Publicité

Covid-19 : existe-t-il une bonne protection immunitaire sans effet secondaire à la vaccination ? (fact-checking)

BERLIN Certaines personnes se sentent bien après la vaccination contre la Covid 19 : pas de fièvre, ni un mal de tête. Mais le système immunitaire s’est-il correctement activé si rien n’est perceptible ? Une vérification des faits s’impose, comme l’a fait une journaliste de l’agence de presse allemande dpa. Bien comprendre la différence entre l’immunité innée et adaptative permet d’y voir plus clair. Creapharma.ch, comme partenaire média de Pharmapro.ch qui a diffusé cette news en allemand, adapte l’article en français.

De nombreuses personnes ont des réactions désagréables après la vaccination contre la Covid-19. Ils se plaignent de douleurs musculaires, de fièvre, de maux de tête ou de fatigue, par exemple. Les jeunes femmes ont souvent des effets indésirables significatifs (maux de ventre) après une injection d’un vaccin à ARN. Certains, cependant, ne ressentent aucun changement après l’injection – et se demandent s’ils ne bénéficient donc que d’une faible protection vaccinale. Cette hypothèse est-elle correcte ? La réponse est clairement non.

Signes possibles mais pas nécessaires, immunité innée

Il est vrai que la fièvre et la fatigue, par exemple, sont un signe que le corps se défend. Cependant, les symptômes proviennent généralement d’une certaine partie du système immunitaire, appelée “système immunitaire inné”. Il est le premier à être activé après une vaccination et signale à l’organisme le danger potentiel d’un envahisseur étranger, explique Peggy Riese, spécialiste des vaccinations au Centre Helmholtz de recherche sur les infections de Braunschweig en Allemagne. L’’immunologie est un domaine complexe. Pour simplifier on distingue deux formes d’immunité chez l’être humain, l’immunité innée et l’immunité adaptative (acquise). Quand un agent infectieux entre dans l’organisme humain, c’est tout d’abord l’immunité innée qui se déclenche en quelques minutes ou heures.

Après une vaccination, le vaccin est un tel intrus pour cette partie du système immunitaire. En tant que tel, il perçoit non seulement l’antigène viral qui déclenche l’effet protecteur, explique Mme Riese, mais aussi les exhausteurs de principes actifs ou les substances auxiliaires telles que les stabilisateurs. Cette partie du système immunitaire réagit donc immédiatement, mais de manière plus générale. La raison pour laquelle certaines personnes sont plus sujettes à des réactions à la vaccination alors que d’autres ne ressentent presque rien n’est pas encore totalement comprise, selon la spécialiste allemande.

Immunité acquise

La protection spécifique contre l’agent pathogène Sars-CoV-2, en revanche, n’est produite qu’au fil du temps par les cellules du “système immunitaire acquis” ou “adaptatif”. Dans le cas d’une telle infection, le corps apprend à former à l’avenir des anticorps parfaitement adaptés et à tuer les cellules corporelles infectées à l’aide de cellules T spéciales, les cellules tueuses, par exemple.

Les deux types de système immunitaire sont impliqués dans un échange très complexe entre eux, qui n’a pas encore fait l’objet de toutes les recherches. En fait, la réaction vaccinale du système immunitaire inné fournit probablement l’impulsion pour que le système acquis devienne actif – mais cette impulsion est souvent absente ou à peine perceptible.

Autant de chance

“Même si vous ne présentez aucun effet secondaire ou seulement des effets très légers comme une légère douleur au point d’injection ou des maux de tête, vous avez autant de chances d’être protégé que les personnes qui présentent des réactions plus marquées à la vaccination comme la fièvre, les malaises et les douleurs articulaires”, explique la chercheuse Peggy Riese.

Les symptômes après une vaccination ne sont “pas un indicateur de la force de la protection vaccinale”, confirme Christine Falk, présidente de la Société allemande d’immunologie. Les gens peuvent être complètement exempts de symptômes et développer quand même une forte protection. À l’inverse, dans les études sur l’autorisation des vaccins Covid 19, des personnes qui n’avaient reçu qu’un placebo avaient également présenté des symptômes.

Le 16 juillet 2021. Sources : Keystone-ATS (notre site partenaire média Pharmapro.ch est client de l’agence). News originale en allemand ici. News adaptée par Xavier Gruffat (pharmacien).

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 16.07.2021

Publicité