Publicité

Duokopt

Information destinée aux patients en Suisse

Qu’est-ce que Duokopt et quand doit-il être utilisé ?

Duokopt est une association constituée d’un inhibiteur de l’anhydrase carbonique (dorzolamide) et d’un bêtabloquant (timolol) exerçant un effet sur les yeux. Les deux substances diminuent la pression intraoculaire par des modes d’action différents et complémentaires.

Duokopt est prescrit par le médecin pour diminuer la pression intraoculaire trop élevée, par exemple, lors d’un glaucome.

Le collyre Duokopt sans agent conservateur est indiqué chez les patients présentant une sensibilité à des agents conservateurs ou chez lesquels l’emploi d’une composition sans agent conservateur est indiqué pour une autre raison.

Selon prescription du médecin.

De quoi faut-il tenir compte en dehors du traitement ?

Une pression intraoculaire trop élevée peut léser le nerf optique, ce qui peut entraîner une détérioration de la vision et provoquer éventuellement une cécité. Il n’existe généralement que peu de symptômes indiquant que la pression intraoculaire est trop élevée. Un examen chez votre médecin est nécessaire pour le vérifier. Si vous avez une pression intraoculaire trop élevée, des examens réguliers et des mesures de la pression dans vos yeux sont nécessaires.

Ce médicament vous a été prescrit par votre médecin pour le traitement de l’affection oculaire dont vous souffrez actuellement. N’utilisez donc jamais ce médicament sans prescription médicale pour le traitement d’une autre maladie ou pour d’autres personnes.

Avis aux porteurs de lentilles de contact

Duokopt n’a pas été étudié chez les porteurs de lentilles de contact.

Si vous portez des lentilles de contact souples, demandez  l’avis de votre médecin avant d’utiliser Duokopt.

Quand Duokopt ne doit-il pas être utilisé ?

N’utilisez pas Duokopt si:

– vous êtes hypersensible (allergique) aux bêta-bloquants ou à l’un des composants du médicament ou aux sulfamides en général;

– vous souffrez actuellement ou avez souffert par le passé de certains problèmes respiratoires sérieux, par exemple, d’asthme bronchique;

– vous souffrez d’une broncho-pneumopathie chronique obstructive (maladie sévère des poumons pouvant entraîner des sifflements, une difficulté à respirer et/ou une toux persistante);

– vous souffrez de certaines affections cardio-vasculaires (par exemple: battements de cœur lents ou irréguliers), une insuffisance cardiaque.

Si vous n’êtes pas sûr de devoir utiliser Duokopt, veuillez consulter votre médecin ou votre pharmacien.

Quelles sont les précautions à observer lors de l’utilisation de Duokopt ?

Veuillez informer votre médecin de tous vos problèmes médicaux actuels ou passés:

– problèmes cardiaques (par exemple: maladie coronarienne (les symptômes peuvent inclure douleur ou oppression thoracique, essoufflement, suffocation), insuffisance cardiaque ou tension artérielle basse);

– troubles du rythme cardiaque (par exemple: battements de cœur lents ou irréguliers);

– problèmes en rapport avec une mauvaise circulation sanguine (par exemple: maladie de Raynaud ou syndrome de Raynaud);

– problèmes pulmonaires ou respiratoires (par exemple: asthme ou broncho-pneumopathie chronique obstructive);

– diabète ou autres problèmes de glycémie, car Duokopt peut masquer les signes et les symptômes d’une hypoglycémie;

– affection thyroïdienne, car Duokopt peut en masquer les signes et les symptômes.

Si vous devez vous soumettre à une opération, vous devrez informer votre médecin que vous utilisez Duokopt, Duokopt pouvant modifier les effets de certains médicaments dans le cadre de l’anesthésie.

Veuillez également informer votre médecin si vous êtes allergique à certains médicaments.

Si vous développez une quelconque irritation oculaire ou un quelconque autre nouveau problème oculaire, comme des yeux rouges ou un gonflement des paupières, ou lors de l’apparition d’éclairs lumineux ou d’ombres noires, vous devez immédiatement prendre contact avec votre médecin.

Si vous pensez que Duokopt pourrait avoir provoqué une réaction allergique (p.ex. érythème ou rougeurs et démangeaisons dans l’œil), alors cessez immédiatement de le prendre et consultez sans attendre votre médecin.

Informez votre médecin si vous souffrez d’une infection oculaire, d’une blessure au niveau de l’œil, si vous devez subir une intervention chirurgicale à l’œil ou si vous développez une réaction, y compris si de nouveaux symptômes se manifestent ou si certains symptômes s’aggravent.

