Publicité

Paludisme : de nouvelles armes pour éliminer le parasite ?

Paludisme : de nouvelles armes pour éliminer le parasite ?Une nouvelle piste se dessine dans la lutte contre le paludisme. Une équipe franco-britannique en effet, vient d’identifier deux molécules qui pourraient enrayer la croissance de Plasmodium falciparum, le parasite responsable de la maladie. Alors que de plus en plus de résistances se développent contre les traitements actuels, c’est un espoir majeur.

P. falciparum est l’espèce la plus pathogène des parasites qui transmettent le paludisme. Ce parasite est responsable de l’ensemble des cas mortels, dont le nombre est estimé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) à environ 655 000 par an dans le monde. Les zones tropicales d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine sont les plus frappées par la maladie.

Des résultats encourageants

Aujourd’hui, aucun vaccin n’est disponible pour nous protéger de cette maladie. Et les résistances aux traitements standards s’avèrent de plus en plus problématiques. La découverte d’Artur Scherf, chef de l’Unité de Biologie des Interactions Hôte/Parasite de l’Institut Pasteur, CNRS URA 2581 et de son équipe, pourrait faire renaître l’espoir de lutter efficacement contre la malaria. Ils ont identifié deux molécules, baptisées BIX-01294 et TM2-115, capables d’entraîner « rapidement et de manière irréversible, la mort du parasite ».

Pour s’en assurer, les chercheurs ont testé l’efficacité de la première in vitro avec succès sur P. falciparum. « Après 12 heures d’incubation, BIX-01294 provoque la disparition totale du parasite », soulignent les auteurs. Un autre essai a été mené in vivo sur P. berghei, un parasite provoquant le paludisme chez le rongeur. Ils ont constaté une nette diminution de la présence du parasite après administration de TM2-115. Des études complémentaires seront bien sûr nécessaires avant que la mise au point d’un traitement efficace chez l’homme puisse être envisagée.

Source : Institut Pasteur, CNRS, 27 septembre 2012

© 1996-2012 Destination Santé SAS – Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de Destination Santé. Tout contrevenant s’expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle: jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende.

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 04.08.2017