Publicité

Combivir®

Information destinée aux patients en Suisse

Qu’est-ce que le Combivir et quand doit-il être utilisé ?

Combivir contient comme principes actifs de la lamivudine et de la zidovudine. Il s’agit des antiviraux (substances s’opposant à la multiplication de virus) appartenant au groupe des médicaments appelés inhibiteurs analogues nucléosidiques de la transcriptase inverse (NRTIs).

Combivir est utilisé chez les adultes et les enfants pesant plus de 14 kg pour freiner la progression d’une infection à VIH (virus de l’immunodéficience humaine) vers la maladie immunodéficitaire qu’est le SIDA (syndrome d’immunodéficience acquise) et vers les affections associées à celui-ci.

Le médicament ne permet pas de guérir le SIDA ni de tuer les VIH, il est cependant susceptible de ralentir la formation de nouveaux virus et de protéger ainsi le système immunitaire de lésions ultérieures.

Combivir ne doit être pris qu’après une évaluation détaillée de l’état du malade par un spécialiste et sur la prescription de celui-ci. Combivir est toujours administré conjointement avec un autre médicament agissant sur l’infection à VIH. L’efficacité du traitement sera périodiquement contrôlée par votre médecin.

De quoi faut-il tenir compte en dehors du traitement ?

N’oubliez pas que ce médicament vous a été prescrit par votre médecin pour traiter votre affection actuelle. Il ne faut pas l’utiliser dans le traitement d’autres maladies ni le remettre à d’autres personnes.

Veuillez tenir compte du fait que le traitement par Combivir n’abaisse pas le risque d’une transmission du VIH à d’autres personnes; ce risque existe notamment lors de rapports sexuels non protégés ou de contacts sanguins. Il faut donc continuer à appliquer les mesures de précaution appropriées.

Malgré le traitement par Combivir ou par un autre médicament actif sur la maladie par le VIH, l’apparition d’autres infections ou complications associés à une infection à VIH est encore possible. Il faut donc maintenir un contact régulier avec le médecin traitant et respecter les délais fixés pour les examens de contrôle.

Sous l’effet de Combivir, une réduction de votre capacité à conduire des véhicules ou à utiliser des machines ne peut être entièrement écartée. La maladie à VIH elle aussi risque de compromettre votre capacité de réaction.

Quand Combivir ne doit-il pas être pris/utilisé ?

Combivir ne doit pas être pris en cas d’hypersensibilité à ses principes actifs, la lamivudine et la zidovudine, ou à l’un des excipients contenus dans le comprimé.

Le médicament ne doit pas être administré lors d’insuffisance rénale.

En raison de la présence de zidovudine dans le produit, Combivir ne doit pas être pris lorsque le nombre de globules blancs et celui de globules rouges sont anormalement bas.

Combivir ne doit pas être administré conjointement avec des doses élevées de cotrimoxazole (Bactrim, par exemple).

Le produit ne doit pas être administré aux enfants pesant moins de 14 kg, une posologie optimale n’étant pas possible.

Quelles sont les précautions à observer lors de la prise/ de l’utilisation de Combivir ?

Avant de débuter un traitement par Combivir, il s’agit de déterminer le nombre des globules rouges et des globules blancs. Si ceux-ci sont trop inférieures aux valeurs normales, votre médecin renoncera au traitement par Combivir. Même au cours du traitement, votre médecin procédera à un contrôle régulier de la formule sanguine.

Si vous souffrez d’une affection rénale ou hépatique ou si vous avez présenté, par le passé, une maladie hépatique, notamment l’hépatite B (jaunisse), il convient d’en informer votre médecin avant le début du traitement par Combivir.

Il importe que votre médecin soit informé de tous les symptômes dont vous souffrez, même si vous-même ne pensez pas que ces derniers soient en rapport avec votre infection à VIH. Votre médecin devra éventuellement ajuster la posologie du médicament à vos symptômes (si vous souffrez d’une affection rénale, par exemple) et vous prescrire, au lieu de Combivir, des médicaments individuels. Veuillez suivre les instructions de votre médecin.

