Coronavirus (Covid-19)





Publicité

Dossier évoluant en fonction de l’actualité – dernière mise à jour : 31 mars 2020 à 14h57 GMT

Définition

Coronavirus en général
Les coronavirus sont des virus pouvant causer des infections respiratoires chez les êtres humains et les animaux.
Certains coronavirus mènent à des infections des voies respiratoires légères avec des symptômes comme un rhume (refroidissement) mais d’autres coronavirus peuvent provoquer des symptômes respiratoires graves avec un risque de mort.
Les chercheurs connaissent actuellement dans le monde environ 3200 coronavirus différents, 95% ont été identifiés sur des chauves-souris1
Nouvelle maladie au coronavirus Covid-19
La nouvelle maladie au coronavirus Covid-19 (anciennement appelé 2019-nCoV) a été renommée le 11 février 2020 par l’OMS à Genève en Suisse en Covid-19 ou covid-19. Le terme Covid-19 provient de “co” pour corona, “vi” pour virus, “d” pour disease (maladie en anglais) et 19 pour 2019, date de l’apparition du virus (lire également ci-dessous). Covid-19 caractérise ainsi la maladie, le nom du virus est SARS-CoV-2.
Le Covid-19 présente les symptômes principaux suivants : toux, souffle court ou difficultés respiratoires, fièvre élevée (plus de 38°C). Plus d’infos sous Symptômes ci-dessous

Épidémie ou pandémie ?
Depuis le 11 mars 2020, la maladie Covid-19 a été considérée par l’OMS comme une pandémie et plus une épidémie. 
Le terme pandémie est composé des mots grecs anciens “pan” pour “tout” et “demos” pour “peuple”. Contrairement à une épidémie, une pandémie ne se limite donc pas à un endroit précis, mais se propage à travers les pays et les continents. L’OMS définit une pandémie comme une situation dans laquelle l’ensemble de la population mondiale est potentiellement exposée à un agent pathogène et “une partie de celle-ci tombe potentiellement malade”, comme l’explique le directeur des urgences de l’OMS, Michael Ryan. Cependant, le terme de pandémie ne nous dit pas à quel point la maladie est contagieuse ou mortelle.

Coronavirus Covid-19 – Origine
– La pandémie actuelle du nouveau coronavirus Covid-19 aurait commencé en décembre 2019 (certaines sources parlent même de novembre 2019) dans la ville chinoise de Wuhan, au marché de poissons et fruits de mer de la ville, selon un article du New York Times publié en janvier 2020. Wuhan est une ville chinoise de 11 millions d’habitants, située à quelques centaines de kilomètres à l’ouest de Shanghai. On pense que la source était un animal sauvage sur le marché, a déclaré Gao Fu, directeur du Centre chinois de contrôle des maladies, comme le relève l’agence de presse ATS-Keystone le 22 janvier 2020. A l’origine, une chauve souris aurait pu transmettre le virus à un animal sauvage (ex. pangolin) qui l’aurait ensuite transmis à l’homme. 
– La transmission du Covid-19 s’effectue de personnes à personnes, selon le New York Times. Le coronavirus à Wuhan mène à une affection qualifiée de syndrome respiratoire, comme le SRAS (lire ci-dessous). 
– Ce virus appartient au même type de virus que le SRAS, mais il s’agit d’une variante différente.

Coronavirus à Wuhan (Chine)

