Publicité

Jurnista®

Information destinée aux patients en Suisse

Soumis à la loi fédérale sur les stupéfiants et les substances psychotropes.

Qu’est-ce que Jurnista et quand doit-il être utilisé ?

Jurnista fait partie d’un groupe de médicaments appelés analgésiques.

Jurnista est prescrit pour le traitement des douleurs chroniques prolongées moyennes à fortes.

Les comprimés de Jurnista sont fabriqués sous forme retard. Cela signifie que le principe actif est délivré progressivement à votre corps sur une certaine période de temps, après que vous ayez pris un comprimé.

Jurnista ne doit être utilisé que selon la prescription du médecin et sous le contrôle régulier du médecin.

De quoi faut-il tenir compte en dehors du traitement ?

Le comprimé retard ne se dissout pas complètement après avoir libéré toute la quantité de principe actif, il se peut donc que l’enveloppe du comprimé se retrouve dans les selles. Il n’y a pas lieu de vous faire du souci à ce sujet.

Quand Jurnista ne doit-il pas être pris ?

Jurnista ne doit pas être pris

– si vous êtes hypersensible (allergique) au chlorhydrate d’hydromorphone ou à l’un des excipients de Jurnista;

– si un rétrécissement grave de l’estomac et/ou de l’intestin a été diagnostiqué chez vous;

– en cas de blessures graves à la tête et de pression intracrânienne élevée;

– en cas de troubles convulsifs (épilepsie/convulsion);

– en cas de douleurs aiguës ou de douleurs suivant une opération;

– en cas de réactions très graves à un sevrage alcoolique (appelées aussi «delirium tremens»);

– en cas de fonction hépatique fortement diminuée;

– en cas de perturbation marquée de la fonction respiratoire, comme par ex. crise d’asthme grave;

– en cas de troubles respiratoires graves s’accompagnant d’une respiration ralentie ou superficielle;

– en cas de troubles gastro-intestinaux;

– quand votre intestin après une opération montre une «anse borgne»;

– en cas d’utilisation de médicaments du groupe des inhibiteurs de la monoamine oxydase (ce sont des médicaments contre les dépressions ou la maladie de Parkinson) ou dans les 14 jours après avoir cessé de les prendre;

– en cas d’utilisation de médicaments contenant les principes actifs buprénorphine, nalbuphine, pentazocine;

– chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans.

Veuillez informer votre médecin si un ou plusieurs de ces critères s’appliquent à vous.

Jurnista ne doit pas être utilisé chez les nourrissons ou les enfants, les prématurés ou les femmes enceintes qui ont des contractions précoces.

Quelles sont les précautions à observer lors de la prise de Jurnista ?

Bien des gens doivent être particulièrement prudents en prenant Jurnista.

Demandez conseil à votre médecin si vous souffrez, ou si vous avez souffert récemment, des symptômes ou maladies suivants:

– problèmes avec vos poumons ou votre respiration;

– Jurnista peut entraîner un abaissement de la concentration d’oxygène dans le sang (hypoxie) et provoquer des apnées du sommeil (interruptions épisodiques de la respiration durant le sommeil). Veuillez informer votre médecin si vous avez présenté des apnées du sommeil par le passé ou si quelqu’un a constaté que vous arrêtez de respirer de temps à autres durant votre sommeil;

– prise d’autres analgésiques opioïdes;

– problèmes de cœur;

– certaines formes de tension basse;

– problèmes de foie ou de reins;

– maux de tête ou blessure à la tête;

– constipation chronique;

– maladies de l’intestin, y compris occlusion intestinale ou maladie intestinale inflammatoire;

– pancréatite (inflammation du pancréas) ou maladie des voies biliaires;

– en cas d’abus de substances ou de consommation abusive de drogues, d’abus d’alcool ou d’analgésiques opiacés dans vos antécédents personnels ou familiaux;

– symptômes d’un trouble fonctionnel du système nerveux central – y compris somnolence extrême, température corporelle basse et parfois coma;

– déficience de la thyroïde (hypothyréose);

– problèmes avec les glandes surrénales;

– agrandissement de la prostate;

– problèmes à uriner;

– psychose toxique (une maladie mentale grave à la suite d’une infection);

– cyphoscoliose (déformation anormale de la colonne vertébrale).

