Publicité

Mycostatine® Suspension

Information destinée aux patients en Suisse

Qu’est-ce que Mycostatine et quand est-il utilisé ?

Mycostatine contient de la nystatine, un antimycosique actif contre des infections dues à des champignons (candidoses). Celles-ci peuvent affecter la peau et les muqueuses humaines (bouche, organes génitaux, appareil digestif).

Le médecin vous prescrit Mycostatine suspension pour la prévention et le traitement des maladies fongiques (mycoses) du tractus gastro-intestinal (p.ex. de la bouche, du pharynx, du tube digestif ou de la région anale).

De quoi faut-il tenir compte en dehors du traitement ?

Ce médicament vous a été prescrit par votre médecin, afin de traiter la maladie dont vous souffrez actuellement.

L’antimycosique contenu dans Mycostatine n’est pas actif contre tous les microorganismes responsables de maladies infectieuses. L’administration d’un antimycosique mal choisi ou mal dosé peut entraîner des complications. N’utilisez donc pas Mycostatine de votre propre initiative pour traiter d’autres maladies ou d’autres personnes.

Lors de nouvelles infections, vous ne devez pas employer Mycostatine sans avoir préalablement consulté votre médecin.

Ce médicament contient 0.5 g d’hydrates de carbone digestibles par ml.

Quand Mycostatine ne doit-il pas être utilisé ?

Vous ne devez pas utiliser Mycostatine en cas d’hypersensibilité connue à l’un de ses composants.

Quelles sont les précautions à observer lors de la prise de Mycostatine ?

Lors de l’apparition d’une hypersensibilité (par ex.: réactions cutanées allergiques telles que rougeurs ou démangeaisons), vous devez interrompre la prise du médicament et en informer immédiatement votre médecin ou pharmacien.

Des problèmes cutanés graves tels que le syndrome de Stevens-Johnson (SSJ) et la pustulose exanthématique aiguë généralisée (PEAG) ont été signalés avec Mycostatine:

– Les symptômes du syndrome de Stevens-Johnson peuvent inclure des cloques, une desquamation ou des saignements sur n’importe quelle partie de votre peau (y compris vos lèvres, vos yeux, votre bouche, votre nez, vos organes génitaux, vos mains ou vos pieds) avec ou sans éruption cutanée. Vous pouvez également présenter des symptômes pseudo-grippaux tels que fièvre, frissons ou douleurs musculaires.

– Les symptômes de la pustulose exanthématique aiguë généralisée peuvent inclure une éruption cutanée répandue rouge et squameuse avec des bosses sous la peau (y compris les plis cutanés, la poitrine, l’abdomen [y compris l’estomac], le dos et les bras) et des cloques accompagnées de fièvre.

Si vous développez des réactions cutanées sévères ou l’une des réactions énumérées ci-dessus, arrêtez immédiatement le traitement et contactez votre médecin ou professionnel de la santé.

Si votre médecin vous a informé(e) que vous avez une intolérance à certains sucres, contactez votre médecin avant de prendre ce médicament.

Veuillez informer votre médecin ou pharmacien, si

– vous souffrez d’une autre maladie,

– vous êtes allergique,

– vous prenez déjà d’autres médicaments (même en automédication!).

Mycostatine peut-il être pris pendant la grossesse ou l’allaitement ?

Mycostatine ne peut être utilisée pendant la grossesse et l’allaitement que sur le conseil de votre médecin si le médicament est absolument nécessaire.

Comment utiliser Mycostatine ?

Sauf prescription autre de votre médecin, la prise s’effectue selon le schéma suivant:

Agiter vigoureusement le flacon avant l’utilisation!

Prélever la suspension à l’aide de la pipette jointe.

– Lors de mycoses de la bouche et du pharynx, prendre 4 fois par jour 1 ml de suspension et la garder en bouche aussi longtemps que possible, en la répartissant bien avec la langue, avant de l’avaler.

– Prévention d’une contamination de la bouche chez le nouveau-né: administrer 1 fois par jour 1 ml de suspension.

– Lors de mycoses du tube digestif et de la région anale, les adultes prennent 3 fois par jour 5 à 10 ml de suspension. En pédiatrie, on administre 4 fois par jour 1 ml.

