Creapharma.ch - site régulièrement mis à jour :

📹 Suivez-nous aussi sur YouTube (chaîne Creapharma) – 📚 Découvrez nos ebooks sur la santé

Dernières MISES A JOUR & NEWS (lire aussi sous News ci-dessus) sur le site Creapharma.ch en fonction des dernières études scientifiques avec si possible le no DOI, communications officielles (gouvernementales comme l’OMS ou la FDA et non gouvernementales) et congrès médicaux – Suivez-nous sur Twitter ou Instagram (pour infographies, résumés d’études et photos)

23 mars 2019
Cystite
Le test de dépistage d’une infection des voies urinaires ne devrait pas être réalisé de manière systématique par les médecins. En effet, les symptômes les plus courants comme l’odeur de l’urine et la confusion chez les personnes âgées sont habituellement causés par d’autres maladies et la bactériurie asymptomatique est assez fréquente. C’est ce que recommande les lignes directrices mises à jour sur la bactériurie asymptomatique (BA), publiées par l’Infectious Diseases Society of America (IDSA) et relayées le 21 mars 2019 dans le journal Clinical Infectious Diseases (DOI : 10.1093/cid/ciy1121).
Lire davantage sur cette étude

21 mars 2019
Nouvel échec d’un médicament contre Alzheimer
Résumé sur la maladie d'AlzheimerLes laboratoires Biogen Inc. (Etats-Unis) et Eisai Co. (Japon) ont mis fin au développement de 2 essais cliniques en phase 3 contre Alzheimer concernant la molécule aducanumab, selon un communiqué du 21 mars 2019. L’action des deux sociétés a fortement chuté en bourse le 21 mars 2019, jusqu’à 27% pour Amgen le 21 mars. L’aducanumab était censé cibler et lutter contre les plaques de bêta-amyloïde, des protéines qui s’accumulent dans le cerveau des patients soufrant d’Alzheimer. Tout indique que la stratégie est mauvaise et que ces plaques sont peut-être plus la conséquence de la maladie plutôt que la cause originale. Par le passé, plusieurs autres médicaments se sont montré peu efficaces contre Alzheimer. Par exemple AstraZeneca PLC et Eli Lily & Co. avaient communiqué le 12 juin 2018 qu’ils allaient mettre fin à leurs recherches sur un médicament en phase avancée de développement contre la maladie d’Alzheimer. En 2018, Pfizer Inc. avait annoncé qu’il allait mettre fin aux recherches sur Alzheimer.
Plus d’informations sur Alzheimer

20 mars 2019
grossesse cause fatigue– Nouveau médicament contre la dépression post-partum
La FDA, l’agence de régulation des médicaments aux Etats-Unis, a approuvé le mardi 19 mars 2019 le Zulresso (brexanolone, des laboratoires Sage Therapeutics) par voie intraveineuse (IV) pour le traitement de la dépression post-partum chez les femmes adultes. Il s’agit du premier médicament approuvé par la FDA spécifiquement contre la dépression post-partum. Cette forme de dépression est une maladie sérieuse qui, lorsqu’elle est grave, peut mettre la vie en danger. Les femmes peuvent avoir des pensées de se faire du mal ou de faire du mal à leur enfant, comme le relève dans un communiqué la FDA. La dépression post-partum est un épisode dépressif majeur qui survient après l’accouchement, bien que les symptômes puissent apparaître pendant la grossesse.
A cause de risques d’effets secondaires graves, le Zulresso n’est offert aux patients que dans le cadre d’un programme de distribution restreinte dans des établissements de soins de santé agréés où le fournisseur de soins de santé peut surveiller attentivement le patient. Le Zulresso est administré en perfusion IV continue pendant 60 heures (2,5 jours). Son avantage réside justement dans le fait qu’il agit rapidement, soit en moins de 3 jours. Les antidépresseurs classiques mettent souvent des semaines, souvent entre 4 et 8 semaines, avant de faire effet. L’efficacité du Zulresso a été démontrée dans deux études cliniques. Les effets secondaires les plus fréquemment signalés par les patients traités avec Zulresso dans les essais cliniques étaient la somnolence, la sécheresse de la bouche, la perte de conscience et les bouffées de chaleur. Selon une étude des CDC américains, 11,5% des nouvelles mères souffraient de dépression post-partum en 2012 aux Etats-Unis, comme le relève l’agende de presse suisse ATS. Le prix complet de ce traitement aux Etats-Unis coûtera entre 20’000 et 35’000 dollars américains, selon le Washington Post.
[Sources : communiqué de presse en anglais de la FDA, ATS]
Plus d’informations sur les antidépresseurs

