Publicité

Surpoids & Obésité

Résumé sur le surpoids et l’obésité

Le surpoids et surtout l’obésité sont des maladies particulièrement problématiques. L’obésité est le principal facteur de risque d’au moins 25 maladies comme certains cancers comme le cancer du sein ou le diabète.

Résumé sur le surpoids et l'obésitéIMC
On parle de surpoids lorsqu’une personne a un IMC compris entre 25 et 30 et d’obésité lors d’un IMC supérieur à 30. Cliquez ici pour mesurer votre IMC
Certains scientifiques et médecins critiquent l’IMC, car cet indice ne prendrait pas en compte des différences entre les sexes et l’âge. Les femmes ayant la plupart du temps une masse graisseuse supérieure aux hommes. C’est pourquoi d’autres formules ou indices que l’IMC sont nées comme la mesure de l’IAC (indice d’adiposité corporel).

Régions du monde
Dans certaines régions comme l’Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada et Mexique) l’obésité est une véritable épidémie, engendrant d’immenses coûts pour la société et une forte mortalité. D’autres régions du monde comme le Royaume-Uni, la Turquie et certains pays d’Amérique du Sud sont aussi très touchés par des problèmes d’obésité.

Résumé Surpoids & Obésité diabèteOrigine excès de poids
Le surpoids et l’obésité résultent de l’accumulation de lipides dans les cellules graisseuses (adipocytes) dans certaines régions du corps, comme les cuisses chez la femme ou le ventre chez l’homme, ou dans plusieurs régions du corps. Les adipocytes peuvent devenir plus gros ou plus nombreux. Cette situation est plus problématique lorsqu’il s’agit de perdre du poids, il est en effet difficile de perdre des adipocytes.
Les causes du surpoids et de l’obésité sont principalement liées à une mauvaise alimentation (en excès ou peu équilibrée) et à un manque d’exercice, dans ce cas on parle aussi de sédentarité. Il faut savoir que la trop grande consommation de certains nutriments riches en graisse (trans et saturées surtout), en cholestérol, en sucre ou en sel contribue à l’épidémie d’obésité comme c’est le cas aux Etats-Unis. Au contraire une alimentation riche en fibres alimentaires, vitamines et minéraux permet de garantir un poids normal.
Le surpoids et l’obésité peuvent être influencés par l’hérédité (gènes) et la présence de certaines bactéries comme l’Enterobacter cloacae dans la flore gastro-intestinale.

Traitements
Les deux moyens les plus efficaces pour maigrir ou maintenir un poids adapté consistent à manger moins ou de façon plus équilibrée ainsi que de pratiquer régulièrement de l’exercice, marcher 30 minutes par jour est déjà un excellent conseil.
Surpoids & Obésité RésuméDans certains cas la prise de médicaments pour perdre du poids (lire davantage ci-dessous) ou effectuer une opération chirurgicale dans des cas plus avancés (obésité) peut être un bon moyen de maigrir de façon durable.
Les régimes, qui ont l’objectif de modifier les habitudes alimentaires, sont souvent vendus et présentés comme une recette miracle. Malheureusement dans les faits, beaucoup de régimes s’avèrent d’un point de vue scientifique tout simplement inefficaces, surtout à long terme, et parfois même dangereux pour la santé comme c’est le cas avec certains régimes privilégiant une haute teneur en protéines.
Beaucoup de régimes ne fonctionnent pas sur le long terme (6 mois ou plus), car ils sont trop contraignants pour le patient et les personnes ont tendance à reprendre le poids perdu (on parle aussi de concept de régime « yoyo »).
Selon la littérature scientifique, les régimes ayant le plus de succès sont ceux qui laissent une certaine liberté aux patients, bien entendu en fixant certaines règles comme limiter certains aliments trop gras ou trop sucrés et privilégier des fruits et légumes, riches en fibres alimentaires et vitamines. La consommation d’aliments complets est aussi très conseillée. Selon une étude parue en 2010, un régime riche en protéines et faible en glucides serait très efficace pour perdre du poids.

Obésité chez les enfants

Selon une étude parue en février 2014 dans la revue New England Journal of Medicine, l’obésité chez les enfants aux Etats-Unis commence dès la maternelle. A l’âge de 14 ans, près de la moitié de ceux qui sont devenus obèses l’étaient déjà à cinq ans. Cette étude révèle que plus de 12,4% des enfants américains entrant à l’école maternelle étaient obèses et 14,9% en surpoids. Les enfants issus de 20% des familles les plus riches avaient la plus faible incidence d’obésité à l’école maternelle comparativement à ceux de tous les autres groupes socio-économiques, indique l’étude.

