Fièvre



Résumé sur la fièvre (y compris chez les enfants)

fatigue fièvreLa fièvre est une réponse physiologique de l’organisme, caractérisée par une augmentation temporaire de la température corporelle.
On parle véritablement de fièvre à partir d’une température de 37,5 °C (lire aussi sous Définition ci-dessous pour plus de précisions à ce sujet et une certaine remise en question de cette limite).
La fièvre est un symptôme et non pas une maladie en soi, elle peut être causée par plusieurs facteurs ou maladies.
Habituellement, la fièvre est accompagnée de frissons à cause de la production de chaleur par le corps dû à l’augmentation du “thermostat” au niveau du cerveau. D’autres symptômes couramment associés à la fièvre sont des douleurs musculaires, de la fatigue, de la somnolence ou des maux de tête.


Presque toujours, la fièvre et ses symptômes associés se résolvent spontanément sans nécessiter de soins de la part d’un médecin. Dans certains cas toutefois il faudra consulter. Il faut savoir qu’une fièvre élevée chez les enfants est plus problématique que chez les adultes.

Thermomètre 
fièvre résuméOn mesure la fièvre avec un thermomètre, idéalement avec un thermomètre rectal en tout cas chez les enfants, car c’est le plus précis. Prendre la température par voie buccale est également possible et conseillé, notamment chez les grands enfants et adultes, c’est plus compliqué chez le petit enfant. Un autre moyen relativement précis chez les enfants de plus de 2 ans est le thermomètre auriculaire (dans l’oreille), même si certaines études montrent que cette solution n’est pas idéale à cause d’un manque de précision. La prise de température au niveau de l’aisselle est moins précise. Lire davantage à ce sujet sous Diagnostic ci-dessous

Traitements 
Traitements rhume des foinsPour abaisser la fièvre on dispose de plusieurs médicaments appelés antipyrétiques ou fébrifuges (comme le paracétamol, l’acide acétylsalicylique ou l’ibuprofène). En complément, on peut également utiliser des plantes médicinales comme le tilleul, son efficacité scientifique est toutefois remise en question.
On recommande de prendre des antipyrétiques seulement si la fièvre dépasse les 38,5°C, sauf exception médicale et lors de cas particuliers.

Bons conseils
En cas de fièvre il est important de bien se reposer dans un endroit chaud pour limiter la perte d’énergie. De plus, il faudra éviter l’alcool et boire beaucoup de liquide afin de compenser la déshydratation provoquée par la fièvre.

Infographie sur la fièvre

fievre-infographie-nov-2016

 

Dossier de qualité sur Creapharma.ch, plusieurs sources ont été utilisées pour la rédaction, lire les références en bas de l’article.

A la fin de l’article n’oubliez pas de participer à notre quiz pour valider vos connaissances.

Définition

La fièvre est une réponse physiologique de l’organisme qui se caractérise par une augmentation de la température du corps.

La température habituelle du corps oscille en général entre 36 et 37,2°C pendant la journée.

En cas d’infection, d’inflammation ou de certaines maladies la température du corps peut augmenter au dessus de la valeur considérée comme normale, il s’agit d’une réaction de défense de l’organisme face aux agresseurs.

Quand parle-t-on de fièvre ?
On parle de fièvre à partir d’une température de 37,5°C, considérant plus ou moins (±) 0,4 ° C de variabilité individuelle de la température corporelle et aussi des possibles changements tout au long de la journée (plus basse dans la matinée, plus élevé dans la soirée).
En Suisse, les spécialistes de la santé ont souvent tendance à parler de fièvre à partir de 38°C.