10 conseils naturels pour renforcer son immunité contre les maladies de l'hiver– Thé chaud et risque élevé de cancer de l’œsophage
Des études antérieures ont révélé un lien entre la consommation de thé chaud (voire brûlant) ainsi que de maté ou toute boisson chaude et le risque de cancer de l’œsophage. Mais jusqu’à présent, aucune étude n’avait examiné cette association en utilisant la température de consommation de thé mesurée de façon prospective et objective. Une nouvelle étude a atteint cet objectif en suivant 50’045 personnes âgées de 40 à 75 ans pendant une période médiane de 10 ans. Au cours du suivi, 317 nouveaux cas de cancer de l’œsophage ont été identifiés. Comparativement à la consommation de moins de 700 ml de thé par jour à moins de 60 °C, la consommation de 700 ml par jour ou plus à une température plus élevée (60 °C ou plus) était associée à un risque 90 % plus élevé de cancer de l’œsophage.
Cette étude a été publiée le 20 mars 2019 dans le journal scientifique International Journal of Cancer (DOI : 10.1002/ijc.32220). Il est donc conseillé d’attendre que les boissons chaudes refroidissent avant de les boire, comme le relève l’auteur principal de cette étude le Dr Farhad Islami de l’American Cancer Society dans un communiqué de presse de l’étude.
Plus d’informations sur le cancer de l’oesophage

18 mars 2019
Trop d’œufs, finalement mauvais pour la santé
cholestérolManger 300 mg de cholestérol par jour par l’alimentation, l’équivalent plus ou moins de 2 œufs (avec le jaune d’œuf), était associé à une augmentation de 17 % du risque de maladie cardiovasculaire et d’une augmentation de 18 % de mortalité de toutes causes. Ces résultats proviennent d’une étude réalisée par l’université Northwestern aux États-Unis qui a analysé les habitudes alimentaires d’environ 30’000 personnes récoltées par un questionnaire pendant plusieurs années. Cette étude a été publiée le 15 mars 2019 dans le Journal of the American Medical Association ou JAMA (DOI : 10.1001/jama.2019.1572). On peut trouver du cholestérol en quantité importante aussi dans la viande rouge et des aliments transformés. Un grand œuf compte 186 mg de cholestérol dans le jaune d’œuf. Selon cette étude américaine, manger 3 à 4 œufs par semaine augmentait déjà le risque de maladie cardiovasculaire de 6 % et de 8 % pour les décès de toute cause. Comme l’étude était observationnelle, une association a été constatée mais pas forcément un lien de cause à effet, d’autres études seront nécessaires. Plusieurs études, parfois contradictoires comme une étude finlandaise de 2016, ont été publiées par le passé concernant la quantité d’œuf à consommer dans l’alimentation. En février 2015, des experts américains de nutrition (The 2015 Dietary Guidelines Advisory Committee) avaient estimé que le cholestérol qu’on trouve dans les aliments comme les oeufs n’était désormais plus une menace et un danger pour la santé et avaient abandonné une limite maximum de 300 mg de cholestérol par jour. Avec cette nouvelle étude de mars 2019, les nutritionnistes devront peut-être réactualiser leurs directives (Guidelines) concernant la consommation d’œufs.
[avec des informations de CBSNews, The Wall Street Journal]
Plus d’informations sur le cholestérolPlus d’informations sur l’oeuf

