Publicité

Les femmes prennent du poids lorsqu’il y a de fortes pressions au travail

GÖTEBORG – De fortes pressions au travail semblent prédisposer les femmes à prendre du poids, qu’elles aient reçu ou non une formation universitaire. C’est ce qui ressort d’une étude menée auprès de plus de 3’800 personnes en Suède et publiée le 25 janvier 2019 dans le journal International Archives of Occupational and Environmental Health (DOI : 10.1007/s00420-018-1392-6).

Les femmes prennent du poids lorsqu’il y a de fortes pressions au travail« Nous avons pu constater que les exigences professionnelles élevées jouaient un rôle dans le gain de poids des femmes, alors que pour les hommes, il n’y avait aucun lien entre les exigences élevées et le gain de poids », explique Sofia Klingberg, chercheuse en médecine communautaire et en santé publique à l’Académie Sahlgrenska, Université de Gothenburg, et auteur principal de cette étude.
L’article, publié dans la revue International Archives of Occupational and Environmental Health, se fonde sur le Västerbotten Intervention Program, une étude suédoise basée sur la population. L’étude de Klingberg portait sur 3’872 participants à ce programme.
20 ans de suivi
Les femmes et les hommes de l’étude ont fait l’objet de trois enquêtes sur une période de 20 ans portant sur des variables telles que le poids corporel, les exigences et le contrôle au travail. Ils ont été suivis soit de 30 à 50 ans, soit de 40 à 60 ans.
Pour estimer le niveau des exigences du poste, on a demandé aux participants s’ils disposaient de suffisamment de temps pour s’acquitter de leurs fonctions et à quelle fréquence les exigences devenaient trop fortes. Ils devaient également préciser s’ils étaient soumis à des pressions psychologiques.
Les questions sur le contrôle au travail portaient notamment sur la fréquence à laquelle ils apprenaient quelque chose de nouveau, sur la question de savoir si le travail exigeait de l’imagination ou des compétences avancées, et si la personne enquêtée était personnellement capable de choisir quoi faire et comment le faire.

Gain de poids d’environ 20% chez les femmes

Les résultats montrent que les participants ayant un faible degré de contrôle dans leur travail ont plus fréquemment pris beaucoup de poids, défini comme un gain de poids de 10 % ou plus, au cours de l’étude. Cela s’appliquait aussi bien aux femmes qu’aux hommes.

D’autre part, l’exposition à long terme à des exigences professionnelles élevées n’a joué un rôle que pour les femmes. Chez un peu plus de la moitié des femmes qui avaient été soumises à des exigences élevées, une augmentation importante du poids a eu lieu au cours des 20 dernières années. Ce gain de poids était d’environ 20% plus élevé que chez les femmes dont les exigences professionnelles étaient faibles.

« En ce qui concerne les exigences professionnelles, seules les femmes ont été touchées. Nous n’avons pas enquêté sur les causes sous-jacentes, mais il se peut qu’il s’agisse d’une combinaison d’exigences professionnelles et d’une plus grande responsabilité pour le foyer que les femmes assument souvent. Il peut donc être difficile de trouver le temps de faire de l’exercice et de mener une vie saine », explique Mme Klingberg.

Peu d’influence de la formation académique et de l’alimentation

Le fait d’avoir eu ou non une formation académique n’explique pas les associations de l’étude. La qualité de l’alimentation ou d’autres facteurs liés au mode de vie non plus. Cependant, l’information sur l’apport alimentaire provient des enquêtés eux-mêmes, avec un certain risque de déclaration incorrecte.

En même temps, étant donné les problèmes associés au stress lié au travail, l’étude est pertinente sur le plan de la santé publique. Les chercheurs pensent que l’identification des groupes sensibles au stress et les efforts visant à réduire le stress lié au travail permettraient probablement de réduire non seulement la prise de poids, mais aussi l’incidence des problèmes de santé, notamment les maladies cardiovasculaires et le diabète.

Le 30 janvier 2019. Par la rédaction de Creapharma.ch (supervision scientifique par Xavier Gruffat, pharmacien). Sources : Communiqué de presse de l’étude (en anglais). Référence : International Archives of Occupational and Environmental Health (DOI : 10.1016/j.jacc.2018.10.060). Crédit photos : Adobe Stock

Résumé :

Une exposition à long terme à des exigences professionnelles élevées est liée à un gain de poids chez les femmes. C’est ce que révèle une étude menée pendant 20 ans auprès de 3’872 participants et publiée dans le journal International Archives of Occupational and Environmental Health (DOI : 10.1007/s00420-018-1392-6).  Un gain de poids d’environ 20% a été observé lors de cette étude. Les hommes ont été moins affectés et la formation académique tout comme d’autres facteurs liés au mode de vie, comme l’alimentation, n’avaient pas d’incidence particulière sur les résultats.

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 30.01.2019