Publicité

Être en surpoids ou obèse réduit le risque de démence comme l’Alzheimer

Etre en surpoids réduit l'AlzheimerLONDRESÊtre en surpoids ou obèse réduit le risque de souffrir de démence, comme la maladie d’Alzheimer. C’est en tout cas la conclusion d’une très grande étude menée par l’Oxon Epidemiology et la London School of Hygiene and Tropical Medicine.
La démence est une maladie fréquente de notre époque. On estime qu’en 2050 il y aura 135 millions de personnes qui souffriront de démence. La forme principale de la démence est la maladie d’Alzheimer, dans plus de 50 % des cas. Actuellement il n’existe pas de traitement efficace capable de stopper l’avancée de la maladie.

Étude en détail

Cette équipe de chercheurs britanniques a analysé les dossiers médicaux d’environ 2 millions de personnes, 1’958’191 dossiers pour être précis, âgés en moyenne de 55 ans et avec un indice de masse corporelle (IMC) de 26,6, ce qui signifie un léger surpoids. Ce travail de recherche s’est étalé sur 20 ans.

Les kilos en trop semblent protéger de la démence

En analysant ces données, les scientifiques ont remarqué qu’une personne souffrant d’insuffisance pondérale (IMC inférieur à 20) présentait 39 % plus de risque de souffrir de démence qu’un individu avec un poids normal (IMC compris entre 20 et 25). Les personnes qui étaient en surpoids voyaient au contraire un risque de 18 % plus bas de souffrir de démence par rapport à ceux qui avaient un poids normal et les individus obèses présentaient un risque de 24 % inférieur toujours par rapport à ceux avec un poids normal.

Pour le Dr Nawab Qizibash qui a participé à ce travail de recherche: “Il s’agit de résultats surprenants”. Selon ce chercheur, ces résultats feront réfléchir et nous ferons probablement revoir la vision presque toujours négative de l’obésité et du surpoids en médecine. On sait que l’obésité augmente le risque de diabète, d’hypertension, d’AVC ou encore de certains cancers.

La vitamine D ?

Une hypothèse probable mais loin d’être confirmée expliquant le rôle protecteur de l’excès de poids sur les démences pourrait provenir d’une carence en vitamine D et E qu’on retrouve plus facilement chez des personnes de poids normal ou avec une insuffisance pondérale. Au contraire, comme les vitamines D et E sont liposolubles, on les retrouve en quantité plus importante chez les personnes en surpoids ou obèses.

vitamine D synthèse

D’autres études sont absolument nécessaires pour mieux comprendre l’effet protecteur de l’excès de poids sur les démences.

Pour une société savante britannique, l’Alzheimer’s Society, un bon moyen de prévention de la démence comme l’Alzheimer est de pratiquer régulièrement de l’exercice, manger de façon équilibrée et d’arrêter de fumer.

Le Dr Nawab Qizibash affirme pour conclure : “Il ne faut pas penser qu’être en surpoids ou obèse est ok. Même s’il y a un effet protecteur, il est possible que vous ne puissiez pas vivre assez longtemps (ndlr. mort avant de problèmes cardiovasculaires liés à l’excès de poids par exemple) pour profiter de ces avantages.”

Ce travail de recherche a été publié sur internet (online) le 9 avril 2015 dans la revue spécialisée Lancet Diabetes & Endocrinology.

Le 21 avril 2015. Xavier Gruffat (Pharmacien) – Sources : ATS (agence de presse suisse), BBCNews, résumé de l’étude de la revue Lancet Diabetes & Endocrinology

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 17.09.2017
Publicité
-----------------------
Lire aussi sur Creapharma