Publicité

Le port de masques chirurgicaux en public pourrait contribuer à ralentir la progression de la pandémie de Covid-19

MARYLAND / HONG KONG – Les masques chirurgicaux pourraient aider à empêcher les personnes infectées de transmettre des virus saisonniers à d’autres personnes, y compris les coronavirus. Cette étude, publiée dans le journal Nature Medicine le 03 avril 2020 (DOI : 10.1038/s41591-020-0843-2), montre que le port de masque limiterait la propagation de maladies telles que la grippe, les rhinovirus et les coronavirus selon de nouvelles recherches pouvant aider à régler un débat acharné sur les normes cliniques et culturelles.

Le port de masques chirurgicaux en public pourrait contribuer à ralentir la progression de la pandémie de COVID-19

Réduction significative des quantités des virus transmis

Lors d’expériences en laboratoire, les masques ont réduit de manière significative les quantités de divers virus transmis par l’air provenant de patients infectés. C’est l’appareil respiratoire “Gesundheit II machine” développé par le Dr Don Milton, professeur de santé environnementale appliquée à l’école de santé publique de l’Université du Maryland et auteur principal de l’étude qui a permis de mesurer ces quantités.

Le Dr Milton s’est déjà entretenu avec des responsables de la santé du gouvernement fédéral et de la Maison Blanche sur les résultats de l’étude, qui suivent de près les déclarations faites cette semaine par le directeur des Centers for Disease Control and Prevention. Ce dernier a, en effet, annoncé que l’agence reconsidérait l’avis souvent exprimé selon lequel les masques chirurgicaux ne sont pas une précaution utile en dehors des milieux médicaux. Le débat a lieu à un moment où les cliniciens eux-mêmes sont confrontés à un approvisionnement dangereusement insuffisant en masques, une pénurie que d’autres chercheurs de l’UMD s’efforcent de résoudre.

Frein à la propagation des maladies dès leur phase asymptomatique

La question des masques a également fait rage dans la société, certains détaillants refusant de laisser leurs employés en porter par crainte d’envoyer des signaux négatifs aux clients. Par ailleurs, on relève des cas d’insultes et même d’agressions physiques aux États-Unis et ailleurs contre des Asiatiques ou des Américains d’origine asiatique qui portaient des masques, une mesure que certains considèrent comme une nécessité lors d’une épidémie.

L’étude, menée avant la pandémie actuelle avec un étudiant des collègues de Milton à la faculté de médecine de l’université de Hong Kong, n’aborde pas la question de savoir si les masques chirurgicaux protégaient ceux qui les portent contre l’infection. Elle suggère que les masques pourraient limiter la quantité de maladies infectées – qui, dans le cas du nouveau coronavirus, n’ont souvent pas de symptômes – propagées, notamment la grippe, les rhinovirus et les coronavirus.

Option à réexaminer

Le Dr Milton, qui dirige le laboratoire d’aérobiologie, de virologie et de biomarqueurs expiratoires de l’École de santé publique, a démontré dans une étude réalisée en 2013 que les masques chirurgicaux pouvaient contribuer à limiter la transmission de la grippe. Cependant, il met en garde contre le fait que l’effet pourrait être moins important en dehors des milieux contrôlés.

Néanmoins, dit-il, la possibilité qu’ils puissent aider justifie de réexaminer la question de savoir si tous les gens devraient être encouragés à les porter lorsqu’ils s’aventurent hors de chez eux pour aller dans des magasins ou d’autres lieux peuplés pendant le verrouillage actuel de la Covid-19.

« En temps normal, nous dirions que si cela ne se révélait pas statistiquement significatif ou efficace dans des études du monde réel, nous ne le recommandons pas” », a-t-il déclaré. « Mais au milieu d’une pandémie, nous sommes désespérés. L’idée est que même si cela réduit un peu la transmission, cela vaut la peine d’essayer ».

Étude menée sur 246 personnes

Des études antérieures ont montré que les coronavirus et autres infections respiratoires se propageaient principalement par contact étroit, ce qui a été interprété par certains spécialistes des maladies infectieuses comme signifiant que la maladie ne pouvait se propager que par contact et par de grosses gouttelettes, comme lors d’une toux ou d’un éternuement – un message qui a souvent été partagé avec le public.

« Ce qu’ils ne comprennent pas, c’est que ce n’est qu’une hypothèse », a déclaré le chercheur. L’étude actuelle (ainsi que les précédentes) montre, en revanche, que de minuscules gouttelettes aérosolisées peuvent effectivement se diffuser dans l’air. Cela signifie qu’il peut être possible de contracter la Covid-19 non seulement en présence de quelqu’un qui tousse, mais aussi en inhalant simplement l’haleine d’une personne proche qui en est atteinte, qu’elle présente ou non des symptômes. Les masques chirurgicaux, cependant, capturent une grande partie du virus en aérosol lors de son exhalation, a-t-il dit.

L’étude a été menée à l’Université de Hong Kong dans le cadre de la recherche de thèse de l’auteur principal, le Dr Nancy Leung, qui, sous la supervision des co-auteurs principaux, les docteurs Cowling et Milton, a recruté 246 personnes souffrant d’infections virales respiratoires présumées. La machine « Gesundheit » de Milton a comparé la quantité de virus qu’ils ont exhalée avec et sans masque chirurgical.

Résultats

« Chez 111 personnes infectées par un coronavirus, un virus de la grippe ou un rhinovirus, les masques ont réduit la quantité de virus détectable dans les gouttelettes respiratoires et les aérosols pour les coronavirus saisonniers, et dans les gouttelettes respiratoires pour le virus de la grippe », a déclaré M. Leung. « En revanche, les masques n’ont pas réduit l’émission des rhinovirus ».

Bien que l’expérience ait eu lieu avant la pandémie actuelle, le Covid-19 et les coronavirus saisonniers sont étroitement liés et peuvent avoir des tailles de particules similaires. L’autre auteur principal du rapport, le professeur Benjamin Cowling, chef de la division d’épidémiologie et de biostatistique de l’école de santé publique HKUMed et co-directeur du Centre collaborateur de l’Organisation mondiale de la santé pour l’épidémiologie et le contrôle des maladies infectieuses, a déclaré : « La capacité des masques chirurgicaux à réduire les coronavirus saisonniers dans les gouttelettes respiratoires et les aérosols implique que ces masques peuvent contribuer à ralentir la propagation de (Covid-19) lorsqu’ils sont portés par des personnes infectées ».

Milton a évoqué d’autres mesures dont ses recherches ont montré qu’elles étaient encore plus efficaces que les masques, comme l’amélioration de la ventilation dans les lieux publics comme les épiceries, ou l’installation de lampes UV-C près du plafond qui fonctionnent en conjonction avec des ventilateurs de plafond pour tirer l’air vers le haut et détruire les virus et les bactéries.

« Les équipements de protection individuelle comme les masques N95, connus aussi sous l’appellation de FFP2 ou FFP3, ne sont pas notre première ligne de défense », a déclaré le Dr Milton. « Ils sont la dernière chose désespérée que nous faisons ».

Références & Sources :
Journal Nature Medicine

Personnes responsables et impliquées dans l’écriture de ce dossier :
Xavier Gruffat (Pharmacien et Rédacteur en chef de Creapharma), Seheno Harinjato (Rédactrice chez Creapharma.ch, responsable des infographies).

Date de dernière mise à jour du dossier :
06.04.2020

Crédits photos :
Creapharma.ch, Adobe Stock, © 2020 Pixabay

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 06.04.2020