Publicité

Le “bon cholestérol” ou HDL semble avoir été survalorisé

Les 15 médicaments les plus innovants de ces 25 dernières annéesBALTIMOREPendant des années, les médecins ont expliqué à leurs patients qu’un taux élevé de HDL dans le sang (en anglais, high-density lipoprotein cholesterol), parfois aussi appelé “bon cholestérol“, permettait de diminuer le risque cardiovasculaire. Plus le taux de HDL est élevé et plus le risque de souffrir de maladies cardiovasculaires comme l’infarctus du myocarde serait bas, c’est en tout cas une théorie véhiculée fréquemment dans le monde médical. Le HDL est souvent considéré comme une variable indépendante des deux autres lipides pris en compte pour mesurer le risque cardiovasculaire que sont le LDL (“mauvais cholestérol”) et le taux de triglycérides. Mais une nouvelle étude vient de montrer pour la première fois que le niveau de protection du taux de HDL dépend du niveau des 2 autres variables (LDL et triglycérides). Cela signifie que si le taux de LDL et de triglycérides n’est pas dans la norme (lire aussi en bas de l’article) malgré un taux élevé de HDL, l’effet protecteur de ce dernier semble ne pas être totalement garanti. Autrement dit, la mesure du HDL reste selon les chercheurs importante mais moins que les 2 autres.

HDL

Le HDL est une lipoprotéine qui ramène le cholestérol vers le foie. Au contraire, le LDL est une lipoprotéine qui amène le cholestérol vers les tissus. Le LDL peut mener à des obstructions des artères et aboutir à l’athérosclérose.

Etude en détail

Des chercheurs de l’Ecole de Médecine de l’Université du Maryland à Baltimore (Etats-Unis) ont analysé des données récoltées sur une période d’environ 25 ans (1987 à 2011) provenant d’une étude de cohorte, la Framingham Heart Study’s Offspring Cohort. Les scientifiques se sont concentrés sur les rôles joués par le HDL, le LDL (low-density lipoprotein cholesterol) et les triglycérides (TG) dans l’augmentation ou la diminution du risque de souffrir de maladies cardiaques. Au total, les données de 3’590 hommes et femmes sans risque cardiovasculaire ont été analysées.

Résultats

Les résultats ont montré que le HDL ne permettait pas de prédire de façon certaine le risque cardiovasculaire. Par contre, un taux élevé de TG et de LDL modifiait l’incidence du risque cardiovasculaire autant chez les participants avec un niveau élevé ou bas de HDL. Si un participant présentait un taux élevé de HDL et que le taux de TG et de LDL se trouvait à une valeur élevée, au-dessus de 100 mg/dL (voir valeurs de référence en bas de l’article), le risque de maladie cardiovasculaire ne diminuait pas.

HDL, plus “à la mode”

“On ne remet pas en cause le rôle protecteur du HDL, comme l’étude l’a aussi confirmé, mais le HDL a été survalorisé,” a affirmé le Prof. Michael Miller de l’Université du Maryland dans un communiqué de presse lors de la divulgation de l’étude. Toujours selon lui : “Le HDL devrait être considéré comme une 3ème priorité, seulement après la mesure du LDL et des TG. ”

Cette étude a été publiée dans la version online du journal spécialisé Circulation : Cardiovascular Quality and Outcomes le 10 mai 2016.

A retenir de cette étude :

– Un taux élevé de HDL (“bon cholestérol”), pris indépendamment du LDL et des triglycérides (TG), ne semble pas être capable de prédire de façon systématique une diminution du risque cardiovasculaire. Cette étude portant sur une cohorte suggère que pour évaluer le risque cardiaque, les mesures du LDL et des TG sont plus importantes que celle du HDL.

Le 13 mai 2016. Par Xavier Gruffat (pharmacien). Sources : Circulation : Cardiovascular Quality and Outcomes

Informations utiles divulguées par Creapharma.ch, non par l’étude mentionnée ci-dessus

En principe, les valeurs normales de référence de la lipidémie sont les suivantes (ces valeurs peuvent toutefois varier en fonction du pays et d’autres paramètres médicaux):

LDL (ou LDL-C) : 3,5 – 4,5 mmol/L ou 1,35 -1,75 g/L (ou 135 – 175 mg/dL), dans les groupes à haut risque cardio-vasculaire, le but est que le patient atteigne moins de 70 mg/dL de LDL

HDL (ou HDL-C) : 0,9 – 1,6 mmol/L ou 0.35 – 0,62 g/L (ou 35 – 62 mg/dL)

TG : 0,60 – 1,70 mmol/L ou 0,52-1,50 g/L (ou 52-150 mg/dL)

Lire aussi : dossier complet sur le cholestérol, statines

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 04.06.2016