A l’apparition des symptômes suivants, il faut immédiatement en informer votre médecin: sensation de faiblesse/faiblesse musculaire, maux de ventre, nausées ou vomissements, respiration rapide et profonde, malaise, perte d’appétit et/ou de poids ou engourdissement. Il peut s’agir de signes annonciateurs précoces d’un effet secondaire débutant – le cas échéant susceptible, lors d’une progression, de mettre la vie en danger – tel qu’inflammation du pancréas (pancréatite), troubles de la fonction hépatique (hépatite) ou acidose lactique (teneur élevée d’acide lactique dans le sang).

Chez certains patients présentant une infection par le VIH à un stade avancé (SIDA) et des antécédents d’infection opportuniste, les signes et symptômes inflammatoires provenant d’infections antérieures peuvent survenir peu après le début du traitement anti-VIH. Ces symptômes seraient dus à une amélioration de la réponse immunitaire, permettant à l’organisme de combattre les infections qui pouvaient être présentes sans symptômes évidents. Si vous remarquez des symptômes d’infection, veuillez en informer votre médecin immédiatement.

Il est à supposer que le processus métabolique de Combivir (notamment celui du principe actif zidovudine) soit compromis par l’association avec d’autres médicaments, qui sont dégradés par le même mécanisme dans le foie; ceux-ci ne doivent donc être pris qu’avec prudence conjointement avec Combivir. Font partie de ce groupe: les produits anti-douleur contenant de l’acide acétylsalicylique, la codéine contenue dans les médicaments contre la toux, la morphine, la méthadone, l’interféron, l’antigoutteux probénécide, le clofibrate utilisé pour réduire des taux élevés des graisses sanguines, l’inhibiteur de l’acide gastrique qu’est la cimétidine, de même que certains antirhumatismaux (indométacine, kétoprofène, naproxène), antiépileptiques (phénobarbital, phénytoïne, valproate), médicaments contenant du sorbitol administrés sur une période prolongée (généralement sous forme liquide), antibiotiques (rifampicine, chloramphénicol, cotrimoxazole (= sulfaméthoxazole et triméthoprime), clarithromycine), calmants (oxacépam et lorazépam), d’autres agents antiviraux (stavudine, ganciclovir, emtricitabine et foscarnet) et divers médicaments utilisés contre les infections à champignons (amphotéricine, flucytosine), dans le traitement de la pneumonie à Pneumocystis jiroveci (souvent désignée par PCP ou PJP) ou de la toxoplasmose (pyriméthamine, atovaquone, pentamidine, dapsone) et dans le traitement du cancer (vincristine, vinblastine, doxorubicine).

Veuillez informer votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez des médicaments contenant du sorbitol.

Une anémie peut survenir ou s’aggraver lors d’un traitement simultané par la ribavirine et Combivir. Veuillez consulter votre médecin en cas d’apparition de signes d’une anémie (p.ex. fatigue et essoufflement). Il vous dira si vous devez arrêter le traitement par Combivir.

Informez votre médecin ou votre pharmacien

– si vous souffrez d’autres maladies,

– vous êtes allergique ou

– si vous prenez déjà d’autres médicaments en usage interne ou externe (même en automédication!).

Combivir peut-il être pris/utilisé pendant la grossesse ou la période d’allaitement ?

Si vous êtes enceinte ou si vous envisagez de le devenir prochainement ou bien si vous allaitez votre enfant, veuillez en informer votre médecin avant de prendre un médicament quel qu’il soit. Chez les nourrissons ou les enfants en bas âge qui sont entrés en contact avec des analogues nucléosidiques inhibiteurs de la transcriptase inverse (NRTI) au cours de la grossesse ou du travail, une augmentation passagère de la teneur du sang en acide lactique a été observée. On dispose également de rapports rarissimes sur les maladies du système nerveux, telles que ralentissement de la croissance ou crises convulsives. Ces connaissances n’ont cependant aucune influence sur les recommandations actuelles relatives à l’emploi d’un traitement antirétroviral, pratiqué chez la femme enceinte en vue de prévenir la transmission du VIH de la mère à l’enfant.