A lire aussi : cellulitemédicaments qui font grossir

Définitions

Le surpoids et l’obésité sont en général la conséquence d’un apport trop important de calories dont le corps ne peut pas brûler. Il s’agit d’un problème de plus en plus fréquent à travers le monde entier, car les gens sont de plus en plus sédentaires (font trop peu d’exercice) et s’alimentent de moins en moins sainement avec trop de sucres et graisses.

On distingue dans un premier stade le surpoids puis lors d’une prise de poids plus importante on parle d’obésité.

Quand parle-t-on de surpoids ou d’obésité

3 méthodes pour mesurer l’obésité

A. IMC (BMI) Les médecins utilisent en général l’Indice de Masse Corporelle (IMC), en anglais appelé Body Mass Index (BMI) pour mesurer l’excès de poids chez une personne, il s’agit d’une mesure indiquant le rapport entre le poids en kilo et la taille en mètre au carré (BMI=poids[kg] / taille2[m2]) d’individu permettant ainsi de pondérer le poids par rapport à la taille.
Cette formule permet au médecin de diagnostiquer si un individu a un poids normal (BMI de 20 à 25), s’il est en surpoids ou excès de poids (BMI de 25 à 30) ou s’il est à considérer comme étant obèse (BMI supérieur à 30).

B. Il peut également être intéressant pour le médecin de mesurer le tour de taille.
Quand parle-t-on de surpoids ou d'obésitéPour mesurer votre tour de taille : mesurez la longueur de votre tour de taille avec un ruban au niveau le plus proéminent du ventre (souvent au niveau du nombril) et cela sans rentrer le ventre (être naturel en respirant normalement).
Voici les résultats de cette mesure :

Tour de taille
Femmes
Hommes
idéal
jusqu’à 80 cm
jusqu’à 95 cm
élevé
de 80 à 88 cm
de 95 à 103 cm
trop élevé
plus de 88 cm
plus de 103 cm

C. Un indice ou index appelé IAC (indice d’adiposité corporel) qui mesure le tour de hanche a fait son apparition début 2011. L’IAC vient compléter le célèbre IMC.
La formule de l’IAC est : pourcentage de graisses corporelle = (tour de hanches / taille x √taille) – 18
Remarques : la taille est en mètre et le tour de hanches en cm. Par exemple on aurait : (95 / 1,80 x √1,80) – 18.
Analyse du résultat de l’IAC :
En général, les femmes qui ont environ 21 à 32% de graisse corporelle sont en bonne santé, celles qui en ont 32 à 38% sont en surpoids et celles qui ont plus de 38% de graisse corporelle sont obèses.
La plupart des recommandations indiquent que les hommes ayant 8 à 20% de graisse corporelle sont en bonne santé, ceux ayant 20 à 25% de graisse corporelle sont en surpoids et ceux qui ont plus de 25% de graisse corporelle sont obèses.

Remarques : 
La mesure du tour de hanches (y compris à travers l’IAC) permet au médecin, en cas de valeur élevée ou surtout trop élevée, de diagnostiquer éventuellement une maladie de plus en plus fréquente appelée : le syndrome métabolique (mélange de maladies comme le diabète, l’hypertension, le cholestérol, l’obésité). Cette mesure peut donner de précieuses informations sur la santé d’un patient, car on sait qu’un excès de graisse au niveau du ventre (région abdominale) peut s’avérer dangereux pour le coeur.

Epidémiologie de l’obésité

Découvrez notre article complet sur l’épidémiologie d’obésité et de surpoids dans le monde et plusieurs pays (ex. France, Etats-Unis).

Causes du surpoids et de l’obésité

 causes du surpoids et de l’obésitéLes causes du surpoids ou de l’obésité peuvent être multiples (au vu du nombre de régimes qu’il existe sur le marché, on se rend compte également qu’il existe des controverses sur l’origine du surpoids ou de l’obésité) :
– Une mauvaise alimentation : trop riche en graisse, en sucre comme par exemple une alimentation riche en boissons sucrées (sodas), aliments de fast-food (hamburger), en pâtisseries ou encore en alcool. Certains médecins estiment que l’obésité serait liée surtout à une consommation excessive de sucres, y compris le sucre des pâtes.

