Grippe

Résumé sur la grippe

grippe résuméLa grippe, une affection des plus banales à ne pourtant pas prendre à la légère. On dénombre chaque hiver en Suisse environ 200’000 affections grippales conduisant à une consultation médicale (données OFSP), ces chiffres pouvant toutefois fortement varier d’une année à l’autre. Episode bénin pour la plupart d’entre nous, la grippe peut être une source sérieuse de complications pour les personnes à risques et généralement les plus de 65 ans, groupes pour lesquels elle représente un important facteur de morbidité et de mortalité.

virus de la grippeEn Suisse, entre 400 et 1’000 personnes meurent chaque année des suites de la grippe, et 1’000 à 5’000 sont hospitalisées après avoir contracté cette maladie (voir statistiques sur la grippe). Une augmentation du taux de vaccination, actuellement relativement bas dans la population et notamment parmi les groupes à risque, pourrait permettre de diminuer ce nombre de décès.
Lors d’épidémie grippale, le taux de contagion peut atteindre 10-20% au sein de la population et dépasser 50% dans les établissements collectifs (institutions pour personnes âgées, établissements de soins, internats etc). La prévention devient alors une stratégie essentielle dans la lutte contre la maladie et la propagation de celle-ci.

Vaccination grippe

vaccin contre la grippeLa vaccination constitue la mesure préventive la plus efficace contre la grippe et ses complications pour l’ensemble de la population. Le recours aux médicaments antiviraux (amantadine/rimantadine, zanamivir, oseltamivir) à titre prophylactique constitue un moyen complémentaire utile, mais qui ne peut toutefois pas se substituer à la vaccination. Ces médicaments, généralement limités aux groupes à risques, peuvent en principe tous être employés pour la prophylaxie et le traitement de la grippe lors d’épidémies. L’oseltamivir (inhibiteur de la neuraminidase, Tamiflu®) est actuellement homologué en Suisse pour le traitement de la grippe mais non pour sa prophylaxie (prévention).

L’échinacée peut aussi être recommandée comme moyen de prévention naturelle mais ne peut pas être substitué à la vaccination (seul moyen efficace). L’échinacée a principalement un effet immunostimulant. Certaines études remettent toutefois en cause son efficacité.

Le virus de la grippe se transmet facilement d’une personne à l’autre par voie aérienne, au moyen des microgoutelettes et des particules excrétées par les personnes infectées lorsqu’elles toussent ou éternuent. Sans surprise, les mains représentent donc un facteur important dans la propagation de la grippe: elles contribuent en effet à véhiculer et disséminer le virus par contact direct avec tous les types de surface composant notre vie quotidienne.

grippe limiter la transmission

Se laver soigneusement les mains est un geste simple, efficace et très peu coûteux pour limiter le risque de transmission du virus et dans la prévention de la propagation des infections en général.

Définition

virus cause grippeLa grippe (saisonnière) est une maladie infectieuse provoquée par un virus, l’Influenza virus (un virus à ARN, de la famille des orthomyxovirus).
On distingue plusieurs souches du virus (A, B et C), les virus de type A et B sont les plus fréquents. La souche A est la plus virulente en étant souvent la source de pandémies et d’épidémies. La souche B mène souvent à de petites épidémies ou pandémies, en général bien localisées et non globales. Selon la littérature médicale, la souche C n’a jamais provoqué de grandes épidémies de grippe.
La grippe provoque une atteinte des voies respiratoires (nez, larynx, pharynx, poumon, oreille moyenne). Le virus de la grippe peut s’attaquer à la fois aux voies respiratoires supérieures (gorge, nez…) qu’aux voies respiratoires inférieures (poumon…).

Le virus de la grippe se transmet d’une personne à l’autre par l’intermédiaire des particules aériennes (microgoutelettes), transmises par exemple en éternuant ou en toussant. Une simple poignée de main peut également favoriser la transmission du virus. La grippe est ainsi une maladie infectieuse hautement contagieuse.

Une grippe mal soignée peut mener à une surinfection bactérienne, ce qui nécessitera un traitement en général à base d’antibiotiques, cette situation peut être particulièrement critique pour les groupes à risque.