Patients âgés

Si vous avez plus de 60 ans, des effets secondaires sont susceptibles de se manifester plutôt chez vous. Soyez donc particulièrement prudents.

Constipation

La constipation (selles insuffisantes ou dures) est un effet secondaire habituel des médicaments comme Jurnista et il est improbable qu’elle disparaisse sans traitement. Parlez à votre médecin ou à votre pharmacien de l’utilisation de laxatifs (remèdes pour traiter la constipation) pour prévenir ou traiter une constipation pendant la prise de Jurnista.

Si vous avez prévu de vous faire opérer

Si vous devez subir une opération prochainement, veuillez informer le médecin à l’hôpital que vous prenez Jurnista. L’utilisation de Jurnista doit débuter au plus tôt 24 heures après l’opération.

Prise de Jurnista avec d’autres médicaments

De nombreux médicaments peuvent influencer le mode d’action de Jurnista ou augmenter la probabilité d’apparition d’effets secondaires.

Jurnista ne doit pas être pris si vous prenez ou utilisez les médicaments suivants:

– médicaments du groupe des inhibiteurs de la monoamine oxydase (ce sont des médicaments contre les dépressions ou la maladie de Parkinson) ou dans les 14 jours après avoir cessé de les prendre;

– médicaments appelés agonistes/antagonistes de la morphine (buprénorphine, nalbuphine, pentazocine).

Si vous prenez ou avez reçu les médicaments ci-dessous, vous devez impérativement demander conseil à votre médecin avant de prendre Jurnista:

– tout médicament qui atténue l’activité de votre système nerveux central; p. ex, des médicaments qui vous rendent somnolent(e), réduisent l’anxiété ou affectent votre niveau de conscience, tels que des calmants (sédatifs, tranquillisants) ou des somnifères (hypnotiques), y compris les benzodiazépines, des médicaments contre certains troubles psychiques (antipsychotiques), des analgésiques puissants (opioïdes), des médicaments utilisés lors d’une opération chirurgicale (anesthésiques), des relaxants musculaires (myorelaxants) ou certaines drogues illégales. Vous ne devez prendre ce type de médicaments que sur prescription de votre médecin car leur association peut induire un état de forte torpeur, une altération de la conscience, des difficultés à respirer (dépression respiratoire), un coma et la mort.

Prise de Jurnista avec des aliments et des boissons

La prise concomitante d’alcool et de Jurnista peut entraîner une somnolence accrue, des difficultés à respirer (dépression respiratoire), un coma et la mort. Par conséquent, ne consommez pas d’alcool pendant le traitement par Jurnista.

Cela ne joue aucun rôle si vous prenez votre comprimé retard Jurnista avec le repas ou non.

Dépendance au médicament et abus

Les analgésiques qui contiennent comme substance active de l’hydromorphone ou une autre substance opiacée peuvent, si leur utilisation n’est pas conforme aux prescriptions ou si elle est abusive, créer une dépendance. Il est donc important que vous ne preniez Jurnista que sur prescription de votre médecin et que vous suiviez exactement ses directives. En cas d’arrêt du traitement, les indications du médecin sont à respecter très soigneusement (par ex. arrêt progressif par paliers).

En cas d’utilisation parentérale (intraveineuse) abusive, les excipients du comprimé peuvent entraîner des complications mortelles. Jurnista ne doit pas être administré par voie intraveineuse. Ces excipients sont sans risque lors de la prise orale conforme.