Cette variation est due à la production de cortisol, hormone sécrétée en particulier dans les premières heures du matin, qui a une puissante activité anti-inflammatoire et qui de ce fait abaisse la température corporelle par exemple après une infection. On estime que la température est la plus basse le matin vers 6h et la plus élevée le soir en particulier entre 18h et 20h. Il faut savoir que la température corporelle varie d’un organe ou région du corps à l’autre.
La température corporelle dépend aussi d’autres facteurs comme l’âge, l’activité physique, la saison (ex. hiver par rapport à l’été), la digestion ou le cycle menstruel chez la femme.

mal de tête fièvreLa fièvre est en fait un symptôme et non une maladie en soit, en général la fièvre est associée à d’autres symptômes (douleur, mal de tête). Dans de nombreux cas la fièvre est un mécanisme de défense de l’organisme, qui augmente la température du corps pour empêcher la multiplication de micro-organismes qui peuvent ensuite provoquer une infection. C’est pourquoi, il est important d’utiliser des médicaments antipyrétiques seulement lorsque la fièvre est élevée (supérieure à 38,5 ° C), car la fièvre a la plupart du temps sa propre raison d’être et fonction au niveau physiologique.

Les médecins et le personnel soignant en général utilisent souvent la fièvre comme un moyen de décision, afin notamment de savoir s’il faut effectuer ou non des examens complémentaires.

Historique de la fièvre en médecine 
Le médecin allemand Karl Wunderlich est le premier à présenter la fièvre comme un symptôme et pas comme une maladie. Il a établi en 1868, suite à une vaste étude, une température normale du corps humain située entre 37 et 37,5°C.

Remise en question des théories de Karl Wunderlich
Le travail de M. Wunderlich est remis en question par la médecine moderne environ 150 ans après sa publication. Certains scientifiques estiment qu’il y a trop de différences de températures d’un individu à l’autre pour définir une limite précise de la fièvre, à partir de  37,0°C ou 37,5°C.
En 2016 des scientifiques notamment du Boston Children’s Hospital à Boston (Etats-Unis), collectent des données de patients souffrant de fièvre grâce à une App iPhone appelée Feverprints. Cette étude est en cours et devrait permettre de publier des recommandations plus ciblées par exemple par groupe d’âges (ex. bébés, enfants), ethnie (caucasiens, noirs) ou sexe.
Actuellement, ces scientifiques américains estiment qu’avec les recommandations actuelles des limites de la fièvre certains jeunes patients sont parfois traités à tort ou au contraire pas traités pour ceux se trouvant en dessous de la limite, ce qui pourrait être dangereux. 

Physiologie
Il faut savoir que l’hypothalamus, dans le cerveau, régule la température corporelle.
La température centrale est définie comme celle mesurée dans l’artère pulmonaire. On estime que mesurer la température dans le rectum reflète assez bien la température centrale. [source: i.mail-offizin, Université de Bâle, Suisse, édition de décembre 2016, no 23]

Causes

La fièvre peut être causée par plusieurs facteurs (tels des pyrogènes exogènes, c’est-à-dire des éléments extérieurs au corps, capables de provoquer la fièvre) ou des maladies.

virus fièvre

–  Des agents infectieux comme des virus, bactéries, protozoaires ou champignons qui provoquent des maladies comme : grippe, méningite, grippe-aviaire, angine, gastro-entérite, rougeole, malaria, rubéole, ebola, etc.
Les infections sont la principale cause de fièvre.

–  Des corps étrangers (allergène, greffe).

–  Des cellules cancéreuses.

–  Une altération d’un organe ou d’un tissu (infarctus).


–  Des médicaments comme par exemple des antibiotiques ou des hypotenseurs (médicaments pour baisser la pression).

– Certaines maladies comme le lupus.

– Un épuisement par la chaleur ou un coup de soleil avancé.

– La pratique intense d’exercice physique.

– Le cycle menstruel chez la femme.

– Des maladies inflammatoires comme la polyarthrite rhumatoïde

– Des immunisations comme la vaccination.

Mécanisme biochimique

Les cellules du corps responsables de la défense immunitaire entrent en contact avec ces substances pyrogènes puis libèrent des substances appelées cytokines, responsables de l’apparition de la fièvre.

