Publicité

Les médecins ne donnent pas assez de conseils ou d’outils pour aider les jeunes à cesser de fumer

BOSTON – Dans un contexte où la consommation de cigarettes électroniques augmente de plus en plus, 95 % des adolescents et des jeunes adultes ayant un trouble lié à l’usage de la nicotine n’obtiendraient aucun conseil ou traitement médical de la part de leur médecin. C’est ce que révèle une étude publiée le 23 septembre 2019 dans JAMA Pediatrics.

À une époque où la croissance rapide de la cigarette électronique “vaping”, chez les jeunes, menace d’inverser des décennies de progrès dans la réduction du tabagisme, une vaste étude publiée dans JAMA Pediatrics révèle que les professionnels de la santé ne parviennent pas à utiliser les outils existants pour aider les jeunes gens à arrêter de fumer.

Etude sur 80’000 adolescents et jeunes adultes

Les médecins ne donnent pas assez de conseils ou d'outils pour aider les jeunes à cesser de fumerLes données de Medicaid provenant de plus de 80’000 adolescents et jeunes adultes ayant reçu un diagnostic de trouble lié à l’usage de la nicotine indiquent que seulement quatre pour cent d’entre eux ont reçu des conseils pour les encourager à cesser de fumer, seulement 1,2 pour cent se sont vu prescrire des médicaments pour les aider à cesser de fumer et seulement un sur 1 000 a reçu des conseils et un traitement, une combinaison qui pourrait doubler ou tripler leurs chances de cesser de fumer.
« Nous avons des traitements qui ont fait leurs preuves pour les personnes âgées et qui sont aussi très susceptibles de fonctionner pour les jeunes.  Ne pas utiliser ces traitements est une occasion manquée », explique Nicholas Chadi, MD, MPH, pédiatre au Boston Children’s Hospital et premier auteur sur le papier.
Dépendance à la nicotine
La nicotine, principal ingrédient actif de la plupart des produits du tabac, crée une forte dépendance.  On estime que 20 à 30 pour cent de tous les fumeurs développent un trouble d’usage de la nicotine, incapables d’y renoncer et souffrant de symptômes de sevrage s’ils essaient.  Ses effets potentiels sur la santé sont bien connus, et les jeunes courent un risque supplémentaire parce que leur cerveau est encore en développement.

Absence de traitement ou de conseil

Depuis 15 ans ou plus, l’American Academy of Pediatrics a publié des lignes directrices périodiques concernant l’usage des produits du tabac chez les enfants.  Ils exhortent les pédiatres à demander à leurs patients si eux-mêmes ou des membres de leur famille fument ou utilisent des cigarettes électroniques, à les informer des dangers des produits du tabac, à les encourager à cesser de fumer et, pour ceux qui sont dépendants, à leur offrir des médicaments pour les aider à cesser de fumer.  Parmi les options médicales, mentionnons le traitement de remplacement de la nicotine (doses décroissantes de nicotine administrées par timbre cutané, gomme ou pastille) et deux autres médicaments : le bupropion et la varénicline.

Mais est-ce que ces choses se font ?  Pour le découvrir, le Dr Chadi et ses collègues ont puisé dans une base de données de quelque 3,5 millions de patients Medicaid, âgés de 10 à 22 ans, dans 11 États.  Au cours d’une période de 18 mois en 2014 et 2015, 3,8 pour cent des patients avaient reçu un diagnostic de trouble lié à l’usage de la nicotine.  Parmi un plus petit groupe de patients qui avaient six mois de suivi après le diagnostic, 95% n’avaient reçu aucun traitement ou conseil en relation avec leur trouble lié à l’usage de la nicotine.

Augmentation de l’usage de la nicotine

L’équipe espère que le document aidera à persuader les professionnels de la santé – y compris les pédiatres, les infirmières praticiennes et les fournisseurs de soins de santé en milieu scolaire – de tirer parti des interventions à leur disposition, surtout à la lumière de la récente résurgence de la consommation de nicotine par la cigarette électronique.

« En tant que fournisseurs, nous avons ici une occasion extraordinaire d’intervenir et d’aider les générations futures à prévenir les conséquences à long terme des troubles liés à l’usage de la nicotine sur la santé », a déclaré Scott Hadland, MD, MPH, MS, auteur principal du rapport et pédiatre et spécialiste en toxicomanie au Grayken Center for Addiction du Boston Medical Center.  « Nous avons des outils dont nous savons qu’ils sont efficaces pour réduire la dépendance à la nicotine, et nous devons mettre ces outils entre les mains des personnes compétentes. »

 Les cigarettes électroniques attirent les jeunes

Les médecins ne donnent pas assez de conseils ou d'outils pour aider les jeunes à cesser de fumerLe tabagisme chez les adolescents avait presque quintuplé depuis le rapport du Surgeon General de 1964 qui mettait en garde contre les risques pour la santé.  Mais au cours de la dernière décennie, la popularité croissante des cigarettes électroniques a fait augmenter le tabagisme chez les jeunes.  L’utilisation de la cigarette électronique chez les élèves du secondaire a augmenté de près de 80 % en une seule année, de 2017 à 2018, alors que les nouveaux appareils de vaping, les saveurs de bonbons et les campagnes de marketing axées sur les jeunes ont attiré un élève sur cinq à les essayer.
Ce qui est encore plus inquiétant, c’est qu’au Canada, une hausse semblable de la consommation de cigarettes électroniques s’est accompagnée d’une augmentation de 50 % de la consommation de cigarettes traditionnelles en une seule année.  L’équipe craint que nous ne voyions bientôt la même tendance aux États-Unis, car les étudiants commencent à fumer des cigarettes électroniques parce qu’elles sont bon marché, amusantes et facilement accessibles, et qu’ils passent ensuite aux cigarettes ordinaires lorsque la cartouche de nicotine sera vide.  Cela pourrait conduire à une ” nouvelle épidémie de nicotine ” chez les jeunes Américains, dit le Dr Chadi, rendant ainsi inutile les progrès récents.

Le 25 septembre 2019. Par la rédaction de Creapharma.ch (supervision scientifique par Xavier Gruffat, pharmacien). Sources : Communiqué de presse de l’étude (en anglais). Référence : JAMA Pediatrics. Crédit photos : Adobe Stock

Résumé

Les jeunes sont de plus en plus attirés par les cigarettes électroniques qui pourraient par la suite les inciter à fumer des cigarettes ordinaires. Une étude publiée le 23 septembre 2019 dans JAMA Pediatrics montre que 95 % des adolescents et des jeunes adultes ayant un trouble lié à l’usage de la nicotine n’obtiendraient aucun conseil ou traitement médical de la part de leur médecin. Ce dernier pourrait pourtant les informer des dangers des produits du tabac, les encourager à cesser de fumer et, pour ceux qui sont dépendants, leur offrir des médicaments pour les aider à cesser de fumer.

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 26.09.2019