Modifications des douleurs ressenties:

Informez votre médecin si au cours du traitement par Jurnista:

– vous avez le sentiment que les comprimés ne soulagent plus vos douleurs;

– vous avez l’impression que les douleurs s’accentuent;

– vous avez l’impression que la façon dont vous percevez la douleur se modifie (si par exemple vous ressentez des douleurs dans une autre partie du corps);

– vous ressentez des douleurs lorsque votre corps est touché par quelque chose qui, en temps normal, ne fait pas mal.

Votre médecin décidera éventuellement d’adapter votre dose ou votre traitement. Ne changez pas le dosage de votre propre chef.

Aptitude à conduire et à utiliser des machines

Ce médicament peut affecter les réactions, l’aptitude à conduire et la capacité à utiliser des outils ou des machines!

Jurnista peut entraîner la somnolence et l’hébétude. Assurez-vous que ce n’est pas le cas pour vous avant de conduire une voiture, d’utiliser des machines ou d’exécuter des travaux dangereux. Soyez particulièrement prudent si la posologie ou le type de votre médicament est changé.

L’utilisation de l’hydromorphone chez les sportifs est considérée comme dopante et entraîne la disqualification. Ce médicament contient du lactose. Ne prenez donc Jurnista qu’après en avoir parlé à votre médecin, si vous savez que vous souffrez d’une intolérance à certains sucres.

Ce médicament contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par comprimé retard, c.-à-d. qu’il est essentiellement «sans sodium».

Veuillez informer votre médecin ou votre pharmacien si

– vous souffrez d’une autre maladie,

– vous êtes allergique ou

– vous prenez déjà d’autres médicaments (même en automédication!)!

Jurnista peut-il être pris pendant la grossesse ou l’allaitement ?

Grossesse

Jurnista ne doit pas être pris pendant la grossesse. Mais votre médecin peut faire des exceptions.

Parlez avec votre médecin avant de prendre Jurnista si vous êtes enceinte ou si vous avez l’intention de le devenir.

Jurnista ne doit pas être utilisé pendant l’accouchement, car le médicament peut ralentir la respiration du nouveau-né. Une utilisation prolongée de Jurnista pendant la grossesse peut provoquer des symptômes de sevrage potentiellement fatals chez les nouveau-nés s’ils ne sont pas reconnus et traités.

Allaitement

Ne prenez pas Jurnista si vous allaitez, car le principe actif peut passer dans le lait maternel. Veuillez demander conseil à votre médecin.

Comment utiliser Jurnista ?

En principe votre médecin déterminera les comprimés retard qui vous conviennent à la posologie nécessaire pour vous. La posologie dépend de facteurs individuels comme par ex. l’intensité des douleurs, l’âge et le poids, la présence de certaines maladies, etc.

Prenez toujours Jurnista en vous conformant exactement aux indications de votre médecin. Demandez à votre médecin ou à votre pharmacien si vous n’êtes pas entièrement sûr. Il convient de ne prendre que la dose efficace la plus faible et ceci uniquement pendant la durée absolument nécessaire.

Sauf si votre médecin en a décidé autrement, la dose initiale habituelle pour Jurnista est de 8 mg par jour, pris toujours à la même heure. Pour améliorer la tolérance au médicament, certains patients peuvent profiter d’une dose de départ de 4 mg. Dans le cas où vous passez d’un autre analgésique semblable à la morphine à Jurnista, il se peut que votre médecin vous prescrive une autre posologie au début.

Votre médecin peut augmenter la posologie jusqu’à ce qu’un soulagement approprié de vos douleurs se fasse sentir.

La posologie ne doit pas être augmentée plus souvent que toutes les quatre doses.

Prise de votre comprimé retard quotidien

Avalez votre comprimé retard de Jurnista sans le croquer avec un verre d’eau.

Vous ne devez ni mâcher, ni casser, ni écraser le comprimé retard – autrement, il y a un risque de surdosage, car le médicament est alors libéré trop rapidement dans votre corps.

Essayez de prendre le comprimé retard de Jurnista tous les jours à la même heure.

