Page d'accueil de creapharma.ch Sommaire des maladies et maux Plantes médicinales - Phytothérapie Médicaments sommaire Remèdes de grand-mère Alimentation - Nutrition News de Creapharma.ch

> fractures


Fractures




Définition de la fracture - Qu'est-ce que la fracture ?

fractureLa fracture est une rupture de la continuité ou cassure d’un os mais aussi d'un cartilage dur. Rappelons que les os sont les organes durs et solides qui constituent notre squelette. Le cartilage est un tissu conjonctif qu'on retrouve chez l'adulte au niveau des surfaces osseuses notamment au niveau des articulations.

Une fracture peut être fermée ou ouverte avec plaie, complète ou incomplète, avec ou sans déplacement des fragments. Les cassures d’un os en plusieurs morceaux sont qualifiées de fractures comminutives.

En outre, la fracture en bois vert est propre à l’enfant. Comme son nom l’indique, l’os se casse comme du bois vert tout en se recourbant.

La fracture affecte habituellement les os longs, mais aussi le crâne, la face et le bassin.

Causes de la fracture

La fracture peut être engendrée soit par un choc direct sur l’os soit par un choc indirect. Le premier s’accompagne d’une lésion des tissus mous au point d’impact tandis que le deuxième se manifeste après une flexion, un tassement, un écrasement, un étirement ou une torsion subi par l’os. Les contractions violentes des muscles cassent également les os.

Chez les nouveau-nés, les manœuvres agressives lors des accouchements difficiles créent fréquemment des fractures dites obstétricales de la clavicule ou de la cuisse.

Dans certains cas, les os des patients se fragilisent et se brisent spontanément ou suite à des traumatismes mêmes minimes. Ce type de fracture dite pathologique peut être due aux tumeurs, aux kystes osseux, à l'ostéoporose ou à l’ostéomyélite. Il en est de même pour le rachitisme, la ménopause et l’ostéomalacie.

Les efforts inhabituels sans entraînement au préalable, les disciplines sportives comme le basketball ou les courses à pied engendrent aussi des petits chocs répétés pouvant être à l’origine de la fracture. Dans ce cas les os des pieds sont souvent touchés.

Symptômes fractures

Au moment du choc, la victime peut ressentir un bruit de craquement sur l’os cassé. Puis la douleur locale apparait et s’accroit au moindre mouvement ou au toucher.

Dans tous les cas, le diagnostic évident montre une impotence fonctionnelle avec une enflure, une déformation et parfois du bleu.

Les autres symptômes varient selon l’organe blessé. Aux fractures craniofaciales ou vertébrales s’associent des troubles de la conscience, des fourmillements des membres et des paralysies diverses tandis que la difficulté respiratoire et le fait de cracher du sang révèlent une lésion thoracique. En outre, une miction anormale peut accompagner une fracture du bassin.

Les fractures pathologiques sont également douloureuses et gênent la marche. De plus, l’apparition des symptômes de la maladie causale éclaire sur leur origine.

medico_lupaComment diagnostiquer la fracture ?

Le médecin recherche les signes d’une fracture par des examens minutieux du patient. Il se renseigne également sur l’histoire de la maladie et la nature de l’accident.

Le diagnostic sera confirmé par la radiographie. Parfois, des explorations plus pointues comme la scintigraphie ou le scanner permettent de découvrir les fissures et les éventuelles complications.

Complications de la fracture - Risques lors de fracture

Une fracture peut se compliquer immédiatement par l’ouverture d’une lésion fermée, le déplacement des fragments, les saignements par coupure des vaisseaux. La blessure du nerf entraine une paralysie ou un trouble de la sensibilité.

Les souffrances cérébrales ou pulmonaires, les thrombophlébites et les embolies font partie des complications gravissimes des fractures.

La plaie d’une fracture ouverte est susceptible de s’infecter et au pire de se gangrener.

En outre, une douleur vive risque de faire évanouir le patient tandis que celle qui dure dans le temps peut le rendre anorexique.

Les inconvénients de l’immobilisation thérapeutique sont la rigidité articulaire et les rétractions des muscles et des tendons. Par ailleurs, les plâtres mal posés ou trop serrés lèsent la peau ou gênent la circulation du sang du membre immobilisé.