15 mars 2019
– Statines pour prévenir les hémorragies cérébrales (AVC)
hypertension complicationLes statines sont efficaces pour prévenir les hémorragies cérébrales, selon une grande étude danoise. L’hémorragie cérébrale est une cause de l’AVC. Cette étude réfute l’idée suggérée par d’autres études publiées dans le passé montrant un possible risque augmenté de souffrir d’hémorragie cérébrale après la prise de statines. Pour les chercheurs danois, c’est le contraire qui est vrai en tout cas chez les personnes qui n’ont jamais souffert d’hémorragie cérébrale par le passé, justement les statines préviennent le risque d’hémorragie cérébrale. Il s’agit de la plus grande étude réalisée jusqu’à présent sur ce sujet. Plus de 500’000 personnes ont été suivies depuis le moment qu’ils ont commencé à prendre des statines entre les années 2004 et 2014. Les scientifiques ont observé en analysant les données que les personnes prenant des statines (groupe statines) présentaient moins de risque de souffrir d’hémorragie cérébrale que celles ne prenant pas de statines (groupe contrôle). Le risque de souffrir d’hémorragie cérébrale dans le groupe statines était de 22% à 35% inférieur à celui du groupe contrôle après une prise de statines pendant au moins 6 mois. Aucun des participants n’avait souffert dans le passé d’hémorragie cérébrale ou de caillots sanguins. Une étude clinique de 2006 avait montré un risque accru d’hémorragie chez les personnes sous statines qui avaient souffert par le passé d’hémorragie cérébrale. Cette nouvelle étude danoise montre en tout cas que chez les personnes n’ayant jamais eu d’hémorragie cérébrale, les statines peuvent agir de façon efficace en prévention des hémorragies dans le cerveau. L’Université Aarhus au Danemark a participé à cette étude publiée le 13 mars 2019 dans le journal scientifique EclinicalMedicine (DOI : 10.1016/j.eclinm.2019.02.007).
Plus d’ informations sur les effets secondaires des statines

Vaccin grippe
Se faire vacciner en automne au lieu de l’été, c’est-à-dire attendre l’approche du début de la saison grippale peut assurer une meilleure immunité aux personnes âgées, notamment si la grippe arrive en période normale ou plus tard. C’est ce que révèle une analyse de l’École de médecine de l’University of Pittsburgh, publiée le 14 mars 2019 dans l’American Journal of Preventive Medicine (DOI : 10.1016/j.amepre.2018.11.015).
Lire davantage

13 mars 2019
Cas mortel de rougeole en France
Le 1er décès de l’année 2019 provoqué par la rougeole en France a été constaté le 13 mars 2019, selon Santé publique France (bulletin hebdomadaire du 13 mars 2019). La patiente est morte d’une encéphalite, une grave complication de la rougeole. L’institution précise que depuis le 1er janvier 2019, 350 cas de rougeole ont été déclarés en France (contre 966 cas sur la même période en 2018). Il existe un vaccin pour prévenir la rougeole, en général connu sous le nom de ROR. Rappelons qu’une récente grande étude danoise (lire ci-dessous) a de nouveau montré qu’il n’y avait aucun lien entre le vaccin ROR et l’autisme, cette étude a été publiée le 5 mars 2019 dans le journal scientifique Annals of Internal Medicine (DOI : 10.7326/M18-2101).
Plus d’informations sur la rougeole

9 mars 2019
Aucun lien entre autisme et vaccin ROR (rougeole-oreillons-rubéole)
Prévention de la bronchiteUne très grande étude danoise a de nouveau montré que le vaccin ROR (contre la rougeole, les oreillons et la rubéole) ne provoquait pas l’autisme. Un nombre important de parents refusent de vacciner leur enfant, surtout aux Etats-Unis, justement à cause du risque supposé (mais faux) d’un lien avec l’autisme. Le nombre de cas de rougeole, qui mène parfois à la mort, est en augmentation dans le monde.
Cette étude a pris en compte un peu plus de 650’000 enfants Danois (ou résidents) nés entre 1999 et 2010. Les participants ont été suivis jusqu’à août 2013. À ce moment les chercheurs ont noté un éventuel diagnostic d’autisme chez les participants et ont pris en compte aussi d’autres facteurs de risque de la maladie comme l’âge des parents, un frère (ou soeur) souffrant d’autisme ou une naissance prématurée. Plus de 95% des participants (enfants) ont reçu le vaccin ROR. À la fin de l’étude 6517 participants ont été diagnostiqués comme autiste. Les scientifiques danois ont montré en analysant les données qu’il n’y avait aucun lien entre l’autisme et le vaccin ROR, y compris dans des sous-groupes comme chez des enfants avec un frère ou soeur souffrant d’autisme ou les enfants de parents âgés. Cette étude a été publiée le 5 mars 2019 dans le journal scientifique Annals of Internal Medicine (DOI : 10.7326/M18-2101).
On estime qu’une réduction de seulement 5% du nombre de personnes vaccinées dans un pays ou région, par exemple 90% de personnes vaccinées au Danemark au lieu de 95%, triple le nombre de cas de rougeole dans le pays. Une étude frauduleuse avait semé le doute, à tort, il y a plus de 20 ans. En effet, le gastro-entérologue Andrew Wakefield avait émis l’hypothèse en 1998 que le vaccin ROR était lié à l’autisme. Il est vrai que les symptômes de l’autisme commencent souvent à se manifester vers l’âge de 12 à 15 mois, au moment où le vaccin est administré. La théorie d’Andrew Wakefield a été discréditée et M. Wakefield a par la suite été radié de la pratique de la médecine. Les chercheurs danois ont montré une nouvelle fois qu’il n’y avait aucun lien entre la vaccination ROR et l’autisme. Début mars 2019, Facebook a pris la décision de diminuer l’apparition d’informations anti-vaccins dans son fil d’actualité (news feed) pour réduire ces “fake news”. [avec des informations du New York Times, de The Guardian et de l’étude, voir no DOI ci-dessus]
Plus d’informations sur l’autisme et sur la rougeole