Jurnista ne devrait pas être pris à plus d’une reprise en dedans de 24 heures.

Vous pourriez voir dans vos selles quelque chose qui ressemble à votre comprimé retard de Jurnista. Ne vous faites pas de souci – il ne s’agit là que de l’enveloppe externe du comprimé qui passe inchangée dans votre corps. Cela ne signifie pas que le comprimé retard n’agit pas.

N’utilisez pas les comprimés retard de Jurnista s’ils sont abimés.

Si vous avez pris une quantité de Jurnista plus grande que vous n’auriez dû, informez-en immédiatement votre médecin ou le service des urgences de l’hôpital le plus proche.

Si possible, indiquez quels comprimés retard vous avez pris et combien. Si vous avez pris une surdose, il se peut que vous vous sentiez très somnolent et que vous ayez des problèmes de respiration. Les répercussions d’un surdosage peuvent encore s’aggraver – les symptômes possibles sont, entre autres, une peau froide et humide, un rétrécissement des pupilles, une baisse de la tension artérielle et un coma (perte de conscience). Une personne qui aurait pris une surdose trop élevée peut cesser de respirer, avoir une crise cardiaque et mourir.

Si vous avez oublié de prendre Jurnista

Ne prenez pas de comprimé retard supplémentaire, ni le double de la dose, si vous avez oublié la prise précédente. Demandez à votre médecin ce que vous devez faire dans ce cas-là.

Si vous interrompez la prise de Jurnista

Quand il est temps de terminer votre traitement par Jurnista, votre médecin diminuera la posologie progressivement – habituellement en réduisant de moitié la dose tous les deux jours. Quand la dose la plus faible possible sera atteinte, votre médecin vous dira quand vous pouvez arrêter de prendre Jurnista.

Chez bien des gens, des symptômes de sevrage se manifestent quand la posologie de Jurnista est diminuée.

Veuillez informer votre médecin si vous remarquez l’un des symptômes suivants:

– états anxieux ou irritabilité;

– élargissement de vos pupilles;

– rougissement ou transpiration;

– pleurs sans raison;

– nausée ou vomissements;

– douleurs abdominales ou diarrhée;

– douleurs articulaires.

Ne changez pas de votre chef le dosage prescrit. Adressez-vous à votre médecin ou à votre pharmacien si vous estimez que l’efficacité du médicament est trop faible ou au contraire trop forte.

Quels effets secondaires Jurnista peut-il provoquer ?

Comme tous les médicaments, Jurnista peut avoir des effets secondaires qui ne se manifestent pas forcément chez tout le monde. Les effets secondaires suivants peuvent apparaître quand on prend Jurnista:

Très fréquent (concerne plus d’un utilisateur sur 10)

Somnolence, maux de tête, vertiges, constipation, nausée, vomissements et manque de force.

Fréquent (concerne 1 à 10 utilisateurs sur 100)

Inflammation de l’estomac, manque d’eau dans le corps (déshydratation), diminution de l’appétit, incapacité à dormir, anxiété, dépression, confusion, nervosité, cauchemars, agitation, hallucinations, sautes d’humeur, sédation, perception réduite (hypoesthésie), fourmis dans les membres, tremblements, trouble de la mémoire, vision trouble, vertiges, rougeur du visage, élévation de la tension artérielle, difficultés à respirer, diarrhée, douleurs abdominales, sécheresse de la bouche, troubles digestifs (dyspepsie), intensification d’un reflux œsophagien, démangeaisons, transpiration accrue, éruption cutanée, crampes musculaires, douleurs dorsales, douleurs articulaires, douleurs musculaires, douleurs dans les extrémités, troubles de la miction (dysurie), accumulation d’eau (œdème), fièvre, douleurs, douleurs dans la poitrine, frissons, syndrome de sevrage, perte de poids, chute, contusions.

