Publicité

Kymriah®

Information destinée aux patients en Suisse

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin. Ceci s’applique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice (voir rubrique «Quels effets secondaires Kymriah peut-il provoquer?»).

Votre médecin vous donnera une Carte d’Alerte Patient. Lisez-la attentivement et suivez les instructions écrites dessus.

Montrez toujours la Carte d’Alerte Patient au médecin ou à l’infirmière lorsque vous les consultez ou si vous allez à l’hôpital.

Les informations de cette notice sont pour vous ou votre enfant – même s’il est juste écrit «vous» dans la notice.

Qu’est-ce que Kymriah et quand doit-il être utilisé ?

Kymriah est utilisé pour traiter les maladies suivantes, selon prescription du médecin:

La leucémie aiguë lymphoblastique (LAL) à cellules B – une forme de cancer qui affecte certains types de globules blancs. Le médicament peut être utilisé chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes jusqu’à 25 ans atteints de ce cancer, n’ayant pas réagi à un traitement antérieur ou ayant eu une récidive après le traitement précédent.

Le lymphome diffus à grandes cellules B (LDGCB) – une autre forme de cancer qui affecte certains types de globules blancs, principalement dans les ganglions lymphatiques. Le médicament peut être utilisé chez les adultes (âgés de 18 ans et plus) atteints de ce cancer, n’ayant pas réagi au traitement précédent ou ayant eu une récidive après le traitement précédent.

Kymriah, également connu sous le nom de tisagenlecleucel, est fabriqué à partir de certains de vos propres globules blancs appelés lymphocytes T. Les lymphocytes T sont importants pour le bon fonctionnement de votre système immunitaire (les défenses immunitaires).

Les lymphocytes T sont prélevés dans votre sang et un nouveau gène est introduit dans les lymphocytes T de manière à ce qu’ils puissent atteindre les cellules responsables de votre cancer. Lorsque Kymriah est perfusé dans votre sang, les lymphocytes T modifiés vont trouver les cellules cancéreuses et les détruire.

Kymriah est une dispersion cellulaire pour perfusion. Il est fourni sous la forme d’une poche pour perfusion contenant une dispersion de cellules incolore à jaune pâle, trouble à limpide. Chaque poche contient 10 ml à 50 ml de dispersion.

Si vous avez d’autres questions sur la façon dont Kymriah agit ou pourquoi ce médicament vous a été prescrit, adressez-vous à votre médecin.

Kymriah ne peut être administré que selon prescription du médecin dans un centre de traitement qualifié.

Quand Kymriah ne doit-il pas être utilisé ?

En cas d’hypersensibilité au principe actif, le tisagenlecleucel, ou à l’un des excipients, notamment le diméthylsulfoxyde (DMSO) et le dextran 40 (voir rubrique «Que contient Kymriah  ?»). Si vous pensez être allergique, demandez l’avis de votre médecin.

Quelles sont les précautions à observer lors de l’utilisation de Kymriah ?

Kymriah est fabriqué à partir de vos propres globules blancs et ne peut être administré qu’à vous.

Avant de recevoir Kymriah, vous devez prévenir votre médecin si:

– vous avez reçu une greffe de cellules souches au cours des 4 derniers mois. Votre médecin surveillera si vous présentez des signes ou des symptômes de maladie du greffon contre l’hôte. Cela se produit lorsque les cellules transplantées attaquent votre organisme, provoquant des symptômes tels qu’une éruption cutanée, des nausées, des vomissements, des diarrhées et du sang dans les selles.

– vous avez des problèmes pulmonaires, cardiaques ou de pression artérielle (faible ou élevée);

– vous remarquez des symptômes d’aggravation de votre cancer. Si vous avez une leucémie, cela peut inclure de la fièvre, une sensation de faiblesse, des saignements des gencives, des ecchymoses. Si vous avez un lymphome, cela peut inclure une fièvre inexpliquée, une sensation de faiblesse, des sueurs nocturnes, une perte de poids soudaine.

– vous avez une infection. L’infection sera traitée avant la perfusion de Kymriah.

– vous avez eu une hépatite B, une hépatite C ou une infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH);

– vous êtes, ou pensez être enceinte, ou vous envisagez une grossesse (voir les rubriques «Grossesse et allaitement» et «Contraception chez les femmes et les hommes» ci-dessous);

– vous vous êtes fait vacciner dans les 6 semaines précédentes ou vous prévoyez de recevoir un vaccin dans les prochains mois.

