Page d'accueil de creapharma.ch Sommaire des maladies et maux Plantes médicinales - Phytothérapie Médicaments sommaire Remèdes de grand-mère Alimentation - Nutrition News de Creapharma.ch

 

> cannabis    

le Cannabis - le Chanvre indien   


Sommaire
Photo
 En deux mots, l'essentiel !
> Noms français
> Informations pour spécialistes
> Effets, indications
> Eff.sec./C.I./interactions
> Noms de médicaments
> Préparations
> Dernières actualités
> Remarques / Avis spécialiste
Plante de cannabis
Photo de l'herbe de cannabis

Cannabis :


"*Plante Médicinale" à l'effet psychotrope et antiémétique, se présente sous forme de joint de cannabis (stupéfiant) ou de médicaments prêts à l'emploi (THC synthétique) dans certains pays (Canada ou USA).

Pour plus de détails voir ci-dessous ou sur le sommaire.
*Remarque : selon la législation suisse, le cannabis est considéré comme un produit stupéfiant, le cannabis est évidemment une plante mais dont l'effet médicinal est contesté, les risques liés à ce produit pouvant être supérieurs aux bénéfices, tout dépend également du mode de consommation du cannabis et de ses composants (THC), de plus chaque personne semble réagir différemment aux effets du cannabis.
Nous nous efforçons ainsi sur cette page de décrire au mieux la plante de cannabis en gardant notre esprit critique, sans entrer dans une considération sociale ou politique.

Cannabis - chanvre

NOMS FRANCAIS
Cannabis, chanvre indien, chanvre, marihuana, marijuana, kif

INFOS POUR SPECIALISTE

Nom binomial Cannabis sativa
Famille Cannabaceae
Constituants > cannabinoïdes (delta-9 tétrahydrocannabinol [THC])
Parties utilisées feuilles de cannabis, fleurs de cannabis, tiges séchées de cannabis
Nom allemand Cannabis, Hanf
Nom anglais cannabis
Nom espagnol marihuana
Nom portugais maconha
Nom italien cannabis

EFFETS / INDICATIONS
Effets
Les effets du cannabis varient en fonction de la forme de consommation du produit ainsi que de la concentration en THC:
> Sous forme de joint de cannabis :
- psychotrope, psychoactif, antidouleur
>> voir aussi les effets secondaires

> Sous forme de médicament (avec du THC synthétique):
- antiémétique (soigne les nausées et vomissements),

Indications du cannabis
> En Suisse (et en France) aucun médicament à base de cannabis n'est enregistré par les autorités sanitaires. Il n'existe donc aucune indication légale pour cette plante.
> Au Canada et aux USA certains médicaments à base de cannabis (il ne s'agit pas de joint de cannabis mais de médicaments prêts à l'emploi à base de THC synthétique) sont enregistrés et donc commercialisés en vente sur ordonnance pour lutter contre certaines nausées (conséquences par exemple de certaines chimiothérapies), lors d'anorexie chez les sidéens, lors de sclérose en plaques,...
> Douleurs neuropathiques chroniques (lire ci-dessous)

EFFETS SECONDAIRES / CONTRE-INDICATION / INTERACTIONS
Effets secondaires - risques cannabis
Joint de cannabis (danger du cannabis) : psychose (notamment schizophrénie, risque reconnu par l'OMS), anxiété (crise d'anxiété) , crise de panique (crise d'angoisse), dépression, hallucination, nausées et vomissements, bouche sèche, dépendance (toxicomanie), possibilité de passer plus facilement à une consommation d'héroïne (100'000 héroïnomanes en France, la plupart aurait commencé par une consommation de cannabis), difficulté de mémorisation (proche des symptômes de la maladie d'Alzheimer), diminution de l'éveil et de l'attention, troubles moteurs, troubles du sommeil, cancer (lié à la fumée du joint de cannabis) : en particulier le cancer du poumon, bronchite chronique, augmentation du nombre d'AVC (certains chercheurs l'estiment à +76%, il manque encore des études pour prouver l'éventuel lien de cause à effet)...
Environ 9 % des gens qui ont fumé du cannabis deviennent dépendants (selon une étude du journal "The Lancet" parue en octobre 2009)
Médicaments à base de THC, en vente au Canada et aux USA : veuillez lire la notice d'emballage et demandez conseil à votre spécialiste.
Contre-indications
Joint de cannabis : difficulté psychique, fragilités psychiques, maladies psychiques déclarées (schizophrénie), grossesse, allaitement, maladies cardiaques (effet comparable à la fumée de tabac).
Médicaments à base de THC, en vente au Canada et aux USA : veuillez lire la notice d'emballage et demandez conseil à votre spécialiste.
Interactions
Joint de cannabis : éventuellement augmentation de l'effet de différentes substances psychotropes (alcools, café, somnifères,...)
Médicaments à base de THC, en vente au Canada et aux USA : veuillez lire la notice d'emballage et demandez conseil à votre spécialiste.

