Publicité

Accueil » Plantes médicinales » Banisteriopsis caapi (aysahuasca)

Banisteriopsis caapi (aysahuasca)

Banisteriopsis caapi est une plante médicinale, plus précisément une liane, originaire d’Amazonie. La plante est surtout connue pour la préparation du breuvage ou thé (chá en portugais) appelé ayahuasca qui est un mélange de deux plantes (en tout cas en général au Brésil) : Banisteriopsis caapi et Psychotria viridis.

Noms

Noms français : Banisteriopsis caapi, aysahuasca (c’est en fait le nom du breuvage, avec une autre plante Psychotria viridis Ruiz & Pav.)
Nom scientifique :  Banisteriopsis caapi (Spruce ex Griseb.) C.V.Morton, 1931
Nom portugais : cipó, caapi, yagê, aysahuasca, mariri, jagube, Santo Daime, etc.
Nom anglais : Banisteriopsis caapi, ayahuasca, jagube, caapi ou yagé (yage)

Famille

Malpighiaceae

Constituants / Principes actifs

Alcaloïdes (harmine, harmaline, tétrahidroarmine)1.
Remarque sur le DMT :
– Dans l’ayahuasca, il semble que cela soit surtout l’alcaloïde diméthyltryptamine (N,N-diméthyltryptamine, DMT) qu’on retrouve dans l’autre plante de ce breuvage soit Psychotria viridis qui soit responsable de l’effet hallucinogène. Il s’agit d’une molécule psychotrope puissante. L’effet hallucinogène du DMT est quasi immédiat et de courte durée. La DMT est répertoriée dans la Convention sur les substances psychotropes de 1971 ce qui rend son usage règlementé et surveillé ; dans certains pays, sa possession, sa consommation ou son trafic peuvent être interdits. 
– L’ingestion du DMT ne peut pas se faire seule, car la molécule est détruite par l’enzyme gastrique appelée monoamine oxydase. Mais le fait de consommer le DMT avec des alcaloïdes comme l’harmine qui sont des inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) permet justement une absorption en prise orale (breuvage, thé).

Parties utilisées

Ecorce ou branches (pour préparation de l’ayahuasca)

Effets

Les alcaloïdes inhibent la monoamine oxydase (MAO). Les alcaloïdes ont un effet hallucinogène.

Indications

– Agit comme hallucinogène
– Pourrait aider à lutter contre la dépression
– Pourrait aider à lutter contre les addictions (drogues)

Effets secondaires

Le breuvage de l’ayahuasca mène presque toujours à des nausées et vomissements, des diarrhées sont aussi possibles.

Où pousse la plante ?

On trouve la plante Banisteriopsis caapi à l’état naturel dans les régions tropicales du Pérou, de Bolivie, du Brésil, du Venezuela, de Panama et sur la côte pacifique de Colombie et d’Equateur.

Remarques

– Banisteriopsis caapi est une plante considérée par les communautés d’Amazonie comme sacrée. La plante guérit de nombreuses maladies en agissant comme un véritable médicament. Elle est aussi utilisée pour une communication avec le monde spirituel dans divers rituels. D’un point de vue scientifique, cette “communication spirituelle” provient des effets hallucinogènes de la plante (ex. ayahuasca, lire ci-dessous).
Ayahuasca
– La plante est surtout connue au Brésil, en Amérique latine et dans le monde à cause de son utilisation pour la préparation du breuvage ayahuasca, appelé aussi yagé. Cette préparation, appelée thé au Brésil (chá) est un mélange sous forme d’extraits de deux plantes médicinales, justement Banisteriopsis caapi et Psychotria viridis (riche en diméthyltryptamine ou N,N-diméthyltryptamine, appelé aussi DMT). Le breuvage ayahuasca fait l’objet de nombreuses études scientifiques, notamment pour son utilisation possible en psychiatrie pour lutter contre la dépression, notamment lors de résistance aux antidépresseurs classiques. Les effets de l’ayahuasca apparaissent rapidement après ingestion (à partir d’environ 20 à 30 minutes) et se poursuivent pendant plusieurs heures. 
– Au Brésil l’ayahuasca est consommé dans les années 2020 également dans les grandes villes du pays (ex. Sao Paulo) et pas seulement en Amazonie en général sous forme de rituel sous la direction d’un chaman avec une retraite en province (intérieur du pays) dans une forêt. Ce sont souvent des psychologues, psychiatres ou personnes désirant “mieux se connaître” qui prennent part à ces rituels, il y a aussi des “sectes” comme l’Église de Santo Daime (Santo-Daime) ou l’Union du végétal (UDV) qui utilisent l’ayahuasca. Il faut savoir que l’ayahuasca mène dans la grande majorité à des vomissements. Le breuvage de l’ayahuasca est divisé en sous-types dont les mélanges, les effets et les rituels d’utilisations varient d’une société amazonienne à l’autre. 
En savoir plus : découvrez un long article à ce sujet du site Wikipedia

Sources : 
Littérature sur les plantes médicinale (surtout du Brésil, en portugais), page Wikipedia de la plante en français.

Rédaction : 
Xavier Gruffat (Pharmacien)

Crédits photos :
Adobe Stock, Creapharma.ch (Pharmanetis Sàrl)

Dernière mise à jour : 
24.10.2021

Avez-vous trouvé cet article utile ou avez-vous noté une faute ?

Notes de bas de page et références :

  1. McKenna, Dennis J., G. H. N. Towers, and F. Abbot. “Monoamine Oxidase Inhibitors in South American Hallucinogenic Plants: Tryptamine and beta-Carboline Constituents of Ayahuasca,” Journal of Ethnopharmacology. Vol. 10 (photocopy), 1984 – lien (le lien marchait le 24 octobre 2021)

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 24.10.2021
Publicité