Veuillez informer votre médecin si vous souffrez actuellement ou avez souffert dans le passé d’un problème rénal ou hépatique.

Veuillez informer votre médecin de tous les médicaments, notamment des autres collyres, que vous utilisez ou prévoyez d’utiliser, y compris des médicaments en automédication. Cela est particulièrement important si vous prenez des médicaments pour abaisser la pression artérielle, pour traiter une affection cardiaque ou un diabète. Informez votre médecin, si vous utilisez de la quinidine (médicament utilisé dans le traitement des maladies cardiaques et certains types de malaria) ou un médicament antidépresseur tel que la fluoxétine ou la paroxetine. Dites également à votre médecin si vous prenez des doses élevées d’aspirine ou des médicaments contenant des sulfamides.

Utilisation chez les enfants

Les expériences sur l’emploi de Duokopt chez les enfants sont limitées.

Certains effets indésirables liés à l’utilisation de Duokopt peuvent altérer votre aptitude à la conduite et/ou votre capacité à utiliser des machines (voir «Quels effets secondaires Duokopt peut-il provoquer?»).

Veuillez informer votre médecin ou votre pharmacien si

– vous souffrez d’une autre maladie

– vous êtes allergique ou

– vous prenez ou appliquez déjà dans l’œil d’autres médicaments (même en automédication!).

Duokopt peut-il être utilisé pendant la grossesse ou l’allaitement ?

N’utilisez pas Duokopt si vous êtes enceinte ou si vous envisagez une grossesse, que votre médecin ne le juge nécessaire. C’est lui qui décidera si vous devez utiliser Duokopt.

N’utilisez pas Duokopt en période d’allaitement. Duokopt peut passer dans le lait maternel. Si vous désirez allaiter votre enfant, consultez votre médecin.

Comment utiliser Duokopt ?

Votre médecin déterminera la posologie et la durée appropriées du traitement. Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.

La posologie habituelle est d’une goutte dans l’œil (ou les yeux) atteint(s), le matin et le soir.

Si vous utilisez Duokopt en même temps que d’autres collyres, vous devriez respecter un intervalle de 10 minutes au moins entre les 2 instillations.

Ne modifiez pas la posologie du médicament sans en avoir parlé avec votre médecin. Si vous devez interrompre le traitement, prenez immédiatement contact avec votre médecin.

Veillez à ce que la pointe du flacon compte-gouttes n’entre pas en contact avec l’œil ou le contour de l’œil. Cela pourrait conduire à une contamination bactérienne pouvant provoquer une infection oculaire qui pourrait être à l’origine de dommages sévères de l’œil ou même d’une perte de la vue. Afin d’éviter une éventuelle contamination du flacon, la pointe du flacon ne doit pas entrer en contact avec une surface quelconque.

Mode d’emploi

Il est important de suivre les instructions suivantes quand vous utilisez ce produit:

Avant la première utilisation, veuillez vérifier que le bouchon inviolable est intact. Dévissez ensuite fermement le bouchon d’inviolabilité pour ouvrir le flacon.

1. Avant chaque utilisation, se laver soigneusement les mains et enlever le bouchon de l’embout du flacon. Évitez tout contact entre l’embout du flacon et les doigts.

Pressez vers le bas plusieurs fois avec le flacon à l’envers, pour activer le mécanisme de pompage jusqu’à ce que la première goutte apparaisse. Ce processus est à effectuer seulement pour la toute première utilisation et ne sera pas nécessaire pour les administrations suivantes.

2. Placer le pouce sur la languette située en haut du flacon et l’index sur la base du flacon. Ensuite, placer le majeur sur la seconde languette située à la base du flacon. Tenir le flacon à l’envers.

3. Pour l’utiliser, incliner votre tête légèrement vers l’arrière et maintenez le compte-goutte du flacon à la verticale au-dessus de l’œil. Avec l’index de l’autre main, tirez légèrement la paupière inférieure vers le bas. L’espace créé est appelé le sac conjonctival inférieur. Eviter tout contact entre l’embout du flacon et vos doigts ou vos yeux.Afin d’instiller une goutte dans le sac conjonctival inférieur de l’œil ou les yeux atteint(s), appuyer brièvement et fermement sur le flacon. Grâce au dosage automatique, une goutte est libérée précisément à chaque pompage.

Si la goutte ne tombe pas, secouez doucement le flacon afin de libérer la goutte restée sur l’embout. Dans ce cas, répétez l’étape 3.

4. Fermez les paupières et appuyez avec votre doigt sur le coin interne (proche de votre nez) de l’œil pendant 2 minutes. Ceci aide à empêcher le collyre de passer dans le reste de votre organisme.