L’administration se fait à distance des repas.

Si vous devez prendre un autre antibiotique en même temps que Mycostatine, cette dernière doit être administrée aussi longtemps que l’autre antibiotique.

Une thérapie antimycosique entamée doit être poursuivie aussi longtemps que vous l’a ordonné le médecin. Vous ne devez pas modifier la dose journalière ni la durée du traitement sans en parler à votre médecin ou pharmacien.

Les symptômes de la maladie disparaissent souvent avant que l’infection ne soit totalement guérie. Une durée d’utilisation insuffisante ou l’arrêt prématuré du traitement peut conduire à une récidive de la maladie.

Ne changez pas le dosage prescrit de votre propre initiative. Adressez-vous à votre médecin ou pharmacien, lorsque vous pensez que l’efficacité de votre médicament est trop faible ou au contraire trop forte.

Quels effets secondaires Mycostatine peut-il provoquer ?

Des réactions allergiques (démangeaisons, rougeurs) sont rares; si toutefois de telles réactions devaient se manifester, arrêtez le traitement et consultez votre médecin. Des réactions cutanées plus sévères (comme le syndrome de Stevens Johnson) ont été très rarement rapportées.

Les symptômes du syndrome de Stevens-Johnson peuvent inclure des cloques, une desquamation ou des saignements sur n’importe quelle partie de votre peau (y compris vos lèvres, vos yeux, votre bouche, votre nez, vos organes génitaux, vos mains ou vos pieds) avec ou sans éruption cutanée (fréquence inconnue). Vous pouvez également présenter des symptômes pseudo-grippaux (fréquence inconnue) tels que fièvre, frissons ou douleurs musculaires.

Les symptômes de la pustulose exanthématique aiguë généralisée peuvent inclure une éruption cutanée rouge et squameuse généralisée avec des bosses sous la peau (y compris les plis cutanés, la poitrine, l’abdomen [y compris l’estomac], le dos et les bras) et des cloques accompagnées de fièvre (fréquence inconnue).

Des nausées, des malaises et des diarrhées sont possibles dans de rares cas, spécialement lors de dosages élevés.

Si d’autres effets indésirables surviennent et que vous pensez qu’ils sont en relation avec la prise de Mycostatine, consultez immédiatement votre médecin ou pharmacien.

A quoi faut-il encore faire attention ?

L’administration de Mycostatine est sans effet sur la capacité à conduire un véhicule ou utiliser des machines.

Comme pour tous les médicaments, Mycostatine doit être tenu hors de la portée des enfants.

Mycostatine est à conserver à température ambiante (15-25 °C). Eviter le gel.

Le médicament ne peut être utilisé au-delà de la date imprimée sur l’emballage avec la mention «EXP». A la fin du traitement, ramenez le médicament avec le reste de son contenu à votre médecin ou pharmacien qui se chargera de le détruire selon les règles.

Pour de plus amples renseignements, consultez votre médecin ou pharmacien, qui disposent d’une information détaillée destinée aux professionnels.

Que contient Mycostatine ?

Le principe actif de Mycostatine est la nystatine.

1 ml de suspension contient: nystatine 100’000 U.I., du saccharose, de la saccharine, des aromatisants, les conservateurs parahydroxybenzoates de propyle (E 216) et de méthyle (E 218), et d’autres excipients.

Numéro d’autorisation

33043 (Swissmedic).

Où obtenez-vous Mycostatine ? Quels sont les emballages à disposition sur le marché ?

En pharmacie sur ordonnance médicale.

Flacon de 24 ml avec pipette graduée de 1 ml

Titulaire de l’autorisation

sanofi-aventis (suisse) sa, 1214 Vernier/GE

Cette notice d’emballage a été vérifiée pour la dernière fois en mars 2020 par l’autorité de contrôle des médicaments (Swissmedic).

Source : Swissmedicinfo.ch (site accédé par Creapharma.ch le 23.03.2021, attention il ne s’agit pas de la date de mise à jour de la notice du médicament. La date de dernière mise à jour de la notice du médicament est mentionnée dans le paragraphe ci-dessus).

Avez-vous trouvé cet article utile ou avez-vous noté une faute ?

Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 24.03.2021

Publicité