Publicité

La prise d’allopurinol n’aggrave pas la crise de goutte

allopurinol et crise de goutteSAN ANTONIO (TX)Une étude a montré que l’utilisation d’allopurinol à faible dose chez des patients souffrant de crise de goutte n’augmente pas la durée des attaques (crises). L’allopurinol est de loin le médicament le plus utilisé dans la prévention des crises de goutte à travers le monde. Cette étude vient confirmer d’autres travaux de recherche récents. Les médecins ont longtemps considéré, à tort, que prescrire de l’allopurinol pendant une crise de goutte augmentait la durée des crises. 

Publicité

Étude en détail

L’étude, réalisée contre un placebo en double-aveugle, a porté sur 31 patients souffrant tous de crise de goutte. L’étude a duré 28 jours, 14 participants ont reçu de l’allopurinol et 17 un placebo, l’attribution de l’allopurinol ou placebo a été effectuée par tirage au sort.

Dans le groupe allopurinol, les patients ont reçu quotidiennement 100 mg d’allopurinol pendant les 14 premiers jours puis 200 mg d’allopurinol les 28 derniers jours, en suivant ainsi les recommandations de l’American College of Rheumatology (ACR) dans la prévention de la goutte.

L’âge moyen des participants était de 57 ans, tous provenaient du San Antonio Military Medical Center au Texas.

Comme les participants souffraient tous de crise de goutte, chacun s’est vu prescrire un traitement spécifique contre la crise de goutte à base de colchicine ou d’un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS). De plus, la majorité des participants prenaient également un corticoïde.

Les chercheurs ont observé à différents jours, pendant la durée de l’étude, les symptômes typiques de la goutte de chaque participant pour évaluer la gravité de la maladie. Ils ont aussi mesuré le taux d’acide urique dans le sang.

Résultats

Les scientifiques américains n’ont observé aucune différence statistiquement significative entre le groupe allopurinol et placebo. Autrement dit, l’allopurinol n’augmente pas la durée de la crise de goutte, comme on le croyait par le passé. Il est donc possible de commencer un traitement à base d’allopurinol au début ou en pleine crise de goutte. Dans les 2 groupes, la crise de goutte s’est résorbée environ 14 jours après son apparition.

Cette étude a été publiée en avril 2015 dans la revue spécialisée Journal of Clincial Rheumatology.

Infographie allopurinol

Le 11 mai 2015. Par Xavier Gruffat (pharmacien). Sources : communiqué de l’étude, MedPage Today. Lien vers le résumé de l’étude.

Participez aussi à notre programme de coaching sur la goutte

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 19.10.2017

Publicité