Malaria (paludisme)

Résumé

Résumé malariaLa malaria, appelée aussi paludisme, est une maladie infectieuse provoquée par un protozaire du type Plasmadodium. Il est transmis à l’homme par un moustique femelle, l’anophèle, moustique que l’on rencontre généralement dans les zones tropicales. En effet, le paludisme a disparu des zones tempérées grâce à l’assèchement des marais.


Cependant, la malaria représente LA maladie du voyageur, bien avant les hépatites A et B, le SIDA ou encore la fièvre typhoïde. Ainsi, on peut voir le retour de cette maladie dans les pays occidentaux par une importation possible due aux voyageurs. Lire sous statistiques sur la malaria

Résumé sur la malariaLe moustique est l’hôte principal de ce parasite (voir notre infographie ci-dessous). Ce moustique pique à la tombée de la nuit, contrairement au type de moustique qui transmet la dengue. Une fois entré dans le corps humain par voie sanguine, le parasite se multiplie dans le foie où il est en période de latence. Les crises paludiques surviennent avec accès de fièvre tierce ou quarte lorsque le parasite rejoint la circulation sanguine et fait éclater les globules rouges. Ces accès fiévreux peuvent apparaître des mois après le retour des vacances, car le parasite peut se trouver longtemps dans le foie. Plus de détails sous causes et symptômes malaria.

Complications malariaLes complications principales sont une anémie et une grande fatigue. Lorsque les structures cérébrales sont atteintes avec encéphalopathie fiévreuse, par exemple, des convulsions et un coma peuvent survenir. Parfois l’issue peut être fatale lors d’absence de prise en charge rapide du patient. Lors de fièvre suspecte survenant après 6 jours dans le lieu de vacances ou au retour de vacances dans des zones tropicales, il est nécessaire de consulter rapidement un médecin.

Il existe des médicaments pour traiter la malaria, notamment la méfloquine ou la doxycline. Il reste toujours préférable de prévenir le paludisme en favorisant les sprays anti-moustiques. D’autant plus qu’il existe des foyers de résistance du paludisme. D’autres mesures prophylactiques sont possibles, comme l’utilisation de moustiquaire ou recouvrir le corps dès la tombée de la nuit en portant des habits longs.

Malaria infographie

Définition

Définition malaria - Définition paludismeLa malaria, appelée également paludisme est une maladie infectieuse, due à un parasite, plus précisément, un protozoaire : le Plasmodium. Ce dernier est transmis à l’homme par la piqûre d’un moustique femelle, l’anophèle.
L’homme et le moustique étant les deux hôtes du parasite. Il existe quatre types de plasmodium pouvant être pathogènes pour l’homme: Plasmodium falciparum, Plasmodium vivax, Plasmodium ovale et Plasmodium malariae. Chaque type se retrouve dans des zones géographiques différentes et provoque des symptômes différents. Ainsi, le plus dangereux pour l’homme est le Plasmodium falciparum. Il provoque une fièvre tierce, apparaissant les 3ème et 5ème jours. Par contre, le Plasmodium malariae va lui provoquer une fièvre quarte, les crises apparaissent alors les 4ème et 7ème jours.

Ce genre de moustique se rencontre fréquemment dans les pays tropicaux (Sud-Est asiatique, Afrique, Amérique centrale). Cependant, avec les nombreux voyages vers ces pays, l’importation de la maladie est possible.

Il faut savoir que l’anophèle ne pique qu’à la tombée de la nuit, raison pour laquelle il est essentiel de prendre des mesures préventives. Voir sous bons conseils pour prévenir la malaria

La maladie non traitée est fatale et tue encore de nos jours. Pour traiter la malaria, il existe des chimiothérapies. Voir sous: soigner la malaria

Des personnes célèbres de l’Histoire sont mortes de la malaria, comme Alexandre le Grand.

Epidémiologie

La moitié de la population mondiale est exposée au risque de paludisme, bien que les différents types de plasmodium se retrouvent en général dans les zones tropicales. Tandis que Plasmodium falciparum se retrouve plutôt dans les zones intertropicales; Plasmodium vivax sévit en Afrique, en Asie du Sud-Est et en Amérique du Sud; Plasmodium ovale est un protozoaire répandu en Afrique centrale et Plasmodium malariae peut être trouvé partout dans le monde, avec une prédilection pour les zones chaudes et humides tout de même.


Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), environ 400’000 personnes meurent du paludisme chaque année. En 2015, l’OMS estimait le nombre de morts à environ 429’000.
En 2015, environ 212 millions de personnes ont souffert de la malaria.
En avril 2017, l’OMS estimait qu’un enfant mourait du paludisme chaque 2 minutes dans le monde.

Causes

Causes malariaLe paludisme est provoqué par un parasite, le Plasmodium. Deux espèces de ce parasite sont particulièrement problématiques et responsables de la maladie malaria: Plasmodium falciparum et Plasmodium vivax. Ces derniers séjournent dans l’anophèle (sorte de moustique, femelle), puis est transmis à l’homme lors de piqûre (de moustique).
Ce type de moustique a la particularité de piquer dès la tombée de la nuit, raison pour laquelle les protections doivent être mises en œuvre dès ce moment-là.

Le plasmodium, une fois introduit dans le corps humain se dirige vers le foie et les globules rouges. La rupture des globules rouges provoque les accès de fièvre, symptôme caractéristique de la maladie. Lors d’une autre piqûre de moustique, l’anophèle suce ce sang infecté et devient à nouveau hôte du parasite et le transmet plus loin vers un autre homme. Ainsi, les deux hôtes de ce protozoaire est sont l’homme et le moustique.

Le foie est donc un lieu de développement pour le protozoaire, mais de plus, il est aussi un lieu où le parasite peut résider et réapparaître plus tard. Lorsque le plasmodium réside dans le foie, cela correspond à la phase « silencieuse ou dormante de la maladie ». Ce phénomène explique pourquoi les crises de fièvre peuvent être éloignées : de quelques jours à quelques années.

Infographie du Plasmodium piquant un être humain
Malaria infographie

Personnes à risque

Les personnes à risque d’attraper la malaria, sont les personnes résidant dans les pays tropicaux (Asie du Sud-Est, Amérique Centrale, Afrique), ainsi que les voyageurs se rendant dans ces pays.

Personnes à risque malariaLes personnes résidant dans les pays à risque
A ces personnes, nous pouvons ajouter les expatriés, personnes envoyées pour quelques temps dans ces pays pour des missions religieuses, des organisations humanitaires (ONG) ou encore pour le travail. Ces personnes résident ainsi durant plusieurs mois voire plusieurs années dans ces pays endémiques. Leur comportement est souvent plus à risque, car par l’habitude, ils perdent souvent les gestes de protection simples pour éviter la maladie. Il est fortement recommandé de ne pas suivre leur conseil. Car le voyageur, contrairement aux expatriés, ne connaît pas toutes les structures médicales, il aura donc plus de peine pour se faire traiter à temps.

Les voyageurs (allant dans ces pays)
Avec le tourisme grandissant, il est plus facile d’attraper cette maladie. C’est pourquoi la prévention prend une part importante dans la lutte contre la malaria. Voir sous Bons conseils pour prévenir et traiter la malaria.

La maladie est particulièrement grave chez la femme enceinte, ainsi que chez les enfants en bas âge, en provoquant des symptômes plus sévères.

Symptômes

Symptômes malaria - Symptôme paludismeLe temps d’incubation (jusqu’à la manifestation des premiers symptômes) dure en général entre 10 et 20 jours. Ainsi, si une fièvre survient dans les 6 premiers jours d’un voyage, il est évident que cela n’est pas dû à la malaria, car la maladie n’aura pas encore eu le temps de s’installer. Il ne faudra donc pas prendre tout de suite de médicament antimalarique durant ce laps de temps.
Les symptômes caractéristiques de la malaria sont ensuite:

  • des accès de fièvre avec température élevée, 40-41°C;
  • des crises de fièvre se font par intermittence : tous les jours, tous les 2 jours ou tous les 3 jours. Ces crises correspondent à la rupture des globules rouges où le parasite s’est multiplié. On parlera de fièvre tierce ou quarte, symptôme dépendant du type de plasmodium;
  • des frissons;
  • des maux de tête;
  • des douleurs musculaires;
  • parfois des vomissements et des diarrhées;
  • une chute de température avec des sueurs abondantes et une sensation de froid;
  • une altération de l’état général : fatigue, pigmentation jaunâtre de la peau, une anémie aigüe ou chronique (due à la rupture des globules rouges)

La maladie est particulièrement grave chez les enfants et les femmes enceintes. La prudence est donc particulièrement importante pour ces catégories de personnes.

