Grippe aviaire

Définition

grippe aviaire définitionLa grippe aviaire est une maladie infectieuse des oiseaux ou de la volaille causée par différents virus, il s’agit d’une épizootie.
Cette infection se transmet de la volaille à l’homme ou d’une volaille à une autre volaille, mais pour le moment (état décembre 2017) pas de l’homme à l’homme.
Il s’agit d’une maladie potentiellement très dangereuse mais qui, en novembre 2016, reste présente en quantité relativement modeste (chez l’homme, car chez la volaille il y a déjà eu près de 150 millions de morts surtout entre 2000 et 2010) principalement en Asie mais de plus en plus en Europe aussi.

Publicité

Un énorme danger, qui pourrait provoquer une pandémie (taux important de contamination et dans divers endroits du monde), se produirait dans le cas où le virus actuel de la grippe aviaire se combinerait et muterait avec le virus de la grippe classique ou de saison, cela pourrait ainsi provoquer une contamination d’homme à homme (par exemple avec les gouttelettes de salive) et aboutir à des millions de morts dans le monde, on parle alors d’un scénario catastrophe. Il faut savoir que ce worst case (pire scénario) est pris très au sérieux par les autorités (par ex. l’OMS à Genève) mais n’est pour le moment, on le répète, pas d’actualité et seulement une hypothèse.

Causes

grippe aviaire causeLa grippe aviaire est causée par des virus, les orthomyxovirus, de la famille des virus de la grippe. Remarquons que la grippe classique est causée en général, par des virus dits de type A, B ou C (type C : rarement problématique). Dans chaque type on peut encore classifier des sous-types, comme par exemple la souche de type A : H1N1, H2N1 jusqu’à H5N8, etc.
Dans la grippe aviaire on parle seulement du virus de type A. On dénombre 15 sortes différentes de ce virus pouvant provoquer la grippe aviaire. Une souche dangereuse est le virus de type A du sous-type H5N1. Ce virus serait transmis de la volaille à l’homme et peut être mortel pour la volaille et l’homme.

Personnes à risque

En cas de pandémie mondiale (ce n’est pas le cas en novembre 2016, date de mise à jour de ce dossier) ou régionale (cela a été le cas dans certaines régions de l’Asie du Sud-Est), on peut estimer que chaque personne peut potentiellement être atteinte de grippe aviaire. Toutefois, comme pour la grippe de saison, les personnes les plus à risque sont les plus fragiles au niveau du système immunitaire, il s’agit principalement :

–  Des personnes âgées de plus de 65 ans

–  Des personnes immunodéprimées (SIDA, etc.)

–  Des personnes avec des maladies chroniques (diabète, etc.)

–  Des enfants de moins de 2 ans, mais également des enfants de moins de 8 ans en général (nous disons cela car on a observé que passablement d’enfants, aussi de 5 ou 6 ans), sont morts de la grippe aviaire, voir aussi actualité grippe aviaire

Symptômes

Les symptômes de la grippe aviaire chez l’homme sont, au début, les mêmes que ceux de la grippe de saison (ce qui rend le diagnostic difficile), c’est-à-dire :

–  Fièvre élevée.

grippe aviaire mal de tête

–  Mal de tête.

–  Toux.

Publicité

–  Saignement dans le pharynx.

–  Maux de gorge.

–  Douleurs dans les membres

–  Bronchite.

Par la suite il peut souvent se développer des complications respiratoires graves. En général (dans environ 50 à 70% des cas) et à ce stade la mort survient en une semaine.

Diagnostic

Le diagnostic se fait seulement par un médecin, il pourrait certainement faire une anamnèse du patient et/ou effectuer des analyses (sanguines,…) afin de détecter l’identité du virus pour savoir s’il s’agit bien de la souche du virus de la grippe aviaire.

