Publicité

Sclérose latérale amyotrophique (SLA)

Dernière révision : 22.02.2024
Auteur : Xavier Gruffat, pharmacien


Définition

La sclérose latérale amyotrophique (SLA, en anglais ALS) est une maladie neurologique qui mène à des faiblesses musculaires et perturbe les fonctions physiques. Dans la SLA, on observe une dégénérescence progressive des cellules nerveuses aboutissant à la mort de ces cellules. Le cerveau n’est ensuite plus capable de contrôler les muscles de l’organisme.

Noms français et anglais
En français, la SLA porte aussi le nom de maladie de Charcot. Aux Etats-Unis le nom “maladie de Lou Gehrig” (en anglais : Lou Gehrig’s disease) est souvent utilisé, Lou Gehrig était un célèbre joueur de baseball mort de cette maladie en 1941. Le nom ALS pour amyotrophic lateral sclerosis est aussi souvent utilisé en anglais, probablement plus que Lou Gehrig’s disease.

Stephen Hawking
Le scientifique anglais de renommée mondiale Stephen Hawking est mort le 18 mars 2018 à l’âge de 76 ans. Il a souffert pendant environ 50 ans de la SLA.

Epidémiologie

La SLA se manifeste souvent chez des personnes âgées entre 40 et 60 ans (certaines sources parlent de 40 à 75 ans)1. Les hommes sont plus touchées que les femmes.

La SLA est une maladie rare, en effet 2,2 personnes pour 100’000 habitants sont diagnostiquées chaque année de la maladie en Europe et 1,87 aux Etats-Unis selon un article publié dans la revue scientifique The Lancet en 2011 (lire étude).
Etats-Unis
Aux Etats-Unis, on estimait en 2023 à environ 30’000 le nombre de patients souffrant de SLA2. Environ 5000 nouveaux cas de SLA sont diagnostiqués chaque année dans ce pays.

Espérance de vie
L’espérance de vie après le diagnostic de la SLA est en moyenne compris entre 2 et 4 ans, selon un communiqué de presse de l’Université Hokkaido au Japon qui a publié une étude sur la maladie en novembre 2017 dans le journal scientifique PLoS ONE (DOI : 10.1371/journal.pone.0187813). Toutefois, certains patients peuvent vivre pendant des dizaines d’années avec la maladie, comme cela a été le cas avec le scientifique anglais Stephen Hawking mort à 76 ans (en 2018). Il a vécu pendant environ 50 ans avec la maladie. En 2022, un patient vivait en moyenne 2 ans après un diagnostic de la SLA3.

Causes

Dans la majorité des cas, les causes de la SLA ne sont pas connues.

Causes génétiques
Causes Syndrome des Jambes sans ReposLa Mayo Clinic estime que dans 5 à 10% des cas la SLA a une origine génétique (héréditaire). Une personne atteinte de SLA a une probabilité de 50% de transmettre la maladie à ses enfants. On sait que plusieurs gènes sont responsables de la SLA, plus d’une dizaine de gènes sont déjà connus.
En mai 2017, des chercheurs ont notamment identifié une variante dans le gène UBQLN4 associée à la SLA. Ce gène est impliqué dans le développement des neurones. Cette étude sur le gène UBQLN4 a été publiée en 2017 dans le journal scientifique eLife. Mieux identifier les gènes impliqués permet de développer des médicaments capables de cibler au niveau cellulaire.

Rôle de protéines
– Des études ont montré que la déplétion d’une protéine appelée TDP-43 est liée à la mort des motoneurones, conduisant à la SLA. Un travail de recherche japonais publié en novembre 2017 dans le journal scientifique PLoS ONE (DOI : 10.1371/journal.pone.0187813) a permis de mieux comprendre le rôle du TDP-43.
– Une étude publiée en février 2024 dans la revue Nature4 a montré qu’une accumulation toxique de la protéine NPTX2 joue un rôle important dans la SLA. Ils ont montré que la protéine NPTX2 agit comme une sorte de lien entre le comportement déviant d’une autre protéine appelée TDP-43 et la mort des neurones. La diminution de la concentration de NPTX2 dans les neurones a permis de contrer la dégénérescence. Selon l’Université de Zurich qui a mené cette étude, cela suggère que les médicaments qui réduisent la quantité de NPTX2 pourraient constituer une stratégie de traitement potentielle de la SLA.

Facteurs de risques
Même si les causes restent la plupart du temps un mystère, certains facteurs comme le tabagisme, l’exposition au plomb et d’autres toxines environnementales pourraient augmenter le risque de souffrir de SLA.

Symptômes

La SLA commence souvent avec des tremblements et faiblesses au niveau du bras, de la jambe ou de la cheville. Parfois des problèmes au niveau de la voix peuvent être un signe de SLA.

En plus de ces symptômes, les premiers signes du SLA peuvent être :
– Difficultés à marcher, trébuchement ainsi que des difficultés à réaliser des tâches ou activités quotidiennes
– Faiblesse dans la main, la jambe ou la cheville
– Difficultés à avaler
– Crampes musculaires, tremblements au niveau des bras, épaules ou de la langue
– Difficultés à maintenir ou tenir la tête dans une bonne posture

A une phase plus avancée, les muscles deviennent toujours plus faibles. Il s’en suit des difficultés à se déplacer et à parler.
A la fin, la SLA perturbe le fonctionnement de certains organes en affectant notamment des fonctions vitales comme l’alimentation et la respiration.