Taux de mortalité (Covid-19)
Le taux de mortalité du coronavirus Covid-19 dans le monde serait d’environ 3,4%, selon l’OMS2. Le taux de mortalité varie toutefois fortement d’un pays à l’autre, plus bas en Corée du Sud à environ 0,7% et plus haut en Italie à 6%3. Par comparaison, le taux de mortalité de la grippe est d’environ 0,1% ces dernières années comme en France4.
Taux de mortalité en fonction des âges
Jusqu’à l’âge de 39 ans, le taux de mortalité du Covid-19 reste très bas, à 0,2%, puis s’élève progressivement avec l’âge, à 0,4% de 40 à 49 ans, à 1,3% de 50 à 59 ans, de 3,6% de 60 à 69 ans, de 8% de 70 à 79 ans et surtout à 14,8% chez les plus de 80 ans, selon une étude de l’OMS publiée mi-février 2020. 
Nouvelle étude (fin mars 2020)
Le lundi 30 mars 2020, une étude du journal scientifique de référence The Lancet Infectious Diseases (DOI : 10.1016/S1473-3099(20)30243-7) estimait que le taux de mortalité du Covid-19 était de 0,66%5. Autrement dit 0,66% des personnes infectées par le virus en meurent. C’est moins que d’autres rapports ou études publiées en 2020, car l’étude du Lancet se base sur tous les cas de personnes infectées, y compris ceux sans symptôme (asymptomatique) qui sont une majorité. On sait que dans de nombreux pays comme l’Italie les cas confirmés de Covid-19 se basent surtout sur des cas graves, des personnes hospitalisées surtout. 

Epidémie de SRAS 2002
Entre 2002 et 2003 une épidémie globale de SRAS (syndrome respiratoire aigu, en français) ou en anglais SARS, infection causée par un coronavirus (Sars-CoV), avait provoqué la mort d’au moins 800 personnes dans 12 pays différents et plus de 8’000 personnes avaient été infectées. Cela correspond à un taux de mortalité d’environ 10%. 

Épidémiologie

Nombre de cas et de morts dans le monde (2019-2020)
Le Covid-19 a tué au moins 38’743 personnes dans le monde au 31 mars 2020 depuis le début de la pandémie, selon la Johns Hopkins University qui se base sur des données de l’OMS et d’autres sources. Le nombre de personnes infectées ou qui ont été infectées dans le monde – il s’agit seulement des cas confirmés – par ce nouveau coronavirus appelé SARS-CoV-2 s’élève désormais à plus de 800’000 personnes au 31 mars 2020, avec désormais plus de cas dans le reste du monde qu’en Chine continentale, où la pandémie a commencé. Les Etats-Unis est le pays qui compte de loin le plus de cas confirmés, devant l’Italie et l’Espagne. L’Europe est particulièrement touchée, il y a plus de morts en Italie et en Espagne qu’en Chine continentale. On a notamment compté des milliers de morts en Italie (11’591 morts au total le 31 mars 2020), en Espagne (8189 morts le 31 mars 2020), en Chine (dans le Hubei, 3187 morts le 31 mars 2020), en France (3024 morts le 31 mars 2020), en Iran (2898 morts le 31 mars 2020), en Belgique (705 morts le 31 mars 2020) ou en Suisse (373 morts le 31 mars 2020). Les décès mentionnés dans la phrase précédente proviennent de données de l’université américaine Johns Hopkins.
Découvrez ici une carte plus ou moins en temps réel du nombre de cas et de décès provoqués par le Covid-19, carte réalisée par l’université américaine de référence Johns Hopkins

Nombre de cas confirmés vs. nombre de cas réels (ex. Italie)
En Italie, le 24 mars 2020 le nombre de cas confirmés par un test en laboratoire était de 63’927, mais en réalité le nombre réel de personnes infectées ou l’ayant été pourrait être de 630’000 au 24 mars 2020, soit 10 fois plus. Cette affirmation provient d’Angelo Borrelli, le chef de la protection civile italienne, dans une interview au quotidien italien La Repubblica (en résumé repris par CNN.com). Si on part du principe qu’il y avait le 24 mars 2020 déjà environ 630’000 Italiens atteints du Covid-19, le taux de mortalité est d’environ 1% (0,9%), plus proche que celui observé dans d’autres pays comme en Corée du Sud (0,6%). Au 24 mars 2020, le nombre de décès provoqués par le Covid-19 en Italie était de 6077, selon la Johns Hopkins University. L’Italie réalise les tests au Covid-19 principalement sur des personnes hospitalisées, soit des cas déjà plutôt avancés ou graves.