Diagnostic

Le diagnostic commence par une anamnèse où le médecin demandera au patient les voyages récents que ce dernier a effectués et ses antécédents. Puis il confirmera son diagnostic par une mise en évidence du parasite dans le sang par frottis. A l’aide d’un microscope, on identifiera les éléments du protozoaire dans le sang. Le diagnostic permettra également de connaître la souche de plasmodium ayant infecté le malade (souvent lié à la destination).
Il existe dorénavant des tests rapides, délivrés dans les centres de vaccination pour les voyageurs. Ces tests rapides sont à emporter avec soi en vacances, afin de faire le test dès les premiers symptômes de malaria. Le but est le suivant : recevoir rapidement un traitement chez un médecin et éviter une médication lorsque cela n’est pas nécessaire. Il s’avère en effet que dans certains pays, le traitement anti-malarique est rapidement donné sans confirmation du diagnostic, car les médecins sous-estiment parfois l’efficacité de la chimio-prophylaxie ou surestiment la prévalence de la maladie (nombre de cas d’apparition de la maladie). Il est conseillé de prendre avec soi 2 tests, afin de le refaire dans les 24heures qui suivent, dans le but de confirmer le résultat du test. En général, le patient auquel un test rapide de malaria a été donné, doit s’entraîner devant un médecin ou une infirmière pour s’assurer que ce dernier arrive à effectuer le test une fois sur place, car il faut tout de même se piquer pour prélever le sang au niveau des doigts et cela n’est pas toujours aisé pour tout le monde.

De par son atteinte sanguine, la maladie provoque également une anémie, qui peut être détectée.

Complications (risques)

Comme vu dans la partie symptômes de la malaria, le malade souffre essentiellement d’accès de fièvre lors de crises, pouvant durer quelques heures et apparaissant tous les 3 à 4 jours (suivant l’espèce de plasmodium). Lorsque les crises persistent ou récidivent fréquemment, le malade :

– peut souffrir d’ictère;

– peut souffrir d’une anémie (l’anémie est expliquée par la destruction des globules rouges);

– peut avoir une rate qui grossit jusqu’à rompre;

– se sentira très fatigué (la fatigue est expliquée par l’anémie provoquée par les crises malariques.)

Ces symptômes sont susceptibles d’apparaître surtout lorsque la malaria est mal traitée.

Il existe en réalité quatre sortes de plasmodium. Le seul pouvant provoquer une malaria fatale est le Plasmodium falciparum. Toutefois de récentes études (voir news) montrent également la dangerosité de l’espèce Plasmodium vivax.
Les complications graves liées au parasitage par Plasmodium falciparum sont d’ordre cérébrales en provoquant un ralentissement de la circulation cérébrale, une encéphalopathie, des convulsions, un coma. Ces complications peuvent être potentiellement mortelles. Notons d’ailleurs que sur 3 millions de voyageurs, près de 6000 d’entre eux souffrent de paludisme et une vingtaine en meurent.

Rappelons que cette maladie est encore plus dangereuse chez les personnes de plus faible résistance comme les enfants et les femmes enceintes.

Quand consulter son médecin lors de malaria ?

Lors de symptômes suspects caractérisant la malaria (fièvre élevée,…) nous vous conseillons de consulter au plus vite un médecin. Le traitement de la malaria (une fois déclarée) se fait forcément par un médecin. Evitez l’auto-médication !
Dans les pays à risque, votre médecin pourra vous demander de prendre avec vous des tests rapides pour détecter la maladie. Sachant que le temps d’incubation après une piqûre de moustique est de 6 à 10 jours. Une fièvre survenant après 1 à 5 jours une fois sur place, n’est donc jamais due à la malaria. Il est ainsi conseillé d’effectuer le test rapide après le temps d’incubation supposé. Il est recommandé d’emporter avec soi un deuxième test à faire 12heures après le premier test. Cela permet de confirmer le résultat. Les tests sont à montrer à un médecin dans les plus brefs délais.

Il en est de même concernant les antibiotiques que votre médecin peut vous demander de prendre en cas d’accès fébrile suite à une piqûre de moustique. Il n’est pas nécessaire de les prendre dans les premiers 6 jours de vos vacances. Par contre, une fois ce délai passé, suite à une forte fièvre et qu’aucun médecin n’est disponible dans les 12 heures, il est recommandé de prendre vos antibiotiques et de consulter le plus rapidement possible.