Si l’un des cas ci-dessus vous concerne (ou en cas de doute), adressez-vous à votre médecin avant de recevoir Kymriah.

Examens et contrôles

Avant de recevoir Kymriah votre médecin:

– examinera vos poumons, votre cœur et votre pression artérielle;

– surveillera les signes d’infection. Toute infection sera traitée avant de vous donner Kymriah.

– évaluera si votre lymphome ou votre leucémie s’aggrave;

– s’assurera de l’absence de signes d’une maladie du greffon contre l’hôte qui peut survenir après une greffe;

– vérifiera votre taux sanguin d’acide urique et le nombre de cellules cancéreuses dans votre sang. Ceci permettra de savoir si vous êtes susceptible de développer une complication appelée syndrome de lyse tumorale. Un traitement pourra vous être donné pour prévenir cette complication.

– contrôlera si vous êtes atteint d’hépatite B, d’hépatite C ou d’infection au VIH.

Après que Kymriah vous a été administré

Veuillez informer immédiatement votre médecin ou le personnel médical si vous avez les symptômes suivants:

– fièvre, ce qui peut être le symptôme d’une infection. Votre médecin contrôlera régulièrement votre numération formule sanguine puisque le nombre de cellules et autres composants de votre sang peuvent diminuer.

– Prenez votre température deux fois par jour pendant 3 à 4 semaines après le traitement par Kymriah. Si votre température est élevée, consultez votre médecin immédiatement.

– fatigue extrême, faiblesse et essoufflement, qui peuvent être les symptômes d’un manque de globules rouges;

– saignements légers ou ecchymoses («bleus») qui peuvent être les symptômes d’un taux faible de cellules sanguines appelées plaquettes.

– Le traitement par Kymriah peut perturber les résultats de certains types de tests de dépistage du VIH – veuillez vous renseigner auprès de votre médecin à ce sujet.

– Après avoir reçu Kymriah, vous ne pouvez pas donner votre sang, vos organes, vos tissus, votre sperme, vos ovules ou vos cellules.

Enfants et adolescents

Aucune étude clinique formelle n’a été menée chez les enfants de moins de 3 ans ayant une LAL à cellules B. Kymriah ne doit pas être utilisé chez les enfants et les adolescents de moins de 18 ans pour traiter un LDGCB. En effet, l’utilisation de Kymriah n’a pas été étudiée dans cette tranche d’âge.

Utilisation de Kymriah avec d’autres médicaments

Informez votre médecin si vous prenez, avez récemment pris ou pourriez prendre tout autre médicament; y compris les médicaments vendus sans ordonnance. En effet, les autres médicaments peuvent avoir une influence sur l’effet de Kymriah.

En particulier, vous ne devez pas recevoir certains vaccins appelés vaccins vivants:

– dans les 6 semaines qui précèdent la cure de chimiothérapie de courte durée visant à réduire le nombre de globules blancs (appelée chimiothérapie lymphodéplétive) pour préparer votre organisme à recevoir Kymriah;

– au cours du traitement par Kymriah;

– après le traitement pendant le rétablissement de votre système immunitaire.

Si vous devez être vacciné, parlez-en à votre médecin.

Avant de recevoir Kymriah, veuillez informer votre médecin ou le personnel médical si vous prenez d’autres médicaments qui affaiblissent votre système immunitaire, tels que des corticoïdes (p.ex. cortisone), car ces médicaments peuvent interférer avec les effets de Kymriah.

Conduite de véhicules et utilisation de machines

Après l’administration de Kymriah, ne conduisez pas, n’utilisez pas de machines, et n’effectuez pas d’activités nécessitant une vigilance particulière. Kymriah peut provoquer des problèmes tels qu’une altération ou une diminution de la conscience, une confusion et des convulsions (crises d’épilepsie) dans les 8 semaines après la perfusion.

Kymriah contient du sodium, du diméthylsulfoxyde (DMSO) et du dextran 40

Ce médicament contient 24,3 à 121,5 mg de sodium par dose, soit 1 à 6% de l’apport alimentaire quotidien maximal recommandé de 2 g de sodium pour un adulte. Si vous n’avez pas été précédemment exposé au dextran ou au DMSO, vous devrez être surveillé attentivement durant les premières minutes de la perfusion.

