Publicité

Seulement 20 minutes par jour dans la nature réduit le stress

ANN ARBOR – Prendre une “gélule nature” de 20 minutes permet de réduire le niveau des hormones du stress selon une nouvelle étude publiée dans Frontiers in Psychology (DOI : 10.3389/fpsyg.2019.00722) le 4 avril 2019. Pour mieux comprendre, une “gélule nature”, parfois aussi appelé “vitamine N” pour “vitamine nature”, est une dose de bien-être que vous apporte le fait de vous promener ou vous asseoir dans un endroit qui vous permet de vous sentir en contact avec la nature. Prendre au moins vingt minutes de votre journée pour faire cette petite escapade au milieu de la nature réduira considérablement votre taux d’hormones du stress (cortisol). C’est la conclusion d’une étude qui a établi pour la première fois la durée la plus efficace du contact avec la nature, nécessaire pour chasser le stress dans un contexte urbain. Les professionnels de la santé peuvent utiliser cette découverte pour prescrire ces ” gélules nature ” en sachant qu’elles ont un réel effet mesurable.

20 à 30 minutes par jour

« Nous savons que passer du temps dans la nature réduit le stress, mais jusqu’à présent, nous ne savions pas exactement ce qui était suffisant, à quelle fréquence, ni même quel genre d’expérience de la nature nous sera bénéfique », dit MaryCarol Hunter, professeure agrégée à l’Université du Michigan et auteure principale de cette recherche. « Notre étude montre que pour obtenir les meilleurs résultats, en termes de réduction efficace des niveaux de cortisol, l’hormone du stress, vous devriez passer de 20 à 30 minutes à vous asseoir ou à marcher dans un endroit qui vous procure un sentiment de proximité avec nature. »

Déjà 20 minutes par jour dans la nature réduit le stress

Un remède libre et naturel pour soulager le stress
Les ” gélules nature ” pourraient être une solution peu coûteuse pour réduire les effets négatifs du stress sur la santé, découlant de l’urbanisation croissante et des modes de vie dominés par l’exposition à l’écran. Pour aider les professionnels de la santé qui cherchent des lignes directrices fondées sur des données probantes sur ce qu’ils doivent prescrire exactement, le Prof. Hunter et ses collègues ont conçu une expérience qui donnerait une estimation réaliste d’une dose efficace.
Sur une période de 8 semaines, on a demandé aux participants de prendre une “gélule nature” d’une durée de 10 minutes ou plus, au moins 3 fois par semaine. Les taux de cortisol, une hormone du stress, ont été mesurés à partir d’échantillons de salive prélevés avant et après l’expérience, une fois toutes les deux semaines.

« Les participants étaient libres de choisir l’heure de la journée, la durée et le lieu de leur expérience avec la nature, qui a été définie comme n’importe quel endroit à l’extérieur, ce qui, de l’avis du participant, leur a donné l’impression d’avoir interagi avec la nature. Il y avait quelques contraintes pour minimiser les facteurs connus pour influencer le stress : faire l’escapade à la lumière du jour, ne pas faire d’exercice aérobique et éviter d’utiliser les médias sociaux, Internet, les appels téléphoniques, les conversations et la lecture », explique-t-elle.

L’intégration de la flexibilité personnelle dans l’expérience nous a permis d’identifier la durée optimale d’une “gélule nature”, peu importe quand et où elle est prise, et dans les circonstances normales de la vie moderne, avec son imprévisibilité et son horaire chargé.

Pour tenir compte des styles de vie très occupés, tout en fournissant des résultats significatifs, la conception expérimentale était également novatrice à d’autres égards.

« Nous avons tenu compte des différences quotidiennes dans l’état de stress d’un participant en recueillant quatre instantanés de changement de cortisol », ajoute-t-elle. « Cela nous a également permis d’identifier et de rendre compte de l’impact de la baisse naturelle et continue du taux de cortisol au fil de la journée, ce qui rend l’estimation de la durée effective plus fiable. »

Une expérience de 20 à 30 minutes pour un effet maximal

Les données ont révélé qu’une expérience d’une vingtaine de minutes dans la nature suffisait à réduire de façon significative les niveaux de cortisol. Mais si vous avez passé un peu plus de temps immergé dans une expérience au milieu de la nature, 20 à 30 minutes assis ou à pied, les niveaux de cortisol vont baisser au maximum. Par la suite, d’autres avantages en matière de réduction du stress continuent de s’accumuler, mais à un rythme plus lent.

« Les professionnels de la santé peuvent utiliser nos résultats comme une règle empirique fondée sur des données probantes sur ce qu’il faut mettre dans une ordonnance lors de la prescription d’une “gélule nature”, selon le Prof. Hunter. « Ils fournissent les premières estimations de l’impact de l’expérience de la nature sur les niveaux de stress dans le contexte d’une vie quotidienne normale. Ils innovent en abordant certaines des complexités de la mesure d’une dose efficace de cette expérience dans la nature.” Elle espère que cette étude servira de base à d’autres recherches dans ce domaine.

« Notre approche expérimentale peut être utilisée comme un outil pour évaluer comment l’âge, le sexe, le caractère saisonnier, la capacité physique et la culture influencent l’efficacité des expériences de la nature sur le bien-être. Cela permettra des prescriptions personnalisées de “gélules nature”, ainsi qu’une meilleure compréhension de la façon de concevoir des villes et des programmes de bien-être pour le public. »

1984 déjà

En 1984, le chercheur suédois Roger Ulrich avait découvert que la seule vue des arbres avait un effet positif : les patients qui regardaient la verdure par la fenêtre de l’hôpital après une opération avaient besoin de moins d’analgésiques et se remettaient plus vite, comme le relève un article de l’ATS (agence de presse suisse) d’avril 2019.

Toujours selon cet article de l’ATS, en 2015 le scientifique américain Marc Berman a montré que rajouter des arbres dans une zone résidentielle affecte la santé des résidents. Les personnes vivant dans des zones plus vertes étaient moins susceptibles de souffrir de maladies cardiovasculaires ou de diabète.

Japon

Au Japon, le “Shinrin-yoku”, c’est-à-dire “se baigner dans la forêt”, fait même partie des soins de santé de l’état, la “médecine forestière” est une branche à part entière de la recherche des universités japonaises depuis 2012. C’est également dans ce pays que des recherches sont menées pour déterminer exactement quels facteurs sont responsables des effets positifs sur la santé. Par exemple, on ne sait toujours pas si c’est dû à l’air de la forêt ou à la végétation particulière. Une étude japonaise avait montré que des marches régulières et prolongées dans la forêt augmentaient le nombre de cellules tueuses naturelles, un sous-groupe de globules blancs du système immunitaire.

Le 09 avril 2019. Par la rédaction de Creapharma.ch (supervision scientifique par Xavier Gruffat, pharmacien). Sources : Communiqué de presse de l’étude (en anglais), Keystone-ATS (Pharmapro.ch, partenaire de Creapharma.ch, est client de Keystone-ATS). Référence étude : Frontiers in Psychology (DOI : 10.3389/fpsyg.2019.00722).
Crédit photos : © 2019 Pixabay

Inscrivez-vous à notre newsletter du mardi (gratuit)     Publicité Lire aussi :
Informations sur la rédaction de cet article et la date de la dernière modification: 11.04.2019