Publicité

Les compléments alimentaires à base de calcium semblent être mauvais pour le coeur

Infarctus du myocarde chez la femme, 5 informations essentielles à connaîtreBALTIMOREUne nouvelle étude se montre critique sur la prise de compléments alimentaires à base de calcium pour la santé cardiaque, ce n’est pas la première publiée à ce sujet. Après avoir analysé 10 ans de tests médicaux sur plus de 2’700 personnes, des chercheurs de l’Université Johns Hopkins notamment sont arrivés à la conclusion que la prise de calcium sous prise de compléments alimentaires pouvait augmenter le risque de formation de plaques au niveau des artères et endommager le cœur. Au contraire, la consommation d’aliments riches en calcium semblait exercer un effet protecteur sur le cœur.

Aux Etats-Unis environ 43% des adultes prennent un complément alimentaire contenant du calcium, selon les National Institutes of Health (NIH).

“Lorsqu’il s’agit d’utiliser des vitamines ou minéraux sous forme de complément alimentaire et en particulier le calcium pris souvent pour la santé des os, beaucoup d’Américains pensent que plus est toujours mieux,” a affirmé la Dr Erin Michos de l’Ecole de Médecine de l’Université Johns Hopkins qui a mené cette étude. Elle poursuit : “Mais notre étude amène des preuves sur le fait que l’excès de calcium consommé en complément alimentaire peut endommager le cœur et le système vasculaire.”

ostéoporose et sodaLes chercheurs ont notamment réalisé cette étude pour chercher à mieux connaître les effets du calcium sur le coeur et le système vasculaire, car des études publiées par le passé ont montré que :  “l’apport de calcium sous forme de complément alimentaire – surtout chez les personnes âgées – n’atteint pas les os ou est entièrement éliminé dans les urines, c’est pourquoi le calcium devrait s’accumuler dans les tissus mous”, a affirmé le Dr Johan Anderson, nutritionniste à l’Université de Caroline du nord et co-auteur de l’étude.

Les scientifiques savaient aussi qu’avec l’âge, des plaques de calcium se forment dans les principaux vaisseaux sanguins du corps, l’aorte et d’autres artères diminuant le débit sanguin et augmentant le risque de crise cardiaque.

Plus de 2’700 participants 

épinardLes chercheurs ont analysé des informations détaillées provenant d’une banque de données (Multi-Ethnic Study of Atherosclerosis) incluant plus de 6’000 personnes. Leur étude s’est concentrée sur 2’742 participants de cette banque de données qui ont répondu à un formulaire sur leurs habitudes alimentaires et ont effectué 2 tomodensitométries (CT-scans en anglais) pendant les 10 ans de la durée de l’étude. Les participants étaient âgées 45 à 84 ans avec 51% de femmes. L’étude a commencé en l’an 2000. Dans le formulaire, ils devaient notamment indiquer les aliments riches en calcium consommés comme des légumes à feuilles vertes, des céréales ou des aliments enrichis en calcium. Les chercheurs ont aussi noté les médicaments et compléments alimentaires pris par les participants. En 2000, au début de l’étude, 1’175 participants ont présenté des plaques dans leurs artères coronaires. L’examen du calcium sur des artères coronaires a été répété 10 ans après le début de l’étude pour évaluer et savoir si des maladies coronaires s’étaient développées ou non.

Résultats

Pour arriver à leurs conclusions, les chercheurs ont séparé les participants en 5 groupes en fonction de la prise totale de calcium, autant la prise par des compléments que par l’alimentation. Après des ajustements statistiques (ex. âge, taille…) les scientifiques ont séparé les 20% des participants avec la prise la plus élevée de calcium, c’est-à-dire supérieure à 1’400 mg de calcium par jour.
Dans ce groupe le risque de développer une maladie cardiaque (indiqué par l’examen du calcium sur les artères coronaires) était 27% inférieure que le groupe des 20% consommation le moins de calcium, soit moins de 400 mg de calcium par jour.

Parmi les participants consommant une quantité élevée de calcium par l’alimentation – plus de 1’022 mg par jour – il n’y avait pas d’augmentation relative du risque de développer une maladie cardiaque pendant les 10 ans de la durée de cette étude.

Ensuite, les chercheurs ont concentré leur travail sur la différence entre ceux prenant du calcium par l’alimentation et ceux par des compléments alimentaires. Dans la population totale prise en compte, 46% prenaient des compléments alimentaires à base de calcium.

Risque plus élevé avec les compléments alimentaires

En effectuant également des mesures statistiques de correction pour éviter des biais, ils ont constaté que ceux qui prenaient des compléments alimentaires présentaient un risque de 22% supérieur d’avoir plus de calcium sur les artères coronaires. Autrement dit, le risque de souffrir d’une maladie cardiovasculaire semblait être plus élevé que pour ceux consommant le calcium dans l’alimentation.

Mangez du “calcium”

“En fonction de ces résultats, nous pouvons dire à nos patients qu’il semble qu’il n’y ait aucun risque à manger des aliments riches en calcium, cela pourrait même être bénéfique pour le cœur”, affirme la Dr Michos. Elle relève aussi : “Mais les patients devraient vraiment discuter avec leur médecin en cas de prise d’un complément alimentaire à base de calcium pour trouver le bon dosage et même savoir s’il faut mieux arrêter ce traitement.”

Pourquoi une telle différence ?

“Il y a clairement quelque chose de différent entre la réponse du corps aux compléments alimentaires qui sont plus risqués par rapport au calcium provenant de l’alimentation,” affirme le Dr Anderson. Selon le spécialiste : “Il est possible que les compléments alimentaires contiennent des sels de calcium, ou la prise d’une grande quantité de calcium en une seule fois fasse que le corps soit incapable de le transformer.”

Les chercheurs relèvent toutefois qu’il s’agit d’une corrélation mais pas forcément d’un lien de cause à effet. Il s’agit néanmoins d’une étude de plus mettant en garde sur la prise de compléments alimentaires.

Cette étude a été publiée le 10 octobre 2016 dans la revue spécialisée Journal of the American Heart Association.

Le 14 octobre 2016. Par Xavier Gruffat (Pharmacien Dipl. EPF Zurich, MBA). Source : communiqué de presse de l’étude. Crédits photos : Fotolia.com

[maxbutton id=”1″]

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 16.10.2016