Occasionnel (concerne 1 à 10 utilisateurs sur 1000)

Hypersensibilité, augmentation de l’appétit, rétention d’eau, diminution de la libido, crises de panique, euphorie, indifférence, paranoïa, pleurs, dysphorie, troubles du sommeil, évanouissement, trouble de l’équilibre, trouble de l’attention, trouble de la parole (dysarthrie), trouble de la coordination, diminution de la conscience, renforcement de la perception (hyperesthésie), trouble des mouvements (dyskinésie), secousse musculaire (myoclonie), trouble du goût, modification cérébrale pathologique (encéphalopathie) vision double, yeux secs, bourdonnements d’oreille (acouphènes), augmentation de la fréquence cardiaque, palpitations, battements de cœur supplémentaires (extrasystoles), diminution du tonus musculaire des vaisseaux, dépression respiratoire, nez qui coule, diminution du taux d’oxygène dans le sang artériel, détresse respiratoire, bronchospasme, crise d’éternuements, sang dans les selles, ventre ballonné, hémorroïdes, selles anormales, occlusion intestinale, diverticules, renvois, troubles gastro-intestinaux, troubles de la déglutition (dysphagie), flatulence, angio-œdème, urticaire, rougeur inflammatoire de la peau (érythème), rétention urinaire, élimination fréquente de petites quantités d’urine (pollakiurie), miction retardée, difficultés à uriner, troubles érectiles et sexuels (impuissance), malaise, inconfort, nervosité, troubles de la marche, sensation de grippe, sensation de fluctuation de la température corporelle, diminution du taux de potassium, élévations du taux des enzymes hépatiques.

Rare (concerne 1 à 10 utilisateurs sur 10 000)

Déficience hormonale des glandes génitales, agressivité, convulsions, hyperactivité, troubles de la conscience, réflexes renforcés, rétrécissement des pupilles ou pupilles extrêmement rétrécies et fixes (myosis), ralentissement du rythme cardiaque, respiration trop rapide (hyperventilation), perforation de l’intestin, fissures anales, bézoard, inflammation du duodénum, occlusion intestinale, sensation de brûlure de la peau, sensation d’être ivre, gueule de bois, augmentation du taux d’amylase dans le sang, diminution de la température corporelle, diminution du taux de testostérone dans le sang.

Très rare (concerne moins d’un utilisateur sur 10 000)

Interruptions épisodiques de la respiration durant le sommeil (apnées du sommeil).

Si vous remarquez des effets secondaires, veuillez en informer votre médecin ou votre pharmacien. Ceci vaut en particulier pour les effets secondaires non mentionnés dans cette notice d’emballage.

À quoi faut-il encore faire attention ?

Ce médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur le récipient.

Rapportez les comprimés retard que vous n’avez pas utilisés (dans leur emballage original) à l’endroit où vous vous les êtes procurés (médecin ou pharmacien).

Remarques concernant le stockage

Ne pas conserver au-dessus de 25°C.

Conserver hors de portée des enfants.

Veuillez conserver ce médicament dans un lieu sûr, situé hors de portée de tierces personnes. Une prise volontaire ou par inadvertance de ce médicament par des personnes à qui il n’a pas été expressément prescrit peut s’avérer nocive pour ces dernières.

Remarques complémentaires

Pour de plus amples renseignements, consultez votre médecin ou votre pharmacien, qui disposent d’une information détaillée destinée aux professionnels.

Que contient Jurnista ?

Principes actifs

1 comprimé retard de Jurnista 4 mg contient 4 mg de chlorhydrate d’hydromorphone (correspondant à 3,56 mg d’hydromorphone) comme principe actif.

1 comprimé retard de Jurnista 8 mg contient 8 mg de chlorhydrate d’hydromorphone (correspondant à 7,12 mg d’hydromorphone) comme principe actif.

1 comprimé retard de Jurnista 16 mg contient 16 mg de chlorhydrate d’hydromorphone (correspondant à 14,24 mg d’hydromorphone) comme principe actif.

