Règles douloureuses

Résumé sur les règles douloureuses (dysménorrhée)

Règles douloureuses – DysménorrhéeLa dysménorrhée, connue également sous le nom de règles douloureuses, est un trouble qui affecte un grand nombre de femmes en âge de procréer. Les règles douloureuses sont dues à des changements hormonaux dans le cycle et se produisent pendant les règles (menstruation).
Les principaux symptômes de la dysménorrhée sont des crampes abdominales, des spasmes, des douleurs à l’estomac, des maux de tête et même des élancements (douleurs vives et lancinantes) qui peuvent frapper le dos ou l’intérieur des cuisses.
Ces symptômes n’engendrent en général pas de complications médicales sérieuses, mais chez certaines femmes la dysménorrhée peut provoquer des troubles sociaux graves en interférant avec les activités quotidiennes (travail, vie de famille, etc).

Le traitement symptomatique de la dysménorrhée implique l’utilisation d’AINS (anti-inflammatoire) et/ou de paracétamol. Il faudra éviter la prise d’aspirine (acide acétylsalicylique), car ce médicament peut favoriser les hémorragies.

Dans certains cas le médecin pourra aussi prescrire des contraceptifs oraux. Ces hormones bloquent l’ovulation et peuvent limiter les douleurs associées à cette affection.

En phytothérapie plusieurs plantes médicinales peuvent être conseillées comme: le gattilier, l’alchémille ou l’angélique.

Découvrez toutes les plantes médicinales utilisées contre les règles douloureuses.

Pour soigner et prévenir l’apparition des règles douloureuses, voici quelques conseils utiles consistant pour résumer à adopter un mode de vie sain: dormir suffisamment, se reposer quand la douleur est trop intense, pratiquer une activité physique, avoir une alimentation équilibrée et éviter certains aliments ou boissons comme le café, l’alcool ou le tabac en particulier pendant la période prémenstruelle et la menstruation.

Définition

règles douloureuses définitionLes règles douloureuses, aussi nommé plus médicalement dysménorrhée, concernent de très nombreuses femmes en âge de procréer.
Il s’agit d’un trouble qui se caractérise par une variation hormonale du cycle et qui se produit pendant les règles, certaines femmes ne ressentent aucun symptôme mais d’autres au contraire peuvent avoir des complications légères voire très sérieuses et handicapantes (douleur presque quotidienne avant et pendant les règles).
La dysménorrhée se divise en dysménorrhée primaire et secondaire.

La dysménorrhée primaire (parfois appelé dysménorrhée physiologique ou essentielle) apparaît habituellement quelques mois après la première menstruation (ménarche) et se produit lorsque la douleur n’est pas provoquée par une pathologie pelvienne. Elle atteint son maximum d’intensité autour de 16 à 17 ans et est généralement moins marquée au fil des ans.

La dysménorrhée secondaire est la conséquence de la présence de certaines affections ou maladies au niveau gynécologique (maladie inflammatoire pelvienne, endométriose, kystes ovariens, varicocèle pelvienne, etc) ou dans d’autres régions du corps (appendicite, colique néphrétique ou biliaires, infections des voies urinaires, syndrome du côlon irritable). Cette forme de dysménorrhée peut apparaître à la ménarche ou soudainement à l’âge adulte.

La majorité des femmes souffre de dysménorrhée un ou deux jours par mois avec des symptômes légers et généralement acceptables. Cependant environ 10 à 15% des femmes souffrent de règles (très) douloureuses et parfois à un point tel que cela compromet les activités quotidiennes.

On estime que plus de 70% des adolescentes pourraient souffrir de temps en temps de règles douloureuses.

Causes

Les règles douloureuses peuvent être causées par :

– des troubles hormonaux, variation hormonale du cycle ;

– des problèmes psychologiques, la femme peut avoir certaines gênes ou problèmes vis à vis de son cycle (règle,…) ;

– des troubles d’origine physique (tumeur bénigne de l’utérus, malformation d’organes génitaux, endométriose).