vaccin rougeole suisse

7 mars 2019
– Nouveau traitement contre la dépression (dérivé de la kétamine)
Dépression résuméPour la première fois en plus de 30 ans, un nouveau traitement contre la dépression a été approuvé aux Etats-Unis par la FDA, l’agence de régulation des médicaments. La molécule active est l’eskétamine (en anglais : esketamin), un dérivé de la kétamine, et porte le nom commercial de Spravato® (commercialisé par Janssen Pharmaceuticals, qui appartient à Johnson & Johnson). Il s’agit d’un spray nasal pour les patients chez qui d’autres antidépresseurs ne sont pas ou plus efficaces. Toutefois, il ne peut être pris que sous surveillance médicale stricte. L’eskétamine est administré par voie intranasale et absorbé dans la circulation sanguine par la muqueuse nasale.
L’eskétamine est étroitement lié à la kétamine, un anesthésique, qui est aussi utilisée pour son effet hallucinogène lors de fêtes. Il est connu dans le milieu de la nuit comme “Special K”. Contrairement aux antidépresseurs traditionnels, l’eskétamine a un début d’action rapide de l’ordre de quelques heures et un mécanisme d’action différent. Pour prévenir l’abus du Spravato®, les patients doivent prendre le médicament dans le cabinet d’un médecin ou dans un établissement médical et ne sont pas autorisés à le prendre chez soi. Les antidépresseurs classiques actuellement sur le marché comme la fluoxétine (le fameux Prozac®) agissent sur les neurotransmetteurs comme la sérotonine, mais la plupart de ces médicaments prennent au moins quatre semaines pour produire un effet et ne sont pas suffisamment efficaces chez environ 30 à 40 % des patients souffrant de dépression grave. Dans un essai clinique cité par le New York Times, l’intérêt du Spravato® semble principalement efficace pour diminuer le taux de rechutes. Une étude portant sur la récidive a montré qu’après avoir pris le Spravato®, environ 25% ont rechuté (dépression à nouveau) contre 45% chez les participants ayant pris un placebo.
Une étude publiée online le 5 décembre 2017 dans le journal scientifique American Journal of Psychiatry (DOI : 10.1176/appi.ajp.2017.17060647) a montré que la kétamine permettait de diminuer les pensées suicidaires. Des antidépresseurs classiques peuvent aussi diminuer les pensées suicidaires mais ils mettent souvent plusieurs semaines avant d’agir, c’est pourquoi la kétamine semble être une alternative intéressante.
[avec des informations de l’ATS et Pharmapro.ch, site partenaire, ainsi que du New York Times et de Pharmawik.ch]
Lire un article complet à ce sujet sur le site Pharmapro.chPlus d’informations sur les antidépresseurs

– Statines et risque de diabète
Selon une étude publiée le 4 mars 2019 dans le journal scientifique British Journal of Clinical Pharmacology (DOI : 10.1111/bcp.13898), les personnes qui prennent des statines peuvent présenter un risque plus élevé d’hyperglycémie, d’insulinorésistance et éventuellement de diabète de type 2. L’analyse a porté sur 9’535 personnes âgées de plus de 45 ans qui n’étaient pas atteintes de diabète au début de l’étude dite de Rotterdam et qui ont été suivies jusqu’à une période de 15 ans. Comparativement aux participants qui n’ont jamais pris de statines, ceux qui en prenaient avaient tendance à avoir des concentrations sériques plus élevées d’insuline à jeun et d’insulinorésistance. Les participants qui avaient déjà pris des statines présentaient un risque 38 % plus élevé de développer un diabète de type 2 au cours de l’étude. Ce risque était plus important chez les personnes présentant une altération de l’équilibre glycémique et chez les personnes en surpoids ou obèses.
Plus d’informations sur les effets secondaires des statines

