Publicité

Mythe médical : en cas de crise cardiaque les hommes et les femmes ont les mêmes symptômes (étude)

LONDRES Vu de l’extérieur, la science a un côté compliqué et frustrant. Une vérité d’un jour ne l’est plus quelques jours, mois ou années plus tard. Cela semble être le cas cette fois avec les symptômes de l’infarctus du myocarde (crise cardiaque), car on a beaucoup lu dans la presse généraliste ou même spécialisée que les femmes à la différence des hommes auraient tendance à souffrir de symptômes inhabituels ou atypiques lors d’infarctus du myocarde. Mais une étude écossaise publiée en août 2019 remet en question ce mythe médical et souligne la nécessité pour les deux sexes de reconnaître les signes précurseurs et d’agir en conséquence.

Conséquences pour la santé

Supposer à tort que les femmes ayant une crise cardiaque présentent des symptômes différents de ceux des hommes pourrait conduire à un diagnostic erroné, à un traitement retardé et à des interventions médicales moins intensives. Des recherches antérieures financées par le British Heart Foundation (institution britannique) ont montré que les différences dans les soins prodigués aux femmes ont contribué, selon les estimations, à au moins 8’200 décès évitables en Angleterre et au Pays de Galles au cours de la dernière décennie.

Dans leur étude publiée le 20 août 2019 dans le Journal of the American Heart Association (DOI : 10.1161/JAHA.119.012307), des chercheurs de l’Université d’Édimbourg ont enregistré les symptômes de personnes qui se rendaient aux urgences du Royal Infirmary d’Édimbourg pour subir un test sanguin appelé test à la troponine. Ce test est utilisé lorsque les médecins soupçonnent qu’une personne fait une crise cardiaque (infarctus du myocarde) et mesure une protéine libérée par les cellules cardiaques endommagées pendant une crise cardiaque.

Entre le 1er juin 2013 et le 3 mars 2017, les médecins des urgences ont commandé le test de troponine pour 1’941 personnes. Parmi ces patients, 274 ont reçu un diagnostic de crise cardiaque de type NSTEMI (90 femmes et 184 hommes). Il s’agit du type de crise cardiaque le plus courant, qui survient lorsque l’artère coronaire est partiellement obstruée.

Symptômes plutôt identiques

Les chercheurs ont remarquée que la douleur thoracique était le symptôme le plus fréquent chez les hommes et les femmes, 93% des deux sexes ayant signalé ce symptôme. Un pourcentage similaire d’hommes et de femmes ont signalé des douleurs irradiant vers le bras gauche (48 pour cent des hommes et 49 pour cent des femmes). Un plus grand nombre de femmes souffraient toutefois de douleurs irradiant vers la mâchoire ou le dos et les femmes étaient également plus susceptibles de souffrir de nausées en plus de douleurs thoraciques (33 pour cent contre 19 pour cent). Mais les symptômes moins typiques, comme les douleurs épigastriques (brûlures d’estomac), les maux de dos ou les douleurs de brûlure, de coup de couteau ou similaires à celles de l’indigestion, étaient plus fréquents chez les hommes que chez les femmes (41 % chez les hommes contre 23 % chez les femmes).

Des recherches antérieures ont suggéré que les femmes et les hommes rapportent des symptômes de crise cardiaque différents. Cependant, les symptômes ont souvent été enregistrés après la confirmation d’un diagnostic de crise cardiaque, ce qui peut introduire un biais. Cette étude visait à éviter cela en demandant à une infirmière de recherche indépendante d’interviewer et d’enregistrer les symptômes de tous les patients arrivant à l’urgence avec une crise cardiaque possible avant qu’un diagnostic leur soit posé.

Symptômes typiques identiques

Amy Ferry, infirmière spécialiste en recherche en cardiologie à l’Université d’Édimbourg et première auteure de l’étude, a déclaré dans un communiqué en anglais : “Nous craignons qu’en étiquetant incorrectement les femmes comme ayant des symptômes atypiques, nous n’encouragions les médecins et les infirmières à ne pas enquêter sur les maladies coronariennes chez les femmes ou à ne pas entreprendre de traitement. Elle poursuit “Les hommes et les femmes présentent toute une série de symptômes, mais notre étude montre que les symptômes typiques chez les femmes devraient toujours être considérés comme un signal d’alarme en cas de crise cardiaque.”

Le professeur Jeremy Pearson, directeur médical associé au British Heart Foundation, a déclaré dans un communiqué en commentant cette étude : “Les crises cardiaques sont souvent considérées comme un problème de santé masculine, mais au Royaume-Uni, plus de femmes meurent d’une maladie coronarienne que du cancer du sein. Nous devons changer cette idée fausse nuisible parce qu’elle entraîne des souffrances et des pertes de vie évitables.”

Les auteurs affirment toutefois que d’autres recherches sont nécessaires dans des populations plus vastes et plus diversifiées pour confirmer leurs conclusions.

Recommandations :

Le British Heart Foundation demande à tout le monde d’être plus conscient des symptômes les plus courants d’une crise cardiaque :
– douleur ou inconfort dans la poitrine qui survient soudainement et qui ne s’estompe pas
– douleur qui peut s’étendre à votre bras gauche ou droit, à votre cou, à votre mâchoire, à votre dos ou à votre estomac. Pour certaines personnes, la douleur ou l’oppression est intense, alors que d’autres se sentent simplement mal à l’aise.
– se sentir mal, en sueur, étourdi ou essoufflé.
Une crise cardiaque est une urgence médicale et peut mettre la vie en danger. Les personnes qui éprouvent l’un ou l’autre de ces symptômes devraient appeler immédiatement une ambulance en téléphonant aux urgences, quel que soit leur sexe.

Le 21 août 2019. Source : communiqué de presse de l’étude publiée le 21 août 2019. Par Xavier Gruffat (pharmacien). Référence étude : Journal of the American Heart Association (DOI : 10.1161/JAHA.119.012307)

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 21.08.2019