Signes de la fièvre

Relevons en premier lieu que la fièvre est souvent un symptôme (et non une maladie) caractéristique d’un problème de l’organisme et qui peut être associé à d’autres symptômes que la fièvre comme par exemple des douleurs musculaires ou osseuses, de la fatigue, des maux de tête ou encore des douleurs.

La fièvre est au début habituellement accompagnée de frissons en raison de la production de chaleur par le corps.

Le mécanisme de la fièvre peut être comparé à un thermostat d’une maison pour signaler et régler la température.

En effet, lorsque la fièvre augmente (par exemple au début d’un refroidissement) le corps émet des substances qui augmentent la température du “thermostat” du cerveau.

De ce fait le corps croit que la température normale est supérieure à 37°C par exemple à 39°C. C’est pourquoi on peut ressentir des frissons au début de l’apparition de la fièvre, car le corps a froid (vu qu’il est en dessous de la valeur du “thermostat” du cerveau) et va donc réagir en augmentant progressivement la température du corps jusqu’à la valeur de 39°C (pour cet exemple).

A l’inverse lorsque la fièvre descend (par exemple après avoir pris des médicaments) on transpire et on a chaud, car le thermostat revient à 37°C mais la température du corps étant toujours à 39°C, il devra ainsi transpirer pour évacuer cette chaleur. Dans ce cas pour accélérer la diminution de la fièvre un bain froid est tout à fait conseillé et justifié. Attention toutefois le bain froid est de plus en plus déconseillé chez les enfants à cause d’un risque de convulsions fébriles.

En général la fièvre disparaît après quelques jours.

Diagnostic (mesure de la fièvre)

Mesure dans le rectum
On mesure la fièvre avec un thermomètre, idéalement avec un thermomètre rectal (pour le rectum) en tout cas chez les enfants, car c’est le plus précis.

fièvre résuméMesure sous la langue (dans la bouche)
Prendre la température par voie buccale (on parle aussi de mesure sublinguale) est également possible, notamment chez les grands enfants et adultes, c’est plus compliqué chez le petit enfant.

Mesure au niveau de l’oreille
Un autre moyen relativement précis chez les enfants de plus de 2 ans, certaines sources parlent de 18 mois, est le thermomètre auriculaire (dans l’oreille).  Avant 18 ou 24 mois, le canal auditif s’avère trop étroit pour une telle mesure.
Il existe toutefois des études critiques envers la prise de température dans l’oreille.
Néanmoins, en Suisse notamment, de plus en plus de pédiatres et généralistes effectuent une mesure de la température grâce à un thermomètre auriculaire autant chez les enfants que chez les adultes. Cette méthode est moins invasive et intimidante que la mesure rectale et s’avère plus précise que la mesure sous la langue ou surtout sous l’aisselle.
Votre pharmacien peut vous aider à choisir et à bien utiliser un thermomètre auriculaire.

Mesure au niveau de l’aisselle
La prise de température au niveau de l’aisselle (on parle aussi de mesure axillaire) est encore moins précise, certains spécialistes recommandent que dans ce cas la prise de température doit durer 4 minutes.

Mesure de la température centrale
Cette mesure, la vraie mesure de la température, ne peut s’effectuer qu’en hôpital ou clinique. La mesure peut s’effectuer notamment au niveau de l’œsophage distal, de la vessie ou du nasopharynx.

Lire aussi sous Bons conseils ci-dessous pour savoir comment bien mesurer la fièvre

Complications

Dans la plupart des cas, la fièvre est ses symptôme associés se résolvent spontanément sans provoquer de complications et donc sans nécessiter de soins d’un professionnel de santé, toutefois consultez un médecin quand:

– La fièvre est supérieure à 40 ° C.

– La fièvre est associée à de la diarrhée et des vomissements.

– La fièvre dure pendant plusieurs jours sans baisser.