Causes

Coronavirus en général
Les coronavirus ou CoV (du latin, « virus à couronne ») sont des virus à ARN de la famille des coronaviridæ. 

Coronavirus à Wuhan (Chine)SARS-CoV-2 (nom du virus)
Le nom de la maladie provoquée par le virus de la pandémie actuelle de coronavirus est Covid-19. Le nom du virus provoquant le Covid-19 (ou COVID-19) est SARS-CoV-2 (pour Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2). Souvent les médias confondent le nom de la maladie avec le nom du virus. 
Le SRAS-CoV-2 appartient à la famille des coronavirus et au genre Betacoronavirus. Le SARS-CoV-2 est un virus d’origine animale et se transmet entre êtres humains6. La maladie a été signalée pour la première fois en décembre 2019 dans la ville chinoise de Wuhan7.
Coronavirus
Comme les autres coronavirus, le SARS-CoV-2 se caractérise par son large génome. Dans cette famille de virus on compte aussi les MERS-Virus (Middle East Respiratory Syndrome). De plus, certains virus du rhume (refroidissement) sont également des coronavirus8.

Période d’incubation (temps d’incubation)
La période d’incubation ou temps d’incubation du virus SARS-CoV-2 est de 2 à 14 jours selon les informations disponibles, comme le relève le site Pharmawiki.ch le 24 janvier 2020. Cela signifie que les symptômes apparaissent relativement rapidement après l’infection. Selon les dernières informations relayées notamment par le site Le Figaro le 25 février 2020, la période d’incubation se situe autour de 5 ou 6 jours (plus rarement entre 1 et 14 jours).
La période d’incubation est le temps, en général exprimé en jours, entre le moment où une personne devient porteuse du virus et l’apparition des premiers symptômes (ex. fièvre, toux). 

Transmission
La transmission des coronavirus s’effectuent notamment par l’air (voies aériennes), le toucher ou avec des objets ayant été en contact avec la bouche, nez ou yeux d’une personne infectée. Les coronavirus sont le plus souvent transmis par les gouttelettes respiratoires lorsqu’une personne infectée tousse ou éternue. 
Taux de reproduction
Un malade peut infecter en moyenne 3,28 personnes, ce qu’on qualifie de le taux de reproduction. Un taux qui au 25 février 2020 n’était pas définitif, comme le relève Le Figaro. Le taux de reproduction du Covid-19 est proche du SRAS et supérieur à celui de la grippe (de 1,2 à 1,4).
Comment le virus entre-t-il dans les cellules humaines ?
L’affinité du SARS-CoV-2 (virus du Covid-19) pour les cellules humaines et en particulier pour le récepteur ECA-2 (l’enzyme de conversion de l’angiotensine), sa porte d’entrée dans la cellule, est grande. En effet, le virus SARS-CoV-2 se lie avec sa protéine de pointe (spike protein) au récepteur ECA-2 (en anglais ACE2 ou ACE-2) sur les cellules pulmonaires de l’organisme humain. Attention, selon la littérature scientifique les inhibiteurs de l’ECA courants, des médicaments en général indiqué contre l’hypertension artérielle, ne sont pas efficaces pour prévenir l’infection au SARS-CoV-29.

Personnes à risque

Les personnes les plus fréquemment touchées par une évolution grave de la maladie sont principalement les personnes âgées de 50 ans ou plus.
Les personnes souffrant de maladies chroniques comme : 
Hypertension
Diabète (notamment diabète de type 2)
– Maladies respiratoires (asthme, mucoviscidose, BPCO)
– Maladies du foie 
Cancer
– En raison d’une maladie ou de médicaments immunosuppresseurs
– Fumeurs

Il faut noter que des personnes plus jeunes (moins de 40 ans), auparavant en bonne santé, ont aussi été touchées par le Covid-19 de forme grave10. Mais ces cas sont rares. 