Fièvre et grippe

Une étude canadienne parue en 2014 a montré qu’en cas de grippe, la prise d’antipyrétiques (pour faire baisser la fièvre) augmentait les décès de 1 à 5%. La fièvre, sans qu’elle soit trop élevée, permet de lutter contre le virus de la grippe. Si on abaisse la température, les virus peuvent plus facilement se multiplier. Le risque avec l’usage trop important d’antipyrétiques est aussi que le patient se croit guérit, alors qu’il est encore contagieux, ce qui favorise les épidémies de grippe.

Epidémiologie

– En Suisse, la grippe (saisonnière) entraîne annuellement quelque 200’000 consultations médicales, 5’000 hospitalisations et entre 400 et 1’000 décès selon l’intensité de l’épidémie. Ces chiffres peuvent toutefois fortement varier d’une saison à l’autre.

grippe-suisse-saison-2015-2016-creapharma

Pendant l’hiver 2012-2013, quelque 270’000 personnes se sont rendues chez le médecin pour une affection grippale, soit 3% de la population. Les enfants et les jeunes de moins de 15 ans ainsi que les adultes de plus de 64 ans ont représenté les catégories de personnes qui ont été les plus touchées par le virus pendant l’hiver 2012-2013.

Pendant l’hiver 2011-2012 quelque 144’000 personnes ont été soignées par leur médecins pour des symptômes grippaux, c’est moins que les autres saisons de grippe. [source ATS, juillet 2012].

On estime que 5 à 15% de la population suisse serait atteinte de la grippe chaque année.

– Quelque 36’000 personnes meurent chaque année des suites d’une grippe aux Etats-Unis, dont 90% ont 65 ans et plus. Environ 250’000 à 500’000 personnes par an en meurent tous les ans dans le monde. [source ATS, mai 2009]

Causes

Comme on l’a vu sous la partie définition de la grippe, la grippe est causée par un virus nommé Influenza virus.

Ce virus peut connaître différentes formes génétiques (génotypes) et peut également varier en fonction des années (on se rappelle de la grippe espagnole qui a fait des millions de morts au début du siècle dernier).

cause virus grippe

On peut relever qu’au contraire des virus provoquant les refroidissements, dont on en dénombre au moins 200 sortes, le virus de la grippe (vraie grippe) se limite à un unique virus qui peut toutefois fortement varier dans sa “forme extérieure” (génotype et phénotype) et selon les types de variations peut se montrer redoutable (par ex. la forme redoutée H5N1 du virus de la grippe aviaire chez l’homme).

Personnes à risque

En général les personnes plus fragiles au niveau du sytème immunitaire auront plus facilement une tendance à développer une grippe, ce sont en particulier :

– Les personnes âgées de plus de 65 ans.

– Les personnes immunodéprimées (SIDA…).

– Les personnes avec des maladies chroniques (diabète, maladie de Parkinson, hépatopathie…).

– Les enfants de moins de 2 ans.

– Les femmes enceintes (une grippe chez une femme enceinte peut conduire à des hospitalisations et des malformations foetales), c’est pourquoi dès 2005 l’OMS recommande la vaccination chez les femmes enceintes.

– Femmes venant d’accoucher (jusqu’à 30 jours après l’accouchement).

– Enfants nés prématurément (à partir de l’âge de 6 mois, pendant les deux premières saisons grippales suivant la naissance)

– Personnes souffrant d’obésité morbide.

– Personnes en contact professionnel avec des cochons.

En Suisse, les autorités conseillent aussi la vaccination contre la grippe pour les parents et les grands-parents d’enfants de moins de six mois.

Selon une enquête réalisée en Suisse pendant la saison 2013/2014, seulement 37% des plus de 65 ans, 31% des malades chroniques et 19% du personnel de la santé en contact direct avec les patients s’étaient fait vacciner contre la grippe. Cela quand bien même la vaccination est recommandée pour ces 3 catégories de personnes, qualifiées de groupes à risque.

