Publicité

Les statines ont plus de bénéfices que de risques pour la santé (étude)

Infarctus du myocarde chez la femme, 5 informations essentielles à connaîtreOXFORD (R.-U.)Une grande analyse ou revue d’études a été publiée par le célèbre journal scientifique britannique The Lancet afin d’aider les médecins, patients et le grand public à être mieux informé sur l’utilisation des statines. Il s’agit de médicaments très utilisés dans le monde qui ont pour fonction principale d’abaisser le taux de cholestérol dans le sang. On estimait en 2013 que 5 à 6 millions de Français consommaient des statines. Selon les scientifiques anglais, les bénéfices pour la santé de ces médicaments ont été sous-estimés et leurs effets secondaires exagérés, en raison notamment d’une incapacité à reconnaître correctement la richesse des données provenant d’essais randomisés. Au niveau technique, cette étude critique les études dites observationnelles qui mènent parfois à des biais statistiques. 

Peu d’effets secondaires

Les travaux de recherche sur les statines durent depuis plus de 30 ans et ont généré un nombre élevé de données à partir d’une grande variété de patients. Cette revue ou analyse d’études (review en anglais) arrive à plusieurs conclusions sur l’efficacité et la sécurité des statines.
Les 15 médicaments les plus innovants de ces 25 dernières annéesEn abaissant le taux de cholestérol de 2 mmol/L avec l’atorvastatine 40 mg par jour pendant 5 ans, sur 10’000 patients on pourrait prévenir un événement cardiovasculaire sérieux comme une crise cardiaque ou un AVC chez 1000 patients avec une maladie vasculaire préexistante (on parle de “prévention secondaire”) et chez 500 personnes qui sont à risque élevé comme par exemple ceux souffrant d’hypertension, d’un âge avancé ou de diabète mais qui n’ont jamais connu un événement vasculaire (“prévention primaire”).
En terme d’effets secondaires toujours sur ces 10’000 patients, on observerait 5 cas de myopathie (1 cas parmi les 5 pourrait évoluer vers une maladie grave appelée rhabdomyolyse, si la statine n’est pas arrêtée), 5 à 10 cas d’AVC hémorragique, 50 à 100 nouveaux cas de diabète et jusqu’à 50 à 100 nouveaux cas d’effets secondaires symptomatiques comme des douleurs musculaires.

Les bénéfices dépassent les risques

Les auteurs estiment que malgré le fait que d’autres recherches puissent identifier des petits changements au niveau des bénéfices et effets secondaires, cette grande étude donne un cadre important à la prise de statines.
Causes AlzheimerL’auteur de cette analyse d’études, le Prof. Rory Collins de l’Université d’Oxford au Royaume-Uni précise : “Notre étude montre que le nombre de personnes qui peuvent éviter d’avoir une crise cardiaque ou un AVC en prenant des statines est bien plus élevé que le nombre de personnes ayant des effets secondaires. De plus, la plupart des effets secondaires sont réversibles sans effet résiduel après l’arrêt des statines. Par contre, les effets d’un infarctus du myocarde ou d’un AVC sont irréversibles et peuvent être dévastateurs.” Dans un communiqué de presse, le professeur anglais s’attaque à certains médias et personnes critiques envers ces médicaments et précise : “Par conséquent, c’est un coût important pour la santé publique de faire des déclarations trompeuses au sujet des taux élevés d’effets secondaires qui dissuadent les gens de prendre des statines, malgré les avantages prouvés.”

Le Prof. Liam Smeeth, qui a aussi participé à l’étude ajoute : “Les meilleures preuves scientifiques nous disent que les statines sont efficaces et sûres, elles ont un rôle crucial dans la prévention de maladies cardiovasculaires, la première cause dans le monde de morbidité et de mortalité.”

Etude en détail

Cette revue d’études a analysé les forces mais aussi les limites de différents types d’études. Les essais contrôlés randomisés sont un moyen robuste et reconnu afin de déterminer l’effet des traitements. Alors que les études observationnelles fondées sur des bases de données peuvent générer des hypothèses sur les associations entre l’utilisation des médicaments et des effets sur la santé, les essais randomisés peuvent déterminer la cause et l’effet.

Essai contrôlé randomisé

Dans un essai contrôlé randomisé, les patients sont divisés au hasard (random en anglais) en 1 ou plusieurs groupes, par exemple un groupe reçoit le médicament et l’autre un placebo. Les chercheurs comparent ensuite les résultats obtenus dans chacun des groupes.

Une méta-analyse ou étude d’études permet de mettre ensemble les preuves d’un essai contrôlé qui a examiné le même traitement (par ex. une statine). En incluant des données à partir d’un ensemble de patients plus grand et plus diversifié, il est possible d’augmenter la fiabilité et la généralisation des résultats.

