Publicité

Arthrose : vous reprendrez bien un peu de brocoli ?

Arthrose : vous reprendrez bien un peu de brocoli ?Une étude britannique montre l’intérêt d’une substance contenue dans le brocoli, le sulforaphane, pour la prise en charge de l’arthrose. Les résultats obtenus sur le cartilage de souris malades apparaissent prometteurs. Toutefois, ils doivent encore être confirmés chez l’homme…

Les propriétés anti-cancer du brocoli étaient connues de longue date. Cette fois, des recherches menées à l’Université d’East Anglia (à Norwich dans le nord-est de l’Angleterre) suggèrent que la consommation de cette crucifère permettrait aussi de ralentir la progression d’une des formes les plus connues d’arthrose.

Des souris soumises à un régime riche en brocoli présentent en effet moins de lésions au niveau de leurs cartilages. C’est le sulforaphane, une substance présente dans les légumes crucifères (choux, navet, cresson, colza) et plus particulièrement dans le brocoli, qui bloquerait l’action inflammatoire des enzymes à l’origine de la destruction du cartilage.

Des études à venir chez l’homme

Une découverte majeure. Comme le souligne le professeur Alan Silman, principal auteur de ce travail,  « jusqu’à aujourd’hui, la recherche avait échoué à montrer que l’alimentation pouvait jouer un quelconque rôle contre la progression de l’arthrose. Nous savons que l’activité physique (et la limitation de la prise de poids peuvent aider à soulager les symptômes. Mais être en mesure de proposer aux patients  un régime alimentaire permettant de protéger leurs articulations, voilà qui  serait une grande avancée. »

Prochaine étape : un essai à petite échelle sur des patients atteints d’arthrose en attente d’une chirurgie du genou. Les chercheurs vont en quelque sorte leur faire manger du « super-brocoli » afin de savoir s’il aura les mêmes effets protecteurs sur le cartilage humain que sur celui des rongeurs.

Aurélia Dubuc – Edité par David Picot et Marc Gombeaud

Source : Arthritis & Rheumatism, 28 août 2013

© 1996-2013 Destination Santé SAS – Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de Destination Santé. Tout contrevenant s’expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle: jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende.

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 08.09.2017

Publicité