goutte-no-viande– Une consommation excessive de viande. Une étude de l’Université d’Adélaïde, publiée en 2016 notamment dans les revues scientifiques BMC Nutrition et Journal of Nutrition & Food Sciences, a montré un lien entre l’épidémie d’obésité dans le monde et la consommation de viande. Plus un pays consommait de viande comme les Etats-Unis et plus le taux d’obésité était élevé. Cette étude, et d’autres études publiées dans le passé, ont montré que les protéines de la viande peuvent se transformer en graisse dans l’organisme, notamment si une personne consomme en même temps du sucre et des graisses. Les protéines de la viande, digérées plus tard, agissent alors comme un surplus pour l’organisme et peuvent s’accumuler sous forme de graisse. Lire davantage à propos de cette étude

– Trop de grignotage (sans respecter l’heure des repas habituels).

– Une origine génétique, aussi appelée héréditaire (suite à un mauvais métabolisme des graisses ou des sucres).

– Un manque d’activité physique, sédentarité (en anglais on nomme avec humour couch potato).

– Le stress : en effet cet état peut favoriser la prise de poids, ce processus est lié aux hormones libérées par le stress (cortisol, adrénaline) qui peuvent influencer sur divers processus de la prise de poids comme l’envie de manger.

– L’endettement, selon une étude parue en août 2009, cela serait lié à un mécanisme de “compensation”, suite à des soucis. Mais aussi au coût élevé d’aliments sains.

– Des nuits trop courtes (manque de sommeil), c’est-à-dire des nuits de moins de quatre heures de sommeil. En effet, peu dormir pourrait favoriser certains agents actifs dans le cerveau qui stimulerait l’appétit ou du moins n’empêcherait pas la satiété (sentiment d’avoir plus faim), d’où une prise de poids plus marquée chez ces petits dormeurs. De plus moins dormir réduit les bienfaits d’un régime alimentaire, surtout la perte de masse graisseuse (selon une étude américaine d’octobre 2010).

– Des problèmes avec la glande thyroïde, comme par exemple une hypothyroïdie

– La prise de certains médicaments sur le long terme (plusieurs mois) comme des antidépresseurs, des antihistaminiques exercant également un effet somnifère (par ex. à base de diphénidramine), des corticoïdes (par ex. la prédnisone), des progestatifs, la piluleNotre article complet sur les médicaments qui font grossir

– Les micro-organismes (bactéries en particulier) qui permettent de digérer les aliments peuvent aussi pousser le corps à accumuler les kilos en cas de mauvaise régulation, affirme une étude américaine parue en mars 2010.
Un être humain abrite en moyenne 100 billions de bactéries (100 mille milliards ou 10 puissance 14), soit 10 fois plus que le nombre de cellules humaines (10 puissance 13). Ces bactéries qui se trouvent surtout dans le système gastro-intestinal pourraient jouer un rôle clé pour traiter et prévenir l’obésité selon une étude chinoise réalisée par l’Université de Jiao Tong à Shangai (Chine) et parue fin 2012 dans le journal The ISME Journal.
Selon ce chercheur la bactérie intestinale Enterobacter cloacae pourrait être responsable de l’obésité chez l’homme. Réguler ou éliminer cette bactérie grâce à certains aliments ou des prébiotiques a permis à un patient de ce chercheur chinois de perdre 51.4 kg (au début de l’expérience il pesait 174.8 kg).

– Problèmes dans la perception du goût, notamment avec le sucré. Des études ont montré que les personnes en surpoids ou obèses pourraient avoir une réduction de leur perception de l’intensité du goût. Une étude publiée en 2017 dans le journal scientifique Appetite a montré que si les récepteurs au goût étaient bloqués par une plante médicinale Gymnema sylvestre (Gymnema sylvestre), les participants avaient tendance à préférer des aliments et boissons plus sucrés donc plus caloriques. Cette étude a été réalisée par des chercheurs de l’Université de Cornell à Ithaca dans l’état de New York. Lire davantage concernant cette étude

– Un ensemble des causes mentionnées ci-dessus, par exemple une mauvaise alimentation couplée à un manque d’exercice, ce qui signifie qu’on absorbe plus d’énergie qu’on en dépense, ce qui aboutit logiquement à une prise de poids.

Symptômes

– Un poids élevé (utilisez un pèse-personne pour déterminer votre poids, utilisez ensuite notre convertisseur pour calculer votre IMC, calculez votre IMC)

– On peut observer des dépôts de graisse dans les cuisses (ex. cellulite), le ventre, etc.