Par contre, les études observationnelles comparent les résultats de personnes qui ont reçu un traitement particulier (ex. statine) par leur médecin avec les personnes qui ne l’ont pas reçu. Les médecins prescrivent des médicaments aux patients sélectionnés pour de bonnes raisons, de sorte que l’état de santé des patients ayant reçu un traitement peut être très différent de ceux n’ayant pas reçu ce traitement.

Critique des études observationnelles 

De plus, les patients qui se sont faits prescrire un médicament savent ce qu’ils reçoivent. Il est possible que le médecin ait averti les patients des effets secondaires du médicament. Par exemple, les patients peuvent attribuer un effet secondaire comme dans le cas des statines, des troubles musculaires, au médicament en question. En conséquence, bien que les études observationnelles puissent être en mesure de détecter des augmentations importantes dans des effets secondaires habituellement rares, ces études ne sont pas en mesure de produire des données fiables sur les effets des traitements médicamenteux notamment lorsque les effets secondaires sont fréquents.

Preuves scientifiques

Des preuves provenant de grande études de population, en combinaison avec des études sur des animaux, des recherches génétiques ainsi que des essais contrôlés randomisés ont montré un lien de cause à effet entre des niveaux élevés de LDL (le “mauvais cholestérol”) dans le sang et un risque plus élevé de maladies (cardio)vasculaires.

Interrogé par le média américain CBSNews, le Dr. Steven Nissen de la chaire de médecine du célèbre hôpital Cleveland Clinic aux Etats-Unis commente cette étude : “C’est très approprié et cette revue d’études adopte une position forte, je partage cette analyse.” Il poursuit : “Les statines ont permis de sauver beaucoup de vies, alors que les risques restent très minces.”

Cette étude a été publiée le 8 septembre 2016 dans la revue scientifique The Lancet.

Polémique française

En France, une polémique avait éclaté en 2013 sur l’utilisation des satines suite à la publication d’un livre du Prof. Phillipe Even “La vérité sur le Cholestérol”. Dans cet ouvrage le professeur français se montrait très critique et estimait que dans la plupart des cas l’utilisation préventive des statines pour abaisser le taux de cholestérol était inutile, car selon ses analyses les statines ne réduisent pas le taux de mortalité.
Dans les pays anglo-saxons aussi on peut trouver des polémiques sur les statines, avec notamment une vidéo du scientifique canadien Daniel Levitin très regardée sur les sites YouTube et TED, dans sa vidéo (“How to stay calm when you know you’ll be stressed“, voir dès la 6ème minute) il adresse une critique sur l’intérêt des statines.

Théories de la conspiration ? Analyse de Creapharma

Ce qui est important de comprendre est que presque toutes les statines sont désormais passées dans le domaine public, autrement dit l’industrie pharmaceutique gagne désormais assez peu d’argent avec ces médicaments génériques. Au Royaume-Uni, certaines statines sont vendues à des prix très bas, 2 Livres (Pounds) par mois de traitement ou moins de 2,5 Euros au cours du 9 septembre 2016. Il est évident que l’industrie pharmaceutique cherche parfois à manipuler ou influencer, comme le font les médias en général et de nombreux autres secteurs dans le capitalisme afin d’augmenter les ventes, autant ne pas être naïf. Mais dans le cas des statines, il ne faut probablement pas chercher des théories de la conspiration. Cette étude très sérieuse de la revue médicale The Lancet de la très renommée Université d’Oxford nous montre le chemin à suivre autant pour les médecins que pour les patients. En 2016, on peut l’affirmer avec désormais peu de doutes, les statines présentent la plupart du temps plus de bénéfices que de risques pour la santé. Votre médecin vous conseillera bien entendu de façon personnalisée.

Le 9 septembre 2016. Par Xavier Gruffat (Dipl. Pharmacien ETH Zurich, Dipl. MBA). Sources : communiqué de presse de l’étude, CBSNews. Extrait (Abstract) de l’étude. Crédits photos: Fotolia.com

Informations utiles divulguées par Creapharma.ch, non par l’étude mentionnée ci-dessus

En principe, les valeurs normales de référence de la lipidémie sont les suivantes (ces valeurs peuvent toutefois varier en fonction du pays et d’autres paramètres médicaux):

LDL (ou LDL-C) : 3,5 – 4,5 mmol/L ou 1,35 -1,75 g/L (ou 135 – 175 mg/dL), dans les groupes à haut risque cardio-vasculaire, le but est que le patient atteigne moins de 70 mg/dL de LDL

HDL (ou HDL-C) : 0,9 – 1,6 mmol/L ou 0.35 – 0,62 g/L (ou 35 – 62 mg/dL)

TG : 0,60 – 1,70 mmol/L ou 0,52-1,50 g/L (ou 52-150 mg/dL)

Lire aussi : dossier complet sur le cholestérol, statines

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 09.09.2016