Publicité

La griffe du diable, responsable de saignements digestifs

La griffe du diable, responsable de saignements digestifsHarpagophytum Procumbens, ça vous dit quelque chose ? Plus connue sous le nom d’harpagophyton ou griffe du diable, cette plante africaine est utilisée dans le traitement des symptômes articulaires mineurs. Si son efficacité antalgique n’a jusqu’à présent pas été démontrée au-delà du placebo, les rédacteurs de la Revue Prescrire mettent en avant certains effets indésirables digestifs.

Les formes thérapeutiques de l’harpagophyton sont diverses : poudres, extraits aqueux ou hydro-alcooliques. Les auteurs de la dernière livraison de la Revue Prescrire rapportent des données allemandes selon lesquelles « 6 cas de saignements digestifs auraient été relevés chez des personnes prenant de l’harpagophyton. »

Sur la demande de Prescrire, l’Agence nationale du médicament (ANSM) a transmis un bilan des notifications enregistrées dans la base française de pharmacovigilance au 30 octobre 2012. Résultat, parmi la soixantaine d’effets indésirables imputables à l’harpagophyton, une gastrite hémorragique a été observée chez une patiente de 28 ans. Les autres effets indésirables reconnus sont des réactions allergiques et des sensations de vertiges. Selon l’Agence européenne du médicament (EMA), il existe un doute sur des troubles du rythme cardiaque.

« L’application locale de chaleur ou de froid, l’utilisation d’une canne en cas d’arthrose des membres inférieurs, la réduction de poids chez les personnes obèses, aident à soulager les douleurs articulaires », insistent les auteurs.  « Quand un médicament paraît souhaitable, le paracétamol est la référence pour le traitement de la douleur. Pour ce qui est de l’harpagophyton, autant l’écarter des soins. »

Ecrit par : Vincent Roche – Edité par : Emmanuel Ducreuzet

Source : Revue Prescrire, Mai 2013, Tome 33 n°355

© 1996-2013 Destination Santé SAS – Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de Destination Santé. Tout contrevenant s’expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle: jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende.

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 08.09.2017

Publicité