette infusion est utilisée surtout pour éviter le saignement du nez (action préventive).

L’hamamélis est parfois utilisée pour soigner les saignements de nez.

hamamelis phyto saignement de nez

Bons conseils pour soigner un saignement de nez

Le saignement de nez est rarement grave mais il faut craindre la complication hémorragique qui peut être fatale. La meilleure prévention est d’éviter autant que possible les facteurs qui l’occasionnent :

– essayez d’humidifier en permanence l’air ambiant ;

– évitez l’air sec ou l’exposition au soleil ;

– si vous sentez que votre nez est sec, prenez une douche et humidifiez votre nez avec un peu de vaseline ;

– utilisez des gouttes et vaporisateurs nasaux de solutions salines pour soulager votre nez quand il est sec ;

– pour rappel lorsque vous saignez du nez, essayez de rester calme, asseyez-vous et gardez la tête penchée légèrement vers l’avant. Cela évitera l’écoulement du sang vers la gorge et vous risquez moins d’avoir la nausée. Utilisez ensuite le pouce et l’index pour pincer votre nez. Mettez-les entre le bout du nez et la partie dure et osseuse qui forme la racine du nez. Maintenez la pression environ 10 minutes et recommencez si le saignement persiste.
Dans le passé on conseillait parfois de pencher la tête en arrière, mais cela est faux, car il y a un risque que du sang passe dans les poumons ce qui peut provoquer ensuite des difficultés respiratoires.

Comment traduit-on le saignement de nez dans d’autres langues ?
  • Anglais: nosebleed (Epistaxis)

  • Allemand: Nasenbluten

  • Italien: epistassi (rinorragia)

Détails de l'éditeur: Cet article a été modifié le 29.06.2015

Thèmes