Publicité

Les enfants souffrant d’allergie alimentaires plus à risque de développer de l’asthme

Actualités sur l'asthmePHILADELPHIE – Les enfants avec un historique d’allergie alimentaire ont un risque plus élevé que les autres de souffrir d’asthme et de rhinite allergique pendant leur enfance, selon une nouvelle étude. Le risque augmente avec le nombre d’allergies aux aliments. Autrement dit, plus un enfant est allergique à différents aliments comme par exemple les cacahuètes, le lait ou les œufs et plus le risque s’accroît. Cette étude a été réalisée par des scientifiques de l’Hôpital des enfants à Philadelphie (en anglais The Children’s Hospital of Philadelphia). Il faut savoir qu’en France par exemple, l’asthme tue plusieurs personnes par jour.

Maladies fréquentes

Votre enfant saigne du nez ? Gestes simples…“L’eczéma, l’asthme et la rhinite allergique (rhume des foins) comptent parmi les maladies de l’enfance les plus fréquentes aux Etats-Unis,” a affirmé dans un communiqué le Dr David A. Hill qui a mené cette étude. Il poursuit : “Le nombre de personnes touchées par ces maladies semblent changer, ce qui demande de disposer de plus d’informations et de surveillance.” En comparaison à d’autres études, ce travail de recherche a montré des taux supérieurs d’asthme et inférieurs d’eczéma et d’inflammations de la peau.

1 enfant sur 5

Dans la ville de Philadelphie, où a été réalisée l’étude, le taux de personnes souffrant d’asthme est parmi le plus élevé des Etats-Unis avec environ 1 enfant sur 5 touché. Dans l’étude, la prévalence de l’asthme était de 21,8% pour être précis.

Cette étude est une analyse rétrospective de données de santé électroniques provenant de plus d’un million d’enfants résidant dans la région de Philadelphie et soigné à l’Hôpital des enfants de Philadelphie (et du réseau de soin, en anglais Care Network) entre 2001 et 2015.

Les chercheurs ont divisé les données en 2 cohortes (groupes), la première cohorte comprenait 29’662 enfants suivis en continu pendant leurs 5 premières années de vie et la 2ème  cohorte comprenait 333’200 enfant et adolescents suivis pendant au moins 12 mois à un moment de leur vie. Les patients étaient à 48% blancs et 40% noirs.

Une grande étude

Des études précédentes avaient déjà suggéré que les patients souffrant d’allergies alimentaires présentaient plus de risque de développer de l’asthme, mais ces études étaient petites et limitées.

prévention cancerDans le premier groupe de cohorte, l’incidence de souffrir d’au moins une allergie à un aliment depuis la naissance à l’âge de 5 ans était de 8%, l’âge de pic du diagnostic était observé entre 12 et 17 mois. Dans l’autre cohorte le taux d’allergie à une allergie à au moins un aliment était de 6,7%, en accord avec le taux publié dans des études précédentes. Néanmoins, les allergies à certains aliments en particulier variaient en comparaison d’études précédentes. Les allergies aux cacahuètes, lait, crustacés et soja étaient plus fréquentes alors que les allergies au blé moins fréquentes  dans la population examinée que dans d’autres études.

Risque doublé

“Environ 35% des enfants diagnostiqués d’allergie alimentaire souffrent actuellement ou développeront de l’asthme, le risque augmente encore plus lors d’allergies à plusieurs aliments,” a affirmé dans un communiqué un auteur de cette étude, le Dr. Johathan Spergel. Il relève aussi que 35% des patients souffrant d’allergie à un ou plusieurs aliments vont développer une rhinite allergique. Ces taux d’asthme et de rhinite allergique observés chez les enfants souffrant d’allergie alimentaire sont à peu près le double des taux observés dans la population générale.

Le Dr Hill explique : “Les allergènes alimentaires comme les cacahuètes, le lait et les oeufs sont ceux qui prédisposent le plus les enfants à développer de l’asthme ou une rhinite allergique.”

Cette étude a été publiée le 20 août 2016 dans la revue scientifique BMC Pediatrics.

A retenir de cette étude:
– Dans une très grande étude, les scientifiques ont pu montrer que les enfants avec une allergie alimentaire présentaient un risque supérieur de développer de l’asthme ou une rhinite allergique.

Le 2 septembre 2016. Par Xavier Gruffat (Pharmacien Dipl. EPF Zurich, Dipl. MBA). Sources: Communiqué de presse de l’étude.
Références : David A. Hill et al, “The epidemiologic characteristics of healthcare provider-diagnosed eczema, asthma, allergic rhinitis, and food allergy in children: a retrospective cohort,” BMC Pediatrics, published online Aug. 20, 2016. http://doi.org/10.1186/s12887-016-0673-z. Crédits photos: Fotolia.com

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 02.09.2016