SOMMAIRE / HAUT DE LA PAGE

NOMS DE MEDICAMENTS
 > Demandez conseil à votre pharmacien.

 > Demandez conseil à votre pharmacien.

> Canada et USA, deux à trois préparations sont en vente sur ordonnance (état fin 2006, selon nos informations)

PREPARATIONS - SOUS QUELLE FORME ? (formes galéniques du cannabis)

> Capsule molle (deux médicaments en vente au Canada à base de THC synthétique)

> Vaporisateurs sublinguals à base de THC synthétique.
 



Fumer du cannabis depuis l'adolescence endommage le cerveau

Plante de cannabisWASHINGTON - Fumer du cannabis régulièrement à l'adolescence peut provoquer une baisse des capacités intellectuelles à l'âge adulte, montre une étude publiée lundi. Les consommateurs de marijuana montrent aussi de plus faibles capacités de mémoire, de concentration et de vivacité d'esprit.

La recherche effectuée sur 1000 Néo-zélandais a permis de comparer leur quotient intellectuel (QI) à treize ans puis à 38 ans, les uns étant des consommateurs réguliers de cannabis, y compris durant vingt ou trente ans, les autres pas.

Au bout de la période, un écart de huit points s'est creusé entre les fumeurs et les autres, affirme Madeleine Meier, psychologue à l'université Duke, en Caroline du Nord, et auteure principale de cette étude publiée lundi dans les "Actes de l'Académie américaine des sciences".

Or "le QI est censé être stable" à mesure que l'on vieillit, dit-elle. Pour les personnes n'ayant jamais fumé de cannabis, leur QI a même légèrement progressé de quelques dixièmes de points.

Désavantage important

"On sait que le QI est un élément fort déterminant pour l'accès à l'université, pour le revenu gagné tout au long de la vie, pour l'accès à l'emploi, et la performance au travail", poursuit la chercheuse.

"Quelqu'un qui perd huit points de QI durant son adolescence et à la vingtaine peut se retrouver désavantagé par rapport à ses pairs du même âge pour de nombreux aspects majeurs de la vie", et ce pendant de longues années, conclut-elle. Elle souligne que cette importante différence ne serait pas due à d'autres facteurs (éducation, alcool, autres drogues, etc.).

Période très sensible

Les consommateurs de marijuana qui avait ralentit leur consommation l'année d'avant leurs 38 ans, moment du second test, n'ont pas pour autant obtenu de meilleurs résultats. En revanche, les fumeurs qui ont commencé seulement à l'âge adulte ne souffraient pas d'un tel écart intellectuel avec les non fumeurs.

"L'adolescence est une période très sensible du développement du cerveau", indique Mme Meier. En utilisant des substances agissant directement sur le mental, les jeunes "peuvent perturber le processus cérébral normal", explique-t-elle.

L'étude n'évalue pas, par contre, les effets d'un arrêt ou d'un ralentissement de consommation plus tôt dans la vie, et ne précise pas non plus les quantités consommées.

