Contraception hormonale

La pilule, contraception classique

Voir aussi : test de grossesse

Publicité

Il existe différentes méthodes de contraception comme la pilule (contraceptive), l’anneau vaginal, le patch, le préservatif (masculin et féminin), le stérilet, l’implant vaginal, etc.

Mieux comprendre la contraception hormonale (pilule, patch, anneau…)

En Suisse les contraceptifs hormonaux sont composés, soit de 2 substances hormonales : un oestrogène et un progestatif (on parle de contraceptifs hormonaux combinés), soit d’un progestatif seul (on parle de mono-préparations). [source: Swissmedic, juin 2013]

1 Contraceptifs hormonaux combinés : dans ce groupe de médicaments on trouve la “pilule”, les patchs et anneaux vaginaux (lire news ci-dessous).

On peut classer les pilules sous forme de générations : 1ère génération, 2ème génération, 3ème génération, 4ème génération ou “pilules plus récentes”. Selon Swissmedic le terme 4ème génération de pilule n’est pas généralement accepté, c’est pourquoi cet organisme de santé suisse préfère parler de “pilules plus récentes”.

Contraceptifs hormonaux combinés autorisés en Suisse (état au 31.05.2013, Swissmedic)

Groupe Progestatif Nom de la préparation
Pilule 1ère génération Noréthistérone Trinovum
Pilule 2ème génération Lévonorgestrel Elyfem 20/30, Levomin, Microgynon 30/50, Miranova, Ologyn micro
Norgestimate Cilest
Pilule 3ème génération Désogestrel Desiola 20/30, Desoren 20/30, Gracial, Marvelon, Mercilon
Gestodène Estinette 20/30, Fermadiol-Mepha 20/30, Gestoden Plus-Teva 20/30, Gynera, Gyselle 20/30, Harmonet, Liosanne 20/30, Meliane 21, Meloden, Milvane, Minesse, Minulet, Mirelle, Myvlar
“Pilules plus récentes”, parfois appelées aussi pilules de 4ème génération Acétate de chlormadinone Belara, Belarina, Ladonna, Madinette, Tyarena
Drospirénone Dretine 21/28, Dretinelle 21/28, Elenis, Eloine, Mirjanne 20/30, Queenie, Yasmin, Yasminelle, YAZ, Yira 20/30
Diénogest Qlaira
Nomégestrol acétate Zoely
Patch transdermique Norelgestromine Evra
Anneau vaginal Etonogestrel Nuvaring


Remarques sur ce tableau

  • L’oestrogène utilisé dans les contraceptifs hormonaux combinés est dans la grande majorité des cas l’éthinylestradiol. Dans le médicament Qlaira il s’agit du valérate d’estradiol et dans le Zeoly l’hémihydrate d’estradiol.
  • La prise de la pilule contraceptive peut augmenter le risque de thrombose veineuse profonde comme la phlébite et la très grave embolie pulmonaire. La dose d’oestrogène et le type de progestérone sont responsables de ces effets secondaires. Les pilules de “3ème génération” et de génération dite “plus récentes” présentent un risque plus élevé.

Autres risques de la pilule

La prise de pilule peut aussi augmenter le risque d’infarctus et d’AVC. C’est le cas avec les pilules contenant des oestrogènes, les pilules progestatives (lire ci-dessous) n’augmentent pas le risque. Le risque augmente avec des doses élevées d’éthinylestradiol.

Publicité

Selon Swissmedic qui a publié ce tableau, les préparations qui contiennent de l’acétate de cyprotérone comme progestatif (par ex. dans Cypestra-35, Cyprelle 35, Cyproderm, Diane-35, Elleacnelle, Feminac 35, Holgyeme, Minerva) ne figurent pas dans ce tableau car elles ne sont pas autorisées pour un usage contraceptif au sens strict. Ces médicaments ont des propriétés contraceptives, mais sont exclusivement autorisées pour le traitement des maladies liées aux hormones masculines (hyperandrogénisme) comme l’acné (ne répondant pas à d’autres traitements), l’hyperpilosité (hirsutisme) ou certaines maladies comme l’alopécie, lorsqu’une contraception hormonale est souhaitée en même temps.

2 Contraceptifs progestatifs en mono-préparation : dans ce groupe de médicaments on trouve des comprimés (on parle aussi de minipilule ou mini-pilule), des injections trimestrielles, des dispositifs intra-utérins (stérilets imprégnés) ou des implants sous-cutanés.

Ces pilules ne contiennent pas d’éthinylestradiol et n’ont donc pas de risque de thrombose ou de complications cardio-vasculaires. Ces pilules peuvent toutefois engendrer une prise de poids, saignements, etc.

Contraceptifs progestatifs en mono-préparation autorisées en Suisse (état au 31.05.2013, source Swissmedic)

Groupe Progestatif Nom de la préparation
Minipilule Noréthistérone Micronovum
Désogestrel Cerazette
Injection trimestrielle Acétate de médroxyprogestérone Depo-Provera 150, Sayana
Stérilet hormonal Lévonorgestrel Mirena
Implant Etonogestrel Implanon NXT


Contre-indications de la pilule

  • Les deux principales contre-indications de la pilule contraceptive, surtout pour celles de 3ème et 4ème générations, sont des cas de thromboses (phlébite,  embolie pulmonaire) dans la famille proche ainsi que les femmes qui fument. Dans ce dernier cas le risque de thrombose est fortement augmenté.
  • Il existe d’autres contre-indications comme une prédisposition au cancer du sein (porteur des gènes BRCA1 ou 2), certaines maladies chroniques (diabète, cholestérol) ou des maladies cardio-vasculaires. Veuillez lire la notice d’emballage et demandez toujours conseil à votre médecin ou pharmacien pour davantage d’informations.

Lire aussi : oubli de la pilule

Lire aussi :

Publicité



Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 05.02.2017