Complications

La grippe aviaire est une maladie infectieuse très grave, comme on l’a vu sous symptômes elle peut provoquer la mort dans 50 à 70% lorsque les voies respiratoires sont touchées. Comme pour toutes les maladies infectieuses, les personnes à la base plus faible au niveau du système immunitaire comme les petits enfant ou les personnes âgées (voir : personnes à risque) sont plus sujettes à avoir de graves complications.

Quand consulter son médecin lors de grippe aviaire ?

En cas de suspision de grippe aviaire (voir sous symptômes), nous vous recommandons de consulter dans tous les cas un médecin.

Publicité

Traitements

1. En prévention de la grippe aviaire

Vaccination :

Le virus de la grippe aviaire (contagieuse d’homme à homme), un mutant, pourrait permettre au moment où il apparaît le développement d’un vaccin.

Toutefois, il y aurait assurément un délai d’attente de plusieurs mois entre le début de la maladie et l’apparition du vaccin.

Masques contre la grippe aviaire :

Grippe aviaire masque

Vu que la grippe aviaire, comme la grippe, se transmet par de fines gouttelettes de salive, s’il devait y avoir une pandémie, l’utilisation de masque serait une des mesures les plus simples et les plus efficaces pour se prévenir d’une infection (écoutez les autorités de santé pour savoir s’il faut acheter des masques).

Gants :

L’utilisation de gants est fortement conseillée en prévention, notamment lorsqu’on manipule des volailles mortes ou d’autres êtres contaminés par le virus H5N1 de la grippe aviaire.

2. Traitements curatifs de la grippe aviaire

Les médicaments les plus efficaces sont les inhibiteurs de la neuraminidase qui sont l’oseltamivir (Tamiflu®, notre photo), à prendre en comprimé ou en poudre, et le zanamivir (Relenza®) à utiliser sous forme de spray.

Ces médicaments sont à prendre seulement sur conseil du médecin, il est inutile d’acheter de son côté ces médicaments. De nombreux états (Suisse, France, Etats-Unis,…) ont fait des réserves suffisantes de ces médicaments en cas de scénario catastrophe.

Phytothérapie

A notre avis aucun remède naturel efficace peut permettre de soigner la grippe aviaire, toutefois comme pour la grippe saisonnière (car la grippe aviaire est une forme de grippe saisonnière), la prise d’échinacée pourrait avoir un effet préventif (avec d’autres mesures comme le port d’un masque, une vaccination le cas échéant) pour lutter contre la grippe aviaire.

Bons conseils

–  Bien écouter les informations des médias et des autorités de santé pour connaître l’attitude à adopter, en particulier chez les paysans ou autres travailleurs en contact avec des volailles (oiseau, poulet).

Prévention

–  Ne pas toucher les oiseaux morts ou autres volailles mortes. Si vous voyez une volaille ou un oiseau mort, prenez contact avec les autorités et ne touchez en aucun cas l’animal mort.

–  Demandez toujours conseil à votre médecin lors de thérapie ou en prévention pour soigner la grippe aviaire (si elle devait apparaître dans votre pays), car il est important de bien connaître la posologie pour que le traitement soit efficace.

–  Ne pas acheter des médicaments contre la grippe aviaire de votre côté, les autorités des pays industrialisés ont la plupart du temps acheté des doses pour un très grand nombre de personnes.

–  Si vous êtes dans un pays ou une région où il y a la grippe aviaire, vous pouvez porter un masque (pour éviter de contaminer les autres).

–  L’utilisation de gants est fortement conseillée en prévention, notamment lorsqu’on manipule des volailles mortes ou d’autres êtres contaminés par le virus H5N1 de la grippe aviaire.

–  Voir aussi sous traitement pour d’autres remèdes préventifs (comme une éventuelle vaccination).

–  En avril 2013, pendant l’épidémie en Asie du virus H7N9, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé de bien cuire les volailles pour éliminer les risques de contamination par le virus (H7N9). Les précautions à prendre sont de cuire la volaille au moins à 70 degrés et de s’assurer qu’aucune viande non cuite ne reste.