– On se sent mal dans sa peau

– On est rapidement essouflé lors d’exercice physique

– On peut avoir des problèmes d’apnée du sommeil pendant la nuit ou d’insuffisance respiratoire.

– On peut avoir des problèmes psychologiques suite à ce problème (dépression).

Le surpoids et l’obésité résultent de l’accumulation de cellules graisseuses (adipocytes) dans certaines régions du corps, comme les cuisses chez la femme ou le ventre chez l’homme, ou dans plusieurs régions du corps, c’est notamment le cas de l’obésité dans des cas plus avancés. Les adipocytes peuvent devenir plus gros ou plus nombreux, ce dernier cas est plus problématique lorsqu’il s’agit de perdre du poids.

Complications

Le surpoids et surtout l’obésité peuvent mener aux risques ou complications suivantes :

– divers problèmes concernant l’appareil locomoteur (rhumatisme) en particulier de l’arthrose, de l’ostéoporose, de la polyarthrite rhumatoïde (PR) et des maux de dos.

– des maladies psychiques dues aux conséquences psychologiques, esthétiques et mentales de l’excès de poids, comme la dépression.

– diverses maladies cardio-vasculaires comme de l’hypertension, des troubles veineux ou du cholestérol (athérosclérose) ainsi que l’insuffisance cardiaque.

– des maladies métaboliques tels que le diabète ou la goutte.

– l’apnée du sommeil.

– diminution de l’espérance de vie de plusieurs mois en moyenne (c’est le cas de la population américaine, l’espérance aurait diminué de quelques mois à l’épidémie d’obésité dans la première puissance mondiale).

cancer, aux Etats-Unis l’obésité est associée à 40% de tous les cancers diagnostiqués, selon un communiqué de presse de l’Université de Cincinnati publié en octobre 2017. L’obésité augmente notamment particulièrement le risque de souffrir de cancer colorectal, du sein (après la ménopause) et du pancréas.

– le psoriasis.

Quand consulter un médecin ?

Nous vous conseillons de consulter un médecin lors d’obésité (IMC supérieur à 30), car lors d’obésité des complications importantes peuvent survenir (notamment cardiovasculaire ou psychiques). Un check-up complet du médecin permettra premièrement de les limiter ou des les soigner et d’envisager ensemble un traitement adapté pour perdre du poids.

Traitements

Pour soigner le surpoids et l’obésité il existe plusieurs méthodes, nous estimons que la plus efficace pour la majeure partie de la société reste le régime. Les médicaments (voir ci-dessous) et surtout la chirurgie peuvent être utiles seulement chez certaines personnes (à en discuter avec votre médecin):

1. Régimes pour soigner le surpoids et l’obésité
2. Médicaments pour soigner l’obésité
3. Chirurgie de l’obésité
4. Traitements alternatifs

1. Régimes pour soigner le surpoids et l’obésité

Une étude danoise intéressante parue fin 2010 portant sur 772 familles a montré que le régime qui est le plus riche en protéines et le plus faible en glucides a été le plus efficace pour perdre du poids.

Surpoids & Obésité Regime

Pour résumer, ce régime comprend de la viande blanche, des produits laitiers dont la teneur en gras est réduite, des haricots pour les fibres alimentaires (très important de manger beaucoup de fibres) et moins de pain blanc ou de riz blanc riche en glucides.
Aliments riches en fibres: soja, haricots, maïs, riz complet, pruneaux, abricots, artichaut, framboise, graines de lin, etc.
Pour plus de détails sur ce régime voici des conseils pour le quotidien: favoriser les viandes maigres, le poisson, les œufs (à raison d’un par repas), le lait et les laitages allégés (2 à 3 fois par jour). Pas plus d’une part de fromage par jour, et ne pas oublier les céréales, les légumes secs (2 à 3 fois par semaine) et les féculents (une part quotidienne).

Il faut savoir qu’avec un tel régime, il n’est pas nécessaire de compter les calories et on peut manger jusqu’à satiété sans prendre de poids, selon les auteurs de l’étude.

Pour résumer, le meilleur régime selon nous est de limiter un peu les graisses (mais pas trop) mais surtout manger beaucoup moins de sucres (sodas, riz blanc, pâtes blanches, etc). De plus, manger beaucoup de fibres (fruits, etc) et de protéines est très positif.

Remarques sur les régimes en général
Relevons aussi qu’un régime qui vous promet une perte de poids rapide est souvent inefficace, car par la suite vous allez reprendre ce poids et parfois même davantage. Visez donc un régime efficace sur le long terme.