Traitements

Il existe des médicaments pour prévenir et/ou pour traiter la malaria.

1. Médicaments pris en prévention contre la malaria

La prévention se fait selon les zones. Votre pharmacien, médecin tropical ou les polycliniques médicales vous renseigneront plus précisément sur le(s) médicament(s) à prendre selon votre destination (plus d’infos également sur le site suisse: www.safetravel.ch).

  • Les chimioprophylaxies disponibles sont la chloroquine (en Suisse: Chlorochin®, Nivaquine®), la méfloquine (en Suisse: Lariam®, Mephaquine®), l’atovaquone et le proguanil (en Suisse: Malarone®), la doxycycline (en Suisse par ex. Supracycline®,…).
  • Les sprays anti-moustiques : à nébuliser sur le corps, dès la tombée de la nuit, ainsi que des répulsifs à nébuliser sur les moustiquaires et les habits.
  • La vitamine B1 : sans preuve scientifique, cette dernière peut être utilisée en prévention à raison d’un comprimé par jour. Cette vitamine serait sécrétée dans la transpiration, ce qui aurait un effet répulsif.

2. Médicaments pris pour le traitement de la malaria

  • quinine (extraite du quinquina) : lors d’accès de fièvre;
  • les antibiotiques ou antipaludiques: méfloquine (en Suisse: Lariam®, Mephaquine®), doxycycline (en Suisse par ex. Supracycline®,…), l’atovaquone et le proguanil (en Suisse: Malarone®, il existe aussi des génériques), l’artéméther et le luméfantrine (en Suisse: Riamet®). L’artémisine (principe actif de l’armoise annuelle) est également utilisée pour soigner la malaria, à utiliser en association avec d’autres antipaludiques.

Résumé des répulsifs cutanés (par Van Nguyen, pharmacienne)

Pour prévenir la malaria, il est impératif d’éviter les piqûres de moustiques par des moyens physiques (moustiquaire, moustiquaire imprégné d’insecticide) ou par l’application d’un répulsif cutané.

La réglementation européenne reconnaît actuellement quatre molécules comme répulsifs cutanés, destinés à éloigner les moustiques sans les tuer. Les concentrations diffèrent selon l’âge (adulte/enfant) et l’état (femme enceinte ou non).

– DEET (diéthyltoluamide) : 30% chez l’enfant dès 6 mois et la femme enceinte / 30-50 % chez l’enfant dès 12 ans

– Icaridine (ou picaridine, KBR3023) : 20% chez l’enfant dès 24 mois et la femme enceinte

– EBAAP (éthyl-butyl-acétyl-amino-propionate, IR 3535) : 20% chez l’enfant dès 6 mois et la femme enceinte / 20-35% chez l’enfant dès 2 ans

– Citriodiol (PMDRBO, produit à partir d’eucalyptus citriodora) : 20-25% chez l’enfant dès 6 mois. Pas de donnée chez la femme enceinte.

Leurs effets durent de 2 à 5 heures, dépendant de la concentration initiale et de la température ambiante. Ces derniers doivent impérativement être mis sur la peau pour être efficaces (et non sur les habits). S’ils sont appliqués de jour, il faut les mettre 20 minutes après la crème solaire, afin que l’effet de cette dernière ne soit pas atténuée.

L’utilisation des répulsifs est problématique chez les nourrissons et les petits enfants. Il est recommandé d’utiliser des moyens mécaniques, comme le port d’habits clairs, recouvrants, mais non collants, ainsi que des moustiquaires imprégnés. Dans les zones endémiques à risque grave, l’utilisation de répulsifs est toutefois nécessaire. Chez la femme enceinte et le petit enfant, les posologies doivent être respectées :

6 mois – âge de la marche : 1 application par jour

Age de la marche – 12 ans : 2 applications par jour

> 12 ans – adulte, femme enceinte : 3 applications par jour

Il faut éviter l’application des répulsifs sur de grandes surfaces, sur les muqueuses, les plaies et les mains des enfants.

L’essence de citronnelle est à déconseiller, car elle contient des substances allergisantes, est peu efficace et peut provoquer des convulsions chez les jeunes enfants.

Plantes médicinales

En phytothérapie les Chinois utilisent la plante Armoise annuelle (Artemisia annua) depuis des milliers d’années pour soigner le paludisme.