Il faut aussi se laver les mains après avoir manipulé les poulets, toujours selon l’OMS, ne pas manger des animaux morts ou qui semblent malades ou avoir des contacts avec eux. Si une personne semble infectée, après avoir eu un contact avec de la volaille, il faut garder ses distances et le malade doit se rendre à l’hôpital pour un contrôle.

Questions fréquentes sur la grippe aviaire

1. La grippe aviaire peut-elle se transmettre d’homme à homme ?

–  Non, il semble que pour le moment ce ne soit pas le cas. Certes un ou deux cas ont été signalés en Asie du Sud-Est comme l’exemple d’une mère contaminée en veillant sur son fils. Mais ce cas pourrait n’être qu’une rumeur. La source de contamination de la grippe aviaire reste donc la contamination de la volaille à l’homme (ou entre volailles). [Etat année 2006]

2. Faut-il acheter du Tamiflu® ?

–  Non, il n’est pas conseillé d’acheter du Tamiflu® à titre privé, car premièrement les états industrialisés ont fait des réserves suffisantes même pour le pire scénario (worst case) et deuxièmement la prise de ce médicament doit être effectuée dès les premiers symptômes et qu’au vu de la difficulté de différencier les symptômes d’un refroidissement ou de la grippe classique à la grippe aviaire, seul un spécialiste peut vous indiquer quand commencer le traitement.

Prendre du Tamiflu® pour un simple refroidissement pourrait provoquer des résistances et diminuer son effet lors de pandémie de grippe aviaire.

3. La vaccination contre la grippe de saison (vraie grippe ou grippe hivernale) est-elle utile contre la grippe aviaire ?

–  La vaccination contre la grippe de saison ne protège pas directement contre la grippe aviaire. Toutefois, on spécule sur la possible combinaison entre le virus de la grippe aviaire H5N1 et le virus de la grippe de saison, ce qui aboutirait à un virus très dangereux provoquant des millions de morts.

Cette mutation provoquerait un “super-virus” avec la caractéristique du virus de la grippe de saison, c’est-à-dire la possibilité de contaminer beaucoup de personnes d’homme à homme, et la composante très dangereuse du virus de la grippe aviaire car mutante et difficile à détruire pour le système immunitaire (=de défense) humain.

Comme il est pour le moment impossible de se faire vacciner contre la grippe aviaire, un moyen d’éviter l’apparition de ce “super-virus” est de limiter le nombre d’infection de la grippe de saison au niveau mondial, car une condition nécessaire à son apparition est l’infection par une même personne du virus de la grippe et du virus de la grippe aviaire simultanément.

Une vaccination contre la grippe de saison pourrait donc s’imposer pour les personnes en contact avec la volaille (surtout dans des régions à risques : Asie du Sud-Est, foyers pathogènes en Europe) et aurait donc un effet indirect dans le développement de la grippe aviaire, toutefois les autorités sanitaires informeront en fonction de l’évolution du virus. (Veillez à bien écouter les médias).

4. Peut-on encore manger du poulet ?

–  Oui (selon nos informations).

Comme par le passé lors d’autres contaminations (salmonelle) il est conseillé de bien cuire (environ 70°C et plus) le poulet et autres volailles, on sait que tous les microbes pathogènes (y.c. le virus de la grippe aviaire,…) du poulet sont éliminés à plus de 70 °C.

Il est donc important de bien chauffer les aliments, notamment les produits congelés !

D’autre part l’ensemble des cas de grippe aviaire en Asie du Sud-Est l’ont été par contact avec de la volaille vivante et non suite à l’ingestion de poulet, cela suite à nos recherches.

5. Peut-on se baigner dans les lacs ou les mers des régions contaminées (au niveau des oiseaux) par la grippe aviaire ?

–  La plupart des spécialistes estiment que le risque est très faible lors de baignade dans des lieux à risque, car un effet de dilution dans le lac ou la mer est très élevé. Mais on ne peut pas exclure à 100% ce risque d’un point de vue théorique, pratiquement le risque est, il est vrai, presque nul.

Lire aussi :

Publicité



Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 13.12.2017