Armoise annuelle

Résumé

Plante médicinale contenant de l’artémisinine, une molécule antipaludique, utilisée principalement en Afrique sous forme de gélule pour soigner le paludisme (malaria).

Publicité
artemisia annua
Noms

Noms français : armoise annuelle, absinthe chinoise
Nom scientifique : Artemisia annua L.
Nom anglais : sweet wormwood, Chinese wormwood
Nom allemand : Einjährige Beifuß
Nom italien : artemisia annuale
Nom portugais : losna-verde, artemísia
Nom espagnol : ajenjo dulce
Nom chinois: qinghao (青蒿)

Famille

Asteraceae (Astéracées)

Constituants

– Lactone sesquiterpénique: artémisinine
– Flavonoïdes
– Huile essentielle riche en monoterpènes

Parties utilisées

– Feuilles, plante entière

​Effets

– Antipaludique, antifongique (huile essentielle)

Indications

Armoise annuelle - malariaEn usage interne :
– Paludisme (malaria), dermatites (en médecine traditionnelle chinoise), migraine, fièvre, mycoses (en huile essentielle). Lupus (en médecine populaire)

Effets secondaires

Veuillez lire la notice d’emballage

Contre-indication

Veuillez lire la notice d’emballage

Interactions

Veuillez lire la notice d’emballage

Noms des préparations

Demandez conseil à votre pharmacien pour plus d’informations. En Afrique disponible sous forme de poudre ou gélule.

Préparations – Sous quelle forme ? (formes galéniques)

– Gélule (à base de poudre), comprimé d’armoise annuelle

– Tisane d’armoise annuelle

Où pousse l’armoise annuelle ?

L’armoise annuelle est originaire de Chine, elle pousse dans les zones tempérées chaudes (source: Wikipedia.org). On trouve actuellement des cultures d’armoise annuelle dans d’autres régions que la Chine comme l’Europe et l’Afrique (ex. Madagascar).
C’est une plante mesurant de 80 à 150 cm de hauteur.

​Remarques

– L’armoise annuelle est une plante traditionnelle chinoise utilisée depuis plus de 2’000 ans pour soigner plusieurs maladies, y compris le paludisme. Cette plante est aussi utilisée dans la médecine traditionnelle indienne.

Publicité

– Des études ont prouvé l’efficacité de l’armoise annuelle contre le paludisme.
Pour soigner le paludisme, l’OMS recommande toutefois de l’associer à d’autres traitements contre la paludisme, il faudra éviter une monothérapie en utilisant seulement de l’artémisinine. Cette recommandation permet d’éviter les cas de résistances à cet antipaludique naturel.

– Le 5 octobre 2015, le prix Nobel de médecine a été attribué à 3 chercheurs, l’un de ces lauréats était la Chinoise Tu Youyou qui a notamment travaillé pendant plusieurs années pour le compte du gouvernement chinois à la fin des années 1960 dans la lutte contre le paludisme. Ses travaux de recherche ont abouti à l’extraction de l’artémisinine, principe actif de l’armoise annuelle (Artemisia annua). Actuellement l’artémisinine est le seul traitement disponible dans des cas graves de paludisme. Mme Youyou a réussi à intégrer dans son travail des éléments de la médecine traditionnelle et de la recherche scientifique moderne.
Mme Youyou et son équipe ont analysé plus de 2’000 remèdes de la médecine traditionnelle chinoise (MTC) présentant un potentiel dans la lutte contre le paludisme. De tous ces remèdes, ils sont arrivés à 380 extraits de plantes qu’ils ont ensuite testé sur des souris. L’un de ces extraits s’est avéré un fébrifuge efficace lors des excès de fièvre provoqués par le paludisme. Cet extrait provenait de l’armoise annuelle (Artemisia annua). Mme Youyou et son équipe ont modifié le processus d’extraction et ont isolé, au début des années 1970, l’ingrédient actif de l’armoise annuelle à savoir l’artémisinine. Son travail a seulement été rendu public en 1977, après la fin des restrictions du gouvernement chinois. Lire davantage

Armoise annuelle - Artemisia annua
Lire aussi :

Publicité



Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 14.05.2018