Quant aux escarres, aux phlébites, à la constipation ou aux infections urinaires et respiratoires, ils apparaissent après un alitement prolongé.

Traitement des fractures

Sur le lieu de l’accident, le but du premier secours consiste à remuer le moins possible la fracture. Deux situations peuvent se présenter :

3-aout-2013-corepics-Fotolia- Si le fait de mobiliser la victime risque d’aggraver les lésions, vous devez la laisser là où elle se trouve en attendant les secours.

- Si vous devez faire une évacuation d’urgence, la fracture doit être alors préalablement immobilisée.

Les techniques d’immobilisation sur le lieu de l’accident varient suivant l’os cassé. Celles des membres ou de la clavicule se font par des attelles et des écharpes.

Avant d’immobiliser une fracture ouverte, la plaie devra être protégée de toute source d’infection en recouverte d’un linge propre ou d’une compresse fixée par un bandage.

Si la victime perd connaissance, la position latérale de sécurité ou PLS, c'est-à-dire la position couchée sur le côté la préviendra de l’obstruction de son appareil respiratoire mais il faut veiller à ce que l’axe de la tête soit aligné à celui du tronc.

Les colliers cervicaux et le plan dur sont utilisés pour les fractures du crâne, du bassin et de la colonne vertébrale.

Le but du traitement à l’hôpital consiste à remettre l’os fracturé sur son emplacement anatomique normal. Pour ce faire, les spécialistes remettent les fragments à leurs places par des techniques soit manuelles soit chirurgicales. Ensuite, ils les immobilisent par des plâtres, des tractions ou encore à l’aide d’instruments spéciaux prévus à cet effet (vis, plaques, clous).

Pour les fractures pathologiques, le traitement est celui de la cause.

Les raideurs articulaires et les rétractions musculotendineuses seront corrigées par quelques séances de kinésithérapie. Cette dernière aidera le patient à retrouver les fonctions normales des articulations et favorisera la cicatrisation.

Homéopathie fracture - Soigner la fracture avec l'homéopathie

Les deux remèdes homéopathiques les plus connues pour accélérer la consolidation des fractures sont l’Arnica et le Symphytum. Donnez une dose d’Arnica 15 CH puis continuez avec de la 5 CH à raison de deux ou trois prises par jour. Le Symphytum 7 CH à 15 CH, quant à lui, est fortement recommandé pour les fractures très algiques avec persistance de la sensibilité de la blessure après la consolidation.

La vitamine D, le calcium et la protéine favorisent également la cicatrisation de la fracture.

Bons conseils pour soigner la fracture

medecin-petit- Devant toute fracture, alertez toujours les services de secours

- Évitez les manipulations qui aggravent la blessure

- Abstenez-vous de réduire la fracture

- Si vous suspectez une lésion de la colonne vertébrale, et en absence de la nécessité d’un dégagement d’urgence, laissez la victime où elle se trouveet conseillez-lui de s’abstenir de se mouvoir

- Essayez d’enlever les objets qui risquent de serrer le membre lésé lorsqu’il se gonflera (bagues, bracelets…)

- Vérifier régulièrement la coloration, la chaleur et le pouls des membres

- Si vous êtes exposé aux situations qui risquent de fragiliser les os :

> surveillez régulièrement votre état de santé;

> suivez à la lettre les prescriptions de votre médecin;

> portez des matériels sportifs adaptés, comme les chaussures amortissantes et de bonne qualité;

> entraînez-vous suffisamment tout en prenant conscience de vos limites;

> approvisionnez votre corps en quantité suffisante de vitamine D (effet thérapeutique et préventif, lire sous prévention fracture).

- Une formation en secourisme vous aidera à sauver des vies devant n’importe quel accident.

Bons conseils pour prévenir la fracture

Prenez de la vitamine D, selon une étude parue en 2009, les préparations de vitamine D réduisent le risque général de fracture de 14 %, pour les fractures de la hanche, la baisse est de 9 %.


Comment dit-on fracture dans les autres langues européennes ?
 en anglais : fractures  en allemand : Frakturen
 en italien : fratture  en espagnol : fracturas
Brasil en portugais : fraturas  

Copyright © 2014, Creapharma.ch

Contact    Mises à jour   Décharge juridique   Rédaction   Publicité   - Site réalisé par Pharmanetis Sàrl