5 mars 2019
SIDA/VIH
actualité sur le sidaPour la deuxième fois dans le monde, un patient séropositif est exempt de virus après une greffe de cellules souches. Le cas a été documenté dans le journal scientifique Nature. Il reste toutefois peu probable que la transplantation de moelle osseuse, qui semble avoir permis la guérison de ce patient, puisse être une option de traitement réaliste notamment en terme de coûts pour le futur, comme le relève le New York Times en mars 2019. Les médicaments actuels contre le SIDA, moins chers et moins intrusifs, aident à bien contrôler la maladie. De plus, la transplantation de moelle osseuse peut mener à de graves effets secondaires qui peuvent durer des années. Ce patient atteint du SIDA, dit “patient de Londres”, souffrait d’un lymphome de Hodgkin et a reçu en 2016 une transplantation de moelle osseuse d’un donneur avec une mutation CCR5 (une protéine qui se trouve à la superficie des cellules immunitaires). Le “patient de Londres” a aussi reçu des médicaments immunosuppresseurs. En septembre 2017 il a arrêté de prendre ses médicaments contre le SIDA pour devenir la 2ème personne (après Timothy Ray Brown, dit “patient de Berlin”) à devenir séronégatif (absence du VIH dans l’organisme) pendant plus d’une année après l’interruption du traitement.
Lire le dossier complet sur le SIDA avec notamment l’historique de la maladie

1er mars 2019
– Diabète de type 2 et plantes
La consommation d’aliments à base de plantes améliorent la sécrétion d’insuline et augmente cette sécrétion chez les personnes atteintes de diabète de type 2. C’est ce que révèle une nouvelle recherche publiée le 27 février 2019 dans le journal Nutrients (DOI : 10.3390/nu11030486). Le régime végétarien favoriserait la sécrétion d’hormones incrémentielles, ce qui amplifie la libération d’insuline. Par ailleurs, le repas à base de plantes aide à préserver la capacité des cellules bêta à produire de l’insuline, ce qui est essentiel dans le traitement du diabète.
Plus d’informations sur cette étude

– Epidémie d’overdose d’opiacés aux Etats-Unis (crise des opioïdes) 
Chaque année aux Etats-Unis presque 50’000 personnes meurent d’overdose aux opiacés (opioïdes, en anglais opioid), comme le rappelle un article de l’hebdomadaire de référence The Economist en février 2019. En 2017, il y a eu 47’600 morts provoqué par une overdose d’opiacé aux Etats-Unis, 5 fois plus qu’en l’an 2000. Comme on le voit sous l’infographie ci-dessous, cela représente plus de morts que le nombre d’homicides. L’ensemble des décès provoqués par tous les médicaments, incluant les opiacés, est estimé aux Etats-Unis à 70’000 par an, soit plus que le nombre de soldats américains tués pendant toute la guerre du Vietnam (58’000), comme le relève The Economist. Les opiacés sont des substances utilisées en général contre la douleur. Elles provoquent un sentiment d’euphorie et d’anesthésie. Le Fentanyl, un opiacé de synthèse bon marché, est responsable de nombreux cas d’addictions et de décès par overdose. Avec plus de 15 morts par overdose de médicaments pour 100’000 habitants par année aux Etats-Unis, le seuil épidémique est dépassé (il est en général fixé par l’OMS à 10 pour 100’000 habitants). Une origine possible de cette épidémie, souvent avancée par les journalistes et spécialistes, est un certain laxisme des autorités sanitaires américaines comme la FDA dans l’autorisation de mise sur le marché des opiacés. Un autre facteur est l’influence de l’industrie pharmaceutique qui s’est montrée très agressive notamment au début des années 2000 en ciblant notamment de nombreux médecins, par exemple de famille. Les opiacés ont souvent été prescrits à des personnes qui auraient pu être traitées avec des antalgiques classiques comme le paracétamol ou les corticoïdes. Pendant l’année 2012, le nombre de prescriptions d’opiacés aux Etats-Unis s’est élevé à 255 million, selon The Economist.