5. Fermez l’extrémité du flacon avec le bouchon immédiatement après l’utilisation.

Il est important que vous utilisiez Duokopt en vous conformant aux prescriptions de votre médecin.

Si vous avez oublié une dose, rattrapez ce retard aussi vite que possible. Si toutefois le moment de la dose suivante est très proche, omettez la dose oubliée et poursuivez en respectant le schéma posologique habituel.

Si vous avez instillé trop de gouttes dans votre œil ou si vous avez avalé une partie du contenu du flacon compte-gouttes, vous pourriez notamment ressentir une baisse de vigilance, des difficultés respiratoires ou un ralentissement de votre fréquence cardiaque. Consultez immédiatement votre médecin dans ces situations.

Ne changez pas de votre propre chef le dosage prescrit. Adressez-vous à votre médecin ou à votre pharmacien si vous estimez que l’efficacité de votre médicament est trop faible ou au contraire trop forte.

Quels effets secondaires Duokopt peut-il provoquer ?

Les principes actifs présents dans les collyres peuvent parvenir dans la circulation sanguine. C’est pourquoi des effets secondaires peuvent apparaître non seulement à l’œil, mais à d’autres endroits du corps.

Tout médicament peut provoquer des effets imprévus ou indésirables, appelés effets secondaires mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde. Si de tels effets apparaissent, une aide médicale s’impose.

Vous pouvez normalement continuer à prendre les gouttes à moins que les effets ne soient graves. Si vous êtes inquiet, parlez-en à votre médecin ou pharmacien. N’arrêtez pas Duokopt sans en avoir parlé à votre médecin.

Comme d’autres médicaments instillés dans l’œil, le timolol passe dans le sang. Ceci peut provoquer des effets indésirables similaires à ceux observés avec des médicaments bêta-bloquants administrés par voie orale. L’incidence de ces effets indésirables après une instillation dans l’œil est moins importante que si le médicament est pris par exemple par voie orale ou par injection. Les effets indésirables additionnels listés incluent les réactions observées dans la classe des bêta-bloquants lors de leur utilisation dans le traitement des maladies oculaires.

Les fréquences des effets secondaires possibles indiquées dans la liste ci-dessous correspondent aux définitions suivantes: très fréquents (pouvant affecter plus d’un utilisateur sur 10), fréquents (1 à 10 utilisateurs sur 100), occasionnels (1 à 10 sur 1000 utilisateurs), rares (1 à 10 sur 10’000 utilisateurs), fréquences inconnues (fréquence ne pouvant pas être estimée à partir des données disponibles).

Très fréquent (concerne plus d’un utilisateur sur 10)

Yeux qui brûlent ou qui piquent;

Fréquent (concerne 1 à 10 utilisateurs sur 100)

Rougeur des yeux et du pourtour des yeux, inflammation/irritation palpébrale, inflammation de la cornée (kératite), larmoiement ou démangeaisons des yeux, érosion de la cornée (détérioration de la couche superficielle du globe oculaire), conjonctivite, gonflement et/ou irritation des yeux et du pourtour des yeux, sensation de corps étranger (sensation d’avoir quelque chose dans l’œil), sensibilité réduite de la cornée (incapacité à ressentir si quelque chose est entré dans l’œil, pas de perception des douleurs), yeux secs, vue trouble, , déficit du champ visuel, sécrétions oculaires, coloration de la cornée, maux de tête, sinusite (sensation de tension ou d’encombrement au fond du nez), perturbation du goût, nausées, faiblesse/fatigue et sensation d’abattement.

Occasionnel (concerne 1 à 10 utilisateurs sur 1000)

Vertige, dépression, uvéite, troubles visuels pouvant inclure une altération transitoire de l’acuité visuelle (dans certains cas à cause de l’arrêt d’utilisation d’un traitement réduisant le diamètre des pupilles), battements de cœur ralentis, évanouissement, détresse respiratoire (dyspnée), troubles digestifs et calculs rénaux.

