Cancer du cerveau




Définition

Le cancer du cerveau est une tumeur qui a pour origine l’intérieur du crâne, il est provoqué comme les autres cancers par une division anormale de cellules. Les tumeurs peuvent être bénignes ou malignes. Une tumeur du cerveau peut aussi être secondaire, c’est-à-dire provenant d’une métastase.

Mais attention, une tumeur bénigne du cerveau qui a une tendance naturelle à se développer plus lentement, peut aussi s’avérer grave et menacer la vie du patient. Une tumeur bénigne doit être contrôlée par un médecin pour être sûr qu’elle n’est pas en train de croître.

On différencie plusieurs formes de cancer du cerveau.

Gliomes
Les gliomes ou neurogliomes sont des tumeurs qui ont pour origine les cellules responsables pour apporter un soutien et nourrir les neurones, les cellules gliales. Selon le type de cellule gliale, la tumeur peut être un astrocytome (provenant d’astrocytes), un épendymome (provenant de cellules épendymaires) ou un oligodendrogliome (provenant d’oligodendrocytes). C’est la forme la plus fréquente de cancer du cerveau. Il s’agit d’un cancer très agressif et très difficile à soigner.

Schwannomas
Ces tumeurs proviennent des cellules de Schwann, qui tapissent les nerfs.

Méningiomes
Ce sont des tumeurs des méninges, des membranes qui recouvrent le cerveau.

Médulloblastome
Ce sont des tumeurs qui se développent à partir des cellules du cervelet.

Hémangioblastomes
Les hémangioblastomes sont des tumeurs des vaisseaux sanguins dans le cerveau.

Craniopharyngiomes
Ce sont des tumeurs qui proviennent de la base du cerveau, de la région hypothalamique et de l’hypophyse.

En plus de ceux-ci, il existe d’autres tumeurs qui affectent les structures osseuses du cerveau, la moelle épinière, le système lymphatique, la région du nerf acoustique, entre autres.

Causes

Primaire vs. secondaire
Les cancers du cerveau peuvent être primaires, c’est-à-dire qui commencent dans le cerveau, ou secondaires lorsqu’ils se développent dans d’autres tissus et atteignent le cerveau par des métastases.

Causes primaires
Les tumeurs cérébrales d’origine primaire peuvent être causées par des mutations dans l’ADN des cellules nerveuses. Comme dans d’autres cancers les causes spécifiques qui provoquent des mutations dans l’ADN et conduisent au développement de la néoplasie ne sont pas encore bien comprises. Cependant, il existe des facteurs de risque qui peuvent contribuer à l’apparition de la maladie. Parmi eux, nous pouvons citer :
– Facteurs héréditaires : les antécédents familiaux de cancer du cerveau sont liés à l’apparition de certaines tumeurs cérébrales, telles que le rétinoblastome (tumeur rétinienne).
– Age : les tumeurs cérébrales sont plus susceptibles de se développer avec l’âge. Cependant, elles peuvent affecter les patients dans tous les groupes d’âge. Certaines tumeurs sont plus fréquentes chez les enfants, comme le médulloblastome, le rétinoblastome et le craniopharyngiome.
– Système immunitaire du patient : certaines tumeurs cérébrales, telles que le lymphome cérébral, bien que rare, se développe dans une plus grande mesure chez les patients ayant un système immunitaire affaibli.
– Ethnie : la plupart des tumeurs sont plus fréquentes chez les Caucasiens (blancs). Une exception sont les méningiomes, plus fréquents chez les noirs.
– Exposition aux rayonnements et aux produits chimiques : les personnes qui ont été exposées à des rayonnements ionisants ont un risque accru de développer des tumeurs cérébrales. L’exposition à des produits chimiques considérés comme cancérigènes peut également augmenter le taux de mutation dans l’ADN des cellules nerveuses.

Causes secondaires
Une autre cause de tumeurs cérébrales est la métastase de cancers provenant d’autres organes et qui ont migré vers le cerveau. Les cancers du sein, du rein, du côlon, du poumon, du tube digestif et du mélanome sont parmi les types les plus fréquents de métastases cérébrales.

Personnes à risque

Le cancer du cerveau peut toucher n’importe qui à n’importe quel âge. Cependant, certains groupes peuvent avoir une plus grande chance de développer la maladie. Les personnes ayant des facteurs génétiques héréditaires ou des antécédents familiaux de cancer du cerveau constituent un groupe à risque pour le développement de la maladie.
Les enfants sont également plus susceptibles d’être affectés par certains types de tumeurs. Les personnes exposées à des rayonnements ionisants ou à des produits chimiques cancérigènes peuvent également être touchées par la maladie.
Il est important de souligner que, comme dans d’autres types de tumeurs, les facteurs génétiques et les facteurs environnementaux sont liés à l’apparition des néoplasies. Si vous avez des facteurs de risque de développer la maladie et avez des symptômes suspectés, consultez un spécialiste.
Les facteurs de risque qui déclenchent la maladie sont:
– L’exposition à des agents chimiques cancérigènes, tels que les pesticides, les solvants organiques et les polluants.
– Fumée.
– Exposition à des métaux lourds toxiques, tels que le plomb, l’arsenic, etc.
– Exposition à un rayonnement électromagnétique à haute énergie, tel qu’un rayonnement ionisant, une radiographie, etc.
En outre, les facteurs de risque qui déclenchent d’autres cancers, tels que le cancer du sein, du poumon, du mélanome, etc., peuvent entraîner des cancers du cerveau métastatiques.

