Publicité

Covid-19 : les vaccins à ARN probablement efficaces contre les variants (étude)

BALTIMORE Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’université Johns Hopkins Medicine aux Etats-Unis a prouvé que les lymphocytes T CD4+ produits par les personnes ayant reçu l’un des deux vaccins à ARN (ex. Pfizer/BioNTech ou Moderna) contre la Covid-19 reconnaissent également les variants mutants ou problématiques du virus à l’origine de la maladie (SARS-CoV-2). Les lymphocytes T CD4+ sont des cellules du système immunitaire également appelées cellules T auxiliaires. Pour la grande majorité des gens, il est actuellement impossible de mesurer le taux de lymphocytes T CD4+ en laboratoire, à la différence des tests d’anticorps. Cette étude montre que la réponse immunitaire ne repose pas seulement sur les anticorps.

Selon les chercheurs, cela suggère que les réponses des lymphocytes T suscitées ou renforcées par les vaccins devraient être capables de contrôler les variants actuels du SRAS-CoV-2 sans qu’il soit nécessaire de les actualiser (booster) ou de les modifier. Ils ont également découvert que les mêmes cellules T peuvent fournir une certaine protection contre un autre membre de la famille des coronavirus qui est responsable d’un type de rhume ou refroidissement. Les résultats de cette étude ont été publiés le 6 avril 2021 dans le Journal of Clinical Investigation (DOI : 10.1172/JCI149335).

Système immunitaire

L’immunologie est un domaine complexe. Pour simplifier, on distingue deux formes d’immunité chez l’être humain, l’immunité innée et l’immunité adaptative. On parle aussi de réponse immunitaire innée et de réponse immunitaire adaptative. La réponse immunitaire adaptative met plusieurs jours, par exemple 7 jours, avant de se mettre en place. Le système immunitaire adaptatif est constitué principalement de deux types de cellules, les lymphocytes B et les lymphocytes T. Les cellules T CD4+ sont surnommées “auxiliaires” parce qu’elles aident un autre type de cellule immunitaire, les lymphocytes B, à répondre aux protéines de surface – les antigènes – des cellules infectées par des envahisseurs, notamment des virus comme le SRAS-CoV-2. Activées par les cellules T CD4+, les cellules B immatures deviennent soit des plasmocytes qui produisent des anticorps pour marquer les cellules infectées afin qu’elles soient éliminées de l’organisme, soit des cellules mémoire qui se “souviennent” de la biochimie de l’antigène pour une réponse plus rapide aux infections futures.

Dans le cas du SRAS-CoV-2, l’antigène est la protéine composant les pics (protéines S ou Spike proteins) qui dépassent de la surface du virus. Les vaccins à ARNm (Pfizer-BioNTech et Moderna) fournissent des instructions génétiques au système immunitaire de la personne vaccinée pour qu’il reconnaisse la protéine des pics et lance la production d’anticorps contre le SRAS-CoV-2.

Les cellules T CD4+ envoient également des messagers chimiques qui attirent un autre type de lymphocyte T – connue sous le nom de cellule T CD8+ (ou “cellule T tueuse”) – afin que les cellules infectées par le virus puissent être éliminées.

Etude sur 30 personnes

Pour mener leur étude sur les cellules T auxiliaires, les chercheurs ont évalué des échantillons de sang provenant de 30 travailleurs de la santé et donneurs de laboratoire en bonne santé qui n’avaient pas été testés positifs au SRAS-CoV-2 auparavant – avant et après deux doses d’un vaccin à ARNm Covid-19. Les participants, 12 femmes et 18 hommes, étaient âgés de 20 à 59 ans. Les cellules T CD4+ extraites des échantillons de sang ont été analysées pour connaître leurs réponses à divers composants (fragments de protéines appelés peptides) de la protéine de pointe de la souche originale du SRAS-CoV-2 et de trois coronavirus à l’origine du rhume.

Les chercheurs ont découvert que les personnes vaccinées, comme prévu, présentaient de larges réponses des lymphocytes T aux protéines de pointe de la souche originale du SRAS-CoV-2.

Réponse aux variants du Royaume-Uni et d’Afrique du Sud

“Nous avons identifié 23 peptides distincts ciblant les lymphocytes T, dont quatre seulement semblent affectés par les mutations qui ont créé les coronavirus variants observés pour la première fois au Royaume-Uni et en Afrique du Sud”, explique l’auteur principal de l’étude, Joel Blankson, M.D., Ph.D., professeur de médecine à la faculté de médecine de l’université Johns Hopkins. “Cela signifie que les 19 autres peptides sont les mêmes dans le SRAS-CoV-2 original et les souches plus récentes, de sorte que les vaccins à ARNm devraient induire des cellules T qui répondent bien aux variants.” Selon M. Blankson, ceci est important car des études précédentes ont montré que les anticorps ne reconnaissent pas les variants du SRAS-CoV-2 aussi bien que les cellules T CD4+.

“Les cellules T peuvent donc aider à empêcher les virus variants de provoquer une maladie grave du Covid-19, même si les anticorps ne les empêchent pas d’infecter une personne”, explique-t-il.

Contre le rhume aussi

Lorsque les chercheurs ont examiné la réponse des cellules T induite par le vaccin aux protéines de pointe de trois coronavirus du rhume, ils ont constaté une multiplication par trois pour l’un d’entre eux, HCoV-NL63, mais pas pour les deux autres.

“D’autres études sont nécessaires pour déterminer pourquoi cela s’est produit”, estime M. Blankson. “Nous soupçonnons que le HCoV-NL63 pourrait avoir plus d’épitopes [peptides qui suscitent une réponse immunitaire] en commun avec le SRAS-CoV-2 que les autres coronavirus du rhume.”

Dans une étude récente et connexe, M. Blankson et ses collègues de la Johns Hopkins Medicine ont examiné le sang de patients convalescents qui s’étaient remis d’une infection par le SRAS-CoV-2 et ont identifié les récepteurs uniques des cellules T CD4+ à mémoire qui reconnaissent les protéines de pointe de la souche originale du SRAS-CoV-2 et de quatre coronavirus du rhume. Selon M. Blankson, la caractérisation de ces récepteurs de cellules T pourrait être utile pour guider le développement de futurs vaccins contre une variété de coronavirus.

Le 22 avril 2021. Source : communiqué de presse de l’étude (adapté en français par Creapharma.ch). Par Xavier Gruffat, pharmacien. Référence étude : Journal of Clinical Investigation (DOI : 10.1172/JCI149335).

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 22.04.2021

Publicité