Publicité

La santé mentale joue un rôle important pour devenir très vieux

SAN DIEGODans des villages italiens éloignés et nichés entre la mer Méditerranée et les montagnes vit un groupe de centaines de personnes âgées de plus de 90 ans. Des chercheurs de l’Université de Rome La Sapienza et de l’Université de Californie à San Diego ont réussi à identifier des traits psychologiques communs à ce groupe. Le lien de ces personnes avec les traditions comme la terre, la famille ou la religion semble jouer un rôle très important.

Dans cette étude, les scientifiques ont découvert que les participants qui étaient âgés de 90 à 101 ans avaient une santé physique pire, mais avaient une meilleure santé mentale que leurs plus jeunes membres de leurs familles âgés de 51 à 75 ans.

« Un nombre important d’études ont été publiées sur des personnes très âgées, mais la plupart se sont focalisées sur la génétique plutôt que sur leur santé mentale ou leur personnalité, » a affirmé dans un communiqué de l’étude  le Prof. Dilip V. Jeste, auteur senior de ce travail de recherche de l’Ecole de Médecine de l’Université de Californie à San Diego.

Il poursuit : « Les principaux thèmes qui ressortent de notre étude, qui semblent être des caractéristiques uniques associées avec une meilleure santé mentale de cette population rurale, sont l’optimisme (positivité), l’éthique au travail, l’obstination et des liens forts avec la famille, la religion et la terre. »

Détail de l’étude

Cette étude a compté 29 participants provenant de 9 villages italiens de la région du Cilento (au sud de Naples), dans le sud de l’Italie. Les chercheurs ont utilisé une méthode appelée échelle d’évaluation quantitative pour prendre en compte la santé physique et mentale, ainsi que des entretiens (interview) qualitatifs pour obtenir les histoires de vie des participants incluant notamment des sujets comme les migrations, les événements traumatisants et les croyances. Leurs enfants et autres membres de leur famille plus jeunes ont aussi reçu les mêmes méthodes d’évaluation et ont été en plus interrogés pour décrire leurs impressions concernant les traits de personnalité de ces membres de leur famille plus âgés.

« L’amour de ce groupe de participants pour leur terre est un thème ou sujet d’intérêt commun et leur donne un but dans la vie. La plupart d’entre eux continuent à travailler chez eux ou sur leur terre. Ils pensent : ‘C’est ma vie et je ne vais pas arrêter maintenant,’ » explique Anna Scelzo du Département de Santé Mentale et d’Abus de Substance à Chiavarese en Italie et principal auteur de l’étude.

Sagesse

Les réponses obtenues dans les entretiens ont aussi montré que les  participants avaient une forte confiance en soi et une impressionnante capacité de prise de décision. « Ce paradoxe du vieillissement soutient la notion que le bien-être et la sagesse augmentent avec l’âge même si la santé physique se détériore, » affirme le Prof. Jeste.

Optimisme

Voici quelques citations provenant des participants :

– « J’ai perdu ma chère femme il y a seulement un mois et je suis très triste. Nous avons été mariés pendant 70 ans. J’étais proche d’elle pendant toute sa maladie et je me suis senti très vide après son décès. Mais grâce à mes fils je récupère bien et me sens bien mieux. J’ai 4 enfants, 10 petits-enfants et 9 arrière-petits-enfants. Je me suis battu toute ma vie et je suis toujours ouvert au changement. Je pense que les changements amènent de la vie et donnent des opportunités de grandir. »

– « Je suis toujours en train de penser au meilleur. Il y a toujours une solution dans la vie. C’est ce que mon père m’a transmis : toujours affronter les difficultés et espérer le meilleur. »

– « Je suis toujours actif. Je ne sais pas ce qu’est le stress. La vie est ce qu’elle est et doit être affrontée…toujours. »

Forte personnalité 

« Nous avons aussi découvert que ce groupe avait tendance à être dominateur, obstiné et avaient besoin d’un sens du contrôle, qui peut être un trait de personnalité désirable comme ils sont fidèles à leurs convictions et se soucient moins de ce que les autres pensent, » affirme Mme Scelzo. La scientifique italienne poursuit : « Cette tendance de contrôler l’environnement suggère du cran significatif qui est équilibré par un besoin de s’adapter à des circonstances changeantes.»

Les chercheurs prévoient désormais de suivre les participants avec une évaluation longitudinale multiple et comparer les associations biologiques avec la santé physique et psychologique.

« Étudier les stratégies de personnes exceptionnellement âgées et qui ont bien vécu, qui n’ont pas seulement survécu mais ont prospéré et se sont épanouis, améliore notre compréhension de la santé et des capacités fonctionnelles dans tous les groupes d’âge, » conclut le Prof. Jeste dans le communiqué de l’étude.

Cette étude a été publiée le 12 décembre 2017 dans le journal scientifique International Psychogeriatrics.

Le 17 décembre 2017. Par Xavier Gruffat (Pharmacien). Source : communiqué de presse de l’étude de l’Université de Californie à San Diego : Référence étude : DOI : 10.1017/S1041610217002721
Crédits photos : CREDIT: UNIVERSITY OF ROME LA SPIENZA

Lire aussi : 5 régions paradisiaques pour les centenaires, comment vivre plus longtemps ?

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 21.12.2017