– La fièvre est supérieure à 39 ° C chez des personnes à risque (p. ex chez les jeunes enfants ou les personnes âgées avec une santé fragile, personnes souffrant de troubles cardiaques ou de problèmes respiratoire).

Attention, liste non exhaustive, pour tout symptôme suspect, consultez un médecin.

Convulsions fébriles (en anglais Febrile seizures)
Chez les jeunes enfants, des convulsions fébriles peuvent apparaître. Une maladie infectieuse est souvent à l’origine de ce problème qui se manifeste au niveau du cerveau, comme réponse à l’augmentation rapide de la température corporelle. Selon la Mayo Clinic, la grande majorité des convulsions fébriles ne provoque aucun effet à long terme. L’institution américaine de référence (Mayo Clinic) recommande en cas de convulsions fébriles chez un enfant de le positionner couché sur le côté ou son corps orienté du côté de l’estomac. ll s’agira aussi d’enlever tout objet tranchant proche de l’enfant et lui desserrer ses habits.
Il faut savoir que la plupart des convulsions fébriles s’arrêtent sans intervention. Il est important de se rendre par la suite chez le médecin pour connaître l’origine de ces convulsions. La Mayo Clinic recommande d’appeler les urgences si les convulsions durent plus de 10 minutes ou si l’enfant présente des convulsions répétées.

Traitements

Rappelons à nouveau que c’est seulement lorsque la température du corps dépasse 38,5 ° C (sauf avis contraire d’un médecin) qu’il faut prendre un médicament.

Les médicaments antipyrétiques (qui font baisser la fièvre) agissant sur le symptôme et non la cause de la fièvre: ils ne sont utiles que pour soulager la fièvre, mais pas pour accélérer ou faciliter le traitement de l’infection. Parfois et par conséquent, l’utilisation inappropriée d’antipyrétiques peut vous empêcher de bien traiter l’infection bactérienne sous-jacente.

Médicaments contre la fièvre

Pour faire baisser la fièvre on utilise principalement des molécules fébrifuges (antipyrétiques) suivantes :

paracétamol contre la fièvre–  le paracétamol, 500 mg au dosage adulte (pour le dosage enfant, demandez conseil à votre pharmacien ou médecin).
C’est le traitement de premier choix surtout chez les enfants. Pour le dosage et la posologie pour un enfant, demandez conseil à votre pharmacien ou médecin.
Chez les enfants, il faut privilégier la forme orale. La forme rectale (suppositoire) n’est pas conseillée, car il peut y avoir des différences dans l’absorption d’un enfant à l’autre. Demandez conseil à votre pédiatre. Chez l’enfant, il faut prendre le paracétamol en fonction de la dose-poids chaque 6 heures, soit 4 fois par 24 heures, demandez conseil à votre pharmacien ou médecin (pédiatre).

–  l’acide acétylsalicylique (ASS), 500 mg au dosage adulte (pour dosage enfant, demandez conseil à votre pharmacien ou médecin), éviter de donner cette molécule aux enfants, risque faible mais possible de développer le symptôme de Reye. Ce syndrome est rare mais souvent grave, voire mortel, car il provoque des dommages au niveau du cerveau et du foie.
C’est pour cette raison, estime-t-on, que l’utilisation de l’aspirine chez les enfants a considérablement diminué au cours des dernières années.

–  l’ibuprofène ou le lysate d’ibuprofène, 200 à 400 mg au dosage adulte. Pour dosage enfant, demandez conseil à votre pharmacien ou médecin.

Remarque sur la fièvre et la grippe, prise d’antipyrétiques
Une étude canadienne publiée en 2014 a montré qu’en cas de grippe la prise d’antipyrétiques (pour faire baisser la fièvre) augmentait les décès de 1 à 5%. La fièvre, sans qu’elle soit trop élevée, permet de lutter contre le virus de la grippe. Si on abaisse la température, les virus peuvent plus facilement se multiplier. Le risque avec l’usage trop important d’antipyrétiques est aussi que le patient se croit guérit, alors qu’il est encore contagieux, ce qui favorise les épidémies de grippe.