Symptômes de la grippe

Les symptômes typiques de la grippe sont les suivants :

–  Une fièvre élevée (au dessus de 39°C), la fièvre survient rapidement et brusquement, associée à des frissons dus à l’augmentation rapide de la fièvre, par la suite lorsque la fièvre baisse, de fortes transpirations peuvent apparaître.

–  Des maux de tête importants.

–  Une fatigue extrême.

–  Des douleurs dans les articulations, des courbatures dans les membres (jambes par exemple).

–  Une toux sèche.

–  Des maux de gorge.

–  Un rhume.

–  Des nausées et vomissements, surtout chez les enfants.

–  Une perte d’appétit.

Il faut savoir que la grippe peut aggraver certaines maladies existantes comme l’asthme ou la mononucléose.

La grippe a en général une contagiosité de 4 à 5 jours, la salive est la voie par excellence de contamination.

En principe une grippe se résorbe (arrêt des symptômes) au bout d’une dizaine de jours. Dans certains cas la grippe peut durer 2 à 3 semaines.

grippe symptôme

Il est intéressant de noter qu’en général les femmes présentent des symptômes plus marqués que les hommes, des causes hormonales expliqueraient ces différences.

Différences entre la grippe et le refroidissement (syndrome grippal)

Bien qu’il ne soit pas toujours évident de distinguer la grippe d’un refroidissement (parfois appelé rhume ou syndrome grippal), voici quelques différences significatives :

Signes typiques
Grippe
Refroidissement (états grippaux, syndrome grippal, rhume de l’anglais cold)

Apparition des symptômes

Rapide
Rappel symptômes : fièvre élevée (au dessus de 39°C), courbatures, forts maux de tête ainsi qu’une très grande fatigue

Plus lente
Rappel symptômes : fièvre (moins élevée que lors de grippe), pas ou peu de courbatures, maux de tête, toux,…
Durée des symptômes Une vraie grippe peut durer 2 à 3 semaines, toutefois la plupart du temps une grippe se résorbe en une dizaine de jours. Un refroidissement dure de 7 à 10 jours
Période de la maladie En Europe, la grippe apparaît souvent entre décembre et mars (en Suisse un pic est souvent observé en février). En Europe, les refroidissements apparaissent souvent d’octobre à mars.
Causes de la maladie Un seul virus (avec toutefois des souches différentes, la plupart du temps de souche A) Plusieurs virus (plus de 200 virus sont responsables des refroidissements)

Lire aussi: Est-ce une grippe ou un rhume ?

Temps d’incubation de la grippe

Le temps d’incubation de la grippe est de 2 à 3 jours.

Diagnostic

Attention, pour un diagnostic exact de la grippe, nécessaire notamment pour les groupes à risques, seul un médecin est capable de clarifier s’il s’agit d’une grippe ou d’un refroidissement. Le médecin utilisera son expérience et/ou des analyses biochimiques (avec des anticorps) pour diagnostiquer la grippe, en général un simple frottis permet d’identifier le virus de la grippe.

Complications

La grippe peut mener à certaines complications comme une pneumonie ou d’autres troubles respiratoires (asthme,…) ainsi qu’à une déshydratation. Les personnes à risques, par exemple les personnes de plus de 65 ans (et surtout les plus de 80 ans), les immunodéprimés,… devraient prêter une attention particulière et se rendre toujours chez un médecin en cas de grippe (voir ci-dessous). Le médecin pourra vous traiter au mieux et éviter ainsi, si possible, de fâcheuses complications.

Il faut aussi noter qu’une grippe chez une femme enceinte peut mener à des malformations foetales (rare) et à des hospitalisations, c’est pourquoi l’OMS recommande dès 2005 la vaccination chez les femmes enceintes, même si dans la réalité peu de femmes se font vacciner pendant leur grossesse.

Quand consulter son médecin ?

Les groupes de personnes énoncés ci-dessous doivent se rendre immédiatement chez un médecin en cas de grippe :

grippe senior

– Les personnes âgées de plus de 65 ans.

–  Les personnes immunodéprimées (SIDA,…).

grippe maladie diabète

–  Les personnes avec des maladies chroniques (diabète,…).