Symptômes

Les symptômes du cancer du cerveau dépendent du type de tumeur, de son développement et du degré de dommages aux tissus du cerveau. Certains symptômes généraux d’une tumeur au cerveau sont :
Maux de tête, généralement intenses et constants. Le type de mal de tête peut changer et devenir plus fréquent.
– Nausées et vomissements qui se manifestent sans une cause précise.
– Problèmes visuels tels que la vision floue, double ou perte de vision périphérique.
– Perte de sensation de mouvement des jambes et des bras. Ces troubles apparaissent en général de façon graduelle.
– Difficultés d’équilibre.
– Pression artérielle oscillante.
– Difficultés de langage.
– Difficultés d’audition.
– Confusion mentale, changements de personnalité et difficultés de concentration.
Crises d’épilepsie.

D’autres symptômes spécifiques sont liés à la localisation de la tumeur, comme la perte de l’odorat (tumeur située dans le lobe frontal), oubli de mots (lobe temporal), de problèmes hormonaux (tumeur de la glande pituitaire), difficultés à avaler (tumeur tronc cérébral), entre autres.

Diagnostic

Le médecin commence généralement le diagnostic de cancer du cerveau avec un examen neurologique. L’examen neurologique vérifie les changements dans la vision, l’ouïe, l’équilibre, le mouvement, les réflexes et la coordination. Selon les résultats, le médecin peut demander des tests supplémentaires pour vérifier tout changement dans le tissu cérébral. Certains de ces tests sont:
– Les tests d’imagerie : la résonance magnétique, la tomodensitométrie et la tomographie par émission de positrons sont généralement les tests demandés. Les radiographies du crâne ne sont pas efficaces pour détecter la tumeur.
– Examens pour vérifier l’existence de la tumeur dans d’autres parties du corps. Dans ce cas, le médecin peut ordonner des tomodensitogrammes de l’ensemble du corps pour voir d’où provient la masse tumorale.
– Biopsie : dans cette procédure, une partie du tissu cérébral est retirée, par chirurgie, pour évaluer le type de tumeur impliquée et à quel stade elle se trouve. Ce test identifie également si la tumeur est bénigne ou maligne. La procédure chirurgicale est généralement effectuée avec des aiguilles qui retirent de petites portions de la masse tumorale.

Complications

Les tumeurs cérébrales provoquent non seulement des symptômes dans le cerveau, mais aussi dans plusieurs autres régions du corps, car elles compromettent les fonctions de contrôle des divers organes. Certaines des complications générées sont :
– Faiblesse, difficultés de mouvements des membres et perte d’équilibre.
– Changements visuels et la perte d’audition.
– Maux de tête, causés par la tumeur elle-même ou par une augmentation de la pression cérébrale.
– Crises convulsives.
– Changements et apparitions possibles de symptômes psychiatriques, tels que changements de personnalité.
La tumeur cérébrale, lorsqu’elle atteint certaines régions, comme l’hypophyse, peut générer des complications hormonales. Cela peut changer le profil hormonal du patient. Les femmes peuvent avoir des règles irrégulières ou l’hirsutisme (la croissance des cheveux) et les hommes ont des problèmes tels que la gynécomastie.

Traitements

Le traitement des tumeurs cérébrales dépend de leur localisation et de leur type et peut être réalisé de trois manières différentes :

Chirurgie
La chirurgie dépendra de l’emplacement de la tumeur et de sa taille. Certaines tumeurs sont petites et faciles à séparer des tissus adjacents, ce qui rend la chirurgie possible. En revanche, certaines tumeurs sont situées dans des régions très sensibles du cerveau, ce qui rend la chirurgie risquée et irréalisable. La tumeur peut être accédée par l’ouverture du crâne (boîte osseuse) par craniotomie (retrait de la partie osseuse du crâne, suivie d’un remplacement) ou craniectomie (retrait de la partie osseuse du crâne, sans remplacement). La tumeur peut être extraite totalement ou partiellement.

Radiothérapie (et radiochirurgie)
La radiothérapie irradie la tumeur avec des rayons à haute énergie pour tuer les cellules cancéreuses. La radiothérapie peut être réalisée de manière conventionnelle, c’est-à-dire avec l’application d’un rayonnement à une certaine distance de la tumeur.
Une autre approche est la radiochirurgie ou la chirurgie stéréotaxique. Ce n’est pas une chirurgie. Dans ce cas, les rayons sont dirigés précisément vers la tumeur, de sorte que le tissu environnant reçoit peu ou pas de dose de rayonnement.
Une autre technique est la curiethérapie. Le matériel radioactif est placé à une courte distance de la tumeur, ou même à l’intérieur de la masse tumorale. Cette thérapie peut être utilisée de manière unique ou complémentaire à la radiothérapie conventionnelle.