Lire davantage sur les opiacés

Découvrez toutes les dernières mises à jour du site Creapharma.ch de l’année 2019

Sponsoring des mises à jour :

Suivez-nous sur Twitter et recevez notamment nos mises à jour

Erratum (erreurs sur Creapharma.ch)
19 juillet 2018 : Dans la page sur la myrtille (Vaccinum myrtillus) dans la rubrique Remarques, nous avions écrit à tort que “…les myrtilles pourraient augmenter la résistance à l’insuline.” La phrase correcte, qui a été corrigée, est : “…les myrtilles pourraient diminuer la résistance à l’insuline.”
26 décembre 2017 : L’huile essentielle de citron n’est pas adaptée pour le ronflement, lorsque cette huile essentielle est appliquée directement sur les muqueuses nasales. Nous avons supprimé le paragraphe à ce sujet dans notre dossier complet sur le ronflement. Une internaute de Creapharma.ch nous a signalé ce problème.
17 décembre 2017 : A tort sur notre dossier sur la grippe, nous avions marqué que la grippe frappait davantage les femmes que les hommes. Selon les dernières études, tout indique au contraire que les hommes ont des symptômes plus marqués que les femmes. Lire aussi Mise à jour du 17 décembre 2017 ci-dessus ou sur la page des mises à jour
– 17 août 2017 : dans un article sur l’aronie, le nom scientifique était mal orthographie. L’écriture correcte est : Aronia melanocarpa. Lire l’article en entier

informatin-qualite

Quiz – testez vos connaissances (le quiz est en général en bas de page) :
Calcium (7 questions) – poux (10 questions) – fibres (7 questions) –  goutte (15 questions) – rhume (7 questions) –  plantes médicinales (10 questions) – stévia (5 questions) – flatulences (5 questions) – fièvre (6 questions) – zona (7 questions)vitamine D (9 questions) – rage (9 questions) –
bronchiolite (6 questions) – tiques & maladie de Lyme (10 questions) – pancréas (7 questions) – santé des osherpès labialinfarctus chez la femme

Témoignages de patients – A vous la parole 
Muguet / Poux / Goutte

Dossier et sujets intéressants – Séries de Creapharma
– 52 +1 conseils de prévention
– Citations
– Le saviez-vous ?
Chirurgie (informations pratiques)
– Controverses en médecine
– Différences hommes et femmes en médecine
Interview avec patients
– Histoires médicales intéressantes
 Microbiome et santé
 Médecine à bas coût et de qualité
Accès aux données médicales par le patient – démocratie de la médecine

CALCULATEURS
Calculez votre IMC

EXAMENS & TESTS
Tests de diagnostic par âge

Lire notre glossaire des termes médicaux

MEDIA SOCIAUX
Suivez-nous sur TwitterSuivez-nous sur Facebook – Suivez-nous sur InstagramSuivez-nous sur Pinterest – Suivez-nous sur YouTube

VIVRE MIEUX ET PLUS LONGTEMPS
Pour vivre mieux et plus longtemps (slogan de Creapharma.ch) nous vous conseillons :
☕️– Buvez 3 à 4 cafés par jour, sauf exception comme lors de grossese (selon une étude publiée en 2017 dans le journal BMJ). Une autre grande étude publiée en 2017 également a montré que boire 4 à 5 tasses de café permettaient de réduire le risque de souffrir de plusieurs maladies (lire notre dossier complet sur le café)
– Faites 150 minutes d’exercice physique par semaine – référence étude – référence étude : DOI : 10.1001/jamanetworkopen.2018.3605
– Ne fumez pas (fumer 1 paquet de cigarette par jour diminue d’en moyenne 7 ans l’espérance de vie) – référence étude : DOI : 10.1038/s41467-017-00934-5
– Etudiez si possible à l’université (chaque année passée à l’université ou dans une haute école augmente l’espérance de vie de presque 1 an, 11 mois pour être précis) – référence étude : DOI : 10.1038/s41467-017-00934-5
– Essayez si possible de vous lever régulièrement, travaillez si possible debout et pas assis. (source : Annals of Internal Medicine)
Tous nos conseils de prévention

Crédits photos sur la page : Fotolia.com/Adobe Stock ou Creapharma.ch (Pharmanetis Sàrl)

Validation de nos sources (entre autres) : PubMed, DOI.org

Rédacteur en chef de Creapharma.ch : 
Xavier Gruffat (pharmacien dipl. EPF Zurich, MBA)