C’est pourquoi, le bénéfice d’un traitement escompté pour la mère doit être très soigneusement pesé contre le risque encouru par l’enfant. Votre médecin discutera avec vous ces risques. N’utilisez pas Combivir au cours d’une grossesse sans l’autorisation expresse de votre médecin.

Les experts de la santé recommandent que dans la mesure du possible, les femmes infectées par le VIH n’allaitent pas leurs enfants, afin d’éviter une transmission du VIH. Les principes actifs présents dans Combivir passent dans le lait maternel. Il est donc recommandé que les mères qui prennent Combivir n’allaitent pas leurs enfants.

Comment utiliser Combivir ?

Prenez le médicament selon les instructions de votre médecin. Une remarque concernant la quantité et la fréquence de prise du médicament figure normalement sur l’étiquette. Si vous ne retrouvez pas cette étiquette ou si vous n’êtes pas sûr de la posologie, adressez-vous à votre médecin ou votre pharmacien.

Si vous êtes dans l’incapacité d’avaler les comprimés, vous avez la possibilité de les écraser et les mélanger à une petite quantité de nourriture ou de boisson; vous devez avaler la totalité du mélange immédiatement.

Posologie habituelle:

Adultes et adolescents pesant au moins 30 kg:

un comprimé de Combivir deux fois par jour

Enfants pesant entre 14 kg et 21 kg:

un demi-comprimé de Combivir deux fois par jour.

Enfants pesant entre 21 kg et 30 kg:

un demi-comprimé de Combivir le matin et un comprimé entier de Combivir le soir

Pour les enfants pesant moins de 14 kg, les substances isolées, la lamivudine (3TC) et la zidovudine (Retrovir AZT), sont disponibles sous forme de solution buvable et peuvent être dosées en fonction du poids corporel.

Le médecin pourra également vous prescrire une autre dose et il lui incombe de fixer la durée du traitement. N’arrêtez pas le traitement avant terme; une prise régulière est très importante.

Ne changez pas de votre propre chef la posologie prescrite. Adressez-vous à votre médecin ou votre pharmacien, si vous pensez que l’efficacité du médicament est trop faible ou au contraire trop forte.

Mode d’emploi

Les comprimés filmés de Combivir seront avalés sans croquer, avec une quantité suffisante de liquide.

Combivir peut être pris pendant ou entre les repas.

Quels effets secondaires Combivir peut-il provoquer ?

Lors du traitement d’une infection à VIH, il n’est pas toujours possible de dire si les effets indésirables qui sont apparus doivent être imputés à Combivir, à d’autres médicaments que vous prenez ou à la maladie elle-même. Pour cette raison, il est très important de toujours informer votre médecin de toute altération de votre état de santé.

Si, au cours du traitement par Combivir, vous avez observé chez vous l’un des signes suivants, arrêtez immédiatement la prise et informez-en d’emblée votre médecin:

– apparition soudaine d’une respiration sifflante, des douleurs ou une sensation d’oppression à la poitrine, des troubles réspiratoires

– gonflement au niveau des paupières, du visage ou des lèvres

– urticaires ou éruptions cutanées à un endroit quelconque du corps

– sensation de faiblesse/faiblesse musculaire, maux de ventre, nausées ou vomissements, respiration rapide et profonde, malaise, perte d’appétit et/ou de poids ou étourdissement; en l’occurrence, il peut s’agir de signes annonciateurs précoces d’un effet secondaire – le cas échéant susceptible, lors d’une progression, de mettre la vie en danger – tel que teneur excessive du sang en acide lactique (acidose lactique), troubles de la fonction hépatique (hépatite) ou inflammation du pancréas (pancréatite).

Un effet indésirable grave, provoqué le plus fréquemment par Combivir (notamment par son composant actif zidovudine), est la diminution du nombre de certains types de cellules sanguines, dont les globules rouges et les globules blancs ainsi que les plaquettes. La diminution du nombre des globules rouges (anémie) se traduit par une fatigue extrême, celle du nombre des globules blancs par une réceptivité accrue pour les infections, alors qu’un manque de plaquettes risque d’augmenter la tendance aux saignements (bleus sur la peau, hématomes). Si tel est le cas, veuillez en informer d’emblée votre médecin sans attendre jusqu’au prochain contrôle.

