Publicité

L’hypertension non traitée augmente massivement le risqué d’AVC hémorragique

Causes AlzheimerLOS ANGELES Si l’hypertension n’est pas traitée, le risque d’AVC hémorragique augmente de façon très significative, selon une étude présentée lors d’un congrès médical qui s’est tenu en février 2016 à Los Angeles.

L’AVC hémorragique, aussi appelé hémorragie intracérébrale, est une forme d’AVC provoquée par des vaisseaux sanguins fragilisés qui se rompent, ce qui mène à un saignement dans le tissu cérébral. L’hypertension est un facteur de risque très important de l’AVC hémorragique.

Les chercheurs ont suivi les données récoltées pendant 6 ans de 4’646 patients. Ces individus étaient caucasiens, afro-américains ou hispaniques, la moitié d’entre eux avait souffert d’une hémorragie intracérébrale.

Résultats impressionnants, risque presque 10 fois plus élevé

Ils ont découvert que comparé à ceux ne souffrant pas d’hypertension, les patients atteints d’hypertension et non traités présentaient un risque d’AVC hémorragiques 9,5 fois supérieur.

Pour ceux souffrant d’hypertension, les patients atteints d’hypertension non traités présentaient un risque 3,7 à 5,5 fois supérieur à ceux qui étaient traités.

Autrement dit, l’hypertension traitée ou non augmente toujours le risque d’AVC hémorragique mais représente environ le double lorsque l’hypertension n’est pas prise en charge.

Les afro-américains particulièrement à risque

Dans cette étude, les afro-américains traités pour lutter contre l’hypertension présentaient un risque d’AVC hémorragique 75% supérieur et les hispaniques 50% supérieur en comparaison des caucasiens traités pour cette affection.

“L’âge moyen d’un AVC hémorragique est beaucoup plus bas chez les minorités ethniques, notamment chez les afro-américains. C’est-à-dire qu’ils peuvent souffrir de plus d’handicaps plus tôt dans leur vie que d’autres,” a affirmé dans un communiqué l’auteur de l’étude, le Dr. Kyle Walsh de l’Université de Cincinnati dans l’Ohio.

Différence de qualité des soins

Bien que ces différences ethniques ne soient pas encore totalement connues, une cause possible serait un accès différent aux soins, selon le Dr Walsh. On sait qu’aux Etats-Unis les afro-américains sont beaucoup plus pauvres que les caucasiens, la différence de revenus par famille serait d’un facteur supérieur à 10 entre afro-américains et caucasiens selon une récente étude du Pew Research Center, célèbre think tank américain. On peut imaginer que cette différence de salaire se caractérise aussi par des soins de moindre qualité pour les minorités ethniques comme les noirs.

Mesurez et soignez l’hypertension !

betterave - contre l'hypertensionL’élément principal à retenir de cette étude est qu’il faut absolument mesurer régulièrement sa tension, et si elle s’avère trop élevée la traiter au plus vite, comme le rappelle le Dr Walsh.
L’AVC peut mener à la mort mais aussi à de graves handicaps moteurs et psychiques.
Cette étude a été présentée à Los Angeles en Californie pendant une conférence de spécialistes de l’AVC (Stroke en anglais) à l’American Stroke Association’s International Stroke Conference 2016.

Autre étude sur l’influence du sommeil

Le sommeil : un capital essentiel pour une bonne santé, notamment du cerveauSelon une étude présentée dans ce même congrès en février 2016 et réalisée par le Langone Medical Center de New York, les personnes qui dormaient 7 à 8 heures par nuit étaient celles qui souffraient le moins d’AVC. Celles qui dormaient moins de 7h avaient 22% plus de risque d’avoir un AVC et les gros dormeurs, ceux qui dormaient plus de 8h, présentaient un risque 146% supérieur.
Les personnes qui en plus de dormir 7 à 8h par nuit pratiquaient 30 min à 1h d’exercice physique 3 à 6 fois par semaine voyaient leur risque d’AVC diminuer significativement. Dormir ni trop ni trop peu et faire régulièrement de l’exercice sont 2 excellents moyens  de prévention pour réduire le risque d’AVC.
Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont examiné les données de plus de 280’000 personnes.

Aux Etats-Unis environ 795’000 personnes souffrent chaque année d’AVC et environ 129’000 en meurent, selon l’American Heart Association. Il s’agit de la 5ème cause de décès dans ce pays. Les afro-américains ont 2 fois plus de risque que les caucasiens lors de la 1ère fois qu’ils sont frappés par un AVC et le taux de mortalité est bien plus élevé chez les afro-américains.

los-angeles-2016

Le 21 février 2016. Par Xavier Gruffat (pharmacien). Sources: communiqué de presse de l’American Stroke Association’s International Stroke Conference 2016, Pew Research Center, CBSNews. Photos: Creapharma.ch, Fotolia.com

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 04.06.2016