ATS : 28 août 2012

 

 

Le cannabis soulage les douleurs neuropathiques

Cannabis et douleurs neuropathiquesMONTREAL - Fumer du cannabis permet de soulager les douleurs neuropathiques chroniques et aide à dormir. C'est ce qu'a confirmé une étude publiée dans le journal de l'Association médicale canadienne (CMAJ).

L'équipe conduite par le Dr Mark A. Ware, des départements d'anesthésie et de médecine familiale de l'Université McGill de Montréal, a aussi observé que le recours au chanvre est bien toléré par les patients et améliore leur moral, indique le CMAJ. Leur recherche a porté sur 21 adultes souffrant de douleurs neuropathiques chroniques consécutives à un traumatisme ou à une intervention chirurgicale.

Ceux-ci ont inhalé à tour de rôle, avec des interruptions de neuf jours, trois doses différentes de cannabis et aussi du placebo. Il a été observé que la dose la plus forte du principe actif du cannabis, soit 25 milligrammes de tetrahydrocannabinol à 9,4%, fumée trois fois par jour pendant cinq jours, produisait les effets bénéfiques les plus marqués.

Une étude de l'efficacité et d'éventuels effets secondaires d'un traitement à plus long terme est recommandée, concluent les chercheurs. Les doses utilisées dans cette étude sont nettement plus faibles que celles absorbées en moyenne par les amateurs qui fument du cannabis pour leur plaisir.

ATS, 31 août 2010


Près de 4% des adultes dans le monde consomme du cannabis

PARIS - Près de 4% des adultes dans le monde consomment du cannabis, en dépit des effets indésirables que peut avoir cette drogue sur la santé, selon un article publié dans la revue médicale britannique "The Lancet" datée de samedi.

Les auteurs citent des données de l'Organisation des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) estimant qu'en 2006,
il y avait 166 millions d'utilisateurs de cannabis âgés de 15 à 64 ans, soit 3,9 % de la population mondiale de cette tranche d'âge.

Ce produit est plus utilisé parmi les jeunes des pays riches avec en tête les Etats-Unis, l'Australie et la Nouvelle-Zélande, mais paraît se répandre aussi à l'échelle mondiale.

Les professeurs australiens Wayne Hall et Louisa Degenhardt livrent ainsi une vue d'ensemble sur la recherche concernant le cannabis. En termes de problème de santé publique, par comparaison, l'usage du cannabis "est probablement modeste" comparé au fardeau de l'alcool, de la consommation de tabac ou d'autres drogues illégales.

Néanmoins, le cannabis n'est pas dénué de risques: altération des fonctions respiratoires, risque d'accident de la route, de crise d'anxiété ou d'épisode psychotique chez des sujets prédisposés, dépendance. Environ 9 % des gens qui ont fumé du cannabis deviennent dépendants, selon les auteurs.

Par comparaison, le risque de dépendance à la nicotine est de 32%, de 23% pour l'héroïne, de 17% pour la cocaïne et de 15 % pour l'alcool et 11% pour les stimulants.

La commercialisation de plantes sélectionnées à haute teneur en tétrahydrocannabinol (THC), le principe actif du cannabis, soulève des inquiétudes. Des teneurs élevées en THC peuvent accroître les crises d'anxiété, de dépression et les symptômes psychotiques chez les nouveaux utilisateurs et les risques de dépendance si les fumeurs réguliers ne peuvent mesurer leur dose, remarquent les auteurs.


ATS, 16 octobre 2009


Un Européen sur cinq a goûté au cannabis, selon une étude  

Plante de cannabisPARIS - Un Européen sur cinq a goûté au cannabis au cours de sa vie, selon une étude de l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) publiée jeudi. Et 13,4 millions en ont consommé au cours du dernier mois.

Dans ce "recueil sur le cannabis", une monographie de 700 pages publiée à l'occasion de la Journée internationale de lutte contre la drogue, des experts font le point sur le "phénomène culturel controversé" que représente aujourd'hui l'usage de cannabis.

Ils se penchent notamment sur l'évolution politique, législative, économique, sociale, sanitaire et médicale face à cette drogue.