Au cours du traitement par Combivir, les effets secondaires suivants ont également été signalés:

Très fréquents (affectant plus d’une personne traitée sur 10):

– maux de tête

– nausées

Fréquents (affectant jusqu’à une personne traitée sur 10):

– vomissements

– diarrhées

– maux de ventre

– vertiges

– fatigue

– fièvre

– sensation de douleur et de malaise général, malaise

– douleurs musculaires et articulaires

– toux, troubles nasaux, infections de l’oreille, du nez ou de la gorge

– éruptions cutanées

– chute de cheveux

– élévation de certaines enzymes hépatiques et de la bilirubine dans le sang

Occasionnels (affectant jusqu’à une personne traitée sur 100):

– troubles respiratoires

– ballonnements

– faiblesse musculaire

– démangeaisons

Rares (affectant jusqu’à une personne traitée sur 1000):

– Insomnies

– augmentation de la concentration du sang en acide lactique (acidose lactique)

– affections hépatiques telles qu’augmentation du volume ou dégénérescence graisseuse du foie

– inflammation du pancréas

– douleurs dans la poitrine, maladie du muscle cardiaque

– crises convulsives

– anxiété, dépressions, difficultés de concentration

– troubles digestifs, troubles gustatif, renvois acides

– pigmentation des ongles et de la peau, pigmentation de la muqueuse buccale

– manifestations de type grippal

– manque d’appétit

– diminution de tissu musculaire

– évacuation fréquente de l’urine

– augmentation des glandes mammaires chez l’homme

– transpiration

– urticaires

– fourmillements, sensation d’étourdissement ou de faiblesse au niveau des membres

Le traitement par Combivir ou d’autres médicaments contenant de la zidovudine peut entraîner une perte de graisse (lipoatrophie) au niveau des jambes, des bras et du visage. Votre médecin doit surveiller les signes évocateurs d’une lipoatrophie. Consultez votre médecin si vous remarquez une perte de graisse au niveau de vos jambes, de vos bras ou de votre visage. En présence de tels signes, votre médecin évaluera si le traitement par Combivir doit être interrompu et si vous devez changer de traitement contre le VIH. Après l’arrêt du traitement par Combivir, plusieurs mois peuvent s’écouler avant la reconstitution des réserves graisseuses. Il est possible que toute la graisse perdue ne soit pas reconstituée.

A l’apparition de l’un ou plusieurs de ces effets ou d’autres manifestations indésirables, que vous soupçonnez être en rapport avec l’emploi de Combivir, vous devrez immédiatement en informer votre médecin ou votre pharmacien.

Si vous observez un effet secondaire quelconque, qui n’est pas décrit dans cette notice, vous devez en informer votre médecin ou votre pharmacien.

A quoi faut-il encore faire attention ?

Conserver les comprimés filmés de Combivir en dessous de 30 °C et hors de portée des enfants.

Le médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date de péremption indiquée sur la boîte pliante par la mention «EXP».

Pour de plus amples renseignements, adressez-vous à votre médecin ou votre pharmacien qui disposent d’une information détaillée, destinée aux représentants des professions médicales.

Que contient Combivir ?

1 comprimé filmé sécable de Combivir contient, comme principes actifs, 150 mg de lamivudine et 300 mg de zidovudine, de même que des adjuvants, requis à la fabrication du comprimé.

Numéro d’autorisation

54568 (Swissmedic)

Où obtenez-vous Combivir ? Quels sont les emballages à disposition sur le marché ?

Combivir est délivré en pharmacie sur prescription médicale non renouvelable.

Combivir comprimés filmés sécables à 150 mg/300 mg: 60.

Titulaire de l’autorisation

ViiV Healthcare GmbH, 3053 Münchenbuchsee

Cette notice d’emballage a été vérifiée pour la dernière fois en mars 2018 par l’autorité de contrôle des médicaments (Swissmedic).

Source : Swissmedicinfo.ch (site accédé par Creapharma.ch le 26.11.2020, attention il ne s’agit pas de la date de mise à jour de la notice du médicament. La date de dernière mise à jour de la notice du médicament est mentionnée dans le paragraphe ci-dessus).

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 26.11.2020
Publicité