Publicité

Le comportement des parents influencerait le développement du système ocytocine chez les bébés

LEIPZIG – Le comportement des parents peut avoir un impact important sur le développement des systèmes d’ocytocine de leurs enfants. C’est ce que suggère une nouvelle étude publiée dans la revue Science Advances (DOI : 10.1126/sciadv.aay0680) le 24 octobre 2019. L’ocytocine est une hormone extrêmement importante, impliquée dans l’interaction sociale et les liens affectifs chez les mammifères, y compris les humains.

Rôle significatif de l’interaction

S’il est déjà connu que le taux d’ocytocine de la mère pouvait influencer son comportement et, par conséquent, le lien qu’elle crée avec son bébé, le comportement des mères ou des pères pourrait aussi avoir un impact important sur le développement du système ocytocine de leurs enfants.

L’enfance marque une phase dynamique et malléable du développement postnatal. De nombreux systèmes corporels se mettent en place, mûrissent ou sont modifiés. La nature joue ainsi un rôle évident, nous façonnant à travers nos gènes. Mais nous sommes aussi fortement influencés par nos interactions, avec les autres et avec notre environnement.

Selon les chercheurs, le fait que l’ocytocine soit activement impliquée dans les processus sociaux, perceptuels et cognitifs précoces ainsi qu’il influe les comportements sociaux est déjà connu. Ce qui a intéressé l’étude était de savoir si le comportement de la mère pouvait également avoir une influence décisive sur le développement du système ocytocine du bébé lui-même.

Le comportement des parents influencerait le développement du système ocytocine chez les bébés

Changements épigénétiques dans l’ADN du nourrisson

Dans le cadre de l’étude, les scientifiques ont observé une interaction de jeu libre entre les mères et leurs enfants de cinq mois. Ils ont ensuite prélevé des échantillons de salive de la mère et du nourrisson pendant la visite. Un autre prélèvement a été effectué un an plus tard, lorsque l’enfant avait 18 mois. L’objectif était de savoir si la participation de la mère à la première séance de jeu avait une influence sur le gène du récepteur d’ocytocine de l’enfant, un an plus tard.

Les résultats ont montré que des changements épigénétiques s’étaient produits dans l’ADN du nourrisson, et que ce changement était lié à la qualité de la participation de la mère à la séance de jeu. Si les mères étaient particulièrement impliquées dans le jeu avec leurs enfants, il y avait une plus grande réduction de la méthylation de l’ADN du gène du récepteur d’ocytocine un an plus tard.

Impact sur le développement biologique et psychologique

La diminution de la méthylation de l’ADN dans cette région a déjà été associée à une expression accrue du gène du récepteur de l’ocytocine. Ainsi, une plus grande participation maternelle semble avoir le potentiel de réguler à la hausse le système d’ocytocine chez le bébé. Il est important de noter que les chercheurs ont également constaté que les niveaux de méthylation de l’ADN reflétaient le tempérament de l’enfant s’ils se réfèrent aux observations rapportées par les parents. De plus, les enfants ayant des niveaux de méthylation plus élevés à 18 mois et des niveaux vraisemblablement inférieurs de récepteurs de l’ocytocine étaient aussi plus capricieux et moins bien équilibrés.

Les résultats de cette étude fournissent un exemple frappant montrant que nous ne sommes pas simplement liés par nos gènes, mais sommes plutôt le produit d’une délicate interaction entre nos plans et nos expériences. Une interaction sociale précoce avec nos soignants, y compris les pères, peut influencer notre développement biologique et psychologique par des changements épigénétiques dans le système d’ocytocine. Ces constatations et d’autres conclusions connexes soulignent l’importance du rôle parental dans la promotion de la santé intergénérationnelle.

Le 25 octobre 2019. Par la rédaction de Creapharma.ch (supervision scientifique par Xavier Gruffat, pharmacien). Sources : Communiqué de presse de l’étude (en anglais). Référence : Science Advances (DOI : 10.1126/sciadv.aay0680). Crédit photos : MPI CBS

Résumé

Le comportement des mères ou des pères pourrait aussi avoir un impact important sur le développement du système ocytocine de leurs enfants. Il est connu que l’ocytocine est activement impliquée dans les processus sociaux, perceptuels et cognitifs précoces et influence les comportements sociaux, mais les résultats de cette étude publiée dans la revue Science Advances (DOI : 10.1126/sciadv.aay0680) le 24 octobre 2019 montre que ses interactions, avec les autres et avec son environnement, pouvaient également avoir une influence décisive sur le développement du système ocytocine du bébé.

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 25.10.2019