Publicité

Obésité, dès la puberté les adolescents brûlent moins de calories au repos

Tisane détoxifiante, tisane amincissanteEXETERUne récente étude pourrait expliquer l’accélération du nombre d’adolescents obèses dans certains pays. Des scientifiques anglais de l’Université d’Exeter, à l’origine de ce travail, ont observé que le nombre de calories brûlées lorsque les enfants sont au repos chute soudainement à la puberté. C’est une découverte intéressante et peu intuitive, car à cet âge de forte croissance on aurait imaginé le contraire.  

A 15 ans, moins besoin d’énergie

Cette étude menée par le Prof. Terence Wilkin, de l’Ecole de Médecine de l’Université d’Exeter en Angleterre, a découvert que les jeunes âgés de 15 ans dépensaient 400 à 500 calories en moins au repos par jour en comparaison avec leurs dépenses caloriques lorsqu’ils étaient âgés de 10 ans. Autrement dit, cette dépense calorique diminuait d’environ un quart entre l’âge de 10 et 15 ans. Mais à l’âge de 16 ans, leur dépense calorique recommençait à croître. Par mesure de comparaison, un Big Mac de McDonalds contient 508 calories et il faut une heure de Zumba (un programme d’entraînement physique complet contenant notamment de la danse) pour brûler 500 calories.

L’étude a aussi découvert que les adolescents faisaient moins d’exercice pendant la puberté. Cette diminution dans la pratique d’exercice physique est particulièrement significative chez les filles, dont le niveau d’activité chute d’environ 1 tiers entre les âges de 7 à 16 ans.

1 tiers des enfants en surpoids ou obèses

Ces nouveaux résultats, qui arrivent après que le gouvernement anglais ait lancé une stratégie contre l’augmentation du nombre de personnes obèses pendant l’enfance, pourrait expliquer pourquoi de nombreux jeunes deviennent obèses à la puberté. L’OMS estime que l’obésité pendant l’enfance est l’un des plus grands défis de santé publique pour le 21ème siècle. Selon une institution anglaise (NCMP), un tiers  des enfants âgés de 10 à 11 ans sont en surpoids ou obèses.

Le Prof. Wilkin explique : “L’obésité chez les enfants et le diabète associé à cette maladie comptent parmi les plus grands défis de santé de notre époque. Nos résultats peuvent expliquer pourquoi des adolescents prennent des kilos à la puberté.”

Moins de calories !

Interrogé par Creapharma.ch, le Prof. Wilkin relève que la pratique d’activité physique n’est pas l’élément essentiel dans le traitement de l’obésité dans ce cas précis, l’important est de consommer moins de calories. Le professeur anglais précise qu’il n’y a aucune preuve que les adolescents actuels soient moins actifs que ceux d’il y a 25 ans.

Nous dépensons des calories de 2 manières – de façon volontaire pendant l’exercice physique et de façon plus importante de façon involontaire, simplement pour rester vivant. Réfléchir ou penser, maintenir le sang chaud ainsi que le rythme cardiaque, faire en sorte que le foie et les reins fonctionnent exigent un apport de 1’600 calories par jour à l’adolescence.

Chute des besoins caloriques

Cette dépense calorique involontaire croît logiquement avec l’âge et l’augmentation de la taille du corps dès l’âge de 5 ans, mais les chercheurs étaient surpris de découvrir que pendant la puberté dès l’âge de 10 ans, ces dépenses caloriques chutaient de façon importante. Cette découverte n’a pas laissé les chercheurs indifférents, car le bon sens voudrait qu’en cette période de croissance rapide (dès 10 ans) le besoin en calories continue également à augmenter.

Plus de 250 enfants pris en compte

De l’an 2000 à 2012, l’équipe de chercheurs ont analysé des données provenant d’environ 350 enfants basé à Plymouth, au Royaume-Uni. Ces jeunes participants étaient évalués chaque 6 mois entre 5 et 16 ans, période pendant laquelle des prises de sang étaient effectuées, ainsi qu’une mesure de la taille, de la composition du corps et de l’activité physique. A la fin, les données de 279 enfants étaient utilisables pour réaliser cette étude. Les chercheurs ont aussi mesuré le nombre de calories utilisées par quantité d’oxygène consommée.

Chute du nombre de calories au repos

Les scientifiques autour du Prof. Wilkin ont montré que les enfants sont particulièrement susceptibles de prendre du poids à deux étapes, premièrement pendant l’enfance probablement à cause de l’alimentation et le style de vie des parents, deuxièmement à la puberté. La prise de poids à la puberté était jusqu’à présent restée inexpliquée. Cette nouvelle découverte suggère que l’explication pourrait provenir d’une chute du nombre de calories consommées par les jeunes adolescents lorsqu’ils sont au repos pendant la puberté.

Le Prof. Wilkin explique: “Quand on cherche une explication à propos de l’augmentation de l’obésité à l’adolescence, nous étions surpris de trouver une chute dramatique et inattendue du nombre de calories brûlées pendant le repos à l’adolescence. Nous ne pouvons que spéculer sur la cause. Mais il pourrait que cela soit un trait évolutif pour économiser des calories pour la croissance qui pourrait désormais contribuer à une augmentation du taux d’obésité chez les enfants alors que la nourriture est abondante. Il est possible que nous avons évolué pour conserver les calories afin d’assurer les changements dans le corps pendant la puberté, mais comme maintenant nous avons assez de calories chaque jour, cette chute des dépenses mène à un excès de poids.”

Cette étude a été publiée le 8 septembre 2016 online dans la revue International Journal of Obesity, journal édité par Nature.

A retenir de cette étude:
– La dépense calorique au repos diminue d’environ un quart entre l’âge de 10 et 15 ans. Mais à l’âge de 16 ans, cette dépense calorique recommence à croître. En conséquence, il s’agira de consommer moins de calories à la puberté pour éviter de prendre du poids.
– La pratique de sport est conseillée pour une bonne santé mais dans ce cas précis elle ne semble pas avoir d’influence. L’essentiel étant de réduire le nombre d’aliments trop caloriques dès l’âge de 10 ans.

Le 12 septembre 2016. Par Xavier Gruffat (Dipl. Pharmacien ETH Zurich, Dipl. MBA). Source: Communiqué de presse de l’étude.
Référence étude: The paper, “Evidence for energy conservation during pubertal growth: a 10-year longitudinal study (EarlyBird71)” is published in the International Journal of Obesity. Authors are Mohammod Mostazir, Alison Jeffery, Jo Hsking, Brad Metcalf, Linda Voss and Terence Wilkin.

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 12.09.2016