–  Les enfants de moins de 2 ans.

De plus les symptômes suivants caractéristiques de la grippe doivent vous faire aller chez un médecin, peu importe si vous appartenez aux groupes à risque énoncés ci-dessus ou non :

–  Fièvre (très) élevée, fièvre qui se maintient au-dessus de 39°C sans redescendre (notamment suite à la prise de médicaments comme à base de paracétamol).

–  Symptômes typiques de la grippe qui persistent plus d’une semaine.

–  Complications liées à une infection secondaire (certainement bactérienne) comme des maux d’oreille, des sécrétions de couleur verte ou jaune,…

–  Raideurs dans la nuque.

–  Difficultés à respirer, vomissements, déglutition difficile, toux qui persiste, rhume qui persiste, maux de tête qui persistent. Tous ces symptômes peuvent être le signe d’une pneunmonie. Dans ces cas il faut se rendre rapidement chez le médecin.

Traitements

Dans la thérapie de la grippe il faut distinguer deux types de traitements :

1. Les traitements de la cause (vaccins ou médicaments)

2. Les traitements des symptômes

A lire aussi notre dossier complet sur la vaccination et les vaccins en général

1. Traitements qui soignent la cause

Remarque : Ces traitements qui soignent la cause, principalement la vaccination, sont surtout recommandés (selon l’avis et la prescription du médecin) pour les groupes à risques ou des personnes qui profesionnellement ne veulent ou ne peuvent pas tomber malades (en cas d’épidémie déclarée par exemple) mais également tous ceux qui ne veulent pas attraper la grippe pour une raison ou pour une autre.

A.  Médicaments en prévention avant que la grippe ne se déclare

B. Médicaments en traitement une fois la grippe déclarée (traitement causal)

A. Traitements préventifs

1. Information sur la vaccination contre la grippe ou vaccin contre la grippe

grippe vaccin

–  La vaccination contre la grippe est le moyen le plus efficace en prévention.

–  Certaines personnes, nommées à risques, devraient se faire vacciner. (lire ci-dessous)

–  Il existe différentes marques de vaccins contre la grippe vendus en pharmacie sous prescription médicale (ordonance). Quelques exemples de vaccins en Suisse : l’Inflexal V®, l’Influvac Plus®, le Fluarix® (y compris le Fuarix® Tetra, vaccin tetravalent) l’Aggripal® ou le Mutagrip®. Relevons aussi un vaccin avec adjuvant nommé Fluad® (autorisé en Suisse pour les plus de 65 ans). Les vaccins contre la grippe sont souvent à base d’une souche inactive du virus de la grippe.

–  Le vaccin contre la grippe est efficace grâce à une activation d’anti-corps du corps humain spécifiques contre le virus de la grippe. Ainsi lorsque la grippe est présente dans la société, la personne vaccinée aura déjà des anti-corps (si le vaccin est efficace, voir ci-dessous) pour lutter contre le virus de la grippe.

–  L’injection du vaccin de la grippe doit se faire chaque année, dans l’hémisphère nord de préférence en octobre et en novembre (éventuellement en décembre).

–  Le vaccin devient efficace 15 jours après le jour de la vaccination contre la grippe.

–  Le vaccin a une efficacité de 70 à 90% et en fonction des années, car cela dépend du choix de la souche du vaccin (effectué par l’OMS en été). Cela dit une étude parue en octobre 2011 a montré que l’efficacité de la vaccination contre la grippe pouvait parfois être en moyenne de seulement 59%. On estime qu’un vaccin idéal devrait avoir un taux d’efficacité de 90%.

Pendant la saison 2014/2015, le vaccin contre la grippe n’est pas autant efficace que les autres années. En effet, le virus de la grippe qui circule actuellement ne correspond pas exactement à celui auquel les fabricants du vaccin se sont référés. Toutefois, une protection même partielle reste meilleure qu’aucune protection du tout.

–  En Suisse entre 10% et 15% de la population se fait vacciner chaque année contre la grippe de saison (taux de vaccination pour l’automne 2009, ATS 2009).