Remarque : 
Normalement les fonctions cognitives (mémoire, réflexion) ne sont pas perturbées par la maladie. Autrement dit, le patient garde toutes ses facultés mentales.

Diagnostic

Comme le relève la Mayo Clinic, la maladie est difficile à diagnostiquer surtout dans les premiers stades, car on peut la confondre avec d’autres pathologies neurologiques.

Certains tests peuvent être utilisés par le médecin pour le diagnostic comme l’électromyogramme (EMG).
Des tests d’imagerie peuvent être réalisés au niveau du cerveau et de la la moelle épinière.

Traitements (médicaments)

Les traitements actuels contre la SLA permettent de freiner la progression de la maladie, mais aucun traitement ne peut inverser le cours de la SLA. Le but est notamment de prévenir les complications et améliorer le confort du patient.

Depuis septembre 2022, il existe un nouveau traitement qui permet de soigner la SLA. Il est disponible aux Etats-Unis, (lire ci-dessous). En 2017, un article du journal américain The Wall Street Journal mettait notamment en avant le manque d’études sérieuses et bien construites dans la recherche pour la SLA et cela malgré des millions de dollars d’investissement réalisés seulement aux Etats-Unis.

Le corps médical cherchera notamment à utiliser des appareils pour aider à la respiration du patient, lors d’un stade avancé de la maladie. Les besoins alimentaires seront aussi suivis et évolués par le personnel soignant.

Traitements aux Etats-Unis : 
– Aux Etats-Unis, un médicament indiqué contre la SLA est le riluzole (Rilutek®). Ce médicament pourrait agir en diminuant le taux de glutamate dans le cerveau, souvent en concentration plus élevée chez les personnes atteintes de SLA.
– Un autre médicament disponible aux Etats-Unis depuis les années 2020 est l’édaravone (Radicava), ce médicament pourrait ralentir la perte des fonctions physiques5.
– Depuis septembre 2022, il existe aux Etats-Unis un médicament contre la SLA enregistré par la FDA, appelé Relyvrio®6, médicament développé par Amylyx Pharmaceuticals (une société basée dans la région de Boston aux Etats-Unis).

D’autres médicaments peuvent être prescrits par le médecin pour agir sur certains symptômes spécifiques de la maladie comme la constipation, les crampes musculaires, la fatigue, la dépression, la douleur, la salivation en excès, etc.

Médicaments en phase clinique – Autres espoirs
Aux Etats-Unis et dans le monde, il existe des médicaments en phase clinique (phase 1, 2 et 3) ciblant spécifiquement la SLA.

Bons conseils

Soins – thérapies physiques :
Certaines thérapies physiques peuvent aider le patient comme la pratique de certains exercices physiques. L’étirement (streching), avec l’aide d’un spécialiste, est aussi indiqué pour diminuer les douleurs au niveau musculaire. Le patient a en général besoin de soins particuliers comme la physiothérapie et l’orthophonie.

D’autres thérapies comme celles aidant la communication verbale peuvent être recommandées par le corps médical.

Remarque :
En 2014, le Ice Bucket Challenge a permis d’attirer l’attention sur cette maladie et de récolter des fonds. Dans ce défi (Ice Bucket Challenge) des personnes se filmaient en se déversant un seau d’eau glaciale sur la tête.

Nom anglais de la maladie : Amyotrophic Lateral Sclerosis (ALS) – Lou Gehrig’s disease

Crédits photos : 
Adobe Stock

Historique de la révision médicale du dossier, auteurs et correcteurs :
– 22.02.2024 (par Xavier Gruffat, pharmacien)
 
 

Références scientifiques et bibliographie :

  1. SANJEEV NANDA (M.D.), Mayo Clinic a-z Health Guide, WHAT YOU NEED TO KNOW ABOUT SIGNS, SYMPTOMS, DIAGNOSIS & TREATMENT, 2nd edition, Rochester, Mayo Clinic Press, 2023.
  2. Article du Wall Street Journal, 12 septembre 2022, et podcasts de STAT (no 275) diffusé le 21 septembre 2023
  3. Article du Wall Street Journal, 12 septembre 2022
  4. Marian Hruska-Plochan, Vera I. Wiersma, Katharina M. Betz, et al., Magdalini Polymenidou. A model of human neural networks reveals NPTX2 pathology in ALS and FTLD. Nature (2024). DOI: 10.1038/s41586-024-07042-7
  5. SANJEEV NANDA (M.D.), Mayo Clinic a-z Health Guide, WHAT YOU NEED TO KNOW ABOUT SIGNS, SYMPTOMS, DIAGNOSIS & TREATMENT, 2nd edition, Rochester, Mayo Clinic Press, 2023.
  6. Endpoints News : Updated: After long and winding road, FDA approves Amylyx’s ALS drug in victory for patients and advocacy groups, le 29 septembre 2022

Lire aussi :


Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 22.02.2024
Publicité