On estime que la cause au niveau moléculaire de la dysménorrhée primaire, d’origine souvent héréditaire, se trouve dans une production excessive de prostaglandines. Ces substances stimulent les muscles, provoquent des contractions utérines douloureuses, des spasmes de l’utérus, des douleurs abdominales (souvent très intenses), des maux de dos et parfois des maux de tête ainsi que des nausées.

Les causes de la dysménorrhée secondaire sont liées à diverses affections ou maladies, en particulier des troubles gynécologiques.

Symptômes

Les règles douloureuses sont en général associés aux symptômes suivants (avec un ou plusieurs symptômes) :

–  fortes crampes dans le (bas) ventre, sous forme de spasmes ou de forte tension, mal de ventre ;

–  fortes douleurs, élancements (douleurs vives et lancinantes) qui peuvent frapper le dos ou l’intérieur des cuisses. ;

–  maux de tête ;

–  migraine ;

–  peau hypersensible (peau sèche,…) ;

–  acné ;

–  cheveux plus secs et avec moins de volume ;

–  maux de dos ;

–  nausées et/ou vomissements ainsi que diarrhée ;

–  (douleurs ou tensions dans les seins) ;

–  stress et nervosité ;

–  troubles de l’humeur ;

–  fatigue ;

–  vertiges ;

–  évanouissements (perte de connaissance).

Complications

Les règles douloureuses ne provoquent généralement pas de complications médicales. Toutefois cette affection peut fortement interférer dans les activités sociales (travail, vie familiale, école,…) des (jeunes) femmes.

On sait que les règles douloureuses chez les jeunes femmes est la principale cause d’absentéisme à l’école et au travail.

En cas de symptômes importants et “handicapant”, il est très important de consulter un médecin, surtout si la dysménorrhée survient subitement à l’âge adulte (dysménorrhée secondaire), car cette maladie pourrait entraîner des complications (telles que l’endométriose qui peut causer des problèmes de fertilité).

Traitements

Il est préférable de consulter un médecin pour soigner cette affection, sachez néanmoins que les médicaments ou molécules suivantes sont efficaces contre les règles douloureuses.

1. Médicaments de la classe des AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien) et/ou paracétamol

–  l’ibuprofène (un AINS) en capsule ou comprimée au dosage de 200 à 400 mg. our le nom de marque et la posologie exacte demandez à un spécialiste (médecin ou pharmacien).

Remarques :

–  Les médecins pensent que les prostaglandines (petites hormones qui transmettent des informations) joueraient un rôle très important dans le développement des règles douloureuses, c’est pourquoi des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) sont des traitements de premier choix, car ils agissent spécifiquement sur les prostaglandines.

–  Il est déconseillé de prendre des préparations à base d’aspirine (acide acétylsalicylique) car cela pourrait favoriser des hémorragies (règles).

–  le paracétamol, sous différentes formes galéniques, au dosage de 500 mg, agit spécifiquement contre la douleur. Pour le nom de marque et la posologie exacte demandez à un spécialiste.

2. Autres médicaments prescrits par le médecin comme :

–  les inhibiteurs de l’ovulation (IO) et autres contraceptifs.
Les contraceptifs oraux contiennent des hormones qui, en empêchant l’ovulation, réduisent la douleur. Ces médicaments sont particulièrement importants pour les femmes qui souffrent de douleurs menstruelles sévères. Parlez-en à votre médecin.

– Si les symptômes sont très intenses avec des nausées et/ou des vomissements, vous pouvez également utiliser les médicaments antiémétiques, en plus des AINS.