Selon une enquête réalisée en Suisse pendant la saison 2013/2014, seulement 37% des plus de 65 ans, 31% des malades chroniques et 19% du personnel de la santé en contact direct avec les patients s’étaient fait vacciner contre la grippe. Cela quand bien même la vaccination est recommandée pour ces 3 catégories de personnes, qualifiées de groupes à risque.

Inhibiteurs de la neuraminidase (zanamivir, oseltamivir),

Demandez conseil à votre médecin, car ces médicaments sont vendus ou délivrés sur ordonnance.

Inhibiteurs des canaux M2 (amantadine),

Demandez conseil à votre médecin car ces médicaments sont sur ordonnance.

Remèdes à base d’échinacée

Consultez votre pharmacien pour les noms de marque dans votre pays, ils peuvent également exercer un effet préventif.

Médicaments qui diminuent l’intensité de la grippe, une fois la grippe déclarée et avérée en réduisant le nombre de virus (charge virale) :

–  Inhibiteurs de la neuraminidase (zanamivir, oseltamivir [Tamiflu® : notre photo]), sous prescription médicale, voir avec votre médecin.

Une étude publiée en avril 2014, parue dans la revue “British Medical Journal”, a montré que le Tamiflu n’était pas très efficace pour soigner la grippe. Selon cette étude, le Tamiflu réduirait la durée des symptômes de la grippe de 7 jours à 6,3 jours, ce qui est peu significatif. Les chercheurs estiment aussi que le Tamiflu peut mener à des effets secondaires parfois problématiques comme les nausées et vomissements après la prise de Tamiflu.

–  Inhibiteurs des canaux M2 qui inhibent le “uncoating” soit la libération du virus dans la cellule infectée (amantadine), sous prescription médicale, voir avec votre médecin.

–  Médicaments à base d’échinacée, demandez à votre pharmacien pour les noms de marque dans votre pays, cette plante pourrait également améliorer la guérison et les symptômes de la grippe.

B. Médicaments traitant les symptômes (médication symptomatique et non causale)

Par ces remèdes on cherche à calmer la douleur, la fièvre et surtout on se repose !

grippe médicaments

–  Antidouleurs et fébrifuge.

–  Médicaments contre le rhume, médicaments contre le rhume en prise orale (pour soulager l’obstruction nasale).

–  Antitussifs pour apaiser la toux.

–  Médicaments contre les maux de gorge.

Remarque : L’administration d’antibiotiques (sous prescription médicale stricte) ne se fait qu’en cas de surinfection bactérienne des voies respiratoires (par exemple lors de pneumonie), car la grippe est une maladie virale, dans ce cas aucun antibiotique n’est efficace. Voir aussi : les complications de la grippe (pneumonie).

Qui doit se faire vacciner contre la grippe ?

Selon l’OFSP (autorité médicale en Suisse, à Berne, novembre 2015) la vaccination contre la grippe saisonnière doit se faire chaque année en octobre et en novembre (pour l’hémisphère nord) pour ceux qui veulent éviter la grippe, cette vaccination est particulièrement recommandée pour les groupes à risques suivants :

–  Les personnes âgées de plus de 65 ans.

–  Les femmes enceintes (il est possible de se faire vacciner pendant les 3 trimestres de la grossesse, toutes les études montrent que cette vaccination est sans danger pour la mère et l’enfant.

– Les enfants de moins de 2 ans.

– Les femmes venant d’accoucher (jusqu’à 30 jours après l’accouchement).

– Les enfants nés prématurément (à partir de l’âge de 6 mois, pendant les deux premières saisons grippales suivant la naissance)

–  Les personnes souffrants de maladies chroniques (diabète,…) et en particulier les maladies cardio-vasculaires. En effet on enregistre une augmentation d’environ 20% des cas de maladies cardiaques comme l’infarctus du myocarde pendant la saison de la grippe. Lire ci-dessous

–  Les personnes immunodéprimées (SIDA,…).

– Personnes souffrant d’obésité morbide .