Rare (concerne 1 à 10 utilisateurs sur 10 000)

Lupus érythémateux disséminé (maladie du système immunitaire, pouvant causer des inflammations d’organes internes), picotements ou engourdissement des mains ou des pieds, insomnies, cauchemars, perte de la mémoire, augmentation des signes et symptômes d’une myasthénie grave (maladie des muscles), diminution de la libido, accident vasculaire cérébral, douleurs oculaires, myopie transitoire pouvant disparaître après la fin du traitement, décollement de la couche vascularisée située sous la rétine à la suite d’une intervention de filtration, éventuellement accompagné de troubles visuels; ptosis (chute de la paupière supérieure, rendant l’œil à moitié fermé), vue double, encroûtement des paupières, gonflement de la cornée (avec des troubles visuels en tant que symptômes), basse pression intraoculaire, acouphène, basse tension artérielle, modification du rythme ou de la fréquence cardiaque, insuffisance cardiaque (maladie cardiaque accompagnée de difficultés respiratoires et de gonflements des pieds et des jambes suite à une accumulation d’eau), œdèmes (accumulation d’eau dans les tissus), ischémie cérébrale (circulation sanguine réduite dans le cerveau), douleurs thoraciques, palpitations (battements de cœur rapides et/ou irréguliers), infarctus du myocarde, arrêt cardiaque, phénomène de Raynaud, gonflement ou sensation de froid aux mains et aux pieds, et troubles circulatoires des membres supérieurs et inférieurs crampes dans les membres inférieurs et/ou douleurs en marchant (claudication), souffle court, altération de la fonction pulmonaire, rhume, saignement du nez, rétrécissement des voies aériennes du poumon (surtout chez les patients souffrant de troubles bronchospastiques pré-existants), toux, irritation de la gorge, sécheresse buccale, diarrhée, dermatite de contact, chute des cheveux, éruption cutanée avec des lésions blanchâtres nacrées (éruption psoriasiforme), exacerbation d’un psoriasis, maladie de La Peyronie (éventuellement courbure du pénis), réactions allergiques telles qu’éruption cutanée, urticaire, démangeaisons, ou dans de rares cas éventuellement gonflement des lèvres, des yeux et de la bouche, anaphylaxie, respiration sifflante ou réaction cutanée sévère (syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique).

Fréquences inconnues

Hypoglycémie, insuffisance cardiaque, certaines formes d’arythmies cardiaques, douleurs abdominales, vomissements, douleurs musculaires qui ne sont pas dues à une activité physique, troubles sexuels.

Il existe d’autres effets indésirables, qui n’apparaissent que rarement; certains parmi eux peuvent être graves. Pour de plus amples renseignements sur les effets indésirables, consultez votre médecin ou votre pharmacien, qui disposent d’une information détaillée destinée aux professionnels.

Si vous remarquez des effets secondaires, veuillez en informer votre médecin ou votre pharmacien. Ceci vaut en particulier pour les effets secondaires non mentionnés dans cette notice d’emballage.

À quoi faut-il encore faire attention ?

Ce médicament ne doit pas être utilisé au-delà de la date figurant après la mention «EXP» sur le récipient.

Délai d’utilisation après ouverture

Après la première ouverture du flacon multidose Duokopt ne doit pas être utilisé pendant plus de 2 mois. Ecrivez la date de la première ouverture sur la boîte.

Remarques concernant le stockage

Conserver à température ambiante (15-25 °C) dans l’emballage d’origine. Gardez le flacon multidose hermétiquement fermé.

Tous les médicaments, y compris Duokopt, doivent être conservés dans un lieu sûr hors de la portée des enfants.

Pour de plus amples renseignements, consultez votre médecin ou votre pharmacien, qui disposent d’une information détaillée destinée aux professionnels.

Que contient Duokopt ?

Duokopt (dorzolamide et timolol) est un collyre stérile. Chaque millilitre de solution contient

Principes actifs

20 mg de dorzolamide (22,25 mg d’hydrochlorure de dorzolamide) et 5 mg de timolol (6,83 mg de maléate de timolol).

Excipients

Les excipients suivants sont: hydroxyéthylcellulose, mannitol, citrate de sodium, hydroxyde de sodium pour ajuster le pH et eau pour préparations injectables. Duokopt ne contient pas d’agent de conservation.

Numéro d’autorisation

66001 (Swissmedic).

Où obtenez-vous Duokopt ? Quels sont les emballages à disposition sur le marché ?

En pharmacie, uniquement sur ordonnance médicale.

Duokopt est disponible en flacon multidose à 1 x 5 ml et 3 x 5 ml, 1 x 10 ml et 2 x 10 ml.

Titulaire de l’autorisation

THEA Pharma S.A., 8200 Schaffhausen.

Cette notice d’emballage a été vérifiée pour la dernière fois en septembre 2018 par l’autorité de contrôle des médicaments (Swissmedic).

Source : Swissmedicinfo.ch (site accédé par Creapharma.ch le 06.01.2020, attention il ne s’agit pas de la date de mise à jour de la notice du médicament. La date de dernière mise à jour de la notice du médicament est mentionnée dans le paragraphe ci-dessus).

Avez-vous trouvé cet article utile ou avez-vous noté une faute ?

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 09.07.2021

Publicité