Traitements naturels

Des études sérieuses (relayées par diverses revues scientifiques) ont montré l’importance de l’acide gamma-linolénique comme précurseur d’agents anti-inflammatoires puissants. Par conséquent les plantes médicinales et nutriments riches en cette substance comme l’huile d’onagre et l’huile de bourrache peuvent avoir un effet intéressant dans la thérapie des règles douloureuses. Il peut être intéressant de prendre aussi des compléments alimentaires à base de zinc, cuivre ou de magnésium pour soulager les symptômes.

Une étude récente a aussi confirmé l’efficacité de fenouil (Foeniculum vulgare) dans le traitement de la dysménorrhée primaire.

De plus certains médicaments à base de plantes comme le gattilier peuvent aider à réduire les symptômes psychiques associés à la dysménorrhée, tandis que l’huile de bourrache et l’huile d’onagre comme on l’a vu ci-dessus (à prendre avec du magnésium, zinc et cuivre) peuvent aider à réduire les troubles physiques.

En général et pour résumer, les plantes médicinales suivantes ont su montrer une efficacité contre les règles douloureuses.

– le gattilier à prendre en comprimé ;

– l’alchémille, à prendre en tisane ;

– l’huile d’onagre (oenothère), à prendre en capsule ;

– la camomille romaine, à prendre en tisane ;

– les feuilles de framboisier, à prendre en tisane ;

– le fenouil, à prendre en tisane ou en gélule ;

– l’angélique, en tisane (voir aussi tisane angélique) ;

– l’huile de bourrache, à prendre en capsule ;

– l’armoise commune, à utiliser sous forme de tisane notamment.

Les plantes suivantes ont su montrer une efficacité contre les spasmes et maux de ventre souvent associés aux règles douloureuses

– la menthe à prendre en tisane ;

– le millefeuille à prendre en tisane ou comprimé.

Huiles essentielles

En cas de règles douloureuses vous pouvez utiliser 2  gouttes d’huile essentielle (he) de cyprès, 2 gouttes d’he de sauge sclarée,  2 gouttes d’he de basilic exotique. Mélangez ces huiles dans de l’huile végétale et massez sur le bas ventre.

Attention évitez l’utilisation de la sauge sclarée si vous souffrez d’un cancer hormono-dépendant (ex. du sein, des ovaires).

Découvrez aussi un remède naturel à base d’huiles essentielles

Remèdes de grand-mère

tisane d’alchémille, teinture de calendula, tisane d’angélique, décoction d’alchémille, huiles essentielles contre les règles douloureuses.

Bons conseils

–  Il est conseillé d’avoir une hygiène de vie saine, notamment au niveau du sommeil, dormez suffisamment et reposez-vous lorsque les douleurs sont trop intenses.

– Evitez de prendre des médicaments à base d’acide acétylsalicylique (Aspirine®), car ces derniers peuvent favoriser le risque de saignements (hémorragies) pendant les règles.

–  Effectuez une activité physique régulière, cela réduit les douleurs menstruelles. Des activités conseillées sont la marche, le cyclisme ou la natation.

–  La prise de la pilule (moyen de contraception hormonal) peut aider à diminuer les règles douloureuses. Parlez-en à votre médecin généraliste ou gynécologue, car ces traitements nécessitent une prescription médicale.

–  Evitez certains aliments ou boissons comme le café, l’alcool ou encore le tabac pendant la période précédant les règles et pendant les règles.

Au contraire une alimentation riche en vitamine E, oméga-3 et magnésium aurait un effet positif sur les règles douloureuses.

– Appliquez une bouillotte sur votre bas-ventre, cela peut vous soulager (avec la chaleur, effet positif sur les douleurs et l’inflammation).

–  Relaxez-vous et détendez-vous par des techniques telles que la méditation, l’acupuncture ou le yoga. Cela peut augmenter le seuil de la douleur et donc la rendre plus supportable.

Comment traduit-on les règles douloureuses dans d’autres langues ?
  •  Anglais: dysmenorrhea
  •  Allemand: Dysmenorrhoe
  •  Italien: dismenorrea

Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 19.05.2016

Thèmes