Publicité

L’épilation du maillot, avec modération

L’épilation du maillot, avec modérationBrésilien, ticket de métro ou semi-intégral. L’épilation du maillot est pratique courante, et cela même en hiver, figurez-vous ! En 2006, une étude menée par l’institut Ipsos indiquait déjà que les trois-quarts des Françaises de moins de 26 ans y avaient recours. Soixante-huit pour cent d’entre elles déclaraient s’épiler à domicile, et 21% s’en remettaient à des instituts de beauté. Si quelques irréductibles s’y refusent encore pour résister au diktat imposant aux femmes de présenter un corps glabre, la plupart refusent de voir leurs poils pubiens dépasser de leur petite culotte… voire de leur string. Or cette zone cutanée est particulièrement sensible. Faites donc très attention à ne pas agresser votre peau. Pour une épilation réussie, suivez donc ces quelques conseils.

Cire chaude, cire froide, épilateur électrique, rasoir, crème dépilatoire… Les techniques sont nombreuses et variées. Mais pour votre maillot, toutes ne sont pas également recommandables. Le rasoir d’abord, est à proscrire. Vous risqueriez de vous couper, ce qui dans un emplacement aussi « stratégique », serait vraiment une bien mauvaise idée… Ensuite, le rasage favorise la repousse d’un poil plus dru. C’est rarement l’effet escompté. Enfin vous risquez de voir apparaître de vilains boutons par ailleurs douloureux, provoqués par la présence de poils incarnés. Des boutons même, qui peuvent se transformer en furoncles.

La cire, douloureuse mais efficace

L’épilateur électrique, s’il est une bonne solution sur les jambes par exemple, est doit rester dans le tiroir pour le maillot. Vous risquez de vous pincer la peau, et de vous faire ainsi très mal. Surtout si vous optez pour une « coupe » très échancrée, en forme de triangle ou de ticket de métro par exemple… Quant à la crème dépilatoire, elle est également déconseillée : ses principes actifs risquent d’agresser cette zone trop délicate.

La meilleure option reste encore la cire, même si l’arrachage du poil est douloureux. Bien sûr, avec la cire chaude à utiliser à domicile, prenez bien soin de suivre les instructions. Déposez-en un peu dans le creux de votre poignet pour vérifier la température avant de l’appliquer sur la zone à épiler. L’idéal si vous en avez les moyens, est naturellement de faire appel à des professionnels, en institut. Quelle que soit votre technique, préparez bien votre peau en effectuant un gommage doux et en hydratant l’épiderme.

Une tendance de fond

Si la chasse à la pilosité pubienne semble généralisée, certaines voix s’élèvent contre sa pratique. « Ces poils protègent contre les frottements qui peuvent causer des écorchures, voire des blessures. Ils sont un rempart naturel contre les bactéries, comme le staphylocoque doré ou le streptocoque B », explique Emily Gibson, directrice du centre de recherche sur la santé à la Western University dans l’état de Washington (Etats-Unis). Selon elle, il n’est pas rare de se retrouver avec des abcès qui nécessitent des incisions pour drainer l’infection.

Alors, peut-être est-il recommandable de ne pas trop en faire. Un juste milieu serait de laisser de temps en temps « reposer » la peau de cette zone si sensible. Et pourquoi ne pas se contenter d’un maillot « simple » pendant quelque temps ? Réservez donc le maillot brésilien ou intégral pour la période estivale, la seule où vous porterez réellement un « maillot ».

Source : Ipsos, consulté le 4 décembre 2012 – Western Washington University, consulté le 4 décembre 2012

© 1996-2012 Destination Santé SAS – Tous droits réservés. Aucune des informations contenues dans ce serveur ne peut être reproduite ou rediffusée sans le consentement écrit et préalable de Destination Santé. Tout contrevenant s’expose aux sanctions prévues par les articles L 122-4 et L 335-3 du Code de la Propriété intellectuelle: jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende.

Inscrivez-vous à notre newsletter (gratuit)     Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 08.09.2017

Publicité