Avec raison, car de récentes études ont prouvé effectivement la grande efficacité de l’armoise annuelle. La molécule active de cette plante se nomme artémisine. Cette molécule est prise de nos jours sous forme de comprimé et est souvent combinée avec d’autres traitements pour soigner au mieux le paludisme et limiter les résistances.

En aromathérapie, les huiles essentielles suivantes peuvent être intéressantes comme prophylaxie et comme traitement du paludisme.

Ce sont les huiles essentielles d’eucalyptus polybractea à cryptone, d’eucalyptus citronnée, de bois de rose (Aniba rosae) et de sariette. Les premières huiles essentielles sont à utiliser par voie cutanée (à appliquer sur la peau, en mélange essentiellement). L’application de ces huiles essentielles en prévention se fait avant le départ, pendant le séjour et après le retour au pays. L’huile essentielle de sariette par contre peut être utilisée par voie interne.

Remarquons que bien que cela soit de la phytothérapie ou de l’aromathérapie, évitez de pratiquer de l’auto-médication. Consultez toujours un médecin, car le paludisme peut être une maladie grave et lui seul pourra trouver le meilleur traitement pour votre situation. Ainsi, toute fièvre suspecte après un séjour dans un pays tropical, même des mois après le retour, demande une consultation médicale.


 

Bons conseils

Bons conseils malaria– Consulter immédiatement un médecin dès qu’une fièvre élevée ou tout autre symptôme faisant penser à un refroidissement quelques temps après un voyage dans un pays à risque. Le médicament prescrit avant le voyage en cas de malaria avérée ne devra être pris que si aucun médecin ne peut être consulté dans les 12 heures. Malgré la prise du traitement, il est nécessaire de voir un médecin le plus rapidement possible.

– Les accès de fièvre peuvent survenir des mois après le retour, car le parasite peut rester longtemps en latence dans le foie. Suite à une forte fièvre, il est conseillé de parler du voyage en pays tropical à son médecin.

– Il est essentiel de bien respecter la prise des médicaments donnés en chimioprophylaxie, afin de s’assurer de leur efficacité. En ce qui concerne la méfloquine (Lariam®), il est absolument nécessaire de recevoir 2 doses du médicament avant le départ. Cela assure une concentration sanguine suffisante du médicament, donc une action efficace. De plus, cela permet aussi de connaître la tolérance du patient vis-à-vis du médicament afin qu’il ne l’arrête pas en cours de voyage. Si le patient ne le tolère pas bien, il pourra en discuter avec son médecin et recevoir un autre médicament.

– Les sprays anti-moustiques contenant du DEET diminuent l’efficacité des crèmes solaires, raison pour laquelle il est conseillé d’appliquer d’abord la crème solaire et d’attendre 30 minutes avant d’appliquer le spray anti-moustique.

Prévention

– Prise de la chimioprophylaxie (médicaments) si prescrite par le médecin (voir les médicaments possibles à prendre en prévention).

– Bien respecter la posologie : à prendre 1 semaine avant le départ, continuer durant le séjour et 4 semaines après le retour (cas de la méfloquine).
Pour la combinaison Atovaquone+Proguanil (Malarone®), la prise débute un jour avant le départ et se poursuit durant tout le séjour, ainsi que 7 jours après le retour.
Si de la doxycycline a été prescrite, il est absolument essentiel de se protéger du soleil, car ce médicament est extrêmement photosensibilisant. Il est d’ailleurs déconseillé dans les pays où l’exposition solaire est importante. Ce médicament, intéressant en cas de résistance et d’intolérance aux autres médicaments utilisés en chimioprophylaxie, est malheureusement déconseillé aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 8 ans, en raison d’une toxicité existante pour les os et les dents.

– Utiliser des sprays anti-moustique (doit contenir la molécule DEET; plus d’informations sur les sprays anti-moustique).

– Utiliser un moustiquaire.

– Se couvrir les bras et les jambes à la tombée de la nuit (mettre des vêtements longs).

– Prendre de la vitamine B1 (efficacité non prouvée scientifiquement selon nos informations).

– Avant d’aller manger, fermer portes et fenêtres de la chambre et utiliser un spray insecticide. Cette mesure très efficace, tue les moustiques qui se seraient tout de même introduit dans la chambre à coucher.

Comment traduit-on la malaria (paludisme) dans d’autres langues ?
Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 01.05.2017

Thèmes

Lire aussi :