Traitements naturels

Certaines traitements naturels à base de plantes médicinales peuvent abaisser la fièvre, à consommer sous forme de complément aux traitements classiques :

Phytothérapie

– Le tilleul, utilisé en général sous forme de tisane de tilleul (très conseillé chez les enfants et petits enfants).

– Les fleurs de sureau, utilisées en général sous forme de tisane ou en gélule.

– Le saule blanc, utilisé en général sous forme de gélule ou en comprimé.

Remèdes naturels

Tisane de tilleul

Décoction de tilleul

Tisane de sureau

Décoction de calendula

Bons conseils

Si la fièvre est causée par des maladies infectieuses comme la grippe, voici des conseils pratiques à suivre:

–  Restez au repos et au chaud pour consommer peu d’énergie (votre corps a besoin de beaucoup d’énergie pour lutter contre la fièvre).

–  Prenez des repas légers.

–  Buvez des boissons sucrées et des mets riches en sels minéraux (bouillon) pour compenser la perte hydrique et en substances nutritives.

–  Buvez beaucoup (environ 2 litres par jour) pour compenser la déshydratation engendrée par la fièvre. Buvez de l’eau ou des tisanes par exemple à base de tilleul.

–  Evitez de prendre des médicaments pour faire baisser la fièvre si votre température est inférieure à 38,5°C, car la fièvre peut contribuer à lutter contre les infections (renforcerait les défenses du corps notamment en augmentant le nombre de lymphocytes pour combattre les agents infectieux).

–  Prenez un bain de 1 à plusieurs degrés au-dessous de la température du corps pendant une quinzaine de minutes, cela permet de faire baisser la fièvre.
Conseil enfant
Chez les enfants, de nombreux pédiatres déconseillent toutefois désormais de prendre un bain, car cela peut mener à des convulsions fébriles (lire sous Complications ci-dessus pour en savoir plus sur les convulsions) à cause de la température qui descend trop rapidement, parlez-en à votre pédiatre.

–  Evitez de surchauffer les appartements en hiver.

–  Prenez des médicaments à base de vitamine C, de zinc ou d’échinacée, ces substances ont des effets positifs sur les maladies infectieuses (qui peuvent provoquer de la fièvre) et agissent comme immunostimulants.

–  Abstenez-vous de fumer et ne buvez pas d’alcool


–  Si la cause de la fièvre est inconnue ou que la fièvre persiste pendant une longue période, consultez votre médecin.

–  En cas de fièvre chez un enfant de moins de 3 mois, il est absolument conseillé de consulter très rapidement un médecin, par exemple en se rendant aux urgences. Le but est d’identifier au plus vite une éventuelle infection et la soigner le plus vite possible, par exemple grâce à des antibiotiques.

Conseils mesure de la fièvre:
– Mesurez la fièvre si possible toujours avec le même appareil (ex. thermomètre) et au même endroit du corps. Cela vous permettra de bien comparer les résultats, car on sait qu’il peut exister des différences entre appareils et la localisation de mesure de la fièvre. Par exemple une mesure au niveau du rectum (plus précise) peut être différente que sous l’aisselle, dans certaines situations la différence entre ces 2 mesures peut être de -3°C (cela signifie que la température rectale peut indiquer par exemple 40°C et la température sous l’aisselle indiquer seulement 37°C).

Quiz – validez vos connaissances sur la fièvre


Sources (références)
The Wall Street Journal, Wikipedia.org en anglais, page sur M. Wunderlichi.mail-offizin – Université de Bâle – Suisse – édition de décembre 2016, no 23, Mayo Clinic.
Crédits photos : Fotolia.com

Comment traduit-on la fièvre dans d’autres langues ?
Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 18.05.2017

Thèmes

Lire aussi :