Kymriah peut-il être utilisé pendant la grossesse ou l’allaitement ?

Grossesse et allaitement

Si vous êtes enceinte ou que vous allaitez, si vous pensez être enceinte ou planifiez une grossesse, demandez l’avis du médecin avant de recevoir ce médicament. Les effets de Kymriah chez la femme enceinte ou allaitante n’étant pas connus, Kymriah pourrait être dangereux pour le fœtus ou votre nouveau-né/bébé.

– Si vous êtes ou pensez être enceinte après le traitement par Kymriah, parlez-en immédiatement à votre médecin.

– Vous devez réaliser un test de grossesse avant le début du traitement. Kymriah ne devrait être donné que si le résultat indique que vous n’êtes pas enceinte.

Contraception chez les femmes et les hommes

Parlez de la grossesse avec votre médecin si vous avez reçu Kymriah.

Comment utiliser Kymriah ?

Kymriah vous sera toujours administré par un médecin, dans un centre spécialisé et qualifié.

Kymriah contient des cellules sanguines humaines. Le médecin qui vous administrera Kymriah prendra donc les précautions nécessaires (port de gants et de lunettes) afin d’éviter toute transmission potentielle de maladies infectieuses.

Prise de sang pour la préparation de Kymriah

Kymriah est fabriqué à partir de vos propres globules blancs.

– Votre médecin prélèvera une certaine quantité de votre sang à l’aide d’un cathéter placé dans votre veine (une procédure appelée leucaphérèse). Certains de vos globules blancs sont séparés de votre sang et le reste du sang est réinjecté dans votre veine. Cette procédure peut durer de 3 à 6 heures et être répétée si nécessaire.

– Vos globules blancs sont congelés et expédiés en vue de la préparation de Kymriah. La préparation de Kymriah prend habituellement 3 à 4 semaines, mais ce délai peut varier.

– Kymriah est un traitement qui est fabriqué spécialement pour vous. Dans certains cas, il n’est pas possible de préparer Kymriah après la leucaphérèse, ou bien votre traitement par Kymriah ne peut pas avoir lieu pour d’autres raisons (p. ex., en raison de la progression de votre maladie). Le cas échéant, une nouvelle tentative de fabrication de Kymriah peut être effectuée.

– Avant de vous administrer Kymriah, votre médecin peut vous donner un traitement appelé chimiothérapie lymphodéplétive pendant quelques jours pour préparer votre organisme.

Traitement de transition/aggravation possible de la maladie

Pendant que vous attendez que Kymriah soit fabriqué pour vous, il se peut que votre lymphome ou votre leucémie s’aggrave et votre médecin peut décider de vous administrer un traitement supplémentaire (une sorte de chimiothérapie qui est appelée «traitement de transition») afin de stabiliser votre cancer. Ceci peut entraîner des effets indésirables sévères ou potentiellement mortels. Votre médecin vous informera des effets indésirables éventuels.

Médicaments donnés avant le traitement par Kymriah

Au cours des 30 à 60 minutes précédant l’administration de Kymriah, vous recevrez peut-être d’autres médicaments. Ceux-ci visent à prévenir les réactions à la perfusion et à diminuer le risque de fièvre. Ces médicaments peuvent être:

– le paracétamol;

– un antihistaminique, tel que la diphénhydramine.

Comment Kymriah vous est-il administré ?

– Votre médecin vérifiera que les identifiants individuels du patient figurant sur la poche à perfusion de Kymriah correspondent à vos données personnelles.

– Votre médecin vous donnera Kymriah par perfusion, c’est-à-dire au goutte-à-goutte au moyen d’un tube placé dans votre veine. La perfusion dure habituellement moins de 1 heure.

– Le traitement par Kymriah consiste en une administration unique.

Après avoir reçu Kymriah

– Prévoyez de rester à moins de 2 heures de route de l’hôpital où vous avez été traité pendant au moins 4 semaines après avoir reçu Kymriah. Votre médecin vous recommandera de revenir quotidiennement à l’hôpital pendant au moins 10 jours et évaluera si vous avez besoin de rester hospitalisé pendant les 10 premiers jours après la perfusion. Cela permettra à votre médecin de vérifier que votre traitement est efficace et de vous aider en cas d’effets secondaires.