Selon les chercheurs, le Maroc reste le principal fournisseur de cannabis de l'Europe. Mais la Thaïlande, l'Afghanistan, le Pakistan, certains Etats d'Asie centrale et de l'ex-Union soviétique fournissent également l'Europe.

La culture à domicile "a commencé à changer le visage du marché" européen au cours de la dernière décennie, rappelle également l'étude. Ainsi dans certains pays européens, la production locale représente une partie importante de l'offre (plus de 50% pour le Royaume-Uni).

Le prix de la résine de cannabis varie de 1,4 euro le gramme en Espagne à 21,5 euros en Norvège et celui de l'herbe est généralement plus bas, de 1,1 à 12 euros.

ATS, 28 juin 2008

Etude de la Clinique psychiatrique universitaire de Zurich
Le cannabis pourrait favoriser la schizophrénie

ZURICH - La consommation de cannabis pourrait favoriser l'apparition de symptômes schizophréniques et d'autres psychoses. C'est ce qui ressort d'une étude de la Clinique psychiatrique universitaire de Zurich basée sur 30 années de données cliniques.

"Le cannabis est moins inoffensif qu'on pourrait le penser", écrivaient à la fin juillet 2007 les chercheurs de l'Université de Zurich dans un communiqué. Il faut réévaluer le facteur de risque que présente le cannabis pour le développement de maladies psychiques.

Les personnes qui sont susceptibles de développer des maladies psychiques devraient renoncer à consommer du canabis, recommandent les scientifiques zurichois. Leur étude est publiée dans l'édition
en ligne du magazine spécialisé "Schizophrenia Research".

Les chercheurs ont constaté une augmentation des cas de schizophrénie chez les jeunes hommes dans le canton de Zurich dans les années 1990. Les cas ont triplé chez les 15-19 ans et doublé chez les 20-24 ans. Cette période correspond aussi à une hausse de la consommation de cannabis.

Août 2007, source ATS

AVIS DE CREAPHARMA / REMARQUES
> La consommation de cannabis (en général fumé sous forme de joint), dont le principal composé est le THC, est une molécule qui ne laisse personne indifférent. De nombreux jeunes fument de plus en plus les joints de cannabis (et ses dérivés sous forme de résine comme le haschisch) avec des taux parfois élevés en THC (toujours plus élevé), ce qui provoque selon certains scientifiques des risques de psychoses sérieuses dans la société comme la schizophrénie (>> lire l'article ci-dessus) ainsi que des troubles de la mémoire, d'autres scientifiques se montrent moins critiques face aux effets néfastes du cannabis. Il nous est dificile, avec les multiples sources, d'avoir un avis tranché sur la question du développement des psychoses liés à la consommation du cannabis, notamment parce que chaque personne semble réagir différemment au THC du cannabis.
La question est donc simple : est-ce que le cannabis révèle les psychoses ou provoque les psychoses ? Affaire à suivre, car les réponses divergent pour le moment. En tout cas, pour toutes personnes fragiles psychiquement, il est déconseillé de consommer du cannabis.

> En revanche, lorsque le THC est synthétisé et dont le dosage est contrôlé, des médicaments intéressants ont pu être mis au point, par exemple pour lutter contre les nausées et les vomissements des chimiothérapies.

>> Voir aussi: d'autres plantes médicinales et leurs utilisations

SOMMAIRE / HAUT DE LA PAGE


Rédaction de cette page - Assurance qualité sur www.creapharma.ch
Tâche effectuée Personne responsable Date de la dernière mise à jour
Ecriture du texte + mise à jour: Xavier Gruffat, Pharmacien 4 févirer 2014
Révision médicale de la page XG 18 juillet 2013
Mise en page (design, photos, animations,...) XG 18 juillet 2013
Correction de la syntaxe, de l'orthographe et de la grammaire Christine Gruffat, Enseignante de français, XG

18 juillet 2013 (XG)
- (CG)

Marketing (SEO) XG 18 juillet 2013

Copyright © 2014, Creapharma.ch

Contact    Mises à jour   Décharge juridique   Rédaction   Publicité   - Site réalisé par Pharmanetis Sàrl