Découvrez notre page sur les régimes

2. Médicaments pour soigner l’obésité

Orlistat
Une molécule l’orlistat, en vente sur ordonnance (Xenical® et génériques), est parfois prescrite par les médecins. Le médicament Calobalin Sandoz est aussi en vente sans ordonnance dans les pharmacies suisses. Depuis début 2014 on peut trouver en Suisse des génériques.
L’orlistat (nom du principe actif) est un médicament qui agit sur l’absorption des graisses. En effet, grâce à ce médicament, les graisses « passent tout droit », c’est-à-dire qu’elles traversent le tractus gastro-intestinal sans être absorbées. Ce médicament fonctionne bien chez des personnes ayant une consommation élevée de graisses et non de sucres.
calculez votre IMCL’orlistat provoque toutefois des effets secondaires, comme par exemple des selles liquides et graisseuses avec une fréquence accrue et de temps en temps un urgent besoin d’aller à selle, situation parfois gênante pour le patient.
A cause de la diminution de l’absorption des graisses, il faudra veiller à un apport externe de vitamines liposolubles (vitamines A, D, E et K) et de béta-carotène sous forme de complément.

Nouveaux médicaments (agonistes des récepteurs du GLP-1)
Grâce aux nouveaux médicaments apparus à la fin des années 2010 et début des années 2020 comme le liraglutide ou le sémaglutide, certains patients peuvent perdre jusqu’à 20% du poids1.

Lire aussi : Le point sur les médicaments pour maigrir (2022)

3. Chirurgie de l’obésité

Selon la célèbre Mayo Clinic les traitements chirurgicaux pour soigner l’obésité donnent de bons résultats. Pendant la première et la deuxième année après l’opération les personnes peuvent perdre jusqu’à 50% de leur poids et en général ceux qui suivent les conseils diététiques et de style de vie (exercice, bon sommeil, etc) ne reprennent que peu de poids sur le long terme. Bien entendu il faudra être suivi par un professionnel.

En général lors d’opérations contre l’obésité le chirurgien va réduire la taille de l’estomac. La personne devra donc absolument diminuer le volume des portions, sinon il aura des nausées et autres problèmes digestifs. C’est une méthode radicale mais très intéressante pour les personnes avec un IMC élevé (très obèse).

Découvrez notre dossier complet sur la chirurgie de l’obésité

Lire aussi : liposuccion

4. Traitements alternatifs

Nous avons listé dans la partie Phytothérapie surpoids et Bons conseils surpoids des méthodes complémentaires pour perdre du poids, à base de thé vert, d’oméga-3, etc.

Dans tous les cas lors d’obésité, parlez-en à votre médecin et lui seul pourra choisir la meilleure méthode (médicament, régime, exercices).

En cas d’obésité, parlez-en à votre médecin et lui seul pourra choisir la meilleure méthode (médicament, régime, exercices).

Plantes médicinales pour maigrir

Découvrez notre dossier complet avec toutes les plantes médicinales qui font maigrir

Bons conseils pour maigrir

Bons conseils pour maigrir– La première mesure (prouvée scientifiquement) pour lutter contre l’obésité ou l’excès de poids est d’avoir une alimentation saine, c’est-à-dire adopter un régime adapté avec peu de calories.
Limiter la nourriture grasse et riche en sucre rapide (fast-food) ainsi que les boissons sucrées également riches en sucre rapide comme les sodas (boire de l’eau de préférence).

– La prise de certains compléments alimentaires ou nutriments pourraient aider, comme:
– les acides gras oméga-3: une étude aurait démontré un effet intéressant;
– la vitamine D: qu’on synthétise au soleil ou à prendre sous forme de gouttes. Dans ce cas aussi il y aurait des indices que la vitamine D puisse aider à maigrir.
– Le calcium (il doit provenir des produits laitiers comme le yahourt): idem, effet positif.
– Les acides linoléniques conjugués (ALC): il y aurait aussi un effet positif sur la perte de poids.
– Acide pyruvique: idem

– Pratiquer du sport (rapport d’une étude scientifique) ou du moins de l’exercice permet de brûler les aliments caloriques et donc de perdre un peu de poids, la première mesure reste véritablement l’alimentation mais l’exercice ou le sport peut aider à perdre du poids.