– Si les symptômes d’un «syndrome de relargage des cytokines» ou des symptômes neurologiques apparaissent, veuillez en informer immédiatement votre médecin. (Vous trouverez une liste des symptômes à la rubrique «Quels effets secondaires Kymriah peut-il provoquer ?» au paragraphe «très fréquents»).

– Bien que la plupart des cas de «syndrome de relargage des cytokines» ou de symptômes neurologiques surviennent au cours des quatre premières semaines après la perfusion, ils peuvent apparaître, ainsi que d’autres effets secondaires, à tout moment et exiger un traitement.

Si vous avez manqué un rendez-vous, appelez votre médecin ou l’hôpital le plus rapidement possible afin de reprendre rendez-vous.

Suivez les instructions de votre médecin. Si vous estimez que l’efficacité du médicament est trop faible ou au contraire trop forte, veuillez vous adresser à votre médecin.

Quels effets secondaires Kymriah peut-il provoquer ?

Comme tous les médicaments, Kymriah peut provoquer des effets secondaires, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Prévenez immédiatement votre médecin si vous présentez l’un des effets secondaires suivants après la perfusion de Kymriah. Ils surviennent habituellement dans les 8 premières semaines après la perfusion, mais ils peuvent également apparaître plus tard:

Très fréquent (concerne plus d’un utilisateur sur 10)

– une fièvre élevée et des frissons. Il peut s’agir des symptômes d’une affection grave appelée syndrome de relargage des cytokines. Les autres signes du syndrome de relargage des cytokines sont: des difficultés à respirer, des nausées, des vomissements, une diarrhée, une perte d’appétit, une fatigue, des douleurs musculaires, des douleurs articulaires, des gonflements, une faible pression artérielle, ou des vertiges/étourdissements, des maux de tête, une insuffisance cardiaque, pulmonaire et rénale ainsi qu’une atteinte du foie. Ces symptômes se manifestent presque toujours dans les 10 premiers jours après la perfusion.

– des problèmes tels qu’une altération de la réflexion ou des troubles de la conscience, une perte de l’état de conscience, délire, confusion, agitation, crises convulsives, difficulté à parler et à comprendre, difficultés à marcher;

– une sensation de chaleur, de la fièvre, des frissons ou des tremblements, des maux de gorge ou des ulcérations dans la bouche peuvent être les signes d’une infection.

Fréquent (concerne 1 à 10 utilisateurs sur 100)

– Une dégradation rapide des cellules tumorales causant le relargage de leur contenu dans le système sanguin. Ceci peut interférer avec le fonctionnement de divers organes du corps, notamment les reins, le cœur et le système nerveux (syndrome de lyse tumorale).

Autres effets secondaires éventuels

D’autres effets secondaires sont listés ci-dessous. Si ces effets secondaires sont marqués ou s’aggravent, informez-en votre médecin immédiatement.

Très fréquent (concerne plus d’un utilisateur sur 10)

– peau pâle, faiblesse, essoufflement dus à un nombre faible de globules rouges ou à un taux faible d’hémoglobines;

– ecchymoses ou saignements excessifs ou prolongés dus à un nombre faible de thrombocytes;

– fièvre avec un nombre dangereusement faible de globules blancs;

– risque accru d’infections dû au nombre anormalement faible de globules blancs;

– infections fréquentes et persistantes dues à une concentration diminuée d’anticorps dans votre sang;

– perte d’appétit;

– faiblesse, arythmie cardiaque ou confusion mentale, crampes musculaires en raison d’un faible taux des valeurs de sel dans le sang: phosphate, calcium, potassium, magnésium);

– valeurs élevées des enzymes hépatiques ou de la créatinine dans le sang indiquant que votre foie et vos reins ne fonctionnent pas normalement;

– anxiété, irritabilité;

– battements cardiaques rapides ou irréguliers;

– pression artérielle élevée;

– essoufflement, respiration difficile;

– toux;

– douleur abdominale, constipation;

– éruption cutanée;

– douleurs articulaires;

– troubles du sommeil;

– gonflement des chevilles, des membres et du visage.