Chimiothérapie 
En chimiothérapie, les médicaments sont utilisés pour tuer les cellules cancéreuses dans le cerveau. L’usage de médicaments peut être fait en combinaison avec la radiothérapie ou l’ablation chirurgicale. Les médicaments destinés au cancer du cerveau doivent avoir des caractéristiques particulières pour traverser la barrière hémato-encéphalique, une barrière qui protège le système nerveux.
L’un des médicaments utilisés est le bevacizumab. C’est un médicament qui agit spécifiquement sur les cellules cérébrales anormales et réduit la taille de la masse tumorale. Un autre médicament qui a montré son efficacité contre le cancer du cerveau est le dichloroacétate (DCA), utilisé pour l’acidose lactique chez les enfants. Le médicament testé a entraîné un lot de tumeur dans les 15 mois de traitement. Cependant, comme le composé a été testé chez quelques patients, d’autres études sont nécessaires. Un autre médicament, encore à l’étude, porte le code ANG1005. Il se lie à des récepteurs spécifiques, appelés LRP-1 et est internalisé par le cerveau, étant amené à la masse tumorale.
Un autre médicament souvent utilisé en chimiothérapie est le temozolomide (Temodar®).

Traitements médicamenteux ciblés
Les traitements médicamenteux ciblés touchent souvent certaines cellules justement de façon ciblée. Par exemple une thérapie consiste à bloquer la formation de nouveaux vaisseaux sanguins, bloquant l’approvisionnement en nutriments des cellules tumorales. D’autres traitements médicamenteux ciblés agissent sur certaines enzymes.

Effets secondaires des traitements du cancer du cerveau
Les traitements contre le cancer peuvent causer de nombreux effets secondaires au patient. Dans le cas de la chirurgie, il existe un risque d’infection et de saignement. En outre, les fonctions cérébrales peuvent être compromises en fonction de la procédure chirurgicale.
En radiothérapie, les effets secondaires du traitement peuvent être la nausée, la faiblesse, la fatigue, les vomissements, la perte de cheveux et la perte d’appétit. En chimiothérapie, les effets secondaires sont similaires et peuvent varier selon le type de médicament utilisé. Des changements hématologiques (anémie, troubles de la coagulation), sécheresse de la bouche, risque accru d’infection, diarrhée, entre autres peuvent être observés.
En raison de la possibilité d’altération des fonctions telles que la parole, l’ouïe, la vision et le mouvement, il est important que, en relation avec le traitement, il y ait une réhabilitation du patient. La physiothérapie, les thérapies cognitives, l’acupuncture, les ergothérapies, l’orthophonie, etc. sont extrêmement importants pour la guérison des patients.

Bons conseils

Les traitements pour le cancer du cerveau peuvent causer plusieurs effets secondaires comme on l’a vu ci-dessus. Parlez à votre médecin, car il pourra vous prescrire des médicaments spécifiques pour atténuer ces effets. Votre médecin peut notamment vous prescrire ou recommander :
– des antiacides
– des analgésiques, pour aider à contrôler la douleur
– des corticostéroïdes, qui aident à réduire le “gonflement” du cerveau
– des anticonvulsivants
– des antiémétiques, qui aident à contrôler les nausées et les vomissements
– des hormones, si une substitution hormonale est nécessaire.

En outre, des thérapies alternatives comme le yoga, l’acupuncture, la méditation, entre autres, peuvent aider le patient à faire face à la maladie. Il est important que le patient trouve un soutien dans sa famille et ses amis, ainsi que d’avoir toujours l’accompagnement médical nécessaire pour répondre à toute question sur la maladie. Il est bon de rappeler que le fait d’avoir une tumeur au cerveau n’est pas une condamnation à mort et que de nombreux patients peuvent avoir une vie normale avec la maladie.

Prévention

Le cancer du cerveau est une maladie complexe et on ne connaît pas spécifiquement les causes qui conduisent à l’apparition des tumeurs. Par conséquent, il est difficile d’établir des règles de prévention sur la maladie. Cependant, quelques conseils généraux sont valables :

– Evitez l’exposition aux toxines et aux agents cancérigènes, tels que les pesticides, les insecticides, etc. En outre, maintenez de saines habitudes de vie et pratiquez de l’exercice physique de façon régulière. L’habitude de faire de l’exercice élimine les toxines et les substances oxydantes du corps, ce qui peut causer des dommages aux cellules.

– Contrôlez votre niveau de stress : des niveaux élevés de stress provoquent des changements biochimiques qui peuvent endommager les cellules.

– Si vous avez déjà des antécédents familiaux de tumeurs cérébrales ou d’un autre type de cancer, parlez-en à votre médecin.

Sources & Références : 
Mayo Clinic, Folha de S. Paulo

News (actualités)

– Le cancer est dans la majorité des cas lié à la malchance

Sources & Références : 
Mayo Clinic
Crédits photos : Fotolia.com

Comment traduit-on cancer du cerveau dans d’autres langues ?
  • Anglais : brain tumor
  • Allemand :  Gehirntumor
  • Italien : cancro al cervello
Lire aussi :




Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 05.01.2018