1 comprimé retard de Jurnista 32 mg contient 32 mg de chlorhydrate d’hydromorphone (correspondant à 28,48 mg d’hydromorphone) comme principe actif.

Excipients

Jurnista 4 mg: macrogol 200’000, macrogol 2’000’000, macrogol 400, macrogol 3350, povidone K29-32, stéarate de magnésium, butylhydroxytoluol E321, chlorure de sodium (correspondant à 8,19 mg de sodium), hypromellose, oxyde de fer noir E172, lactose (correspondant à 0,014 mg de lactose anhydre), acétate de cellulose, propylène glycol, dioxyde de titane E171, oxyde de fer jaune E172, oxyde de fer rouge E172.

Jurnista 8 mg: macrogol 200’000, macrogol 2’000’000, macrogol 400, macrogol 3350, povidone K29-32, stéarate de magnésium, butylhydroxytoluol E321, chlorure de sodium (correspondant à 7,02 mg de sodium), hypromellose, oxyde de fer noir E172, lactose et lactose monohydraté (correspondant à 4,15 mg de lactose anhydre), acétate de cellulose, propylène glycol, dioxyde de titane E171, oxyde de fer rouge E172, triacétine.

Jurnista 16 mg: macrogol 200’000, macrogol 2’000’000, macrogol 400, macrogol 3350, povidone K29-32, stéarate de magnésium, butylhydroxytoluol E321, chlorure de sodium (correspondant à 15,21 mg de sodium), hypromellose, oxyde de fer noir E172, lactose et lactose monohydraté (correspondant à 6,47 mg de lactose anhydre), acétate de cellulose, propylène glycol, dioxyde de titane E171, oxyde de fer jaune E172, triacétine.

Jurnista 32 mg: macrogol 200’000, macrogol 2’000’000, macrogol 400, macrogol 3350, povidone K29-32, stéarate de magnésium, butylhydroxytoluol E321, chlorure de sodium (correspondant à 14,04 mg de sodium), hypromellose, oxyde de fer noir E172, lactose et lactose monohydraté (correspondant à 9,52 mg de lactose anhydre), acétate de cellulose, propylène glycol, oxyde de fer jaune E172, dioxyde de titane E171, triacétine.

Numéro d’autorisation

58351 (Swissmedic).

Où obtenez-vous Jurnista ? Quels sont les emballages à disposition sur le marché ?

En pharmacie sur ordonnance médicale non renouvelable.

Jurnista comprimés retard de 4 mg: 14.

Jurnista comprimés retard de 8 mg: 28.

Jurnista comprimés retard de 16 mg: 28.

Jurnista comprimés retard de 32 mg: 28.

Titulaire de l’autorisation

Janssen-Cilag AG, Zoug, ZG.

Cette notice d’emballage a été vérifiée pour la dernière fois en novembre 2020 par l’autorité de contrôle des médicaments (Swissmedic).

Source : Swissmedicinfo.ch
Remarques :
– L’équipe de Creapharma.ch a copié à la main le contenu de Swissmedicinfo le 31.05.2021, attention il ne s’agit pas de la date de mise à jour de la notice du médicament, la date de dernière mise à jour de la notice du médicament est mentionnée dans le paragraphe en gras juste ci-dessus.
– Comme information interne à Creapharma.ch, il s’agit de la 1ère mise à jour de cette page depuis le lancement début 2021 de cette rubrique.
– Swissmedicinfo informe via son site Internet les médicaments mis à jour (via rubrique “Textes modifiés”). Creapharma.ch s’engage dans un délai maximum de 30 jours à mettre à jour chaque page médicament provenant de Swissmedicinfo (rubrique Informations destinées aux patients). Cela signifie que pendant quelques jours cette page ne puisse pas être 100% mise à jour. Pour une information toujours mise à jour (actuelle), consultez directement le site Swissmedicinfo.

Avez-vous trouvé cet article utile ou avez-vous noté une faute ?

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 31.05.2021
Publicité