Bons conseils pour maigrir– Rappelons que le sucre se transforme en graisse et qu’il faut alors essayer de limiter le plus possible la prise d’aliments sucrés ou de boissons sucrées. Ce n’est pas seulement la graisse qui fait grossir ! Pour information dans une canette (3dl) de boissons sucrées (sodas) on compte en moyenne dix cuillères à sucre.
Remarque intéressante : Selon une étude de 2006 réalisée par la prestigieuse université américaine d’Harvard à Boston, la prise quotidienne par les Américains d’une canette de boisson sucrée (cola, limonade,…) d’environ 3 dl serait responsable d’une prise de poids annuelle (engraissement) d’en moyenne 6,5 kg (il s’agit d’une moyenne, on peut imaginer que pour les sportifs c’est moins et inversement pour les sédentaires).
Attention donc à ne pas boire trop régulièrement ce type de boisson, même si on est obligé de reconnaître que leur goût est souvent très agréable.

– L’alcool est aussi très calorique ! Faites donc attention à ne pas en boire trop régulièrement, en particulier les alcools forts et la bière (relativement calorique avec le malt).

– Bien connaître la teneur en calorie de chaque aliment.

– Manger en famille, ce serait en fait l’un des meilleurs moyens de favoriser une alimentation équilibrée, qui a comme chacun sait pour conséquence de limiter le surpoids et l’obésité. En particulier pour les enfants. En avril 2012 une équipe américaine de Rutgers, l’Université du New Jersey, a montré en analysant plusieurs études sur ce sujet l’importance des repas pris en famille. Selon ces chercheurs, cette pratique induit « une augmentation de la consommation de fruits, de légumes, de fibres, de calcium et de vitamines ». En outre, « le fait de manger en famille limite chez les plus jeunes la consommation d’aliments nuisibles à la santé ».

– Mangez plutôt du pain complet que du pain blanc, car le pain complet contient jusqu’à 4 fois plus de fibres alimentaires. Très bénéfique pour la santé et également pour perdre du poids.

Influence des bactéries intestinales
Une étude danoise réalisée en 2017 a montré qu’un régime riche en fibres, comme le régime nordique (« New Nordic Diet »), n’était pas toujours efficace pour perdre du poids. Son succès dépend d’une combinaison particulière de bactéries intestinales de la personne effectuant le régime. Autrement dit, certaines personnes ont une combinaison de bactéries au niveau intestinal qui empêchent les fibres d’agir efficacement pour perdre du poids. Mieux identifier certaines bactéries intestinales (entérotype), grâce à notamment à des tests réalisés sur des extraits de selles, devrait permettre de prédire si un régime riche en fibres s’avère efficace ou non pour perdre du poids. Cette étude réalisée par l’Université de Copenhague sous la direction de Mads Hjorth et Arne Astrup a été publiée dans le journal scientifique International Journal of Obesity le 8 septembre 2017.

– Manger des pommes, notamment de la variété Granny Smith, aiderait à lutter contre l’obésité et ses maladies associées (ex. diabète), selon une étude américaine publiée en 2014. Selon les chercheurs de l’Université de l’État de Washington (Washington State University), la consommation de pommes Granny Smith favorise la croissance de bonnes bactéries au niveau du côlon grâce à la concentration particulièrement élevée en substances non digestibles qu’on retrouve dans cette variété de pomme comme des fibres alimentaires et des composés phénoliques comme les flavonoïdes.

– Réduire sa consommation de viande. Comme on l’a vu sous cause, une étude australienne publiée en 2016 a notamment montré que les protéines de la viande pouvaient se transformer en graisse dans l’organisme.

Dernières actualités sur le surpoids et l’obésité

Le point sur les médicaments pour maigrir (2022)
Le jeûne intermittent ou jeûne alterné
Un nouveau régime à la mode compte les heures et plus les calories
Quel est le poids idéal ?
Régime nordique : pourquoi manger beaucoup de fibres ne mène pas toujours à une perte de poids ?

Références (sources) :
Mayo Clinic, Pharma-Info (journal suisse en allemand spécialisé dans les médicaments en vente en Suisse), International Journal of Obesity

Rédaction :
Xavier Gruffat (pharmacien)

Dernière mise à jour :
26.11.2022

Comment traduit-on le surpoids dans d’autres langues ?
  • Anglais : Overweight, Obesity
  • Allemand : Übergewicht
  • Italien : sovrappeso

Notes de bas de page et références :

  1. Journal suisse NZZ.ch, journal zurichois en allemand, éditions papier du samedi 25 juin 2022 et du dimanche 7 août 2022

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 26.11.2022
Publicité