Publicité

Le régime méditerranéen décourage la suralimentation (étude)

Publicité

WINSTON-SALEM – Le régime méditerranéen protègerait contre la consommation d’aliments plus riches que la normale, l’obésité et le pré-diabète. C’est ce que révèle une étude menée sur des animaux, publiée le 23 avril 2019 dans la revue Obesity (DOI : 10.1002/oby.22436). Des scientifiques de la Wake Forest School of Medicine aux Etats-Unis ont découvert que les primates non humains soumis au régime méditerranéen ont choisi naturellement de ne pas manger toute la nourriture disponible et ont maintenu un poids normal.

Le régime méditerranéen décourage la suralimentation (étude)« En comparaison, les animaux soumis au régime occidental mangeaient beaucoup plus qu’il n’en fallait et prenaient du poids », a déclaré la chercheuse principale de l’étude, Carol A. Shively, Ph.D., professeur de pathologie à la Wake Forest School of Medicine.
« Il s’agit du premier essai pré-clinique visant à mesurer les effets de la consommation à long terme d’un régime occidental ou méditerranéen sur les maladies liées à l’obésité, dans des conditions expérimentales contrôlées », selon le Prof. Shively.
Étude fondée sur l’alimentation humaine
Les recherches antérieures sur les effets du type de régime alimentaire sur l’apport calorique étaient en grande partie fondées sur des études effectuées au sein d’une population humaine et qui s’appuyaient sur l’apport alimentaire autodéclaré, qui est souvent peu fiable, ou sur des études menées auprès de rongeurs dont l’alimentation n’est pas de type humain.
L’étude de la Wake Forest School of Medicine était un essai de prévention de 38 mois (équivalent à environ 9 ans pour les humains). Les régimes alimentaires ont été formulés de manière à refléter fidèlement l’alimentation humaine avec des protéines et des graisses provenant en grande partie de sources animales dans l’alimentation occidentale et principalement de sources végétales dans l’alimentation méditerranéenne. Cependant, les deux régimes contenaient des proportions comparables de matières grasses, de protéines et de glucides.

Moins de calories consommées

Il y avait 38 femelles d’âge moyen dans l’étude qui ont été randomisées dans le régime méditerranéen ou occidental. Les deux groupes ont été appariés en fonction de leur poids de base et de leur masse grasse corporelle et ont été autorisés à manger autant qu’ils le voulaient pendant toute la durée de l’étude.

« Ce que nous avons découvert, c’est que le groupe du régime méditerranéen mangeait en fait moins de calories, avait un poids corporel plus faible et avait moins de graisse corporelle que le groupe du régime occidental », déclare la chercheuse.

Les résultats fournissent les premières preuves expérimentales qu’un régime méditerranéen protège contre la suralimentation, l’obésité et le pré-diabète par rapport à un régime occidental.

Baisse du risque de maladie du « foie gras » non-alcoolique

Le régime méditerranéen protégerait également contre les maladies du « foie gras » non alcooliques, connues sous le nom de NAFLD (en anglais : Non Alcoholic Fatty Liver Disease). La NAFLD peut provoquer une cirrhose du foie et un cancer du foie, et nécessite une greffe. L’obésité est une cause majeure de la NAFLD. D’ici 2030, on s’attend à ce qu’un tiers des adultes américains soient atteints de la maladie, et c’est la raison pour laquelle les greffes de foie chez les jeunes adultes aux États-Unis connaissent la croissance la plus rapide.

Redécouverte du goût des aliments

« La composition de l’alimentation est un facteur essentiel de la santé publique aux États-Unis et, malheureusement, ceux qui sont le plus exposés à l’obésité et aux maladies chroniques coûteuses qui y sont associées ont aussi les régimes alimentaires les moins bons », ajoute-t-elle.

« Le régime alimentaire occidental a été développé et promu par des entreprises qui veulent que nous mangions leurs aliments, de sorte qu’ils les rendent hyper appétissants et que nous les surconsommons. Manger méditerranéen devrait permettre aux gens d’apprécier leur nourriture et de ne pas trop manger. »

« Nous espérons que nos découvertes encourageront les gens à manger des aliments plus sains et agréables, et amélioreront la santé humaine. »

A noter que l’une des faiblesses de l’étude était la taille modeste de l’échantillon.

Le 25 avril 2019. Par la rédaction de Creapharma.ch (supervision scientifique par Xavier Gruffat, pharmacien). Sources : Communiqué de presse de l’étude (en anglais). Référence : journal Obesity. Crédit photos : Adobe Stock

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 26.04.2019