Symptômes

Premiers symptômes du coronavirus Covid-19
Au début, c’est-à-dire après la période d’incubation, les symptômes ressemblent souvent à la grippe  ou à un syndrome grippal (refroidissement) : fièvre (souvent élevée à plus de 38°C), malaise ou fatigue. Ces premiers symptômes sont généralement suivis de symptômes respiratoires, typiquement une toux sèche et dans les cas plus graves un souffle court ou des difficultés respiratoires11. Les premiers symptômes les plus fréquents sont la fièvre dans 98% des cas, la toux dans 76% et des douleurs ou fatigue dans 44% des cas12. Une toux grasse, notamment avec des crachats, est aussi possible en cas de Covid-19. 

Des symptômes moins fréquents peuvent apparaître : maux de tête, rarement des douleurs musculaires, un manque d’appétit, des nausées, des diarrhées, perte de l’odorat et du goût (lire ci-dessous). Parfois aussi des vertiges peuvent se manifester. 
Symptômes digestifs (ex. diarrhées)
Cela dit en ce qui concerne la fréquence, en Allemagne le directeur de l’Institut de virologie de Bonn (Allemagne) estimait que des diarrhées étaient observées dans 30% des cas de Covid-1913
De plus, selon un article de CNN.com publié le 18 mars 2020 se basant sur une petite étude prenant en compte 200 personnes atteintes du Covid-19, les symptômes digestifs pourraient être plus fréquents qu’on ne l’a pensé jusqu’à présent, ces symptômes pourraient être présents dans presque 50% des cas de Covid-19 (ex. diarrhée, nausées, vomissement, perte d’appétit).
Le rhume et le mal de gorge n’ont été observés que très rarement (ils indiqueraient plutôt un « rhume ordinaire » ou refroidissement)14. Mais certaines sources comme Pharmawiki.ch estiment que le mal de gorge est assez fréquent. 
Perte de l’odorat et du goût
Il a été observé notamment en France et en Allemagne une perte de l’odorat et du goût chez des personnes atteintes du Covid-1915

Durée des premiers symptômes du Covid-19
Dans la plupart des cas bénins, les symptômes légers comme la fièvre ou la toux persistent pendant quelques jours avant le rétablissement16.
Le patient se rétablit en général, en l’absence de complications, environ 1 semaine (parfois moins) après le début des symptômes. 

Complications (évolution grave)
En cas d’évolution grave de la maladie, une difficulté à respirer peut survenir au bout d’une semaine environ, et dans le pire des cas, une pneumonie avec détresse respiratoire (Acute Respiratory Distress Syndrome) et affectation d’autres organes et systèmes peut se manifester17. Le sepsis est autre une complication possible grave du Covid-19. Des cas de troubles cardiaques (ex. infarctus) ont aussi été signalés avec des décès. 
Selon l’OMS, 80% des patients souffraient d’une forme bénigne de la maladie, c’est-à-dire sans évolution grave18.
Autres maladies (facteurs de risque)
Le 25 janvier 2020, la majorité des décès engendrés par ce virus souffraient d’autres maladies associées comme le diabète, l’hypertension ou des maladies cardiovasculaires19. On parle aussi de co-morbidité pour qualifier des personnes atteintes de différentes maladies. Lire aussi dans la rubrique Personnes à risque

Diagnostic

Le diagnostic est établi sur la base des antécédents du patient, des symptômes cliniques et surtout par des méthodes de laboratoire avec un test de biologie moléculaire basée sur la RT-PCR (reverse transcriptase polymerase chain reaction) qui a été développée à cet effet, comme le relevait le site Pharmawiki.ch en janvier 2020. Les méthodes de laboratoire permettent de diagnostiquer de manière exacte s’il s’agit ou non d’une infection au virus Sars-CoV-2, l’agent pathogène du Covid-19. 

