Publicité

Interview sur les poux pour la rentrée 2021/2022 – Les huiles essentielles sont-elles efficaces ?

CONTENU EXCLUSIF

ZURICH En cette période de rentrée scolaire 2021/2022 marquée encore dans la plupart des pays par la pandémie de Covid-19, les poux de tête demeurent malheureusement également à des niveaux endémiques bien enracinés chez les enfants de 3 à 14 ans. Certes, les poux ne tuent pas mais ils peuvent fortement perturber la vie familiale. Creapharma.ch a pu interroger à nouveau la Dresse Christina Ruob, pharmacienne suisse, directrice d’une entreprise de formation continue pour les pharmacies (Medinform) et spécialiste des poux. Elle nous rappelle les meilleurs traitements, ceux à déconseiller, les nouvelles thérapies et les possibles méthodes de prévention.

Dresse Christina Ruob

Creapharma.ch – Il y a quelques années je vous avais demandé si le diméticone (un traitement dit physique contre les poux) était la principale thérapie en cas de poux (déclarés), est-ce toujours le cas ? Pouvez-vous nous expliquer simplement comment agit le diméticone sur les poux ?
Dresse Ruob – Les produits à base de diméticone sont toujours recommandés en priorité dans le traitement des poux de tête. Au niveau du mécanisme d’action, l’obstruction des orifices respiratoires du pou l’empêche d’excréter de l’eau. Cela peut conduire à l’éclatement de l’intestin ou à une immobilisation irréversible qui, dans les deux cas, aboutit à la mort.

Que pensez-vous des huiles essentielle pour le traitement des poux ?
Les huiles essentielles ne sont toujours pas recommandées pour le traitement des poux. Les niveaux d’huiles essentielles utilisés en aromathérapie sont conçus pour être sans danger pour les humains, mais ils sont également sans danger pour les poux. Toutes les huiles essentielles sont constituées d’un mélange de produits chimiques appelés monoterpènes et de leurs dérivés chimiques. Pour que les huiles essentielles soient efficaces, il faudrait une concentration en monoterpènes (des composants des h.e.) de 8 à 10%. Mais à ces niveaux élevés de concentration des dangers existent comme des risques d’allergie ou d’asthme bronchique. De plus, les huiles essentielles sont contre-indiquées chez les nourrissons et les jeunes enfants. Cela dit, les huiles essentielles dont l’efficacité a été prouvée contre les poux sont l’huile d’anis, l’huile d’eucalyptus et l’huile de melaleuca (huile de théier).

Est-ce qu’il existe des traitements véritablement efficaces pour prévenir les poux (donc pas en traitement mais en prévention pure) ? Par exemple si on sait que dans une classe plusieurs enfants ont des poux, comment faire en sorte que le reste des enfants n’attrapent pas des poux ?
La mesure la plus importante est le contrôle hebdomadaire des parents avec un peigne à poux jusqu’à la fin de l'”épidémie” de poux. Une autre question centrale est de savoir si les personnes en contact avec les enfants affectés ont été informées et, si nécessaire, traitées. Il est possible d’utiliser des produits en prévention. Plus d’informations sur mon site Lausinfo.ch (voir rubrique Prophylaxie).

Des études ont montré une bonne efficacité de l’ivermectine contre les poux (à la différence de son utilisation contre la Covid-19 qui fait toujours polémique). Est-ce qu’il y a en Suisse ou en Europe des préparations en usage externe à base d’ivermectine disponibles sur le marché ?
Il n’y a actuellement aucun produit externe pour le traitement des poux avec l’ivermectine disponible en Suisse. Ivermectine en lotion 0.5 % (Sklice®) est disponible aux Etats-Unis. L’ivermectine appartient au groupe des macrolides, provenant de la bactérie Streptomyces avermitilis. L’ivermectine se lie aux canaux chlorure activés par le glutamate. L’afflux d’ions chlorure qui en résulte dans la cellule entraîne une hyperpolarisation de la membrane cellulaire, ce qui bloque la transmission de l’excitation des cellules nerveuses et musculaires. Cela entraîne la paralysie et la mort du pou. L’ivermectine en lotion à 0,5% est une application unique avec un temps d’exposition de 10 minutes.
Une étude randomisée en double aveugle, contrôlée par véhicule, a montré une efficacité. En effet, le 7ème jour après l’application, le succès de la thérapie était de 85,2%, le 14ème jour encore de 73,8% des enfants (effet limité sur les œufs !). Le taux d’effets secondaires est très faible de 1%. Dans de rares cas, une irritation de la peau et des yeux s’est produite. Mais attention à un danger de résistance, cela s’est déjà produit avec d’autres endo- et ectoparasites contre lesquels le macrolide a été utilisé à grande échelle.

Finalement, pensez-vous que la pandémie de Covid-19 a diminué le nombre de poux chez les enfants ? A cause de la distanciation sociale ?
En fait, une étude [argentine] a montré que la pandémie ou le confinement liés à la Covid-19 réduisait le nombre d’enfants ayant des poux. Référence étude : Parasitology Research (DOI : 10.1007/s00436-020-07038).

Creapharma.ch remercie la Dresse Christina Ruob pour cet interview.

Interview réalisé en juillet 2021 par Xavier Gruffat (pharmacien, Creapharma.ch) par e-mail en anglais et allemand. Traduit ensuite en français par Creapharma.ch. Crédit photo : Dresse Christina Ruob. Infographie sur les poux (ci-dessous) : Creapharma.ch.

Poux de tête
Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 25.08.2021

Publicité