Fréquent (concerne 1 à 10 utilisateurs sur 100)

– fièvre, malaise, foie grossi, jaunissement de la peau et des yeux, faible nombre de cellules sanguines dû à une activation immunitaire sévère;

– sensation vertigineuse ou perte de la conscience, bouffées vasomotrices au visage, éruption cutanée, démangeaisons, fièvre, détresse respiratoire ou vomissements, douleurs abdominales, diarrhée dus à une réaction liée à la perfusion;

– perte de poids;

– éruption cutanée, nausées, vomissements, diarrhée incluant des selles sanglantes (symptôme possible d’une réaction du greffon contre l’hôte, c.-à-d. lorsque les cellules greffées attaquent vos cellules)

– douleurs articulaires dues à des taux élevés d’acide urique;

– bilan sanguin anormal (taux élevé de: glucose, phosphate, potassium, calcium, magnésium, une enzyme appelée phosphatase alcaline permettant de détecter une maladie du foie, d-dimères de fibrine, ferritine sérique; faible taux de: une protéine sanguine appelée albumine, sodium);

– vertiges;

– convulsions, crises d’épilepsie;

– tremblements involontaires ou mouvements incontrôlés;

– picotements ou engourdissement, difficultés locomotrices dues à des lésions nerveuses;

– vision réduite

– soif;

– névralgies (douleurs nerveuses);

– détresse respiratoire, troubles respiratoires en position allongée, gonflements des pieds et des mains (symptômes possibles d’insuffisance cardiaque), arrêt des battements cardiaques;

– gonflements et douleurs dus à des caillots de sang;

– gonflements suite à des fluides qui sont passés des vaisseaux sanguins aux tissus environnants. Ceci peut conduire à une prise de poids;

– tension artérielle élevée;

– respiration accélérée, accumulation de liquide dans les poumons;

– flatulences et malaise dus à une accumulation de liquide dans l’abdomen;

– sécheresse buccale, irritation buccale, saignements dans la bouche, inflammation des gencives;

– peau et yeux jaunes en raison de taux anormalement élevés de bilirubine dans le sang;

– démangeaisons;

– transpiration excessive, sueurs nocturnes;

– douleurs musculaires et dorsales;

– syndrome grippal;

– défaillance de plusieurs organes;

Occasionnel (concerne 1 à 10 utilisateurs sur 1000)

– faiblesses ou paralysies des membres ou du visage, difficultés à parler (symptômes possibles d’un accident vasculaire cérébral suite à une circulation du sang réduite);

– peau chaude ou rougeur de la peau;

– toux accompagnée d’une expectoration de mucosités ou parfois de sang, fièvre, essoufflement ou difficultés à respirer.

Si vous remarquez des effets secondaires qui ne sont pas mentionnés dans cette notice, veuillez en informer votre médecin ou le cas échéant un centre spécialisé.

À quoi faut-il encore faire attention ?

Pour de plus amples renseignements, consultez votre médecin, qui dispose d’une information détaillée destinée aux professionnels.

Remarques concernant le stockage

Non pertinent

Que contient Kymriah ?

Principes actifs

Le principe actif de Kymriah est appelé tisagenlecleucel. Chaque poche pour perfusion de Kymriah contient une dispersion cellulaire de tisagenlecleucel à une concentration dépendante du lot de lymphocytes T autologues génétiquement modifiés pour exprimer un récepteur antigénique chimérique anti-CD19 (lymphocytes T viables porteurs d’un CAR). 1–3 poches contiennent un total de 1,2 x 106 à 6 x 108 lymphocytes T viables CAR-positifs.

Excipients

Glucose, chlorure de sodium, solution d’albumine humaine, dextran 40 pour injection, diméthylsulfoxyde, gluconate de sodium, acétate de sodium, chlorure de potassium, chlorure de magnésium, N-acétyltryptophanate de sodium, caprylate de sodium, aluminium et eau pour préparation injectable.

Numéro d’autorisation

66778 (Swissmedic)

Où obtenez-vous Kymriah ? Quels sont les emballages à disposition sur le marché ?

Kymriah n’est administré que sur prescription d’un médecin dans un centre de traitement qualifié.

Titulaire de l’autorisation

Novartis Pharma Schweiz AG, Risch; Domicile: 6343 Rotkreuz

Cette notice d’emballage a été vérifiée pour la dernière fois en mai 2020 par l’autorité de contrôle des médicaments (Swissmedic).

Source : Swissmedicinfo.ch (site accédé par Creapharma.ch le 20.02.2021, attention il ne s’agit pas de la date de mise à jour de la notice du médicament. La date de dernière mise à jour de la notice du médicament est mentionnée dans le paragraphe ci-dessus).

Avez-vous trouvé cet article utile ou avez-vous noté une faute ?

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 03.06.2021
Publicité