En pratique, comment cela se passe ?
Tout d’abord, un médecin prélève un échantillon des voies respiratoires d’un patient – soit  par un frottis, soit un crachat de mucus. Cet échantillon est préparé puis envoyé en laboratoire où des spécialistes recherchent le matériel génétique du virus à l’aide d’un test appelé PCR (ou RT-PCR). Pour simplifier, une section spécifique du génome du virus est copiée des millions de fois grâce à la PCR. Les copies sont marquées en couleur avec une sonde. Ce marquage en couleur peut ensuite être rendu visible avec des équipements complexes. Si des signaux de couleur correspondants sont présents, l’échantillon est un “échantillon positif”. Dans des conditions idéales, un tel test dure de 3 à 5 heures dans un laboratoire spécialisé20.

Traitements

Coronavirus à Wuhan (Chine)Il n’existe actuellement aucun vaccin pour prévenir l’apparition du Covid-19. Pour le moment et dans la pratique, le patient est mis en quarantaine et les mesures mises en place visent surtout à soulager les symptômes en attendant que la maladie se résorbe d’elle-même. Le traitement symptomatique, qui soigne les symptômes, est conditionné par l’état clinique du patient.
Il faut cependant signaler qu’une prise en charge rapide offre une meilleure chance de rétablissement. 

Fièvre
symptôme hépatite APour abaisser la fièvre, le traitement recommandé est le paracétamol
Il faut savoir que les anti-inflammatoires comme l’ibuprofène ne sont en général pas recommandés contre l’infection au nouveau coronavirus Covid-19, car ils pourraient être un facteur d’aggravation de l’infection Covid-19, comme l’a relevé le Ministre de la Santé français Olivier Véran sur son compte Twitter le 14 mars 2020. Le Ministre relève qu’en cas de fièvre, il faut prendre du paracétamol. Si une personne est déjà sous anti-inflammatoires ou en cas de doute, il faut demander conseil à son médecin.  

Traitements possibles – Médicaments contre le Covid-19
– La molécule remdesivir, un antiviral, est utilisé actuellement en Chine et dans d’autres pays dans des essais cliniques contre le Covid-19. Ce médicament possède un large spectre d’activité et est efficace contre divers coronavirus et les virus Ebola, entre autres. Le remdesivir est un promédicament d’un principe actif qui est métabolisé dans l’organisme en triphosphate et qui inhibe la synthèse de l’ARN viral et la réplication virale21. Le médicament est administré sous forme de perfusion intraveineuse. Il est commercialisé par le laboratoire pharmaceutique américain Gilead Sciences qui a développé la molécule pour l’épidémie d’Ebola survenue en Afrique de l’ouest en 2014. 
– L’hydroxychloroquine (un dérivé de la chloroquine, utilisé contre le paludisme) pourrait avoir un effet positif chez des patients atteints de Covid-19. Des études cliniques sont en cours, notamment la grande étude Disovery. 
– L’hydroxychloroquine en association avec l’azithromycine, un antibiotique, pourrait s’avérer encore plus efficace qu’en prise seule, mais dans ce cas aussi des études cliniques sont en cours.
– Le lopinavir et le ritonavir, ces médicaments ont été utilisé pour l’infection par le Covid-19. Pour le moment (fin mars 2020), il n’est pas approuvé contre le Covid-19. Des études cliniques sont en cours, notamment la grande étude Disovery.   
– La méfloquine (Lariam®, médicaments génériques). Comme le relève le site suisse Pharmawiki.ch le 30 mars 2020, l’antipaludique méfloquine (Lariam®, médicaments génériques) est utilisé en Russie pour le traitement du Covid-19 comme le relève certains médias. La méfloquine n’est pas un médicament sans effets secondaires, en effet il a une longue demi-vie et peut provoquer des troubles centraux et psychiatriques.
– Dans un article du journal italien La Repubblica, publié le 28 mars 2020, la vitamine D pourrait jouer un rôle favorable en cas de Covid-19 notamment chez les patients à risque de complications. La vitamine D est considérée davantage comme une hormone qu’une vitamine par la communauté scientifique, il est encore trop tôt pour savoir si la vitamine D joue un rôle favorable ou non en cas de Covid-19, car aucune étude clinique n’a pour le moment été publiée. 

