Publicité

Le sport parfois autant utile que les médicaments

Les médecins devraient prescrire « du sport sur ordonnance », selon les chercheurs

Le sport parfois autant utile que les médicamentsLONDRESUne large étude a montré que le sport pouvait s’avérer autant efficace voire davantage que les médicaments contre certaines maladies et notamment sur la mortalité. Le sport est particulièrement intéressant après un accident vasculaire cérébral (AVC), lors de certains problèmes cardiaques et en cas de pré-diabète de type 2, soit la phase qui précède le diabète de type 2.  Cette étude est parue début octobre dans la célèbre revue anglaise British Medical Journal.

Les chercheurs ont repris les données de plusieurs études antérieures portant sur 339 000 personnes souffrant entre autres de maladies cardiaques, d’AVC ou de pré-diabète de type 2. La London School of Economics au Royaume-Uni et la Harvard Medical School ont participé à cette méta-analyse.

Les scientifiques sont arrivés à la conclusion que les médecins devraient recommander toujours plus de l’exercice et de sport à leurs patients. Alors que les bienfaits du sport et de l’exercice sont bien connus et largement étudiés, il y avait jusqu’à présent peu d’étude comparant clairement la pratique de sport avec la prise de médicaments.

Des résultats très intéressants contre l’AVC

Cette étude a montré surtout un effet très favorable du sport après un AVC et notamment dans toute la phase de réhabilitation. En comparant les données entre les patients ayant pris des médicaments et ceux pratiquant du sport, les chercheurs ont montré que la pratique d’exercice  s’est avérée plus efficace que le traitement pharmacologique.

Si on regarde l’impact sur certaines maladies cardiaques ou sur la glycémie, importante dans l’apparition ou non d’un diabète de type 2, le sport s’est montré autant efficace que la prise de médicaments.  Seulement lors d’insuffisance cardiaque la prise de diurétiques s’est révélée supérieure au niveau de l’efficacité que le sport ou d’autres traitements médicamenteux.

Le sport sur ordonnance

Cette étude a clairement porté sur l’impact de la mortalité. Une notion toujours plus utilisée en médecine et dans les études scientifiques. Autrement dit la pratique de sport peut réduire autant que la prise de médicaments la mortalité, c’est-à-dire tout simplement prolonger la vie. De ce fait les chercheurs estiment que les médecins devraient prescrire véritablement « du sport sur ordonnance », prescrire des séances de fitness, de course à pieds, etc. Surtout lorsque les médicaments existants n’ont pas une efficacité totalement confirmée et prouvée.

Les chercheurs recommandent aussi à l’industrie pharmaceutique de commencer à comparer aussi leurs (nouveaux) médicaments à la pratique de sport et pas seulement à un placebo. Selon Creapharma, ce point est probablement un vœu pieux, car l’industrie pharmaceutique qui pèse plus de 800 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel ne voudra probablement pas voir ses parts de marché diminuer au profit de salles de sport ou de fitness.

Au vu de la forte médiatisation de cette étude, certaines organisations de santé britanniques comme Diabètes UK se sont manifestées pour rappeler que la pratique de sport et d’exercice dans la prévention de nombreuses maladies était déjà connue depuis longtemps. Ils ont aussi bien précisé qu’il ne faut jamais arrêter un traitement en cours et ne pas pratiquer l’automédication lors de maladie chronique. Autrement dit il ne faut pas brusquement arrêter tous ses médicaments et se lancer immédiatement dans la pratique de sport sans en parler au préalable à son médecin.

A lire aussi : Le sport sur ordonnanceContre le diabète, le sport c’est tout bon

Le sport parfois autant utile que les médicaments

11 octobre 2013, par Xavier Gruffat, pharmacien (dipl. ETH Zurich, Suisse) – Texte en grande partie traduit de notre site en allemand (Kreapharma.ch)

Informations sur l’étude (meta donnés)

Nom original de l’étude (en général en anglais) Date de publication Média Institution, université
Comparative effectiveness of exercise and drug interventions on mortality outcomes: metaepidemiological study 1er octobre 2013 British Medical Journal London School of Economics, Royaume-Uni (UK) – Harvard Medical School, Etats-Unis (USA)
Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 08.09.2017

Publicité