Publicité

Atavaquone/proguanil

La combinaison ou association de l’atavaquone et du proguanil (Malarone® et génériques) est un médicament de premier choix dans la prévention du paludisme (malaria). Les deux principes actifs tuent les agents du paludisme, présents dans le sang.

Publicité

Noms des molécule :
– Atavaquone
– Proguanil

Formule chimique des molécules :
Atavaquone : C22H19ClO3
Proguanil : C11H16ClN5

Temps de demi-vie :
– L’atavaquone a un temps de demi-vie de 55h à 88h. Il n’a pas de métabolite actif. L’élimination est surtout extra rénale (hors des reins).
– Le proguanil a un temps de demi-vie de 13 h à 14 h (ce temps peut toutefois varier d’une personne à l’autre pour des raisons génétiques). Le métabolite actif est le cycloguanil. L’élimination est principalement rénale.

Effets :
L’atavaquone appartient à la classe des naphtalènes qui inhibe le transport des électrons dans les mitochondries des parasites à l’origine du paludisme. Le proguanil, un biguanide, empêche notamment le développement de parasites (Plasmodium) résistants à l’atavaquone. La cycloguanil, le métabolite actif de la proguanil, inhibe la dihydrofolate réductase des parasites. Le proguanil est par conséquent une prodrogue (prodrug).

Malaria infographie

Indications :
– Prévention du paludisme à Plasmodium falciparum chez l’adulte et chez l’enfant (de plus de 40 kg de poids corporel). Il s’agit d’un traitement de premier choix dans la prévention ou prophylaxie du paludisme. Lire aussi sous Remarques ci-dessous
– Dans le traitement des formes de paludisme à Plasmodium falciparum aiguës non compliquées chez l’adulte et l’enfant (≥11 kg de poids corporel). Lire aussi sous Remarques ci-dessous

Remarques sur la prévention du paludisme (y compris les voyageurs) :
Comme la chloroquine, souvent utilisée par le passé dans la prévention du paludisme, mène toujours plus à des cas de résistances, l’atavaquone/proguanil est toujours plus utilisée en premier choix.
Ce médicament est très approprié pour une prévention de courte durée du paludisme, par exemple lors d’un séjour d’une semaine dans une zone à risque comme certaines régions d’Afrique (lire sous Posologie ci-dessous). Sa haute efficacité en prévention a été prouvée par plusieurs études cliniques de bonne qualité. Ce médicament est aussi approprié pour un séjour de longue durée dans une zone à risque.

Remarque sur le paludisme (une fois déclaré) :
Pour le traitement du paludisme (une fois déclaré) ce médicament est un choix intéressant mais en général n’est pas considéré de premier choix. Le premier choix est la combinaison de deux molécules : artéméther et luméfantrine (vendu sous le nom de Riamet®).

Informations utiles sur le paludisme :
Le paludisme est une maladie infectieuse largement répandue dans les pays tropicaux et subtropicaux. Elle est transmise par la piqûre d’un moustique infecté appartenant au genre anophèle. Fièvre, frissons, maux de tête et douleurs dans les membres apparaissent au plus tôt une semaine après la piqûre par le moustique. Ces symptômes peuvent aisément être confondus avec une grippe banale.

Effets secondaires :
Les principaux effets secondaires sont principalement un mal de tête et des troubles gastro-intestinaux (nausées, vomissements, diarrhée…). D’autres effets secondaires moins fréquents sont un manque d’appétit, des troubles du sommeil, un exanthème et une augmentation des enzymes hépatiques. Dans la plupart des cas les effets secondaires sont légers à modérés.
Plus rarement les effets secondaires suivants ont été observés : neutropénie, hyponatrémie, stomatite et hépatite auto-immune. Aucun cas connu de décès provoqué par ce médicament n’a été observé. Par comparaison avec d’autres médicaments contre le paludisme, ce médicament (atavaquone/proguanil) présente moins d’effets secondaires.

Pour la liste complète des effets secondaires, veuillez lire la notice d’emballage.

Contre-indications :
Hypersensibilité connue ou présumée à l’atovaquone ou au proguanil. En cas d’insuffisance rénale grave (clairance de la créatinine <30 ml/min.).

Pour la liste complète des contre-indications, veuillez lire la notice d’emballage.

Interactions :
Le proguanil pourrait potentialiser l’action anticoagulante de la warfarine et d’autres anticoagulants de type coumarine.

Pour la liste complète des interactions, veuillez lire la notice d’emballage.

Forme galéniques :
Pour adultes :
– En comprimé avec 250 mg d’atavaquone et 100 mg de proguanil.
Pour enfants (en Suisse vendu sous le nom de Junior) :
– En comprimé avec 62,5 mg d’atavaquone et 25 mg de proguanil.

Posologie :
La dose journalière doit toujours être prise au même moment de la journée avec un repas ou un verre de lait.
Prévention du paludisme :
La prophylaxie (prévention) doit être instaurée 1 à 2 jours avant l’entrée dans une zone impaludée (sans paludisme) et poursuivie quotidiennement encore 7 jours après le départ de cette région.
Chez un adulte ou un enfant (de plus de 40 kg) prendre 1 comprimé (250 mg d’atavaquone et 100 mg de proguanil) 1 fois par jour.
Traitement du paludisme :
Chez un adulte ou un enfant (de plus de 40 kg) prendre 4 comprimés (250 mg d’atavaquone et 100 mg de proguanil) 1 fois par jour en une seule prise pendant 3 jours consécutifs.
Pour la posologie chez les enfants, demandez conseil à votre médecin ou pharmacien. Lisez également la notice d’emballage.

Médicaments vendus en Suisse (mise à jour : septembre 2020) :
Original :
Malarone® – Malarone Junior®
Générique :
Atovaquone Plus Spirig HC®

Remarques :
– L’atavaquone et le proguanil, vendu sous le nom de Malarone®, est disponible en Suisse depuis 1997. Depuis 2013, il existe en Suisse des génériques de ce médicament. Cela dit, en septembre 2020 il existait sur le marché suisse seulement un seul générique pour adulte (Atovaquone Plus Spirig HC) et aucun générique pour enfant (junior).
– Il existe aussi sur le marché une mono-préparation d’avataquone, ce médicament est indiqué contre d’autres protozoaires comme Pneumocystis jirovecii.

Alternatives et traitement d’urgence en zone à risque
– En prévention du paludisme, les alternatives efficaces sont la méfloquine (Lariam®) et la doxycycline. Toutefois, la méfloquine à cause de risque d’effets secondaires neuropsychiatriques peut s’avérer être un problème. Parfois la primaquine est recommandée dans certains ouvrages ou guidelines. La tafénoquine est une autre alternative possible.
– L’atavataquone/proguanil peut aussi être utilisé en traitement d’urgence, si présence de symptômes, en cas de paludisme dans une zone à risque. Il s’agira ensuite de contacter rapidement un médecin pour suivre l’évolution de la maladie. Comme on l’a vu plus haut le premier choix lors de paludime déclaré est la combinaison de deux molécules : artéméther et luméfantrine.

Sources & Références : 
Sources : 
Keystone ATS (agence de presse suisse), Pharmawiki.ch
Références et littérature :
“100 wichtige Medikamente” – Infomed (2020).

Rédaction : 
Xavier Gruffat (Pharmacien)

Dernière mise à jour : 
16.09.2020

Crédits photos :
Fotolia.com/Adobe Stock

Avez-vous trouvé cet article utile ou avez-vous noté une faute ?

Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 09.10.2020

Publicité