Absence de vaccin
Il n’existe actuellement aucun vaccin contre le Covid-19. Mais plusieurs institutions et entreprises dans le monde travaillent d’arrache-pied pour en développer un, peut-être disponible en été 2021 ou même avant (début 2021), selon l’agence de presse suisse Keystone-ATS datant du 11 février 2020. Il faut en effet plusieurs mois voire plusieurs années pour élaborer un vaccin. A la fin mars 2020, il était difficile d’évaluer si un vaccin efficace et sûr sera disponible rapidement et en quantité suffisante et, le cas échéant, quand.
Essai sur un vaccin aux Etats-Unis (début le 16.03.2020)
Un nouvel essai de vaccin contre les coronavirus, notamment Covid-19, aux États-Unis a maintenant donné une dose à son premier participant, l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, a annoncé lundi 16 mars 2020, selon CNN.com. L’étude vise à recruter un total de 45 adultes en bonne santé sur une période de six semaines. Chaque participant recevra deux injections à environ un mois d’intervalle, à des doses variables. L’étude, qui est un essai de phase I, vise à établir que le vaccin est sûr et induit une réponse souhaitée de la part du système immunitaire des participants. Pour prouver que le vaccin est efficace dans la prévention de l’infection par Covid-19, il faudra toutefois des études de suivi impliquant beaucoup plus de participants, ce qui prendra beaucoup plus de mois, selon les experts.

Temps de récupération :
Il faut parfois plusieurs semaines pour se remettre complètement de la maladie causée par le nouveau coronavirus (Covid-19), a déclaré le Dr Mike Ryan, directeur exécutif du Programme d’urgence sanitaire de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), lors d’une réunion d’information le lundi 9 mars 202022. La fatigue semble un symptôme fréquent qui perdure chez des personnes ayant souffert du Covid-19. La toux peut aussi se manifester 14 jours après le début des premiers symptômes. 

Bons conseils & Prévention

6 règles d’hygiène et de conduite de l’Office Fédéral Suisse de la Santé Publique (OFSP)23 :
– Se laver soigneusement les mains
– Tousser et éternuer dans un mouchoir ou dans le creux du coude
– En cas de fièvre et de toux, rester à la maison
– Jeter les mouchoirs usagés dans une poubelle fermée
– Éviter les poignées de mains
– Toujours téléphoner avant d’aller chez le médecin ou aux urgences

Masques de protection respiratoire (masques chirurgicaux) 
Le port de masque chirurgical (masques de protection respiratoire) est recommandé pour les personnes infectées et selon certains médias pour le personnel soignant afin de limiter la propagation du virus notamment lors de toux ou d’éternuement. Mais pour les personnes qui ne sont pas encore malades – c’est-à-dire l’immense majorité, le port d’un masque ne constitue pour le moment pas une recommandation des autorités sanitaires, comme le relèvent de nombreux médias à travers le monde.
Les masques de protection respiratoire, appelés aussi masques chirurgicaux (en anglais protective surgical masks), offrent une protection supérieure aux masques d’hygiène comme ceux en papier (en anglais paper masks). Les masques de protection respiratoire correspondent à la norme européenne EN 149. Ils sont répartis en trois classes de protection (FFP1, FFP2, FFP3). Ces masques sont humides après environ 8 heures et doivent alors être changés24. Les masques FFP2 (ou FFP3) avec un très haut niveau de filtration sont les plus efficaces contre le coronavirus Covid-1925
Aux Etats-Unis, les masques FFP2 ou FFP3 sont appelés N95 (davantage d’informations ci-dessous). FFP signifie “filtering face piece”, il s’agit d’un standard de l’Union Européenne (EN standard 149:2001). Pour être précis, un masque N95 signifie qu’il est capable d’enlever 95% de toutes les particules qui ont un diamètre de 0,3 microns ou plus. Un masque FFP1 enlève 80% des particules qui ont un diamètre de 0,3 microns ou plus, un FFP2 enlève 94%, un FFP3 enlève 99% et un N100 99.97%26

Découvrez aussi plus de 20 questions fréquentes sur le Covid-19

Autres ressources : 
Comment gérer le stress dû à la pandémie ?

