Publicité

Mythe médical : il n’est pas nécessaire d’attendre avant de se baigner après avoir mangé

Beaucoup de parents interdisent à leurs enfants d’aller se baigner tout de suite après le repas. Il faut attendre 1 à 2 heures pour retourner dans l’eau. Pour cause ? Le risque d’hydrocution et de crampes d’estomac ou de crampes musculaires serait plus élevé. Mais cette recommandation est-elle scientifiquement prouvée ?

Hydrocution et digestion

L’hydrocution est la perte de connaissance provoquée par le contact trop brutal avec l’eau. Elle peut entraîner la noyade, mais il n’existe pas de lien direct entre ce malaise et la digestion. En effet, lorsqu’il fait chaud, l’organisme va essayer d’équilibrer la température corporelle en évacuant la chaleur. Dans ce processus, les vaisseaux sanguins se dilatent et le rythme cardiaque devient plus rapide. Si le corps entre à ce moment en contact direct avec une eau de moins 18°C pour les adultes ou moins 20°C pour les enfants, les artères vont se contracter soudainement, ralentissant ainsi la circulation du sang. Naturellement, le rythme cardiaque va ralentir, la personne aura des problèmes de respiration et il y aura moins d’oxygène dans le cerveau. C’est ce qui provoque la perte de conscience et les malaises pouvant entraîner la noyade.

Les enfants, les personnes âgées et les personnes qui souffrent déjà d’un problème cardiaque font partie de la population à risque en cas de choc thermique. Bien qu’il a été prouvé que pendant la digestion, la température corporelle augmentait légèrement ainsi que le flux sanguin, cela ne justifie pas pour autant un risque plus élevé de noyade. C’est surtout l’exposition prolongée au soleil et l’excès de consommation d’alcool qu’il faut éviter. Une étude de la revue Pediatrics, publiée en 1989, a examiné près de 100 adolescents qui se sont noyés à Washington et a découvert que 25% avaient été intoxiqués. Un an plus tard, une étude sur des centaines de décès par noyade chez des adultes en Californie a révélé que 41% étaient liés à l’alcool. De plus, le pic de chaleur de la journée survient généralement pendant les heures proches du déjeuner, ce qui pourrait favoriser le risque d’exposition au soleil. Il est ainsi conseillé d’éviter systématiquement un premier contact trop brusque avec l’eau, il convient mieux de mouiller progressivement le corps.

Crampes et digestion

Mythe médical : il n’est pas nécessaire d’attendre avant de se baigner après avoir mangéLa crampe qui survient dans l’eau, connue aussi sous l’appellation de « crampe du nageur » se manifeste par une contraction douloureuse des muscles. Elle survient généralement de façon soudaine lorsque l’organisme subit un effort trop intense ou prolongé, lorsqu’il y a une baisse d’irrigation de certaines parties du corps, en cas de froid ou de déshydratation. Ce sont les membres inférieurs comme les pieds ou les cuisses qui sont les plus touchés. Quant à la digestion, aucune étude scientifique n’a montré jusqu’à maintenant qu’elle soit à l’origine de crampes. Parmi les hypothèses avancées sur ce sujet figure celle qui considère la digestion comme dangereuse dans la mesure où celle-ci consomme de l’énergie. En effet, la natation consomme elle aussi de l’énergie, ce qui aura pour résultat de réduire le volume de sang oxygéné à cause de ces deux efforts en simultané. Mais les statistiques montrent que parmi les causes de décès survenant suite à une noyade, les risques liés à la digestion restent moindres, voire insignifiants. Malgré cela, le bon sens nous recommande de faire attention et il est toujours conseillé de s’échauffer un peu, pendant cinq minutes, avant de plonger dans l’eau, de bien s’hydrater avant et après la natation et surtout de bien doser les efforts.

En cas de crampe, restez calme et laissez-vous porter par l’eau pour rejoindre le bord. En principe, la crampe disparaît toute seule. Pour les parents, vérifiez bien que les enfants ne s’éloignent pas trop du bord ou restent sans surveillance.

Le 09 juillet 2019. Par la rédaction de Creapharma.ch (supervision scientifique par Xavier Gruffat, pharmacien). Crédit photos : Adobe Stock. Crédit infographie : Pharmanetis Sàrl (Creapharma.ch)

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 09.07.2019