– Personnes en contact avec les groupes à risque ci-dessus

    • Personnel médical et soignant des cabinets médicaux, hôpitaux et établissements médico-sociaux
    • Personnel des crèches (y compris des parents d’accueil de jour)
    • Environnement familial
    • Personnes en contact étroit avec des nourrissons de moins de 6 mois

Maladies cardio-vasculaires et grippe

Selon une étude publiée par le Canadian Medical Association Journal en 2010 la vaccination contre la grippe permettrait de réduire d’environ 19% le risque de voir survenir un premier infarctus du myocarde et d’environ 30% lorsqu’elle est destinée à protéger des patients à risque cardiovasculaire.

Une autre étude parue en 2012 réalisée par des chercheurs Brésiliens portant sur 190’000 patients des hôpitaux publiques de la ville de Sao Paulo (Brésil) arrive plus ou moins aux mêmes conclusions que celle publiée dans le Canadian Medical Association Journal. L’étude brésilienne a constaté une augmentation d’environ 20% des cas de maladies cardiaques pendant la période juillet-août (l’hiver dans cette région du Brésil).

Remarques : aux Etats-Unis les enfants de moins de 2 ans devraient se faire vacciner selon les conseils des autorités, en Suisse par contre, aucune recommandation n’est faite pour les enfants de cet âge, excepté ceux ayant des maladies chroniques.

Phytothérapie grippe

Une alternative naturelle pour prévenir la grippe consiste à prendre des remèdes à base de la plante échinacée

Remède de grand-mère contre la grippe

La soupe de poulet pourrait avoir un effet favorable en cas de grippe, notamment au niveau des sinus.

Conseils pour soigner la grippe

grippe repos

–  Habillez-vous chaudement et surtout reposez-vous. Car en cas de grippe, le corps utilise beaucoup d’énergie pour lutter contre les aggressions (ici les virus). En s’habillant chaudement on conserve cette énergie qui peut alors être utilisée par le corps pour se défendre et en se reposant on conserve de l’énergie pour lutter contre le virus de la grippe.

–  Buvez des boissons chaudes (tisane,…), cela permet de soulager la congestion nasale, de prévenir une déshydratation et de calmer une muqueuse enflammée qui compose votre nez et votre gorge (certains symptômes de la grippe).

–  Prenez une douche de vapeur. La vapeur d’eau chaude hydrate les muqueuses nasales et améliore le flux nasal. Si vous êtes vaseux, prenez un bain, les vapeurs d’eau chaude dégagées exercent aussi leur effet. Prenez par exemple un bain à base de thym ou d’huile essentielle de thym.

Prévention de la grippe

A. Le meilleur moyen et le plus sûr de prévenir la grippe est de se faire vacciner, la vaccination se fait dans l’hémisphère nord de préférence en octobre-novembre.

B. Si vous ne vous êtes pas fait vacciné ou même si vous êtes quand même vacciné et pour mettre toutes les chances de votre côté, vous pouvez prévenir la grippe par des mesures simples comme :

grippe lavage main

–  Se laver régulièrement les mains, il s’agit d’un très bon moyen préventif pour éviter d’attraper une grippe.

–  N’hésitez pas à désinfecter les surfaces avec de l’eau de Javel, ce produit est efficace pour détruire les virus “enveloppés” comme celui de la grippe.

–  Lavez les draps.

–  Placez un mouchoir en papier devant la bouche et le nez avant d’éternuer.

–  Il est vivement conseillé de rester chez soi dès l’apparition des premiers symptômes.

–  Mangez des aliments qui combattent les infections. Ci-dessous quelques idées et recommandations d’alimentation en période de grippe :

citron contre la grippe

– kiwi, orange, citron : à consommer en grande quantité, car ces aliments sont riches en vitamine C.

– carottes : riches en béta-carotènes, fortifient les défenses.

– thé noir et thé vert : ces thés contiennent des catéchines, leurs effets sont antibactériens.

News

Est-ce une grippe ou un rhume ?

Comment traduit-on la grippe dans d’autres langues ?

  • Portugais: gripe
  • Espagnol: gripe (Esp), gripa (Am.)
Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 11.05.2016

Thèmes