Sources  & Références :
The New York Times, CBSNews, Pharmavista.net, Office Fédéral de la Santé Publique (OFSP), Keystone-ATS, OMS, Folha de S.Paulo, Pharmawiki.ch, Le Figaro, NZZ, CNN.com (nombreuses éditions, ex. ici), AFP, France 24, France 2 (Journal TV). 

Personnes responsables et impliquées dans l’écriture de ce dossier :
Xavier Gruffat (Pharmacien et Rédacteur en chef de Creapharma), Seheno Harinjato (Rédactrice chez Creapharma.ch, responsable des infographies).

Crédits photos :
Adobe Stock, © 2020 Pixabay, Creapharma.ch.

Infographies : 
Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch)

Date de dernière mise à jour : 
31.03.2020 

Comment traduit-on le Coronavirus (Covid-19) dans d’autres langues ?
  • Anglais : Coronavirus (COVID-19)
  • Allemand : Coronavirus (Covid-19)
  • Italien : coronavirus (Covid-19)

__________________

Notes de bas de page et références :

  1. Magazine allemand FOCUS paru en février 2020, édition no 6/2020
  2. Folha de S.Paulo du 16 mars 2020, The Wall Street Journal
  3. Agence de presse Keystone-ATS, daté du 12 mars 2020, Folha de S.Paulo du 16 mars 2020
  4. Journal TV de France 2 du 27 janvier 2020
  5. CNN.com, le 30 mars 2020
  6. « China confirms people-to-people transmission of new coronavirus (state media) », sur France 24, 20 janvier 2020(consulté le 20 janvier 2020)-lien trouvé sur Wikipedia.org en français
  7. Hui D.S. et al. The continuing 2019-nCoV epidemic threat of novel coronaviruses to global health – The latest 2019 novel coronavirus outbreak in Wuhan, China. Int J Infect Dis, 2020, 91, 264-266 Pubmed
  8. Pharmawiki.ch, consulté le 27 mars 2020
  9. Pharmawiki.ch, site en allemand consulté le 7 mars 2020
  10. Site Internet de l’Office Fédéral de la Santé (OFSP) suisse – le lien marchait le 30 janvier 2020, consulté le 30 janvier 2020
  11. Site Internet de l’Office Fédéral de la Santé (OFSP) suisse – le lien marchait le 30 janvier 2020, consulté le 30 janvier 2020
  12. The Wall Street Journal, édition du 6 mars 2020
  13. Obs (France), 21 mars 2020
  14. Site Internet de l’Office Fédéral de la Santé (OFSP) suisse – le lien marchait le 30 janvier 2020, consulté le 30 janvier 2020
  15. Obs (France), 21 mars 2020
  16. Site Internet de l’Office Fédéral de la Santé (OFSP) suisse – le lien marchait le 30 janvier 2020, consulté le 30 janvier 2020
  17. Site Internet de l’Office Fédéral de la Santé (OFSP) suisse – le lien marchait le 30 janvier 2020, consulté le 30 janvier 2020
  18. ATS-Keystone – agence de presse suisse, en date du 19 février 2020
  19. Journal Folha de S.Paulo du 24 janvier 2020, édition imprimée
  20. ATS, news du 27 février 2020
  21. Pharmawiki.ch, consulté le 8 février 2020
  22. CNN.com, site consulté le 9 mars 2020
  23. Pharmavisa.net, daté du 3 mars 2020
  24. Pharmavista.net, site consulté le 28 janvier 2020
  25. Journal de France 2 du 25 février 2020
  26. Site internet Fast Life Hack, consulté le 28 février 2020

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 31.03.2020